Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie en prose
evadne : Fille d'Arachné
 Publié le 15/08/17  -  9 commentaires  -  560 caractères  -  246 lectures    Autres textes du même auteur

Prisonnière de soie.


Fille d'Arachné



Plus que vive, sur la toile stellaire éclatant la nuit violette, tu enserres ton mal de tes bras de tisserande. Et ton corps, lové au fond des sphères adamantines, dort.

Reste le haut défi de tes yeux.

Proie de tes larmes sonnantes, tu chéris ta prison de langueur blanche, suspendue aux filaments ténus de ta nudité.

Tu confonds l'abîme. Les fils te soutiennent. Ils viennent du matin de ta perte, rougissent tes pommettes de fille en héritage, déclinent tes ombres passées.

Un feuillage veille sur ton rêve lustré.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Donaldo75   
2/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
(Lu et commenté en EL)

Bonjour,

La force de ce poème réside dans l'impression visuelle, blanchâtre, comme dans une toile diffuse, laissée au lecteur, grâce à un champ lexical approprié et maitrisé (toile, tisserande, prison, filaments, fils). Et, comme à la rosée du matin, un jour succède à l'autre, avec également l'usage d'un vocable adapté (langueur blanche, nudité, abime, ombres, rêve lustré).

C'est plus qu'effleuré; j'emploierais le qualificatif aérien.

Bravo !

   papipoete   
15/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour evadne,
Je vois un tour de force poétique ; écrire une prose de 5 lignes, un défit, mais la réussite en est la clé de voûte !
Un poème qu'un canut put tisser sur son métier, de fils de soie comme le fait l'Arachné si redoutée mais tellement pas redoutable !
L'auteur est comme moi ; je suis admiratif devant cette bête fascinante au centre de sa toile prison !
Une anecdote ; Je pris une belle Epeire jaune des jardins, que je laissai courir sur mon bras et montrai la scène à des ados roulant des mécaniques à mes côtés ; ils crièrent << maman ! >>
NB c'est écrit au fil près, tout est dit, de belle façon !

   Louison   
15/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je serais brève: je suis sous le charme!

En peu de mots, tout est dit et c'est délicat comme la toile de l'araignée.

Merci beaucoup!

   PIZZICATO   
15/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Juste cinq lignes, mais une prose tissée d'images magnifiques, dont celle-ci qui est mon coup de coeur : " ton corps, lové au fond des sphères adamantines ".

Très beau !

   Raoul   
16/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est ciselé comme un ouvrage de dame réalisé en toile d'araignée.
Concis, complexe et précis, cet Olni* est un vrai et rare plaisir de lecture.
J'aime beaucoup - malgré l'"adamantines" un peu trop rococo… s'il fallait chipoter - !

*Objet littéraire non identifié

   Robot   
17/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je déteste les araignées mais ce texte tout en finesse expressive me las fait voir sous un jour plus sympathique...
Ah! que j'aimerais qu'elle le soit vraiment pour annihiler ma phobie. parce que c'est ça: leurs yeux. Je frissonne rien que d'y penser.

Sans rire, ce texte est superbement décliné et ciselé.

   Anonyme   
19/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour evadne,

Nulle en mythologie de quel pays que ce soit, j'aime votre titre qui m'invite à chercher un peu sur le net, pour ne rien laisser paraitre de mon ignorance.
À la base Arachné est donc un jeune fille, mais pourquoi diantre ne lui a-t-on pas offert un "e" en lettre finale ?

Votre poème est prose est très court, ou plutôt la configuration du site le présente en 5 lignes seulement.
Alors, j'imagine, vous avez placé des interlignes pour donner plus de volume au poème.
Ce n'est ni une bonne ni une mauvaise idée à mes yeux.
Cependant l'aspect visuel n'est pas optimum.

Sutout qu'hormis le mot "adamantines" trop typé "poésie", votre prose est admirable. Fond et forme sont aussi harmonieuse que la toile de l’épeire dans ma lavande.

"reste le haut défi de tes yeux" : j'aime beaucoup, le mot "reste" m'évoque le sol mais le Haut" défi relève et maquille ses beaux yeux.

"Les fils te soutiennent. Ils viennent du matin de ta perte, rougissent tes pommettes de fille en héritage, déclinent tes ombres passées." Là est le joyau du texte, pas central (dans le déroulé du poème) tant une toile et son araignée sont tenues, dépendant du moindre souffle.

Bravo et merci.

   Queribus   
5/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Evadné,

Écrire un poème en prose en cinq lignes, voilà qui relève presque de l'exploit: tout est dit en peu de mots avec beaucoup de finesse et d'art, des mots techniques mais poétiques en même temps.
J'ai moins aimé la disposition des lignes avec un interligne entre chaque ligne mais ceci est un tout petit détail.
La fille d'Arachné vous remercie pour ce bel hommage et moi aussi par la même occasion.

Bien à vous.

   Provencao   
6/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un grand bravo pour ce texte court, fort et si vrai
J'ai été sous le charme, ce charme qui vous enivre ce charme exprimable. Si bien contenu , . Quelque nature qu'on lui assigne :"Un feuillage veille sur ton rêve lustré."

Merci pour cet ecrit qui ne laisse personne indifférent.


Oniris Copyright © 2007-2017