Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
evadne : Un ciel
 Publié le 21/07/17  -  10 commentaires  -  497 caractères  -  189 lectures    Autres textes du même auteur

Hommage.


Un ciel



Un ciel
tu l'épouses

Une note
tu la bois

Un océan
tu t'y glisses

Une lettre
tu l'épures

Un amour
tu cilles


Un amour
tu cilles

Et tes yeux
je les vois

Dériver
loin de moi

Familiers
des abysses

Des viviers
des esquisses

D'un amour
qui ne jure

Que par l'art
des fractures

Que par l'or
qui fulgure


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Raoul   
1/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Un peu court tout de même…
La partie purement sentimentale est assez bien troussée, je trouve, la première en revanche, démonstration de la vie, est un peu fabriquée et plaquée. Les sonorités en [oi] sont d'autant plus lourdes, que toutes les féminines, autour, sont des glissements complexes et riches. N'est pas pas Gainsbourg ou Bashung qui veut.
L"'or qui fulgure" ne me parle pas vraiment, la "trouvaille" est un peu trop complaisante.
Pour moi, ce texte reste à étoffer, sans le diluer pour autant.

   Marie-Ange   
7/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
De la musicalité dans ces mots, qui se laissent lire et relire.

C'est fluide, rythmé, mystérieux, et pourtant je me sens proche de ce phrasé, il m'a ému, je perçois comme une "douleur" dissimulée.

L'ensemble est touchant, fond comme forme, à l'unisson, m'ont fait ressentir la sensibilité posée au cœur de ces mots.
Avec ce petit quelque chose que j'aime à trouver, c'est indescriptible, mais présent, sans tapage.

Cela m'a embarqué, de strophe en strophe, devenant de plus en plus intense, vers les trois derniers couplets.

"D'un amour
qui ne jure

Que par l'art
des fractures

Que par l'or
qui fulgure"

C'est très beau et troublant.

   Marite   
11/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Minimalistes ces vers. En fait, ils perturbent ma perception de l'ensemble. Comme l'impression que le choix de la forme a primé sur l'expression du fond. C'est dommage.

   Brume   
11/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour

1ère partie : ça manque terriblement d'émotion. Le style épuré c'est bien mais faut transmettre un peu plus d'âme. Ces vers si courts sur un rythme trop saccadé ne m'emmènent nulle part.
Quand je lis vos vers j'ai l'impression de me cogner à des murs.

2 ème partie : à partir de " Et tes yeux je les vois" vous me racontez une histoire. Les images sont fortes, très belles, subtiles, mais desservies par cette mise en page. Vos images auraient plus de grâce en strophe et avec moins de découpage.

Gardez le style épuré mais le rythme trop saccadé ne sied pas au thème. Donc revoir la forme.

   Ananas   
11/7/2017
 a aimé ce texte 
Pas ↑
Bonjour,

Votre première partie me fait penser à une parodie type Les Inconnus : une pomme, tu la manges. Un texte, tu le lis. Un regard, tu le poses.
J'ai limite l'impression que l'auteur se moque totalement de moi.
En plus, c'est pauvre au niveau poétique, ça ne renvoie à rien de familier, ne crée aucune correspondances ou émotions quelles qu'elles soient.
Le vers répété est loin d'être le plus beau de la bande, et ça fait effet non relu, c'est absolument insupportable.

La seconde partie est plus agréable.
Le poème aurait pu se terminer sur fractures. La suite n'a aucun intérêt poétique, aucun intérêt rythmique ou mélodique.

Une fois que je suis passée au-dessus de l'impression de moquerie, je peux analyser le texte de manière rationnelle.
L'art Naïf, contemplatif, épuré, c'est quelque chose de très difficile à maîtriser. En effet, il faut avoir une connaissance de la langue et de ses subtilités exacerbée et en faire usage avec parcimonie et justesse. Ce qui n'est pas le cas ici.

L'épure se doit d'être percutante au stricte point de vue émotionnel.
Une décharge de sensations à chaque vers.
Ce n'est pas le cas ici.

Ce résultat, cet ensemble hésitant, imparfait, incomplet déteint sur la lecture : hésitante, imparfaite, incomplète...
On a envie d'abandonner à mi-chemin, on regrette presque de ne pas l'avoir fait.

De belles choses, mais trop d'irrégularités en ce qui me concerne pour que la poésie ne s'imprime plus que le temps de l'avoir lue.

Une prochaine fois peut-être...

Bonne continuation.

   AUDEVAL   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Je perçois comme une sorte de contradiction entre la forme et le fond du poème. C'est, pour moi, trop court et trop synthétique pour les émotions qui naissent lors de la lecture. Votre poème est un beau début qui appelle plein d'autres choses. En cela, il est intéressant car il laisse libre court à l'imagination du lecteur ce qui est une belle qualité.

   papipoete   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
bonjour evadne,
2 idées pour asseoir ce poème, tu es là je te vois ; tu t'en vas , je te perds de vue sombrant dans tes abysses ...
NB un style presque télégraphique avec sa première partie claire et la seconde assombrie où le lecteur peut perdre pied et couler ...

   PIZZICATO   
21/7/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
J'ai lu et relu ce texte qui n'a pas réussi à susciter vraiment mon intérêt.

J'y vois les climats d'un amour. Le merveilleux,
" Que par l'or
qui fulgure " de la poudre aux yeux ?
Puis le déclin
" D'un amour
qui ne jure
Que par l'art
des fractures "

   Louison   
21/7/2017
Bonjour Evadne, j'ai bien aimé ces derniers vers:

D'un amour
qui ne jure

Que par l'art
des fractures

Que par l'or
qui fulgure

Pour le reste, même après plusieurs lectures, je suis restée imperméable. La répétition :
Un amour
tu cilles

m'a fait penser que peut-être, c'était une chanson et que je ne lisais pas avec le bon tempo.

Une autre fois, sans doute.

   Alcyon   
1/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour

un poème court et sans ponctuation
qui se lit d'un trait
sautillant et empli de fraîcheur
juste un bémol pour la répétition
"D'un amour tu cilles"

bravo et merci
en quelques mots biens choisis
vous en dites long
belle approche de l'amour


Oniris Copyright © 2007-2017