Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
FANTIN : Averse
 Publié le 03/04/19  -  17 commentaires  -  1558 caractères  -  156 lectures    Autres textes du même auteur

Célébration du présent, gratitude à la pluie.


Averse



Qui dort et qui bricole...
Un voisin, passionné de musette,
fait retentir sur le quartier
la nostalgie joyeuse de l’accordéon
des vieux bals populaires d’une France lointaine.
Dans la rue des enfants crient,
heureux.
Tous les âges sont de la fête.
Sur l’eau, pendant ce temps,
des reflets,
des nuages ondulent,
comme tanguent,
en rêvant,
les barques
amarrées au port.
Arpèges de piano, gazouillis des oiseaux
et, au fond,
diluée,
l’harmonie du silence.
Le temps prend une grande inspiration
puis soupire d’aise.
L’esprit du mal s’affaire ailleurs.
Surmené, il a cédé la place.
Espacées tout d’abord, venues en éclaireurs,
les gouttes d’une averse bénissent cette paix,
les fleurs poussées, les fruits
qui se préparent,
les touches de couleurs sur la toile du peintre.
Minutieusement, le chat,
sur un fauteuil,
fait sa toilette
à coups de longue langue rose.

Rires et chuchotis : on court et on se cache.
Croisière de l’enfance.
Berceuse de la pluie.
Fin rideau de fraîcheur.
Souples et lumineuses, les jeunes filles rieuses
se coiffent et s’apprêtent.
Le jardin recueilli ouvre les bras au ciel.
Une main, lentement, s’avance vers un livre ;
et le pouls au poignet rythme le temps
qui passe et qui paresse.

Baisers du bout des doigts,
soufflés pour vous du bout du cœur.
Les mots sur cette page sont aussi une pluie...


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   INGOA   
11/3/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Entre la bricole du dimanche et le bal musette, cette averse ajoute sa mélodie et ses touches colorées. Je peux m'immiscer dans cette déambulation jusqu'à l'avant dernière strophe où je perds pied. C'est dommage de terminer ma lecture sur des lignes d'incompréhension. Peut-être suis-je fautive d'hermétisme !

   Eki   
12/3/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Un long défilé d'images poétiques...Lorsque je dis "long", je veux parler de l'inventivité de ce qui s'offre ici du premier jusqu'au dernier mot.

La phrase de présentation m'a incitée à vous lire.

Un décor bien planté où la vie danse au son de l'accordéon.

Il y a dans ce texte un rythme singulier que j'aime beaucoup. Je suis entrée dans la ronde de ce petit vent qui affole les sens, la vie, la joie...

Sur l’eau, pendant ce temps,
des reflets,
des nuages ondulent,
comme tanguent,
en rêvant,
les barques
amarrées au port.

J'ai vraiment ressenti la subjectivité d'une histoire qui se raconte avec gaieté et tendresse.

Rires et chuchotis : on court et on se cache.
Croisière de l’enfance.
Berceuse de la pluie.
Fin rideau de fraîcheur.
Souples et lumineuses, les jeunes filles rieuses
se coiffent et s’apprêtent.

J'ai aimé l'originalité comme ce jardin qui ouvre les bras au ciel

et l'espérance que le texte offre...

Le temps prend une grande inspiration
puis soupire d’aise.
L’esprit du mal s’affaire ailleurs.
Surmené, il a cédé la place.

L'auteur termine par ces trois jolis vers offerts comme une ondée douce...

Baisers du bout des doigts,
soufflés pour vous du bout du cœur.
Les mots sur cette page sont aussi une pluie…

La pluie serait donc salvatrice lorsqu'elle n'est pas un flot errant...

Eki sans parapluie

   Gabrielle   
15/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La pluie comme une renaissance.

Merveilleuse célébration des choses de la vie.

Merci à l'auteur(e) pour ce souffle porteur de joie.


Bien à vous.

   Corto   
16/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette averse respire le bonheur et la gaieté.

"Tous les âges sont de la fête". La description de ce moment explore le visuel et l'auditif qui semblent à l'unisson.

"Rires et chuchotis : on court et on se cache" montre bien l'ambiance et il y en a pour tous "Une main, lentement, s’avance vers un livre".

Le final est charmeur. C'est simple et tendre.

Bravo.

   eskisse   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Fantin,

J'ai aimé recevoir votre pluie de mots et d'éléments personnifiés.

J'ai adoré sentir la " longue langue rose" du chat comme si j'y étais .

Fond et forme sont en harmonie....

Merci

   TheDreamer   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Quelque chose de "Fenêtres ouvertes" de Victor Hugo. L'un de mes poèmes de chevet je dois l'avouer.

L'auteur tous sens aux aguets écoute ce qui l'environne (comme le fait Hugo dans son si merveilleux poème). Un texte tout en sensitivité où l'ouïe à la part belle. Un passage met en exergue la vue : "Sur l'eau, pendant ce temps, des reflets, des nuages ondulent, comme tanguent en rêvant, les barques amarrées au port", puis un autre : "les touches de couleur sur la toile du peintre". Merci pour la présence du chat montrant la quiétude de l'instant saisi.

Puis les sons reprennent : "Rires et chuchotis, "berceuse de la pluie".
Le toucher vient à son tour compléter le moment : "une main, lentement, s'avance vers un livre ; et le pouls au poignet rythme le temps qui passe et qui paresse".

Merci.

   PIZZICATO   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un tableau de vie, heureux.
Hommes, oiseaux, nature, << cueillent un jour >> de bonheur.

Une poésie débordant d'optimisme avec de charmantes images.

Pour cette lecture, j'ai fait comme le temps : " une grande inspiration
puis soupire d’aise."

" le temps
qui passe et qui paresse." Pour une fois, le temps qui passe, ici, n'engendre pas la mélancolie.

   Vincente   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
En compagnie de votre charmant regard, plein d'attention et douceur, l'on passe dans ce poème un bon moment. Les mots ne viennent pas par caprice d'écriture châtiée ou ésotérique, vous évoquez une scène de fête villageoise bon enfant et vous parlez ici le "bon enfant".

C'est simple, mais cela n'empêche en rien de belles images comme par exemple "Le temps prend une grande inspiration" ou "les gouttes d’une averse bénissent cette paix," et une musique qui ondule au rythme de vos vers.

J'ai vraiment beaucoup aimé la dernière strophe :
"Baisers du bout des doigts,
soufflés pour vous du bout du cœur.
Les mots sur cette page sont aussi une pluie..."

Il y a une histoire, un tableau qui se dessine, une facture artisanale authentique et poétique, beaucoup de qualités sont assemblées ici.

   emilia   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Qu’il fait bon paresser à l’écoute joyeuse de l’accordéon nostalgique, de la berceuse de la pluie qui apporte sa « bénédiction » et se joint aux « arpèges de piano », aux « gazouillis des oiseaux », sans rompre « l’harmonie du silence » et sa fenêtre ouverte sur la « toilette » du chat… ; un « fin rideau de fraîcheur » pour une enfance et jeunesse rieuses, où la nature et l’humain se rejoignent pour s’ouvrir ensemble à la vie accueillante et nous offrir cette pluie de « baisers du bout des doigts » si charmante… ; un grand merci à vous pour cette douce parenthèse où l’on ne peut que « soupirer d’aise… »

   senglar   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Fantin,


Un idyllisme non rompu mais magnifié par une averse qui, pour une fois, n'est pas une douche mais un regain de rosée, une ondée quoi :), le comble de l'idyllisme oserais-je dire.

"Le temps...
... soupire d'aise.
L'esprit du mal s'affaire ailleurs.
Surmené, il a cédé la place."

Qui ne serait pas preneur de ce genre de poésie- là. Sans hésiter je prends :)


senglar

   leni   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
salut Fantin
C'est gai c'est joyeux C'est le tiercé en désordre MAIS les images s'enchainent le plus simplement du monde et j'ai lu d'un trait avec plaisir ce poème Bravo AMI

   Castelmore   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Images convenues, énumérations de situations du quotidien certes assez bien décrites ne font pas pour moi un poème
Quelques belles expressions
«  L’esprit du mal s’affaire ailleurs.
Surmené, il a cédé la place.
...
Baisers du bout des doigts,
soufflés pour vous du bout du cœur. »

ne sauvent pas l’ensemble d’un certaine banalité un peu trop sophistiquée à mon goût.

Et le sens de la dernière phrase ?
Les mots sur cette page sont aussi une pluie

Désolé je suis resté sous mon parapluie alors que j’adore me promener sous l’averse...

   hersen   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Voici une jolie averse arc-en-ciel qui se déverse sur le lecteur.

Avec le voisin et son accordéon, cela ressemble à une fête de voisins, et tout le monde est là, du plus petit au plus vieux et aussi le chat.
l'ambiance bon enfant est agréable à lire !

   papipoete   
3/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir FANTIN
Alors que la vie, tranquillement s'écoule au bord du port, où chaloupent des barques au gré des vagues, le ciel étend ses nuages aux fils d'anges, la terre se réjouit, elle sent qu'elle va boire enfin un bon coup... et sous les rires des enfants, la pluie livre son averse, chaude et odorante... une main se tend vers les nues et dit merci...
NB quand les éléments font leur travail, comme le jardinier qui arrose après avoir semé, pleuvoir n'est pas mauvais temps, comme dirait ces " lézards " sur la plage .
Tout est douceur et sérénité sous votre plume en liberté, en particulier dans l'avant-dernière strophe !

   maguju   
4/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour
Je ne commente jamais la poésie; je ne m'en sens pas le droit ...
Si je le fais aujourd'hui c'est parce que votre texte ma beaucoup émue, sans doute parce qu'il m'a rappelé des souvenirs heureux et parce qu'il évoque avec justesse les choses simples de la vie. Merci pour le bon moment.

   Provencao   
4/4/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sublime texte, sublime poésie où votre écriture fine a vocation à traduire la vérité du souffle, de la vie et de l’existence.

Vous nous délivrez des mirages de la pluie pour nous inciter à être à l'écoute du beau, de la vibration:"Espacées tout d’abord, venues en éclaireurs,
les gouttes d’une averse bénissent cette paix,
les fleurs poussées, les fruits
qui se préparent,
les touches de couleurs sur la toile du peintre."

On est habité dans votre poésie, avec cette attente, cette veille de la nostalgie, de l'invisible, de l'heureux. Avec cette belle temporalité dans l'émerveillement.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   apierre   
6/4/2019
 a aimé ce texte 
Bien
On entre dans votre poésie comme on entre dans un film de Jacques Tati.Les choses de la vie,des scènes de la vie évoquées avec une simplicité touchante et un éclairage poétique réussi.


Oniris Copyright © 2007-2019