Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
FANTIN : Rêves d'eau
 Publié le 08/02/19  -  11 commentaires  -  785 caractères  -  213 lectures    Autres textes du même auteur

Eau et songes mêlés.


Rêves d'eau



L’eau dort.
L’eau dort à poings fermés.
Il faut nager tout doucement
pour ne pas l’éveiller.
Pour ne pas effrayer les poissons qui vont par bancs
et animent ses rêves.
Pour qu’elle continue d’être bercée
par son balancement inconscient,
et par son propre chant
qu’elle entend dans un rêve,
au fond des coquillages
et sur toutes ses grèves.

L’eau dort profondément.
Il faut aller tout doucement en elle,
calme,
sans mouvement brusque
pour ne pas l’éveiller ;
pareil à un oiseau en train de planer ;
pareil à un dormeur qui rêverait
qu’il nage
silencieusement,
si bien uni à l’eau,
si bien fondu en elle,
qu’il deviendrait lui-même
un rêve d’eau dormante.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
20/1/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Comme un parler d'hypnotiseur. On entend presque la voix baisser pour favoriser l'entrée dans un état second.
"pareil à un dormeur qui rêverait
qu’il nage
silencieusement,
si bien uni à l’eau,"
Belle sensation d'apaisement et de relaxation.
Original en tout cas.

   eskisse   
23/1/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Votre poème pourrait figurer en exergue de l'essai de Gaston Bachelard: "L'eau et les rêves" tant il entrecroise ces deux éléments.

J'ai beaucoup aimé ce poème en diptyque, oserais-je dire en miroir d'eau, qui présente la figure du double à travers une sorte de mise en abîme : l'eau dort et rêve ( "par son balancement inconscient" )- strophe 1- puis l'eau dort et l'homme est " pareil à un dormeur qui rêverait qu'il nage"- strophe 2.

Poème au rythme fluide dans lequel les éléments sont interchangeables.... (L'eau devient rêve / l'homme devient rêve d'eau ) C'est très réussi pour moi.
Merci

   domi   
25/1/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
"L’eau dort à poings fermés.
Il faut nager tout doucement
pour ne pas l’éveiller." : .

Je me serais presque contentée d'une sorte de haïku avec seulement ces trois vers, qui sont une si jolie trouvaille poétique que le reste semble presque superflu, redondant...

   papipoete   
8/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour FANTIN
L'eau est ici celle d'un lac, d'un étang tranquille où l'on ne plonge pas en elle ; on s'immerge en douceur comme pour ne pas la réveiller, et la froisser en plis qui rideraient sa surface ! Avez-vous déjà vu la couleuvre entrer dans l'eau ? Tout est douceur dans son zig-zag et même les poissons ne la voient pas venir !
L'auteur évoque un " balancement inconscient " de l'onde, si ce n'est qu'au bord ce sac et ressac, que produit sans doute la respiration " d' Ache deux O " ...
Belle évocation de cette nature qu'on aime sans compter !

   leni   
8/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
salut fantin
là on peut le dire tu t'es jet' à l'eau Ce qui me plait dans ce poème c'est la recherche des images

L’eau dort à poings fermés.

et par son propre chant
qu’elle entend dans un rêve,
au fond des coquillages


si bien fondu en elle,
qu’il deviendrait lui-même
un rêve d’eau dormante.

poing fermé
fond des coquillages
rêve d'eau dormante


voilà qui laisse espérer de beaux textes

j'ai envie de mettre bcp

salut cordial à toi LENI

   Hananke   
8/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

L'eau courante ou dormante m'a toujours attiré.
J'aime bien ce petit poème et surtout son début avec cette eau
qui dort à poings fermés.
J'aime moins les hiatus qui habitent les vers uni à l'eau et fondu en elle.
Mais l'ensemble est plaisant et très joliment imagé.

   senglar   
8/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour FANTIN,


C'est réussi, on rêve avec vous, je suis même allé m'asseoir sur un banc de poissons qui a dérivé, merveilleux voyage, et la mer m'a volé mes coquillages pour les écouter à ma place. j'ai rendu à Pluton...

J'ai préféré la première strophe car j'ai craint que l'oiseau ne plonge et dérange mon banc... orné de coquillages.

Rêve de facteur Cheval en des temples marins.

Merci

Senglar

   PIZZICATO   
8/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un moment de qiétude et sérénité en imaginant cette eau dormante, bien dépeinte par de belles images, plus précisément dans la première strophe.

" Pour qu’elle continue d’être bercée
par son balancement inconscient,
et par son propre chant "

Une lecture agréable.

   Sylvaine   
9/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Le texte traduit avec bonheur les affinités entre l'eau dormante et l'état de rêverie douce, la dérive onirique qu'elle suscite, grâce à de belles images fluides comme elle. Une lecture apaisante et évocatrice.

   Lulu   
9/2/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour Fantin,

J'ai bien aimé l'évocation de l'eau et celle qui porte à aller doucement dans cet univers de rêves. On imagine le cadre, idéal et apaisant.

Cependant, je n'ai pas trop aimé la forme du poème, et c'est là un ressenti tout personnel. En effet, certaines répétitions m'ont semblé désagréables. Si la première m'a semblé intéressante, "L'eau dort. / L'eau dort à poings fermés", j'ai trouvé ensuite que c'était un peu lourd. "pour ne pas l'éveiller." ; "Pour ne pas effrayer… " ; "Pour qu'elle continue…" ou encore l'adjectif possessif "son balancement" ; "son propre chant"...

En fait, plus je relis ce texte, plus je suis gênée par ces répétitions. Elles sont un choix, mais je n'aurais pas été sensible à cela.

De même, le choix de "Il faut…" ne m'a pas poussée à ressentir de façon plaisante ces "rêves d'eau"...

Cela dit, le thème m'a plu.

Bonne continuation.

   lucilius   
9/2/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
J'ai du mal à me laisser engourdir par cette eau endormie, propice à la rêverie. Pourquoi ? Parce qu'il ne s'agit pas d'un lac, d'un étang, d'une eau douce, mais d'une mer ou d'un océan si je m'en réfère aux derniers vers de la première strophe (coquillages, grèves…). Et, foi de marin, je n'ai jamais vu un océan ou une mer (même la mer morte) dormir.
Des images répétitives sans intérêt : "il faut nager tout doucement pour ne pas l'éveiller" puis "il faut aller tout doucement en elle, calme, sans mouvement brusque pour ne pas l'éveiller" ; "si bien uni à l'eau" et "si bien fondu en elle".
J'aurais aimé une partition plus mélodieuse pour ces "rêves d'eau".


Oniris Copyright © 2007-2019