Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Fowltus : Il ne faut pas s’étonner
 Publié le 08/01/18  -  10 commentaires  -  793 caractères  -  198 lectures    Autres textes du même auteur


Il ne faut pas s’étonner



la pluie souffrante
a bu ses gouttes

sortant d’un rêve humide
un poisson s’ébroue

au moindre pas
les chemins à l’affût
tournent en rond

le jour qui s’est levé en pleine nuit
s’est recouché à l’aube

voilà pourquoi les lampes
sont devenues folles
pourquoi le ciel se cache
derrière le vent

il ne faut pas s’étonner
quand la lumière retrouve ses esprits
si des enfants à pieds joints
sourient et sautent dedans
éclaboussant les murs

des femmes à la chevelure ennuyeuse
parlent d’ombres à demi-voix
en coiffant leur miroir

la lune aboie
de temps en temps

il ne faut pas s’étonner si les chiens rongent leurs os
puis disparaissent


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   solo974   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
J'ai moyennement aimé votre poésie libre - mais ce n'est là que mon point de vue.
Si j'ai apprécié le procédé de la personnification ("la pluie souffrante", "la lune aboie"), je trouve en revanche qu'il aurait gagné à être plus récurrent dans votre poème.
En outre, certains vers sont trop stéréotypés selon moi : "tournent en rond", "s'est recouché à l'aube, "derrière le vent", "il ne faut pas s'étonner si les chiens rongent leurs os".
Bien à vous.

   Queribus   
26/12/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'ai beaucoup aimé l'ambiance surréaliste de ce poème avec souvent un côté fantastique. J'ai notamment relevé:"la pluie souffrante a bu ses gouttes", "sortant d'un rêve humide, un poisson s'ébroue", "voilà pourquoi les lampes sont devenues folles", "quand la lumière retrouve ses esprits", etc.

L'ensemble est construit de façon originale avec des alternances de deux, trois, quatre et cinq "vers"ce qui, malgré le côté"moderne de l'écrit cache une vraie technique et une grand maîtrise de la langue.

En un mot comme en cent, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé votre travail.

Bien à vous.

   hersen   
8/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Rhôôô, ça c'est une ambiance !
Je navigue à vue, c'est beau partout.
C'est un vrai libre, une (bonne) surprise à chaque strophe, je ne vais par relever ce que j'aime, ça me ferait trop de travail !

Juste une petite réserve, quand on prend trop directement le contre-pied de la réalité, comme je le trouve dans "coiffant leur miroir".

Mais moi aussi j'ai pris mes gouttes, alors ça va aller !

Merci Fowltus de ce premier texte publié ici, si je ne me trompe pas ?

hersen

   papipoete   
8/1/2018
bonsoir Fowltus
Les 4 premières strophes se lisent sans déplaisir, puis la suite oblige à écarquiller les yeux, le récit plonge dans l'onirisme où je me perds !
" il ne faut pas s'étonner " si l'on s'égare et ma lampe devient folle et ne m'éclaire plus !
Désolé de n'avoir pu, su apprécier votre poème !

   Brume   
8/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Fowltus

Superbe poésie. J'aime son petit grain de folie. Chaque ligne est un délice. Je ne m'ennuie pas une seule seconde. C'est frais, c'est bon enfant, c'est imaginatif, original, et ça fait du bien au moral car il y a de bonnes ondes. Et je sens bien que ce n'est pas que de belles images, elles racontent des petits fragments de vie. Vos vers sont loin d'être figés, tout s'anime sous mes yeux.

Vous avez un style qui me fait penser à celui d'un auteur qui n'est malheureusement plus sur Oniris, j'aimais énormément sa plume.

Vous avez compris j'ai passé un excellent moment à vous lire.
À vous relire bientôt je l'espère.

   Marie-Ange   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà un titre qui m'interpelle "Il ne faut pas s'étonner".

Eh bien, voyons cela de plus près ...
Ah ! quand même, il y a de quoi ...

Je ne sais comment je dois prendre tout ce chamboulement,
qui l'air de rien, il pourrait au premier abord faire sourire,
mais peut-être pas tant que cela ...

C'est un texte original, mené avec subtilité, qu'il faut lire
avec attention, il y a des trouvailles que j'ai beaucoup aimées :

" la pluie souffrante
a bu ses gouttes "

" sortant d'un rêve humide
un poisson s'ébroue "

" au moindre pas
les chemins à l'affût
tournent en rond "

Bon, je m'arrête là, vous l'aurez compris j'ai beaucoup aimé
ce texte, la réflexion s'impose d'emblée, le côté poétique
fait un peu défaut.

Un petit côté décalé surprenant avec enthousiasme, parce que
bien pensé ...

   kreivi   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour, j'ai mis plusieurs lectures avant d'apprécier.
Résolument surréaliste. En apesanteur.
Donne l'impression d'un ballet de trapézistes comme celui de la cérémonie d'ouverture des JO d'Albertville.
Mais je reste quand même un peu sur ma faim (sans savoir de quoi)
amicalement

   Donaldo75   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Fowltus,

J'ai bien aimé ce poème surréaliste; c'est d'ailleurs ce type de poésie qui m'a donné envie de lire puis d'écrire du libre. Alors, merci pour ça.

Le surréalisme, c'est ça:
"sortant d’un rêve humide
un poisson s’ébroue"
Pas une image mais des images superposées, interprétées différemment selon le lecteur et l'angle de vue ce jour là.

Et la poésie, c'est ça:
"il ne faut pas s’étonner si les chiens rongent leurs os
puis disparaissent"

Bravo !
Je ne pourrai rien dire de plus.

   Pouet   
9/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

Oui oui, j'apprécie beaucoup ce genre de texte, un peu à la Desnos.

C'est surtout "l'ambiance" que je retiens. La "sensation" plus que la pure "compréhension".

Un très joli travail sur les mots, sur les sens.

La vacuité, l'éphémère, l'artificiel, la finitude.

Tout bouffe tout et tout se bouffe, l'inverse a renversé son contraire.

Au plaisir d'en lire d'autres.

   fried   
20/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je ne m'étonne pas d'aimer ce grain de folie, d'ailleurs je n'aime pas j'adore.


Oniris Copyright © 2007-2017