Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Fowltus : On n'a pas idée
 Publié le 05/02/18  -  12 commentaires  -  442 caractères  -  182 lectures    Autres textes du même auteur


On n'a pas idée



on n'a pas idée du froid sous nos lampes
quand les rivières debout
traversent la nuit en tous sens

ah qu'ils tremblotent sous le ciel qui fonce
les poissons nus les poissons de l'enfance
lorsque l'un d'eux s'avance qui nous ressemble
deux agates à la place des yeux
les mêmes que nous sortions de nos poches profondes
et qui creuse et qui creuse
on n'a pas idée
l'abîme où tout sombre


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Provencao   
23/1/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Très courte cette poésie libre, sans fioritures ni abondances.
Mo, j'en ai aimé cette disposition si simple, si particulière et si fragile à la fois.

Une nuit où toutes les peurs peuvent surgir du contexte le plus ordinaire et qui nous livre en même temps le plus étrange quotidien "de l' abîme où tout sombre"

"Des poissons nus" dans les replis de l'enfance ou les fonds reculés du sens, la possibilité de traversées du temps, l'étonnement de mondes précédant le nôtre.....

C'est ainsi que je l'ai perçu ce texte vibrant, fort et si perméable.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   kreivi   
28/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
cher auteur
Ce poème est réussi. Court, incisif, surréaliste, nostalgique, angoissé,vertigineux.
Tout ça en quelques traits qui crissent.
et cette magnétique profondeur !!!!

   Brume   
29/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

J'hésite à définir l'ambiance qui dégage de votre poème.
Et c'est cela qui est bien, cette possibilité d'appréhender l'atmosphère de différentes façons.
Poème sombre, ou poème fantastique ? Ou bien les 2?

Poème court mais qui raconte beaucoup avec de merveilleux vers et leur aura de mystère.

Voilà un poème qui offre deux niveaux de lecture.
Une chose est sûre j'ai aimé voir la vie de cette belle et étrange nature en nocturne.

   Eclaircie   
5/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Fowltus,

Un titre dont la poésie ne saute pas au yeux ni au cœur d'emblée, mais la surprise et le plaisir viennent à lire votre poème.

Un champ lexical simple, comme l'enfance qu'il évoque, la rivière perçue, la nuit peut-être inquiétante, les yeux curieux...

Et finalement, c'est heureux de "ne pas avoir idée". On peut alors garder ses yeux d'enfants, ses poches aux trésors incroyables et traverser le monde, cheminant le long des rivières même s'il faut les apprivoiser, surtout si elles sont dans l'obscurité.

Pas vraiment un commentaire, peut-être, mais les mots qui me viennent pour vous faire savoir que j'ai beaucoup aimé.

Merci de cette lecture

   Gouelan   
5/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
On n'a pas idée ou on a plein d'idées qui fourmillent dans tous les sens, sans lumière.
Une poésie qu'on peut lire debout ou la tête à l'envers.

Les rivières debout, cela pourrait aussi être les petites gouttes de rivière transformées en petites gouttes de pluie, tombant du ciel.

On peut tout imaginer quand les mots s'ombrent et sombrent, nous reviennent alors les images de l'enfance en désordre.

Je n'ai peut-être pas tout compris, mais j'ai aimé vous lire.

   papipoete   
5/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Fowltus
On n'a pas idée comme c'est difficile " d'écrire court " et de le faire avec talent !
C'est ce à quoi vous parvenez en regardant les poissons de l'enfance ; tous nus dans le froid des rivières qui roulent leurs galets, où nos souvenirs de gamin déboulent .
Cette deuxième strophe m'illumine comme si c'était hier, alors que ... c'est si loin !

   hersen   
5/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Fowltus,

J'ai vraiment aimé ce parcours qui dit l'essentiel, ce retour en arrière.

un bon libre, il a son propre rythme, il se porte tout seul.

Bravo et à te relire,

hersen

   PIZZICATO   
5/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ces " rivières debout " qui " traversent la nuit en tous sens " me semblent représenter des rêves perturbants auxquels viennent se joindre " les poissons nus " avec " deux agates à la place des yeux ".

Sont-ce ceux-là même qui rappellent et font regretter l'enfance, quand on prend conscience que la vie nous conduit vers " l'abîme où tout sombre ".
" On n'a pas idée ", mais on s'en rend compte au fur et à mesure...

C'est ma façon d'interpréter ce texte.

   Marie-Ange   
6/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Je vais jouer le râleur de service, ce texte manque vraiment de présentation, pas un seul point, pas une virgule, et pas de majuscule. Je suis là, face à un tas de mots posés ... Voilà pour la forme

Je vous lis, je vous relis, et je constate que votre écrit comporte pas mal de pronoms relatifs "qu' - qui (4) - que", à cela s'ajoute "quand - lorsque - où", proposé ainsi votre texte n'est pas agréable à lire.

" ah qu'ils tremblotent sous le ciel qui fonce "
" lorsque l'un d'eux s'avance qui nous ressemble"

et puis un peu plus loin

" les mêmes que nous sortions de nos poches profondes
et qui creuse et qui creuse"

Votre écrit véhicule une émotion forte mais vous n'avez pas réussi, pour moi, à la mettre en valeur, c'est dommage ...

   socque   
6/2/2018
Je trouve ce poème efficace pour suggérer une ambiance nocturne et sinistre d'une manière que j'aime, c'est-à-dire détournée. En le lisant, il me semble qu'il dit autre chose que ce qu'il dit, ce que j'apprécie.

Des réminiscences personnelles s'éveillent en moi grâce à ce "froid sous nos lampes" ; celui de la solitude ? Les rivières debout sont-elles des fleuves de larmes ?

La deuxième strophe poursuit dans l'insolite, le décalé, résolument pas gai. Ce qui me frappe, c'est que je ne peux guère détacher un vers du reste : c'est l'ensemble qui fait sens, les mots se reflètent les uns les autres. Un travail très pensé, je crois, un équilibre réussi.

Cela dit, on me demande ici comment j'aime le texte, non comment je l'apprécie. Et je dois reconnaître que je ne l'aime pas tant que ça, peut-être parce qu'il me fait peur, ou qu'il manque à mes yeux d'affect. Ce serait injuste de ma part d'évaluer à cette aune, parce que je trouve par ailleurs vos vers accomplis. Alors je m'abstiens.

   Queribus   
6/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

C'est court, drôle, plein de poésie avec des mots et des expressions peu ordinaires. L'écriture est curieuse et peut choquer certains mais nous sommes en poésie libre et on a vu bien pire.

Il me semble, en outre, que le poème a plusieurs niveaux de lecture et c'est tant mieux: chacun y trouvera ce qui l'intéresse.

En un mot, un bilan largement positif et la bonne surprise en ce début de journée.

Bien à vous.

   Donaldo75   
6/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Fowltus,

C'est court, certes, pas ponctué, d'accord, assemblé à coup d'images, reconnaissons-le mais avant tout poétique. C'est pour ça que j'ai aimé.

"on n'a pas idée du froid sous nos lampes
quand les rivières debout
traversent la nuit en tous sens"

Si le poème s'était arrêté à ces vers, il aurait eu déjà ma reconnaissance, parce que l'évocation, le sens, l'image tout est là.

J'aime aussi la fin.

Bravo !

Don


Oniris Copyright © 2007-2018