Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
francissicard : Chiffon d’éternité
 Publié le 23/11/15  -  14 commentaires  -  696 caractères  -  295 lectures    Autres textes du même auteur

Sonnet.


Chiffon d’éternité



Aux bouches du silence où s’abreuve la nuit
Viennent boire parfois sous l’or d’une guipure
Des femmes en sari dont le regard épure
Le galbe d’une étoile à la pâte de fruit.

L’ombre fond son métal au sucre d’un biscuit
Comme un parfum de mangue à la douceur si pure
Que le vent du désert couvre de sa jaspure
Une dune soufflée au plumage d’un bruit.

La rouille ronge l’eau d’une goutte de sable
Et mouille le satin d’un drap insaisissable
Tendu contre le ciel au-dessus de la mer.

Quelques perles de sang roulent sur le rivage
Puis sombrent dans l’oubli d’un capiteux breuvage
Que la vague dilue à son ressac amer.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   cervantes   
8/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Délicate évocation d'une plage indienne ou des femmes en sari se retrouvent.
On peut regretter un certain hermétisme des images en particulier dans le deuxième quatrain.

Le premier tercet est pour moi le plus réussi.

On retrouve malheureusement l'hermétisme du deuxième quatrain dans le dernier tercet qui ne conclue pas pas vraiment ce sonnet.

Belle musicalité des rimes et du poème. Il y manque à mon gout cette émotion qui en rehausserait toutes les couleurs.

   Hananke   
23/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour

Sonnet ultra classique bien entendu et bien réussi.

Mais il y a des tournures qui me dérangent car la rime ici ou là
mène sa dictature :
l'étoile à la pâte de fruit.
au sucre d'un biscuit.
drap insaisissable et bien sûr pour couronner l'ensemble
l'inévitable : ressac amer.

Ce sonnet possède de bien belles images mais demanderait
un peu plus de simplicité : trop de passages fabriqués
nuisent à l'ensemble.

Je reste persuadé que l'auteur peut mieux faire.

   Anonyme   
23/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une maîtrise incontestable du sonnet, des réussites dans les alliances de mots ou les images ("bouches du silence","le regard épure / Le galbe d'une étoile avec rejet),mais (contrainte de la rime?), cette belle image se perd dans "la pâte de fruit"... Il en va de même pour le second quatrain, un peu résistant ou forcé. Les deux tercets sont plus réussis (image et allitérations du premier) et cette fin très réussi dans l'image des saris qui se perdent dans l'eau. Peut être que le poème gagnerait à être épuré et moins abscons pour que le lecteur imagine davantage. Cela dit, je salue la performance...

   Miguel   
23/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai lu les commentaires précédents, que je rejoins ; de très belles sonorités, des vers impeccablement rythmés, un poème très musical qui a quelque chose de l'incantation, du chant mystique ; le sujet s'y prête à merveille. D'autre part, un certain hermétisme qui nous retire par moments de la magie où l'on flottait.

   Vincendix   
23/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La musicalité de ce sonnet est agréable, seulement j’avoue que sa texture me déconcerte, des femmes en sari, cela me fait penser à l’Inde mais quelle situation voulez-vous décrire avec ces images floutées ?
Peut-être pour évoquer la discrétion, l’évanescence de la femme Indienne enveloppée dans un sari coloré et richement brodé qui focalise le regard et le détourne de celle qui le porte.
Après tout, même si ce n’est pas ce que vous voulez, je prends cette image à mon compte.

   Anonyme   
23/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir francissicard ! Un sonnet très "pur" par sa construction comme sont "pures" les rimes internes des quatrains...
Reste que, hormis le fait que nous sommes en Inde, je n'ai pas vraiment saisi ce qu'était sensé nous dévoiler ce poème d'autant que l'incipit ne fait qu'enfoncer une porte ouverte au lieu de nous mettre sur la voie.
Un sonnet bien mené mais trop hermétique à mon avis...

La technique est là, le reste viendra peu à peu !

   Arielle   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Un peu
Un sonnet bien balancé dont la forme très pure est particulièrement agréable à l'oreille mais une fois franchie la frontière des tympans, j'en demande un peu plus à un poème.
Si le premier vers est un régal, je n'en dirai pas autant de ce "galbe d'une étoile à la pâte de fruit" suivie du sucre d'un biscuit et de la douceur de la mangue. Ces images tout sucre et tout miel me projettent brutalement sur l'écran d'un Bollywood un peu niais dont l'histoire d'amour finit mal par un crime sur la plage.
On peut aimer, mais je regrette qu'un tel talent de poète ne soit pas mis au service d'une oeuvre plus personnelle, moins entortillée dans un pseudo-hermétisme qui gâche la portée de ses images.

   Francis   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La plume maîtrise parfaitement l'art du sonnet . Les images suggérées, évoquées sont belles. Elles flattent tous les sens du lecteur par les couleurs (rouille, rouge), les bruits ( vent, ressac), les senteurs ( parfum de mangue), les saveurs (sucre d'un biscuit), les sensations tactiles (mouille le satin). Cette beauté est parfois hermétique mais j'ai aimé ce sonnet.

   Cristale   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Francissicard,
Ce que j'apprécie de ce sonnet, c'est non seulement la prosodie sans faille, l'harmonie des rimes : ici une belle variété de noms, de verbes, d'adjectifs, tout comme j'aime :), mais également la palette des éléments impalpables dotés de mouvements et sensations : le vent couvre de sa jaspure, la nuit s'abreuve, les bouches du silence, l'ombre fond son métal, le plumage d'un bruit...
Des parfums, des couleurs, des sons, des personnages, en touches délicatement déposées : je dirais que votre sonnet est une esquisse poétique.
En ce qui concerne le fond, je ne dérangerai pas l'auteur dans le jardin secret de son poème.
Je vous l'ai peut-être déjà dit, quand je vous lis, je vois un tableau, une peinture concrète mais toute en suggestions.
Merci pour cet excellent sonnet,
Cristale

   Anonyme   
24/11/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un sonnet de toute beauté, à l'image de ces femmes en sari. "Parfums de mangue à la douceur si pure que le vent du désert couvre de sa jaspure" etc. C'est beau, mystérieux, sensuel, poétique...

Wall-E

   Siana   
25/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien
Malgré quelques passages que je ne perçois par clairement, je salue la belle écriture de ce sonnet aux vers bien rythmés, à la césure bien en place, et d'où émane une poésie bienvenue.

   Anonyme   
29/11/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La construction syntaxique est bien formulée, ce sonnet me contente parfaitement – avec une préférence pour le dernier tercet.

   Louisa   
12/12/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je trouve ce sonnet magnifique, empreint de couleurs très originales.
La richesse des rimes est à la hauteur de l'exotisme des images.
Le rime mer/amer est assez classique mais rien ne l'interdit bien sûr, d'autant que "biscuit" est rarement employé dans les rimes en -uit...

Le premier tercet, bien que très beau, un peu obscur pour moi. Il manquerait peut-être une image un peu plus profonde, philosophique ou qui invite à la réflexion mais j'apprécie aussi d'explorer un style purement descriptif au service des sensations.

Merci pour ce poème.

   Anonyme   
21/12/2015
 a aimé ce texte 
Bien ↑
L'écriture de ce sonnet est parfaite, le vocabulaire est riche, les images colorées, dépaysantes, propice à une certaine atmosphère, cependant, je ne suis parvenue à aller plus loin dans mon ressenti.


Oniris Copyright © 2007-2020