Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
fried : Des fleurs dans la chevelure de Bérénice
 Publié le 02/05/21  -  6 commentaires  -  470 caractères  -  133 lectures    Autres textes du même auteur

Quelques fleurs dans un ciel étoilé.


Des fleurs dans la chevelure de Bérénice



Ce que l'on doit à la lune
c'est la mer en mouvement
une glissade de silice l'apparition des dunes
la courbe d'une brune Androsace et un croissant
Ce que l'on doit à la nuit
un jeu de cache-cache soleil
un délire d'âme Céanothe
et la fraîcheur de l'air au réveil
Ce que l'on doit aux étoiles
l'Ancolie d'une lumière pâle
la trace Digitale d'un scintillement lacté
l'espace immense d'un ciel voilé en Centaurée


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
17/4/2021
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bon, ça m'ennuierait de me dire "j'ai failli commenter, pis finalement non, c'est trop compliqué". On y va.
Parce que ce qui est compliqué, c'est que j'ai à la fois un sentiment de trop sophistiqué et de banal en fin de lecture ; et ces deux impressions apparaissent inconciliables.
Déjà, commençons par le positif : les trois premiers vers qui me décident à commenter. Associer la Lune et la mer mouvante, la glissade de silice, oui ! L'image me parle immédiatement. Juste après ça se gâte parce que je ne sais pas à quoi correspond "Androsace" et que le mot "croissant" associé à la Lune me chagrine.
Idem pour la suite : le soleil répond à la nuit en fin de vers (opposition facile) et l'âme Céanothe, je connais pas.
Le scintillement lacté associé aux étoiles à la lumière pâle, encore de la facilité à mon avis.
Au final, sur ce poème, une impression mitigée, comme si sous des termes d'initiés bluffants se cachait une regrettable pauvreté d'image... Mon impression, hein.

   Anonyme   
21/4/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Ce poème émane d'un bontaniste-poète, voire d'un poète-botaniste.
Si j'ai dû aller sur internet pour rencontrer l'androsace et le cénaothe, j'étais en terrain connu pour les trois variétés suivantes.
Belle idée de leur offrir des majuscules, sorte "d'anthropomorphisme" bien plus élégant que le mot pour "le" désigner.
Nous sommes en "libre" -liberté. La première impression de lecture est celle d'herbes folles dans un ciel "arc-en-ciel". La seconde n'entend que ce beau tableau ou pas une variété horticole ne vient troubler la quiétude.
Cherchant souvent mes mots, je vous offre la citation suivante découverte se faisant :
"Je crois que la présence, en nombre, de l'être humain fatigue les plantes. Une exposition horticole pâme et meurt presque chaque soir, quand on lui a rendu trop d'hommages (Colette, Naiss. jour,1928, p. 22)".(CNRTL)

Merci du voyage,
Éclaircie

   Dolybela   
2/5/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Quelle Bérénice ? La reine, celle d'Aurélien, une muse personnelle ? Je ne sais pas mais ce poème me plaît. Il est court, il me fait penser à un écrin dans lequel on mettrait les plus belles choses un peu pelle mele, les éléments qui composent le souvenir d'un instant. Les fleurs apportent des accents grecs, les images sont simples et les mots compliqués ce qui offre un beau mélange. Merci pour cette nuit.

   Arsinor   
3/5/2021
Je suis pour l'emploi des mots rares en poésie ce qui la rend précieuse. Votre poème reste cependant joli, il ne s'envole guère. Et puis le thème est éculé, on le trouve beaucoup chez les poètes oniriens.

   Castelmore   
3/5/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
La course de la lune parcourt la chevelure de Bérénice ... ainsi comme la nuit et les étoiles, toutes associées à une fleur, Sélène apporte une fleur au bouquet...
Idée poétique s’il en est ... mais exploitée insuffisamment et dans des vers manquant de puissance.
L’aspect bloc de la présentation contredit quelque peu la légèreté d’un ciel étoilé...
Ressenti mitigé...

   Yannblev   
4/5/2021
Bonjour Fried.

Vous avez raison, pas besoin d’aller courir sur Mars en navette spatiale… il suffit souvent de lever la tête et les yeux pour trouver sa part de poésie sidérale relue dans un bouquet de simples fleurs, bleues comme les céanothes, fragiles comme l’androsace, pâles comme l’ancolie. Et à mon goût ce bouquet composé vaut largement l’amas d’étoiles dont les astronomes parent la Chevelure de Bérénice.

Cette cueillette galactique décrite sans emphases ni circonvolutions stylistiques offre un voyage peu banal et rafraîchissant dans l’espace qui aujourd’hui a perdu de ses mystères.

Merci pour l’instant d'apesanteur


Oniris Copyright © 2007-2020