Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
fugace : Désert
 Publié le 04/02/13  -  12 commentaires  -  1761 caractères  -  186 lectures    Autres textes du même auteur

Si parfois on se sent en plein désert, ce désert est vivant…


Désert



Si la vie, les amis, les amours, la famille
Ont atomisé, désagrégé tes fondements,
Si tes racines devenues vulnérables
N'arrivent plus à produire de sève,

Si tes pas trop lourds ne te font plus
Ni progresser, ni marcher,
Si le sol t'enlise et se dérobe sous tes pieds,
Si le jour te brûle, que la nuit te glace,

Si tes yeux ne savent plus se poser
Que sur un infini de poudre impalpable
Que jamais ta main ne saisit, ne retient,
Que partout ton regard ne rencontre que le rien.

Pose-toi,
Écoute,
Regarde !
Mais ne regarde que devant !

Étends-toi sur le sable.
Il est doux, chaud, fluide et caressant.
Laisse-le t'accueillir, y faire un lit
À ta juste mesure.

Écoute les chansons de ses grains qui fuient
Pour revivre plus loin avec d'autres formes,
D'autres couleurs, sous un autre soleil
En teintes de miel et d'ambre.

Regarde le vent que rien n'arrête,
Vois comme il change ton horizon.
Il est en train de te construire un ailleurs
Nouveau, dépouillé de tes chagrins, de tes peurs.

Le désert n'est pas vide.
Il est plein de vie inattendue !
Là-bas, au ras de la dune,
Une silhouette apparaît.

Sans te poser de question,
Va ! Avance vers cet autre !
Est-il aussi perdu que toi
Ou connaît-il les chemins invisibles ?

Qu'importe son errance,
Qu'importe ton passé !
Prends sa main, réchauffes-y la tienne.
Regarde ses yeux qui te disent :

"Rien n'est fini, ni le jour, ni la nuit.
Je t'apporte un monde qu'il te faudra
Aimer pour le conquérir en laissant ici
La mue de ce que tu as été."


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Pimpette   
19/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est exactement le genre de texte que j'aime....bien foutu et plein de sens... c'est en même temps personnel et universel....L'impératif qui me dérange parfois, je le reçois ici comme la pression affectueuse d'un ami!

Un bel amour de la vie!
C'est un homme debout qui écrit ces mots là!
ça réchauffe!

   kamel   
22/1/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Une poésie libre qui comporte largement des vers qui vous expliquent le désert sous toutes ses formes et vous invite à le découvrir.Une belle perspective de trouver un nouveau départ à partir de ce monde qui vous trace le chemin de la conquête.La dernière strophe incite le lecteur au changement de ce qu'il a été,définissant ainsi que tout est possible dans la vie.
"Rien n'est fini, ni le jour, ni la nuit.
Je t'apporte un monde qu'il te faudra
Aimer pour le conquérir en laissant ici
La mue de ce que tu as été".

   LeopoldPartisan   
23/1/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Il y a vraiment trop de certitude vis à vis de l'incertitude. Ce genre de discours, moralisateur (Schtroumph à Lunettes si tu nous lit), donneur de leçons, prodigateur de "judicieux conseils" m'ont toujours hérissé.
C'est sans doute une réminissence pavlovienne des sermons dominicaux auxquels je fus tenu d'assister entre 3 et 15 ans.

Le seul texte de ce type que j'ai jamais apprécié à savoir celui où un narrateur essaye tant bien que mal de remonter tant les bretelles que le moral d'un ami dans le besoin c'est "Jeff" du grand Jacques Brel:

"Non, Jef, t´es pas tout seul
Mais arrête de pleurer
Comme ça devant tout l’monde
Parce qu´une demi-vieille
Parce qu´une fausse blonde
T´a relaissé tomber
Non, Jef, t´es pas tout seul
Mais tu sais qu’tu m’fais honte
A sangloter comme ça
Bêtement devant tout l’monde
Parce qu´une trois quarts putain
T´a claqué dans les mains
Non, Jef, t´es pas tout seul
Mais tu fais honte à voir
Les gens se paient not’ tête
Foutons l’camp de c’trottoir
Viens, Jef, viens, viens, viens!"

   troupi   
5/2/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
pour avoir un peu parcouru des déserts , ce texte m'a touché. je trouve les deux derniers vers particulièrement bien choisis.

Pose-toi,
Écoute,
Regarde !
Mais ne regarde que devant !
peut-être un peu trop impératif si l'on considère qu'en période troublée les souvenirs peuvent constituer une partie de l'assise qui va permettre de se relever afin de repartir .
mis à part cette réflexion je ne trouve que des qualités à ce poème.

   leni   
5/2/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
OUI ce poème fait penser à Jeff t'es pas tout seul C'est une main tendue avec plein de délicatesse Mais aussi fermement Il faut parfois secouer "son prochain"
Pose-toi,
Écoute,
Regarde !
Mais ne regarde que devant !
Voilà le message Les derniers vers de ce poème sont superbes
Bravo Leni

   melancolique   
5/2/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonsoir fugace,

Je n'aime pas trop le ton moralisateur de ce poème, et surtout le début:
"Si la vie, les amis, les amours, la famille
Ont atomisé, désagrégé tes fondements,"

Il me manque une certaine fluidité, car il y a des images intéressantes, dont je retiens particulièrement:
"Le désert n'est pas vide.
Il est plein de vie inattendue !
Là-bas, au ras de la dune,
Une silhouette apparaît."

Au plaisir de vous relire.

   brabant   
13/2/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Fugace,


Poème qui fleure les ridules du sable, où j'ai ressenti les vertigineux attraits du chant des djinns. Au profond de la discorde et de la solitude il ne laisse pas la place au doute. La leçon en est constructive. L'épreuve est l'occasion d'une mue qui permet de tourner une page, d'avancer, de progresser. Le désert apparaît donc ici comme une symbolique, il change - en bien - celle qui y séjourne, celle qui le traverse. Je vois, j'espère que ça n'est pas un mirage, une symbolique de l'amour.

Je ne suis pas certain que ce modus operandi soit sans danger, et je pense l'auteure peut-être trop confiante et trop optimiste. Elle semble semble cependant de taille à se défendre car, avec une telle volonté, elle a les crocs du serpent, hôte du désert par excellence.

Alors, toi qui apparais à l'horizon du sable, si tes intentions nee sont pas pures, retourne sur tes pas.

Mais non je n'ai pas dit que l'auteure avait du venin ! lol :D :D :D :D

   David   
14/2/2013
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Fugace,

Au début, dans la première strophe, il y a une image d'arbre, et la verticalité sera à nouveau évoquée dans les deux suivantes, c'est l'être humain debout que je lirais par là, prêt de défaillir dans le contexte. Ensuite, il lui est proposé de se coucher, de choisir l'horizontalité, quand je lis "Mais ne regarde que devant !" je l'imagine regardant en haut (il me semblait déjà regarder devant dans : "Que partout ton regard ne rencontre que le rien." juste avant) mais ça peut-être plutôt un sens figuré pour "regarder vers l'avenir".

C'est à partir de la 8ème strophe, pour les 4 dernières, que le mouvement reprend, je n'arrive pas à comprendre d'où vient cette "silhouette" mais je me dis que c'est le "désert" qui serait une image de la solitude, la marche première des 4 premières strophes représenteraient les habitudes à délaisser, les 3 strophes centrales seraient une période de ressources, pas vraiment un repli sur soi, mais une attente active, un genre de yoga, avant la "renaissance" finale.

Je n'adhère pas à ce genre de message, il y a un coté pédagogique dans la construction que je ressens mal : si je me sentais comme dans les trois premières strophes, je ne m'imaginerais pas retourné vers "l'autre", on l'appelle aussi parfois "les gens", le cœur plein de naïveté sur les rapports humains, comme c'est un peu le cas dans les dernières strophes. Je ne suis pas sûr qu'on me laisserait m'allonger forcement tranquillement dans le "désert" du monde pour un retour sur moi-même, ni que ce soit forcement mon intérêt, non plus.

Bref, le poème me semble trop "téléphoné", je ne conteste pas qu'un tel déroulement soit positif, mais "les conseilleurs ne sont pas les payeurs" comme on dit, et la narration qui interpelle un quidam hypothétique m'apparait donc en décalage, comme hors du réel, comme un prophète dans un désert justement qui apporterait de bonnes paroles au lieu d'une gourde d'eau, pour rester dans l'image.

   Anonyme   
15/2/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Coeur de sable !
Qui, grain par grain emporte
Souvenirs et passions
Et remords et regrets

étrange comme j'ai aimé ce poème dans lequel "Le désert n'est pas vide", tout simplement

Une jeune femme de 19 ans me disait quelque chose de semblable aujourd'hui
tout simplement, avec simplicité et modestie et conviction

je ne vous connais pas, fugace, mais j'ai vu le désert, celui du Ténéré et celui du dedans

c'est joli, c'est pur, c'est propre comme un "...infini de poudre impalpable"

c'est tout beau !

et net sur le plan de l'écriture (mais, ici, je m'en fous, vous m'avez mis des étoiles dans les yeux )

   MissNode   
17/2/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Comment enseigner à Autrui en détresse, la voie de la confiance dans les beautés du monde ?... seule la poésie peut y parvenir, je crois, à l'insu même de son lecteur, par le seul impact de ses images, de ces rythmes... Et j'ai vraiment eu du mal à sentir la poésie de ce texte, hormis dans la rythmique qu'il se donne, comme une marche, comme des pas qui insistent, qui pousse le malheureux à se lever.
Désolée, Fugace, mais le parti pris "bonne nouvelle à vous annoncer" m'a plutôt fait reculer ; et je n'ai pas trouvé dans les images d'envol, de surprise, de perturbation qui me secouent de ma fange. Il manquerait peu pour faire des vers de vos phrases, leur enlever une lourdeur ; pour exemple "Que partout ton regard ne rencontre que le rien" : les "que" m'ont gênée, ils amoindrissent l'impact qu'aurait, essayons, un : "Que partout ton regard rencontre le rien".
J'ai été sensible aux images exprimées en un vers (plutôt qu'en toute une strophe), comme : "Si le jour te brûle, que la nuit te glace" ou "Là-bas, au ras de la dune / Une silhouette apparaît" ou "Rien n'est fini, ni le jour, ni la nuit".

   tchouang   
11/3/2013
Commentaire modéré

   kano   
13/3/2013
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
Des le début c'est très grandiloquent, et hélas ça ne s'arrange pas vraiment par la suite: moralisateur et donneur de leçons a souhait, sombrant sans complexe dans la facilité (la guerre c'est mal / les copains c'est chouette), vraiment, l'impératif ne passe pas et les images ne sont pas suffisamment évocatrices pour rattraper le tout.

   Anonyme   
7/12/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Se faire confiance et aussi avoir confiance en l'avenir, même si les apparences semblent dire le contraire, surtout ne jamais s'avouer vaincu.

Je vous ai lu et relu avec toute l'attention que mérite votre écrit, qui est comme une main tendue, une épaule consolatrice, l'espoir d'un demain meilleur. Vos propos sont très subtiles, ils n'en font pas de trop, ils ne cherchent pas à convaincre, simplement ils disent :

" Pose-toi,
Écoute,
Regarde !
Mais ne regarde que devant ! "

Ces mots-là m'ont été prononcés quand j'ai traversé mon "Désert", et je me suis appuyé sur eux le temps nécessaire pour me retrouver et aller vers mon avenir.

J'aime votre écriture, elle m'est très parlante, elle réveille en moi des moments de vie, comme tout un chacun.

" Sans te poser de question,
Va ! Avance vers cet autre !
Est-il aussi perdu que toi
Ou connaît-il les chemins invisibles ?

Qu'importe son errance,
Qu'importe ton passé !
Prends sa main, réchauffes-y la tienne.
Regarde ses yeux qui te disent :

"Rien n'est fini, ni le jour, ni la nuit.
Je t'apporte un monde qu'il te faudra
Aimer pour le conquérir en laissant ici
La mue de ce que tu as été."

C'est tout à fait cela, il faut savoir "apprivoiser" son vécu quel qu'il soit pour évolution qui ne peut être que bénéfique, peu importe le chemin à suivre, toujours et encore plus que jamais, prendre appui sur LA CONFIANCE.


Oniris Copyright © 2007-2020