Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Gemini : Cornes d'aurochs
 Publié le 09/12/19  -  10 commentaires  -  897 caractères  -  198 lectures    Autres textes du même auteur

Ô gué ! (Facétie)


Cornes d'aurochs



Dans les temps reculés vivait chez la gent ure
Un aurochs encorné jusqu’à la démesure ;
Une paire dont tous, au vu de la longueur,
Avaient déterminé la cause et le facteur.

Le service postal d’âge préhistorique
Remettait par oral tout message classique,
Mais pour un billet doux un peu trop personnel,
L’employé, gracieux, passait au gestuel.

Rangé des haricots, et rangé des voitures,
Le cornard se foutait de ces deux impostures.
Poète, troubadour et rimant sans façon,
Il eut même plaisir d’en pondre une chanson,
Se moquant tour à tour des mœurs épistolaires,
Des bois, du préposé, des ures adultères
Et, comme tout le clan l’avait catalogué,
Rabâchant au refrain : « Cornes d’aurochs, Ô gué ! »

Ô gué, mais pas ô gai, quand vint le vaguemestre
Porter un billet doux envoyé par l’orchestre.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Eclaircie   
28/11/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

En préambule, je dirais que je ne suis pas très amateur de poésie à tendance classique, (là on est en contemporain), des facéties et de l'humour en poésie (dans ce domaine je n'ai pas vraiment le sens de l'humour, justement, tant je trouve que c'est un domaine difficile à réussir, sans verser dans le grivois, le lourd etc.)

Ceci étant posé, voici mon commentaire :
À la lecture j'ai pensé à Brassens en découvrant le "refrain".
J'ai noté de nombreuses rimes suffisantes ou riches, c'est un plus. Une écriture sans heurt, un ensemble solide.
L'humour est globalement assez fin, c'est un plus aussi.

Mais, ni le sujet ni le traitement m'ont vraiment enthousiasmée.

Cordialement,
Éclaircie

   Queribus   
9/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'aurais plutôt classé ce poème dans la rubrique classique étant donné la perfection et la rigueur de l'écriture. Vous essayez par ailleurs de manier l'humour dans un sujet emprunté à Brassens mais votre écriture me semble trop ampoulée voire précieuse avec un manque d'impact flagrant: plus de simplicité aurait été nécessaire, peut-être en forme de chanson. Je sais aussi combien l'humour en poésie est difficile à pratiquer pour éviter ses nombreux pièges: lourdeur, vulgarité, grossièreté, platitude,... et peu y réussissent; vous avez eu le courage de relever le défi.

Pour votre belle écriture, je vous mets l'appréciation bien.

   Hananke   
9/12/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour

Même si l'on saisit le sens général de ce poème farce, je le trouve
pas mal embrouillé, comme ça m'ai déjà arrivé de le trouver
chez l'auteur, une fois, avec je crois me souvenir, un texte qui parlait
d'un oeuf.
L'incompréhension, pour moi, commence à la strophe : Rangée des haricots...et rangé des voitures ?? à l'âge préhistorique même
si c'est une expression.
... de ces deux impostures ???
A partir de là, j'ai décroché. Dommage, ce qui eût dû être amusant
me devint laborieux mais d'autres, peut-être s'en amuseront
plus que moi.

   papipoete   
9/12/2019
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Gemini
Qui sait si Adam, n'eut pas lui aussi les attributs d'une ure ? De tous temps, l'on rigole, l'on chantonne sur ce sujet des cornes poussées par l'entremise d'un amant, d'une maîtresse ?
Le héros prit ici le parti, sous la plume de l'auteur, de s'en foutre comme de sa première pelisse, mais quand-même... il n'y avait pas dans l'affaire un trio mais tout un orchestre !
NB je ne veux pas jouer les " rabat-joie ", mais " l'encornage " ne m'a jamais fait rire, pour moult raisons ( entre autres, quand l'objet défendu du désir, vient à tomber malade, sera-t-il encore désiré, rêvé ? non, on ira voir ailleurs pour dénicher nouvelle chair fraîche... )
" tu nous emm... avec ton raisonnement à la c... " dirait celui pour qui FIDELITE n'a aucun sens... mais je suis comme cela !
Pour revenir au texte, j'aime bien la première strophe ( la gent ure )
et la seconde est fort bien illustrée !
Techniquement, je ne sais si vous proposâtes " contemporain ", mais les alexandrins me semblent au moins, parfaitement " néo-classique " !

   STEPHANIE90   
9/12/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Gemini,

une facétie qui ne m'a pas vraiment fait sourire, vos vers ne me parle pas vraiment. La seule strophe qui me semble aboutie est la deuxième.
Le rapport entre vos mots dans la troisième strophe est pour moi assez trouble. Cette histoire "rangé des haricots et rangé des voitures" par exemple, quel est le rapport avec le reste. Vraiment pas très clair vos vers...

Je crois que je suis juste insensible à votre poésie aujourd'hui. Ce sera pour une prochaine fois, merci pour la lecture,

Stéphanie90

   hersen   
10/12/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Même si nous sommes prévenus en exergue qu'il s'agit d'une facétie, ce poème ne me touche pas vraiment.
Je le trouve un peu confus d'une part, et le thème du cornard, du facteur, bon, ça a fait son temps, peut-être.

C'est une facétie, nous sommes prévenus. Et tout le monde ne peut pas s'appeler Durand, Ô gué Ô gué

Merci pour la lecture.

   Walter_Gilligan   
10/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Gémini,
J'aime l'idée et le sens du texte.
Le texte oscille entre un argot un peu classe et un langage plus maîtrisé. J'aurai aimé que l'auteur force le trait avec des mots plus grossiers et assume le ton de la poésie.
Pour le reste il y a d'excellentes trouvailles et de bonnes rythmiques.
Merci

   Davide   
10/12/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour Gemini,

Je pense qu'il y a trop d'éléments entremêlés dans ce poème, trop de jeux de mots qui rendent la lisibilité (= compréhension) difficile.
La narration manque également de clarté, notamment le passage entre chacune des strophes.

Le jeu de mots "corne"/"cornard" est pourtant attrayante, d'autant plus qu'une corne est l'excroissance métaphorique d'une personne trompée, cocue. L'image est parlante, chaque membre du clan étant au courant de l'adultère. De plus, les termes "ures" (que les cruciverbistes connaissent bien !) et "aurochs" sont d'un emploi sympathique et approprié.

J'ai beaucoup aimé également le double-sens du mot "facteur", mais je le trouve mal amené : le facteur d'instrument (avec la "corne") devient trop vite un employé du "service postal" (un "vaguemestre").

L'entame de la troisième strophe est franchement tirée par les cheveux. J'imagine que les haricots représentent le régime alimentaire de l'auroch, peut-être métaphorisent-ils l'argent (et l'attrait du matérialisme chez ses congénères, de même que les voitures (?)).
"Rangé" écrit sans "e" (nouveau jeu de mots) me renvoie à l'image d'un homme marié/rangé...

Sans parler de la belle écriture, il y a plein d'autres trouvailles, dont le "rimant sans façon" et l'apostrophe "Ô gué !", mais j'avoue que l'ensemble fait fouillis et manque cruellement de cohésion. A mon sens, ce poème mériterait d'être "réagencé" ; davantage de fluidité dans la succession des images le rendrait accessible et franchement sympathique.

   BernardG   
13/12/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Gemini,

Le premier quatrain est fort bien amené avec un 4éme vers vraiment drôle et original dans la tournure.

Le second s'articule plutôt bien avec le premier.

Après, je me suis perdu....En réalité, je n'ai pas réussi à entrer dans votre univers certainement à cause du vers suivant que je n'ai pas compris:
"Rangé des haricots, et rangé des voitures"
mais aussi
"Le cornard se foutait de ses deux impostures"....Quelles impostures ?
Le thème général du poème apparaît bien ( à la relecture ☺) mais on se questionne trop - enfin moi - pour adhérer totalement à votre travail.
Merci pour le partage

Bernard G.

   CORRY   
17/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
De l'humour. Belle écriture qui ne doit être le style préféré des poètes. Et c'est un peu dommage. Ça change de tout ce que j'ai lu, jusqu'à présent. Diversité empêche monotonie : Lapalissade qui est pourtant rationnelle. J'ai pris plaisir à lire ce texte qui, dès l'incipit, nous met dans des dispositions pour l'appréhender.
---Mais pour un billet doux un peu trop personnel,
L’employé, gracieux, passait au gestuel.----
On croirait que les avantages simulés en dissimulent d'autres, peut-être une "corne d'abondance" pour les ures. D'ailleurs, on dit que notre aurochs est parti avec la ure du postier, Madame Orchestre....


Oniris Copyright © 2007-2020