Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Gemini : Je s'appelle Groot
 Publié le 19/02/19  -  11 commentaires  -  1225 caractères  -  175 lectures    Autres textes du même auteur

[...] les Arbres et les Plantes
Sont devenus chez moi créatures parlantes.
La Fontaine


Je s'appelle Groot



Il arrive parfois dans une galaxie
Qu’on ne puisse compter sur la diplomatie.
Il est bon dans ce cas d’employer des gardiens,
Eux-mêmes employant parfois les grands moyens.

Au sein de l’univers la nature, savante,
A su dans sa bonté faire naître une plante,
Et si vous comprenez où je veux en venir,
Une plante poussant en arbre peut finir.
Or, plus grand que moyen, un homme-tronc cosmique
S’est adjugé l’emploi de gardien galactique.

Hêtre déraciné, bon collaborateur,
Vieille branche attachée à son raton laveur,
On n’attendra pas trop de son vocabulaire,
Car la plupart du temps il a l’art de se taire,
Mais quand vient le danger, un brin rieur parfois,
Sans se laisser abattre, il fait feu de tout bois.

Peu commun ce bouleau de gardiens des étoiles !
On y gagne son pin faisant mettre les voiles
Aux rats devant rogner hors du plan orbital.

Or lui, l’âme poète au charme végétal,
Dont on pourrait penser, si même extra-terrestre,
Qu’au genre forestier il se nomme Sylvestre,
Quoi que soit la demande il sort du black-out,
Pour ne dire jamais que : « Je s’appelle Groot. »


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anje   
26/1/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Contemporain.
Pas très au fait de ce personnage de fiction, je n'ai pas bien compris où vous vouliez en venir. Je n'ai pas trop cherché non plus, préférant essayer d'imaginer ce gardien galactique déguisé en arbre au milieu de quelques jeux de mots pas mal trouvés.
Pour reprendre l'auteur, ce "je s'appelle Groot" m'a semblé plus moyen que grand. Mais peut-être n'ai-je pas pris le bon vaisseau spatial.
Anje en EL

   Davide   
19/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Gemini,

Le poème semble né de Groot, personnage des comics, avec l'idée d'un arbre humanisé/humain. Pour l'univers farfelu, ce poème m'a même fait penser au "Petit Prince", avec l'image du Baobab notamment.

Des rimes plates, une structure bien pensée qui suit la narration. Des alexandrins bien construits. Une belle musicalité. Des jeux de mots habiles et nombreux : "Je s'appelle Groot", "sans se laisser abattre", "feu de tout bois", "on y gagne son pin", 'peu commun ce bouleau", "il se nomme Sylvestre" etc. et surtout la rime "black-out/Groot", qui m'a bien amusé.

Quelques remarques :
v.8, je trouve le vers "Une plante poussant en arbre peut finir" mal formulé, la fonction de "poussant" dans la phrase n'étant pas très claire. J'aurais écrit quelque chose du genre : "Une petite plante en arbre peut finir".
v.9, "Plus grand que moyen" n'est pas très élégant, mais dans l'esprit du poème, ça peut passer.
v23, "Quoi que soit la demande" n'est pas non plus très raffiné. Mais comme la remarque précédente, ça passe. Du reste, on comprend pour la rime que le dernier mot se prononce black-a-out (bien détaché), ainsi le vers a 12 syllabes. C'est bien trouvé !

C'est un poème déroutant, mais suffisamment inventif et bien écrit pour m'avoir séduit. L'auteur a dû bien s'amuser à l'écrire. Et moi, je dois le reconnaître, j'ai pris bien du plaisir à lire ce poème-comics forestier intergalactique.

Davide

   Robot   
19/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Nous voilà plongé dans l'univers des comics américain et de la BD. Il y a longtemps que je n'ai pas plongé dans ce monde, mais je crois que le milieu et le concept sont assez bien rendu.
Pas sûr que ceux qui ignorent ce genre comprennent de quoi il s'agit. mais peut-être l'envie leur sera donnée d'aller en exploration.

   BlaseSaintLuc   
19/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Oh la gageur que voilà , mettre le comics en poésie !

c'est du bon "bouleau" la planche de "pin" était savonneuse, mais un satellite "GEMINI" nous à mis ça en orbite.

C'est bien écrit , c'est poétique , l'univers dudit GROOT est bien "planté" que dire de plus , sinon ma bande vient donc au ciné !

   PIZZICATO   
19/2/2019
N'étant vraiment pas un adepte du genre, je ne connaissais ni les aventures, ni l'existence de ce personnage.
De ce fait la lecture de cette poésie ne m'a pas intéressé.

Je ne peux donc émettre aucune appréciation.
A vous lire une prochaine fois.

   papipoete   
19/2/2019
bonsoir Gemini
je suis ignare en BD, et j'en suis resté aux " pieds nikelés ", " Fripounet et Marysette " ; j'avoue humblement que ce genre ne m'attire pas !
Aussi, ne puis-je absolument pas vous suivre sur ce terrain...si, sur votre pseudonyme qui me rappelle la conquête spatiale à bord de Gemini .
Mais je lis ci-dessous qu'il y a des amateurs, aussi votre texte ne restera-t-il pas sans commentaire !

   Vincente   
20/2/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Je suis entré dans la lecture avec la circonspection que m'imposait le titre. J'ai bien aimé les six premiers vers. Mais au suivant : "Et si vous comprenez où je veux en venir," j'ai été dérangé par la trivialité de la formulation, champ qui ne s'annonçait pas précédemment.

En fait, l'on comprend ensuite que l'amusement et le regard ironique sont de rigueur puisque de sympathiques expressions aux jeux de mots réjouissants apparaissent ça et là comme
"Vieille branche attachée à son raton laveur,
On n’attendra pas trop de son vocabulaire,
Car la plupart du temps il a l’art de se taire,
Mais quand vient le danger, un brin rieur parfois,
Sans se laisser abattre, il fait feu de tout bois.,"
ou
"On y gagne son pin faisant mettre les voiles"
ou
"Or lui, l’âme poète au charme végétal,"

Au final, en fait pour moi à la deuxième lecture, car à la première j'avais un peu de mal à intégrer ces "petits" décalages sémantiques, j'ai passé un bon moment.

   senglar   
20/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Gemini,


C'est un jeu d'adresse que ce poème. "Hêtre... bouleau... pin..." vous jonglez avec les noms des arbres sans qu'un seul ne chute. Et puis ce mot "Sylvestre" pour couronner le tout. Je vous devine capable dans ce cas de jongler aussi avec les étoiles de votre galaxie.

Flûte ! Je ne connaissais pas "Groot" ! Un Marvel ! Incroyable lacune ! Merci à vous donc et aussi à Wiki qui me l'a montré, quelle charmante figurine :)

Bravo !

senglar

   solo974   
21/2/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Gemini,
Le titre même de votre fable m'a donné envie de vous lire et de faire - je dois l'avouer - quelques recherches sur ce mystérieux "Groot"...
Vous avez su mêler adroitement cette référence à un personnage de dessin animé et une tonalité proche des apologues de Pilpay, dont La Fontaine s'est lui-même inspiré.
J'ai apprécié les jeux de mots ("ce bouleau de gardiens", "y gagne son pin"), mais ce qui m'a plu, surtout, ce sont les derniers vers : ils mettent l'accent en effet, selon moi, sur la difficulté du poète à transmettre ses émotions ("si même extra-terrestre", "black-out", "ne dire jamais que").
Bien à vous et excellente continuation !

   Gemini   
21/2/2019

   Quidonc   
6/3/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour Gemini,

La poésie se trouve partout et est universelle. Tellement universelle qui marier les comics book de marvel, l'humour et la rime.
Je suis assez fan de ce coté éclectique et le défi fut relevé avec brio.

bat man

Quidonc


Oniris Copyright © 2007-2019