Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Gemini : La métamorphose des cloportes
 Publié le 19/02/21  -  9 commentaires  -  1311 caractères  -  155 lectures    Autres textes du même auteur

Les cloportes sont peu ragoûtants. Mais il y a plusieurs manières de soulever le cœur…


La métamorphose des cloportes




Un cloporte vivant sous un plant de tomates,
Au milieu des vers,
Désirait se servir de ses quatorze pattes
Pour trousser des vers.
Tout ignoble que soit l’image qu’on nous prête
Elle peut abriter
Un cœur pur et sensible ou l’âme d’un poète
Prêts à nous enchanter.
Mais sa veine lyrique étant encor confuse,
Il restait au rimeur à découvrir sa muse.
Or, dans le potager, sous un épais paillis,
Une jeune isopode
Lui fit penser au doux et tendre gazouillis
Que pousse le rhapsode.
Alors, pour la bénir, il mit dans son carnet
Toujours vierge de notes,
Par quatorze menottes,
Sa flamme, son désir, sous forme de sonnet.
Ce fut soudain le choc dans le cœur de la belle
Qui comprit en tremblant ces vers tout remplis d’elle :(1)
« Ah ! Je me sens faillir !
Sachez que nul cloporte
Ne parle de la sorte
Et ne fait tant frémir ! »
Ainsi, promis tous deux à ramper dans la prose,
Les crustacés, dans leurs amours,
Subirent par la rime une métamorphose
Faisant fleurir deux troubadours.



(1)J’emprunte un hémistiche à de magiques vers
Qui sortent du chapeau du grand Félix Arvers.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lebarde   
3/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Jolie fable, joliment écrite sur un sujet pas vraiment original que vous avez superbement traité.

Ne pas se fier aux apparences.
Dans les créatures les plus repoussantes vivant même dans des environnements peu ragoutants, il existe "Un cœur pur et sensible ou l’âme d’un poète/Prêts à nous enchanter."

Et l'amour et le désir aidant, la prose peut se transformer en sonnet et les crustacés en troubadours.
( je viens de vérifier: le cloporte est bien un crustacé, j'ai eu un moment de doute!)

"Pour trousser les vers", vous vous y entendez.

Il y a bien cette hétéromètrie : v2 et v4 ( 5 syllabes), v20 (14 syllabes), v26 et v28 (8 syllabes) dans un ensemble de dodécasyllabes et d'hexasyllabes, parfois irrégulièrement répartis,
mais il y a aussi de belles rimes, presque toutes riches et bien choisies, si on oublie la répétition du mot "vers" en v2 et v4.


Le propos est fluide et subtilement poétique, la lecture est plaisante.

Bravo j'ai bien aimé.

En EL

Lebarde

   Queribus   
8/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

La bonne surprise du matin; La Fontaine et Florian doivent être très jaloux et ils auront bien raison; voilà un texte capables de leur tenir tête par sa perfection, sa prosodie rigoureuse. Tout, en effet, est quasiment parfait dans ce poème qui, par ailleurs, se lit et se comprend aisément (pas besoin de s’arrêter un quart d'heure à chaque mot ou à chaque vers). On nous dit constamment que la langue française est en recul face au mastodonte anglo-saxon; voilà qui peut faire changer d'avis bon nombre d'oiseaux de mauvais augure.

Et puis, si vous en avez d'autres comme ça, faites-en vite un recueil mais, peut-être est-ce déjà fait.

Bien à vous.

   papipoete   
19/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Gemini
Je parlai de l'épeire que certains trouvent répugnante ; j'ose dire que le cloporte face à elle, fait autant le poids que Sapritch face à Bardot !
Bref, cette bestiole vit sa vie dans le monde des vers, que nul vers ne saurait sublimer... sauf les vôtres, qu'une muse inspirée vient à Dame isopode déclamer ! La Belle si émue, pour l'éternité au crustacé s'unit pour le... meilleur !
NB faire parler des bestioles est déjà cocasse, mais mettre entre leurs quatorze menottes, de quoi déclamer une ode à la beauté de la gente " cloportienne " féminine, il fallait le faire !
je suis tout chamboulé devant ce charmant conte de... fée ?
12 et 5 en alternance
puis
6 pieds au 6e vers
néo-classique au départ, ou contemporain d'emblée ?
Les propos sont assez comiques, avec des perles comme " le tendre gazouillis que pousse le rhapsode...

   inconnu1   
19/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Techniquement, je pense que le poème aurait pu être proposé en néoclassique, mais la proposition en contemporain ne lui enlève rien, les rimes sont au moins suffisantes.

Sinon, on est ici plutôt sur une fable, charmante il est vrai. L'idée que le poète va faire chavirer les cœurs rien qu'en écrivant un poème à l'élue de son cœur est sans doute un trop convenue pour penser que vous la prenez au premier degré (même Ronsard n'y est pas parvenu) et c'est en imaginant qu'il faut le prendre au second degré que je vois dans l'intérêt dans cette fable certes charmante.

bien à vous

   Vincente   
19/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La proposition est assez réjouissante, et sa facture est en effet bien ragoûtante.
L'auteur bouleverse avec un certain talent le paradigme sensoriel dans lequel les humains rabaissent les cloportes.

Dans ce poème, j'ai trouvé attachantes ces petites bestioles et leur jeu de mots "vivants… au milieu des vers…désirant trousser des vers… de ses quatorze pattes".

Ainsi sans geste forcé, la fabulette réussit à conter l'improbable félicité de voir (constater) le cloporte (l'idée que l'on s'en fait) poète en activité dans son lieu mi-lieu favori entre poésie et terre d'un potager.

   ferrandeix   
21/2/2021
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est typiquement une fantaisie sur un sujet animalier qui pourrait rappeler - par la forme, non le fond - une fable de la Fontaine. La prosodie en mètres variables est très bien adaptée à ce genre de prestation. La métaphore est bien tissé, je l'aurais cependant un peu simplifié - on finit par s'y perdre un peu. Bien que les vers soient courts, la rime reste à mon avis assez peu sensible, peut-être parce ce sont souvent des rimes embrassées, et peut-être aussi parce que le contenu, assez dense sémantiquement, oblige à une attention soutenue (?). Cela, me semble-t-il, ne nuit pas vraiment au poème.

Sur le plan euphonique, rien d'absolument grave à signaler. Attention tout de même avec les l dans "nul cloporte": pas trop facile à prononcer. Attention à la syllabe re dans "subirent par la rime": à éviter.

Au final, à mon avis un excellent poème.

   Myo   
21/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une jolie fable teintée d'humour.
Un thème qui n'a rien de neuf mais qui est traité avec originalité.
J'ai l'impression qu'un second sens se cache dans les derniers vers avec cette prose et ces rimes.
Mais cela n'est pas clair pour moi.

   Tony37   
23/2/2021
 a aimé ce texte 
Bien
Plaisant à lire, sûrement bien écrit mais ne connaissant pas les règles de la poésie contemporaine, j'ai du mal à évaluer cette fable. Bon moment de lecture.

   Gemini   
23/2/2021


Oniris Copyright © 2007-2020