Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Gemini : Le garde fou
 Publié le 07/06/19  -  18 commentaires  -  971 caractères  -  258 lectures    Autres textes du même auteur

Pour se jeter à l’eau, on a parfois besoin d’un coup de pousse…


Le garde fou



Près de l’île de Bass dans la mer écossaise
Un fou montait la garde en haut d’une falaise
Autour d’un nid de brins, de plumes, d’excréments ;
Lieu de ponte et bien plus : lieu de ses agréments.

Et du haut de l’à-pic, sentinelle attentive,
L’oiseau, journellement, restait sur le qui-vive,
Psalmodiant ces mots audibles pour chacun :
« Et d’un, et d’un… et d’un, et d’un… et d’un, et d’un… »

Alors que, par ses vents, Éole, bon génie,
Aspergeait de cet air toute la colonie.

Or, cette ronde absurde attira le regard
Et l’oreille d’un fol et céleste clochard.
« Vieux toqué, lui dit-il, cesse donc ta palabre.
Qu’est-ce donc ton “et d’un” dans ta danse macabre ? »

Pour réponse le garde, en empoignant le gueux,
Le poussa dans le vide en clamant : « Et de deux ! »

La conduite du fou s’est après propagée,
Faisant de ces oiseaux les rois de la plongée.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
16/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans la famille 'humour' je demande: le FOU !

Dans cette poésie drôle et bien menée, le fou du titre n'est pas celui qu'on croit. Le "fol et céleste clochard" se croit bien sûr plus futé.

Et l'on voit par la suite que le plus "toqué" des deux n'est pas celui qu'on croyait.

Bravo à l'auteur pour l'humour, les belles images et bien sûr le ton de ce texte. Encore un que La Fontaine n'a pas eu le temps d'écrire...

Connaissant l'ile de Bonaventure dans le Saint Laurent, je confirme l'esprit provocateur de tous les fous du monde.

   Lebarde   
18/5/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Beau poème naturaliste présenté comme une mini fable.

L’auteur décrit avec finesse et réalisme une falaise escarpée, livrée aux vents et embruns, lieu de regroupement de fous de Bassan qui mettent leur unique progéniture, vulnérable dans le nid pendant plusieurs mois, sous la protection de sentinelles attentives dont les cris alertent toute la colonie.
Gare à l’intrus ou au curieux qui sera, sans ménagement, refoulé et jeté du haut de l’a pic.
Autre interprétation, les jeunes ont parfois besoin d’être poussés un peu pour quitter le nid ( incipit?).

Comme morale je propose:
L’union fait la force et pour vivre heureux vivons groupés.
Ou bien qu’il est difficile d’intégrer seul, un groupe constitué.

Certes le fou de Bassan est un oiseau aux qualités de plongeur reconnues et probablement supérieures à celles de l’importun ( ou du jeune oiseau) pour autant le sens des derniers vers m'échappe et me paraît décalé par rapport au propos général!

Je n’ai pas relevé de défaut de versification ou de rime et j’ai bien aimé ce poème contemporain ( pourquoi pas néoclassique ?) dont j’ai apprécié la lecture agréable et fluide.
Du beau travail
Merci

   Anje   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Pas si fou, le Fou de Bassan. Et celui-ci sait compter les intrus qui viennent déranger son espace vital. Mais c'est aussi un oiseau merveilleux dont la posture en plongeon fut copiée par Concorde ! Bravo pour cette description.
Les rimes suivies alternent féminin et masculin, les alexandrins me paraissent sans erreur prosodique. Ce joli poème est-il bien dans sa catégorie ou l'a-ton poussé ?

   poldutor   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
BonjourGemini

Beau poème en forme de fable que Jean de La Fontaine n'aurait pas
désavoué.
Chute, c'est le cas de le dire, amusante.
J'aurai quand à moi supprimé le distique final, la poésie se suffisant à elle même :" ...et de deux"
Cordialement.
poldutor

   Davide   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Gemini,

Je ne sais pas où l'auteur va chercher son inspiration, mais sans doute bien loin... Et pour notre grand plaisir !
Déjà, le titre est une trouvaille (l'exergue aussi), tout est inventif, cocasse, jusqu'à l'emploi de "fol", qui n'est point synonyme de "fou" dans ce poème... quoique !

Une jolie fable sur ces oiseaux de mers qui me fait penser à "Jonathan Livingston le goéland", plus "fou" que "Bassan" peut-être, mais lui aimait le vol et se passait bien des coups de "pousse".

La légèreté du registre comique séduit rapidement lorsque le thème abordé parle à chacun. Contrairement à celui des comics (hélas !), celui de nature - au sens large - rassemble.
Enfin, je trouve que l'écriture de l'auteur s'affine au gré des publications, devenant plus incisive, plus fluide et plus musicale.
D'ailleurs, je ne relève aucun accroc dans ce texte (fors quelques oublis de virgules, mais qui relèvent davantage du choix stylistique, alors... qu'importe).

Une très belle fable.
Bravo Gemini !

Davide

   Vincente   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
On se sent invité dans une fable dès les premiers vers, une île, la mer écossaise (plutôt que mer d'Ecosse, appellation plus conventionnelle mais moins intrigante), "un fou montait la garde en haut (de Bass) d'une falaise (est-il sain d'esprit ?) ; et puis cette roublardise de l'auteur, faire rimer "excréments" et "lieu de ses agréments"... Fin du premier acte.

"l'à-pic - sur le qui-vive - et d'un... et d'un.... Ces quelques vocables qui claquent... Deuxième acte qui appuie et confirme qu'il va se passer quelque chose d'autre qu'une simple évocation.

Troisième strophe : intermède pour creuser le suspens.

"l'oreille d'un fol et céleste clochard" ce vieux est ce clochard des mers que sont les oiseaux charognards marin, le fou évite la répétition par cet astucieux subterfuge puisqu'il se rapporte à clochard... :)))

Et la chute... un plongeon ! par ce "Et de deux". Bien marrant. Ensuite quand "la conduite du fou" joue de son ambivalence, jeu d'échecs qui offre la réussite à la carte d'un fou du "roi de la plongée". Réjouissant.

   Hananke   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour

Comme à son habitude l'auteur nous emporte dans son monde
burlesque avec une certaine réussite.
Je ne vois pas ce qui nécessite une publication contemporaine.

Le genre de texte dont on apprécie la lecture mais qui ne laisse
jamais un souvenir indélébile.

   sympa   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

C'est toujours agréable et distrayant de lire une belle fable, qui plus est bien écrite et pleine d'humour.
Je ne vois pas d'erreurs imposant le contemporain...
Belle lecture qui ne demande qu.à être renouvelée

   papipoete   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Gemini
Tel monsieur de la Fontaine, l'auteur nous conte une aventure, que le cinéma muet put mettre en scène ; pas besoin de paroles pour comprendre la tragédie qui se prépare... quand l'intrus ose s'aventurer toutes plumes dehors, sur l'aire où couve le fou... pas tant que cela en vérité ! Le film se déroule à l'à-pic d'une falaise, mais je songe au mandigot abordant un confrère qui s'apprête à dévorer son casse-croûte s'endtend dire " va voir plus loin si j'y suis ! "
NB le sujet ainsi que les images sont croustillants à souhait, comme ce " ... lieu de ses agréments " et l'avant-dernier distique dériderait un " garde suisse " !
Je ne vois pas ( encore une fois ) la raison de la forme " contemporaine " ?

   arigo   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Vous m'avez eu ! J'ai rigolé ! J'ai rigolé parce qu'on a jeté quelqu'un dans le vide... Si ce n'est pas sadique !

Plus sérieusement, je trouve que votre poésie est bien structurée, organisée comme il le faut pour amener le lecteur à la "chute" (Sans mauvais jeu de mot, bien sûr)

L'humour est toujours difficile à manipuler en poésie, dans ce cas-ci, ça fonctionne parfaitement.

Merci pour le partage,

Arigo

   PIZZICATO   
7/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
« Et de deux ! » autant amusant qu'inattendu.
J'aurais bien vu ces mots en tant que chute - et se passer des deux derniers vers - afin de prolonger l'impact.

Après la lecture on goûte aussi à la subtilité du titre et de l'exergue.

Une vraie fable où l'humour est bien présent.

   jfmoods   
8/6/2019
I) Une fable ornithologique

1) Un cadre spatial bien défini

"Près de l’île de Bass dans la mer écossaise", "en haut d’une falaise", "Autour d’un nid de brins, de plumes, d’excréments", "Lieu de ponte et bien plus : lieu de ses agréments", "du haut de l’à-pic"

2) Une étude de moeurs

"Un fou montait la garde", "sentinelle attentive", "L’oiseau, journellement, restait sur le qui-vive, / Psalmodiant ces mots audibles pour chacun : "Et d’un, et d’un… et d’un, et d’un… et d’un, et d’un…""

II) Un basculement délirant

1) Des circonstances loufoques

"Or, cette ronde absurde attira le regard / Et l’oreille d’un fol et céleste clochard. / "Vieux toqué, lui dit-il, cesse donc ta palabre. /Qu’est-ce donc ton “et d’un” dans ta danse macabre ?"

2) Une chute... capillotractée

"Pour réponse le garde, en empoignant le gueux, / Le poussa dans le vide en clamant : "Et de deux !" / La conduite du fou s’est après propagée, / Faisant de ces oiseaux les rois de la plongée"

J'ai particulièrement apprécié la double lecture, déroutante, du titre ("Le garde fou" / Le garde-fou).

Merci pour ce partage !

   Mokhtar   
8/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Cette blague tient sa saveur au fait que l’alexandrin majestueux, par sa solennité, semble annoncer un drame édifiant, une tragédie cornélienne.

C’est bien fait, et la chute (la bien nommée) fait rire.

« Et d’un, et d’un… et d’un, et d’un… et d’un, et d’un… » : A-t-on jamais vu un trimètre si parfait, si équilibré…

On pourrait suggérer un petit fignolage du vers : « Aspergeait de cet air toute la colonie. »
Le choix de « asperger » n’est pas optimal. El le vent, qui n’est que de l’air, propage l’air : la psalmodie du fou. Il y a un peu confusion.

Par ailleurs, comme certains plus haut, je pense que les deux derniers vers pourraient être supprimés, et qu’il est préférable que le lecteur reste sur son éclat de rire.

Pour juger une blague, le critère est simple : a-t-on ri, ou pas ? Je réponds oui (pour ne pas risquer d’entendre : « et de trois ! »).

   Donaldo75   
8/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Gemini,

J'avoue, je me confesserai demain à la messe de onze heures, que j'ai beaucoup aimé ce poème. Il est très bien tourné et surtout marrant. Et ça, en poésie, ce n'est pas facile de versifier de manière drôle, d'arriver à un résultat qui respecte la forme tout en sollicitant les zygomatiques du lecteur, du moins les miens.

Bravo !

Donaldo

   Raoul   
9/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Comme quoi un très bel objet d'artisanat littéraire peut être une blague finaude.
Une bonne idée, bien maitrisée par un style clair, une ligne directrice unique et tendue, pas de digressions : un vrai régal à lire. Ça fait du bien, moi j'dis...
Et en plus le langage est bien cuisiné !!
:)

   senglar   
9/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Geminini,


Bravo Geminini cette poésie est tout simplement hilarante, avec une chute qui, au propre comme au figuré, en est vraiment une : "pousse" !

Je relève, en cours de poème, la virtuosité d'un remarquable trimètre :
"Et d'un, et d'un... et d'un, et d'un... et d'un, et d'un..."
et j'ai été ravi d'assister à la genèse du plongeon par ses artistes, les fous de Bassan.

C'est un peu comme si j'avais assisté à la naissance du monde... ou à l'élaboration d'un plan POLMER avec ces "rois de la plongée", témoins de la bonne et de la mauvaise santés de la planète, producteurs de guano et plongeurs au naturel.

Suis ému autant que privilégié.

Rafraîchissant ! Suis tout mouillé de vent et d'embruns..

Merci :)


senglar

   ours   
11/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Gemini,

J'ai beaucoup aimé votre fable sans morale, juste pour rire et c'est très réussi ! ... et me suis fait évidemment surprendre par le « Et de deux ! » Quelle trouvaille !

Pour la technique, je laisse cela pour les membres qualifiés, mais j'ai aimé le rythme, les sons et la fluidité.

Merci pour le partage.

   Gemini   
15/6/2019


Oniris Copyright © 2007-2019