Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Gemini : Un remède de cheval [Sélection GL]
 Publié le 07/09/18  -  11 commentaires  -  1043 caractères  -  124 lectures    Autres textes du même auteur

Ne pas dépasser la dose prescrite…


Un remède de cheval [Sélection GL]



Après vingt ans passés sous le fouet du dressage,
On fit pour un cheval des vœux d’équarrissage
Pour « le nombre élevé de ses cacas nerveux » ;
C’est du moins ce qu’il lit dans sa lettre d’adieux.

Il hennit, lui honni pour un transit vétuste,
Au dire d’un verdict aussi mauvais qu’injuste.

Mais avant de partir pour le trajet fatal,
Il croise à l’écurie un gars intestinal
Qui, parlant de serpents gravés au caducée,
Lui propose un venin en lieu de panacée :

« Une goutte, vois-tu, de cette potion
Suffit pour liquider ta constipation,
Et par un prompt effet, au dire des augures,
On ne te dira plus que tes selles sont dures ! »

« Si ta goutte guérit un crottin énervé,
Combien en faudra-t-il pour un nombre élevé ? »

« C’est à discrétion, répond l’apothicaire.
Bois-en jusqu’à plus soif si cela peut te plaire ! »

Depuis, sur le chemin qui mène à l’abattoir,
On suit la ligne jaune en dernier au revoir.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Vanessa   
17/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
C'est bien vu, bien mené, un joli pied de nez !
J'ai dû chercher ce qu'était ce serpent gravé au caducée car ce symbole ne m'est pas venu immédiatement et je ne comprenais pas.
Bravo.

   izabouille   
20/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Je ne sais pas dire si j'aime ou pas cette poésie, le sujet est bizarre. L'emploi des mots 'cacas nerveux', 'constipation' ou 'crottin énervé', ça me dérange, mais c'est peut-être l'effet recherché. Je ne comprends pas la fin, 'on suit la ligne jaune en dernier au revoir'? Le contenu ne m'a pas touchée mais j'ai bien aimé le rythme et les rimes sont bien choisies.

   Zoe-Pivers   
22/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le 1er vers dévoile un contexte grave et douloureux :
" Après vingt ans passés sous le fouet du dressage "
Et la suite ne laisse rien présager de bon :
" vœux d’équarrissage "
" lettre d’adieux "
" trajet fatal "
Malgré l'issue malheureuse qui semble inéluctable, un espoir subsiste. Il y a d'abord le titre : " Remède de cheval ", puis cette rencontre avec un apothicaire. Mais l'espoir retombe vite : " Lui propose un venin en lieu de panacée "
Et la fin coule de source, si je puis dire avec cette ligne jaune qu'il a dépassé malgré l'avertissement " Ne pas dépasser la dose prescrite… "
La morale s’impose ici clairement : Ne point faire confiance aux contes d’apothicaire.
Mais bon, tout ça reste bien malheureux car la solution était simple ! Un cheval sans selle se monte à cru.
Je ne connaissais pas l'autre nom du caca nerveux, le crottin énervé :)
Une goutte pour liquider, bien trouvé !
Merci pour ce bon moment fablopoétique
Zoé

   Miguel   
23/8/2018
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
On est un peu gêné par le fait que la métaphore "caca nerveux" soit employée ici pour désigner la matière véritable. Sinon, la pensée philosophique selon laquelle nul n'échappe à son destin, quoi qu'il tente, est renouvelée ici de manière originale par cette fable scatologique à souhait. De la constipation à son opposé, que d'expériences humaines !

   Queribus   
25/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Voilà un remède qui chasse l'ennui avec un sujet qui sort de l'ordinaire, le tout empli de finesse et d'un certain humour; j'ai aussi bien aimé la forme d’écriture (quatrains et suites de deux vers); on peut dire que le tout ne manque pas de créativité; de plus, les règles de la prosodie néo-classiques sont fort bien respectées (j'ai noté quand même deux rimes à l'hémistiche:
-Suffit pour liquider
-Et par un prompt effet
(à éviter si possible).
Le langage est clair et se comprend à la première lecture; en conclusion, je n'ai trouvé que des avantages à venir vous lire de bon matin.

Bien à vous.

   PIZZICATO   
7/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une fable amusante au premier degré - de la constipation à la diarrhée -, mais dont les premiers vers ne font pas perdre de vue la triste vérité:
" Après vingt ans passés sous le fouet du dressage,
On fit pour un cheval des vœux d’équarrissage ".

" Il hennit, lui honni pour un transit vétuste,
Au dire d’un verdict aussi mauvais qu’injuste."

" On ne te dira plus que tes selles sont dures ! » subtil.

" Depuis, sur le chemin qui mène à l’abattoir,
On suit la ligne jaune en dernier au revoir." La morale de la fable reste à l'appréciation de chacun...

   sympa   
7/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
Le laxatif à fait son effet sur ce pauvre cheval...peut être que le fait de sentir qu'il partait à l'abattoir lui a également donné la courante !!!
Poésie distrayante de bon matin que j'ai beaucoup aimé.
La trace jaune...belle chute !

   papipoete   
7/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Gemini
ce pauvre cheval, après tant de bons et loyaux services, voit le bout de son voyage se profiler alors que de constipation il fait le désespoir de son dresseur ... jusqu'à ce qu'un remède " de cheval " règle en couleur jaune, son transit .
NB fermant les yeux sur le côté sentimental du récit, on rit avec cette ligne jaune évoquant la scène de " la grande vadrouille " que le motard allemand suit comme son Führer !
Mais, le fond du scénario me trouble, car l'auteur parle ici de ce voyage sans retour !
" Cacas nerveux " me surprend, évoquant constipation, car ce terme est plus adapté à une crise de nerf ?
Dans le premier quatrain aux verbes conjugués au passé-simple, pourquoi dire " lit " et non " lut " ?
le 12 e vers semble mesurer 11 pieds ( con/sti/pa/tion ) selon Littré
Mais l'histoire se lit avec le sourire, si l'on met de côté mes remarques citées plus haut .

   Robot   
7/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un conte en vers bien écrit et avec humour. Dans le style de ceux qu'on appelait "Les poètes paysans" comme Gaston Couté. Des poètes chansonniers qui maniaient la poésie avec la verve d'un esprit terrien ancré dans des racines rurales. Et sans craindre d'utiliser les mots du quotidien populaire.

Sur ce texte j'apprécie la recherche pour produire une œuvre originale détachée de toutes références.

   Donaldo75   
9/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Gemini,

J'ai trouvé ce poème marrant, bien tourné, dans la catégorie des fables racontées en salle de garde, par quelques aspirants vétérinaires. Il y a un côté dragée "fuca", pour ceux qui se souviennent de cette médication dont Coluche avait même réussi à faire un sketch, au grand bonheur de la marque.

A bientôt,

Donaldo

   LenineBosquet   
15/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,
Une fable avec des animaux et du caca, chez moi ça fonctionne, je suis resté très jeune et le pipi-caca me fait toujours autant marré.
Bien vu la ligne jaune qui, je suppose, fait référence à la ligne des condamnés du couloir de la mort qui les mène de la cellule à la chaise électrique.
Et puis on voit ici que le poète s'amuse, avec "Il hennit, lui honni" par exemple.
Sinon j'ai un peu de mal à saisir la morale de l'histoire, à part que mourir ça fait chier, mais je vais m'en contenter parce qu'après tout ouais, mourir ça fait chier.
Merci.


Oniris Copyright © 2007-2018