Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
Gouelan : Couleur solitude
 Publié le 07/02/18  -  14 commentaires  -  340 caractères  -  214 lectures    Autres textes du même auteur

Instant de solitude qu'un rayon de soleil apaise à peine.


Couleur solitude



Couleur solitude
chemine en douceur
au bord des yeux

Hérisson dans la gorge
chatouille la peine
à bout de mots

Frisson de soleil
gribouille des larmes
au creux du nuage

Et le temps s’enfuit
en sable de pluie

Couleur arc-en-gris
Envahit le ciel


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Provencao   
27/1/2018
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé cette couleur solitude où le temps n’est que temps entre éternité et instant, infini et fini, temporel et éternel, liberté et nécessité, qu’il ne se rapporte qu’à lui-même en oblitérant le fait que ce n’est pas la relation à la réalité : " Hérisson dans la gorge
chatouille la peine
à bout de mots

Frisson de soleil
gribouille des larmes
au creux du nuage"

Cette réalité qui détermine le rapport aux autres, mais, inversement, la liaison à autrui qui délimite le lien à la couleur solitude.

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Brume   
29/1/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

La couleur de votre solitude est très belle.
Une solitude comme celle-là j'en demande.
Vous n'avez pas fait que dans le joli. C'est touchant, original et percutant.
Vers doux, vers chagrin, vers éblouissants.

   Eclaircie   
7/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Gouelan,

Une "Couleur solitude" ni terne ni effacée. Ce titre est bien trouvé.
Et j'avoue, si les premiers paragraphes me laissent un peu sur ma faim -les trois premiers- les deux derniers ont vraiment ma préférence.
"En sable de pluie","Arc-en gris", belles images.

Je regrette un peu que le rythme des cinq syllabes ne soit pas respecté au long des vers de ce court poème.

Globalement, une bonne lecture, à mes yeux.

   papipoete   
7/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Gouelan
Solitude, un être vous manque, désespoir habillent le vélin de nos poètes ces temps-ci ( je ne critique pas, je ne sais pas faire rire ) et votre texte en la matière excelle hélas !
Vos 3 petits tercets dépeignent les marques qui trahissent sur un visage " cette couleur solitude " avec force délicatesse, et leurs soeurs disyllabes montrent bien la teinte du ciel !
Un fort beau tableau !

   PIZZICATO   
7/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Oui, le soleil ne parvient pas toujours à gommer " un instant de solitude ".

Des images intéressantes " Hérisson dans la gorge
chatouille la peine
à bout de mots "

" Couleur arc-en-gris " original

   Francois   
7/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très joli texte, doux et triste, rempli de trouvailles :
"Hérisson dans la gorge
chatouille la peine
à bout de mots

"gribouille des larmes"
"Couleur arc-en-gris"

J'aime particulièrement :
"Et le temps s’enfuit
en sable de pluie"

Bravo !

   emilia   
7/2/2018
Quelques éclats bien imagés qui s’harmonisent à la couleur grise de la solitude quand « la gorge chatouille (de) la peine à bout de mots », que s’écoule le sablier des larmes et que « le temps s’enfuit… ; un minimum de mots qui restituent de façon touchante et avec grâce cet instant attristant…

   Marite   
7/2/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Si peu de mots qui cependant résonnent intensément en nous. Un seul verbe par strophe habilement encadré de mots simples qui décrivent avec précision les ressentis suffisent à nous toucher au coeur. C'est ce genre de poésie libre que j'affectionne particulièrement, une expression vraie, réelle.

   Cristale   
8/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour Gouelan,

C'est fin, c'est visuel, feutré, pastel, bref, un ensemble délicat comme une rose des sables, voilà ce que je ressens en lisant ce poème.

Le seul bémol serait le manque de régularité dans le rythme des vers 4 et 9. Mais bon, je connais mieux le classique que le libre alors je me fais petite devant votre écrit et je vous dis bravo pour la délicatesse de votre plume.

Cristale

   Donaldo75   
8/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Gouelan,

J'ai bien aimé ce poème paisible, aux images évocatrice (hérisson dans la gorge, ça fait limite mal rien qu'à imaginer la situation).

La progression dans la paix, même si la tristesse (gribouille des larmes) prend le pas, rend ce poème fluide jusqu'à cette fuite du temps si joliment poétisée, et au-delà.

Bravo !

Merci,

Don

   Ombhre   
16/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un beau texte, léger, fragile, douloureux.
Sur le thème très romantique de la nature qui s'accorde aux humeurs de l'homme (ou l'inverse ?), vos mots se posent avec délicatesse, et nous prennent par la main jusqu'au deux vers finaux que j'ai beaucoup aimé:
"Couleur arc en gris
Envahit le ciel"

Merci pour la lecture.
Ombhre

   jlouisgillis   
22/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
votre poésie me rappelle la poésie courtoise chinoise : elle évoque des images universelles que seule la personne le lisant peut "voir/créer/ressentir/vivre"...avec une différence : la poésie chinoise de cette époque-là n'utilise le verbe qu'en finale appelée "sentence" (ce n 'est pas une sanction ;-) ). cette "sentence" s'avère être une conclusion sous forme sublimée soit en forme profane soit en forme(s) supérieure(s).
Votre travail et expression m'apparaît comme pleine de lumière(s) de toutes les couleurs...
Compliments et bien cordialement
jlg

   Maguy   
22/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,
J'ai eu beaucoup de plaisir à vous lire. Au travers de cette poésie, vous donnez de belles couleurs à la solitude, les maux s'envolent et pour un instant nous ne sommes plus seuls. Merci pour ce partage.

   Gabrielle   
21/5/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La solitude prend une jolie couleur au fil de votre plume.

Une très belle façon de la dépeindre, délestée de la souffrance.


Bien à vous.



Gabrielle Michel


Oniris Copyright © 2007-2018