Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Gouelan : Le temps coulisse [Sélection GL]
 Publié le 10/08/17  -  7 commentaires  -  714 caractères  -  117 lectures    Autres textes du même auteur

Lors d'un pique-nique familial dans la maison oubliée de l'enfance, les souvenirs effleurent la peau, comme des frissons de temps qui coulisse.


Le temps coulisse [Sélection GL]



Le temps fleuri des années 70
Comme les lierres
Les couleurs resplendissent

Sept enfants parsèment la pelouse

La grande maison qui bruissait jadis
De rires éclair
Comme des feux d’artifice

S’endort au son du balcon qui crisse
Comme une pierre
Au creux des herbes malice

Sept enfants ont poussé sur la mousse

Sous son toit des secrets d’épices
De larmes amères
Et de joyeux caprices

Ton regard d’artiste
Glisse au travers
De cet instant complice

Que tu esquisses
D’un pinceau d’écolière
Dans la trousse du temps qui coulisse

Six enfants rêvent ensemble d’ombre douce


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   papipoete   
28/7/2017
 a aimé ce texte 
Bien
libre
Un pique-nique rassemble une fratrie sur les lieux où tous naquirent et grandirent ...
NB vos vers charmants me font envier cette réunion familiale où les souvenirs fusent, visuels, sonores et les yeux de l'épouse qui entrent dans ceux de l'auteur !
Pardonnez-moi si je me trompe, mais le vers final signifie-t-il qu'un des enfants n'est plus ?
papipoète

   Marite   
28/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Souvenirs d'autrefois joliment ravivés dans ces vers légers qui "coulissent" sans égratigner la mémoire.
J'ai aimé les "rires éclair ... les herbes malice ... les secrets d'épice ..."
La dernière strophe et le dernier vers m'ont plu particulièrement tout en restant sur une interrogation : l'un des sept enfants serait-il absenté du temps ?

   Donaldo75   
30/7/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
(Lu et commenté en EL)

Bonjour,

J'aime bien le rythme de ce poème, agrémenté d'images réellement poétiques, telles que "la trousse du temps qui coulisse". En fait, ce poème est doux, à l'instar d'une aquarelle. Il emprunte à ce thème de la peinture, pas mal de vocabulaire pour donner cette impression, même si la dimension sonore n'est pas absente, avec, par exemple, "le balcon qui crisse".

C'est réussi, parce que les années soixante-dix, c'est un peu de l'aquarelle, entre les rêves des années soixante et le dur retour à la réalité des années quatre-vingt.

Bravo

Merci pour la lecture.

   Louison   
10/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir,

ce poème m'a enchantée, on dirait un peu une comptine;

Sept enfants parsèment la pelouse
Sept enfants ont poussé sur la mousse
Six enfants rêvent ensemble d’ombre douce,

Le rythme sautillant me plaît beaucoup, ça sent les jeux d'enfant dans "l'herbe malice", la nostalgie de ces années 70, c'est bon comme un roudoudou des années 70.

Merci pour ce moment agréable.

   Queribus   
16/8/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'ai beaucoup aimé votre texte qui témoigne d'une très grande habileté d'écriture par la disposition des tercets (1 puis 2 puis 3) avec, à chaque fois cette phrase: Sept (six à la fin?) enfants..qui revient un peu comme un refrain; le tout a l'allure d'une comptine avec beaucoup de fraicheur dans le ton, ce qui n'est pas toujours le cas avec les poètes. la nostalgie est aussi présente et se manifeste avec beaucoup de pudeur. Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup apprécié votre écrit et j'attends le prochain avec curiosité et impatience.

Bien à vous.

   virgo34   
2/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le temps coulisse et glisse comme cette allitération en [s]. Une fuite du temps parsemé d'enfants complices qui agissent comme des enfants (larmes, caprices, joie). Mais à la fin, il en manque un. Mystère ! Mais le lecteur préfère ne pas savoir pour conserver la magie fantastique du lieu.
Bravo pour ce poème qui danse comme une comptine.

   FABIO   
17/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour

Je suis tout a fait sous le charme de ce texte qui a un équilibre proche du parfait ou les images sont travaillées avec une plume d’orfèvre, ou la simplicité et la beauté des mots choisi transporte le lecteur dans une émotion enivrante mais comment pouvez vous écrire soixante-dix en chiffre ? Çà me mets les poils dés le début du poème.Heureusement que le reste est très joli.


Oniris Copyright © 2007-2017