Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
HadrienM : Le prisonnier parle
 Publié le 18/09/17  -  14 commentaires  -  863 caractères  -  327 lectures    Autres textes du même auteur

28 VIII 2017. Écriture automatique, produite pour le site.

Je sortis de la ville sans fin. O fatigue !
RIMBAUD in Les déserts de l'amour.


Le prisonnier parle



Il n'y aucun poème bien écrit ;
La poésie est une jeune fille indigne.
(L'on ignore encore qui en est le père ;
Le sperme bleu de Zeus ; une suave odeur radicale sur
Terre et les
Bonnes étoiles cinématographiques.)

Le cric blanc du monde qui –
Parmerde la nuit de Jumphe 72 –
Ignore jusqu'à l'existence du temps périssable
S'ennuie désormais.

Il n'y aucun poème bien mal écrit ;
Une poussière n'est jamais en rage ;
Ignorez le jardinier céleste ;
C'est un homme affable (il dérange votre mère suffocante) ;
Ignorez votre ventre ; imaginez qu'il se gorge de honte le Parjure.

Ton visage l'éternelle poésie n'a pas l’œil rassurant ;
Ma bonne bouche est le témoin ;
Ma main – chienne aux dents d'or ; d'apparence libre –
Tremble en t'écrivant ce poème.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   TheDreamer   
4/9/2017
 a aimé ce texte 
Pas
"Il n'y a aucun poème bien écrit !" "Il n'y a aucun poème bien mal écrit !" Hum ! Bien évidemment que si ! Dire cela revient à dire : "Tout se vaut !" Évidemment que non ! Et, ce par delà les goûts et les attirances de chacun.

L'art se suffit à lui-même. Une œuvre de qualité restera une œuvre de qualité malgré tout ce que chacun pourra en penser.

Encore faut-il le percevoir (et ce quelque soit la forme d'écriture, le style adopté). Dès votre première phrase je n'accroche pas.

Intrinsèquement, certains savent écrire et d'autres pas ou maladroitement. Nier cette évidence, c'est être aveuglé vouloir mettre tout un chacun sur un pied d'égalité en matière d'écriture c'est ne pas percevoir la qualité ou le manque/l'absence de qualité d'un texte. Dès lors, impossible d'avoir un quelconque jugement valable sur ce que produit untel ou untel.

   Donaldo75   
6/9/2017
 a aimé ce texte 
Vraiment pas
(Lu et commenté en EL)

Bonjour,

Je sais que c'est de l'écriture automatique mais là ce poème part un peu dans tous les sens.

Le départ:
"Il n'y aucun poème bien écrit"
a l'air de servir d'excuse à ce catalogue de vers maladroits et parfois torturés:
"La poésie est une jeune fille indigne.
(L'on ignore encore qui en est le père ;
Le sperme bleu de Zeus ; une suave odeur radicale sur
Terre et les
Bonnes étoiles cinématographiques.)"
Le premier vers partait bien puis le trou noir.
"Le cric blanc du monde qui -
Parmerde la nuit de Jumphe 72 -,
Ignore jusqu'à l'existence du temps périssable
S'ennuie désormais. "
On dirait un collage ubuesque, aléatoire.

La suite est un peu moins tirée par les cheveux.
"Une poussière n'est jamais en rage ;
Ignorez le jardinier céleste ;
C'est un homme affable (il dérange votre mère suffocante) ;
Ignorez votre ventre ; imaginez qu'il se gorge de honte le Parjure."
Les deux premiers vers résonnent comme des vérités premières. Les deux suivants donnent le ton, renforcent la tonalité.

Une autre remarque: la ponctuation, avec l'usage des points virgules, donne encore plus une impression de collage. Je pense, au contraire, qu'il aurait été plus judicieux, puisque c'est de l'écriture automatique jetée à la volée du cerveau créatif, de ne pas ponctuer du tout. Là, c'est haché, chaque vers donnant l'impression d'un ensemble autonome. Le lecteur, par cette ponctuation excessive, lit le tout comme une addition mal ficelée de vers hétérogènes. Le cerveau n'est pas hétérogène quand il émet des pensées.

   Proseuse   
6/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

J' aurais peut-être, ici, bien reconnu l' auteur de ce texte... mais n' en suis pas tout à fait certaine alors ...
d'une écriture automatique, il est rare pour le lecteur de tout saisir ( d' autant qu' il arrive assez fréquemment que d' une écriture très travaillée, le lecteur s' égare là aussi ! )
Ici, on part dans des circonvolutions de pensées tellement entremêlées que l' on pourrait ressentir un certain hermétisme, mais, je dirais,que l' incipit nous préviens du " danger" en parlant d' écriture automatique, et ... un hermétisme avoué est à demi pardonné ! pour moi, à partir de là, j' admets d' office, que les méandres du poème sont des chemins qui ne me sont pas forcément praticables et qu' il serait quasi extraordinaire que je puisse me les approprier !
De là, tout parait plus simple, on emprunte, on regarde, on tâche de suivre un peu l' "autre" sans chercher vraiment de sens, de raison, de logique ou de vérité . on laisse les images se faire, se défaire et on avance ... dans " l' impression", juste l' impression , et si le sens nous échappe, alors, ce n' est pas grave, nous pouvons toujours nous dire qu' en ce moment, il échappe encore à l' auteur ! ( l' automatisme fait travailler l' inconscient qui sait souvent des choses que le conscient ne sait pas encore !) ça rassure ...:-)
Donc, vous l' aurez compris, j' ai pris mes aises ( libertés) pour vous lire , j' ai tout parcouru, sauté ce qui décidément ne voulait pas "me parler" et suis sortie avec une "impression" encore un peu floue que l' on me parlait ... de poésies et de poètes, du bien écrit et du bien mal écrit .. du père ( géniteur) et homme affable, d' une mère suffocante .. d' un ventre , ( gestation du poème ?) et de l' incertitude d' écrire , peut-être ?
Enfin, devant votre automatisme , j' ai bien le droit aux délires de mes pensées , n' est-ce pas ? :-)
Tout cela m' a fort intéressée, et j' ai beaucoup apprécié " ma" lecture !
Et tant pis, si dans votre écriture, je me suis un peu égarée ... la faute à qui aussi ? :-)
à vous relire et merci du partage

   Anonyme   
8/9/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Commenté en EL

Bonjour,

Vous revendiquez pour ce poème l'écriture automatique. Bien. Mais cependant j'aurais aimé que vous puissiez vous libérer de ces rimbaldismes criards [oui c'est fait exprès ] mieux que vous ne le faites !

Soyez un bateau ivre et naviguez librement sur les mots autant que vous le pourrez, mais de grâce, éloignez-vous des rives.

Merci pour cette lecture

   bipol   
18/9/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonjour ,

il n'y a aucun poème bien écrit

et là je jubile

des poèmes "travaillés" surement

moi je ne les travaillent pas alors...

et le reste du texte m'a beaucoup plu

il nous fait passer par des portes

pour le moins inintéressantes

je vous remercie pour ce bon moment

   papipoete   
18/9/2017
 a aimé ce texte 
Pas
bonjour HadrienM,
" Il n'y a aucun poème bien écrit ", j'en sais quelque chose quand une tournure boite, quand une faute grosse " comme le nez au milieu de la figure " n'interpelle pas l'auteur, quand le sens du poème prêtant à équivoque est si mal interprété par le lecteur ...
" Il n'y a aucun poème bien écrit " dites-vous, le votre le serait-il ? Je ne pourrais le dire, mais vos lignes m'entraînent dans un labyrinthe où je m'égare, et perds pied !
Je cède la place aux amateurs du " genre " qui apprécieront ... ou pas ?

   Alcirion   
18/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Beaucoup apprécié pour ma part - mais l'écriture est-elle si automatique que ça ? :)

Ça m'a fait penser aux Fusées de Baudelaire, des réflexions, des affirmations péremptoires, ici très hermétiques, mais qui fonctionnent bien parce qu'il en reste quelque chose, en quelque sorte. Les formules marquent l'esprit plus sur le fond que sur la forme, il n'y pas de volonté d'impressionner le lecteur par l'apparence - du moins je ne l'ai pas ressenti comme ça.

Il y a des idées et une façon de faire très élégante, une vraie qualité d'écriture.

   PIZZICATO   
18/9/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Je ne m'attarderai pas à chercher des arguments pour expliquer que je n'aime pas ce texte qui me semble assez loin de la poésie, fusse-t-elle libre.
Ce n'est pas celui-ci qui va me réconcilier avec l'écriture automatique ; position très personnelle j'en conviens.

" La poésie est une jeune fille indigne. " ???

   Brume   
18/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour HadrienM

" Il n'y a aucun poème bien écrit "

On lit bien le point de vue du narrateur; le prisonnier. Ne pas confondre avec l'auteur je précise.

Alors Jumphe 72 je ne vois pas du tout ce que c'est.

Moi j'aime bien sa façon de voir la poésie. C'est tout un...poème. J'aime les formules qui sortent de l'ordinaire.
Encore une fois le cynisme parsème chaque vers sublimes. Et la dernière strophe fait entrevoir un coeur tendre derrière l'armure.
Le narrateur a de la présence à cause du caractère du ton.

Et que j'aime ce vers :
- "Ma main - chienne aux dents d'or; d'apparence libre -
Tremble en t'écrivant ce poème "

Comment ne pas fondre quand on lit un tel vers, aux antipodes de la mièvrerie.

Un romantique bad boy je vous dis.

   HadrienM   
18/9/2017
Chers amis, quelques remerciements et explications,

http://www.oniris.be/forum/le-prisonnier-parle-remerciements-explications-t24622s0.html#forumpost329408

Bien à vous,
Hadrien.

   Noran   
18/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai bien aimé ce texte, justement pour son ouverture qui semble faire bondir autant de monde.

" Il n'y aucun poème bien écrit "

En effet, le verbe est inutile tant lors de la première lecture et ce de façon automatique le vide est comblé.
C'est diablement osé et je respecte cela.
Que cela soit volontaire ou non.

De plus je dois dire que je suis assez d'accord avec cette idée, il n'y a aucun poème bien écrit, car cela ne signifie en rien qu'il n'y a pas de poème mal écrit ... et c'est une nuance importante.
C'est , ou ce n'est pas " mal écrit " mais il me semble prétentieux de dire : C'est bien écrit.
Cela serait comme pétrifier un texte dans une norme linguistique ( rapport signifié - signifiant ) qui n'est qu'affaire de temporalité, or la poésie est en quelque sorte un versant de l'absolu chatouillant l'intemporel.
Et doit pouvoir se défaire d'une certaine manière de son rapport purement linguistique afin d'être ce qu'elle doit être, l'essentiel mis en forme.
Mais cela n'engage que moi évidement.

J'ai beaucoup apprécié de manière générale l'ensemble du texte qui m'a bousculé quelque peu, par ces images, et c'est ce que j'attends de la poésie, qu'elle me bouscule sinon qu'elle me renverse.

Notamment :

" Ma main - chienne aux dents d'or ; d'apparence libre - "

Ca c'est cool ! Si vous me permettez de l'exprimer ainsi.

Je vais insister sur un point :

" Il n'y aucun poème bien mal écrit "

Bon ben là, clairement, je suis chez Roland Barthes et ce n'est véritablement pas pour me déplaire.
Encore fois, pardon, encore une fois, je suis d'accord avec ce prisonnier , car cela apporte une autre nuance à ses propos.
En effet, on ne peut considérer qu'aucun bon poème ne fût au préalable mal écrit, puisqu'en poésie, toute la place est à la beauté, beauté qui provoque l'attraction, de nos sens, de nos regards, de nos âmes, pour nous en offrir l'extase.

Je crois en avoir terminer avec ce texte que j'ai apprécié ( beaucoup ! ) !

Merci pour ce partage.

Noran.

   Robot   
18/9/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
J'ai du mal à croire à une véritable écriture automatique. C'est trop bien léché sur certains vers pour n'avoir pas été remis en forme...
Breton lui même a avoué que son écriture automatique était - ensuite - bien réfléchie.
"Ton visage l'éternelle poésie n'a pas l’œil rassurant ;
Ma bonne bouche est le témoin ;
Ma main – chienne aux dents d'or ; d'apparence libre –
Tremble en t'écrivant ce poème."

Comment supposer que ce quatrain, (partie du texte que j'apprécie) est brut de décoffrage.

Mais même s'il a été recomposé, il me paraît très disparate, sans rythme, sans beaucoup de poésie.

   OiseauLyre   
19/9/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Le poème manque un peu de fluidité. Le rythme est forcé par moments, certains passages sont trop juxtaposés. Peut être qu'un travail de "retouche" aurait été bénéfique.
Malgré cela, le potentiel est énorme.
Beaucoup de vers sont superbes et me transportent.
Une interprétation serait abusive et totalement personnelle.
Merci.

   Marie-Ange   
20/9/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Le titre "Le prisonnier parle" a attiré mon attention.
J'ai été plus que surprise, je ne m'attendais pas
du tout à ce genre de propos tenus par un prisonnier.

D'emblée la première phrase fait "suffoquer", c'est
l'étonnement complet, je n'imagine pas " ce prisonnier",
un instant avoir de telles préoccupations, pour moi,
elles sont tout autres.

Je dirai que c'est écrit, qui attire la curiosité, par son
étrangeté, sa complexité, au fil des lectures.
Quand je crois avoir saisi un semblant d'idées,
aussitôt, il se trouve chamboulé de lecture en
lecture.

Je suis désolé, mais vos explications ne m'ont pas
plus éclairé que cela. Il reste des zones d'ombres.
Mais toutefois votre écrit ne manque pas d'intérêt.


Oniris Copyright © 2007-2017