Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie classique
Hananke : Heredia
 Publié le 16/09/18  -  29 commentaires  -  754 caractères  -  441 lectures    Autres textes du même auteur

"Comme un vol de gerfauts hors du charnier natal"

"[...] Éclaire la forêt des coraux abyssins."


Heredia




Son œuvre resplendit de ses écrits jumeaux
Où l'Histoire contée en fragments identiques
Déclame d'un recueil les conquêtes antiques
Et leur succession de vertus et de maux.

Qui n'a jamais peiné dans ses devoirs oraux
D'aventuriers cherchant sur leurs voiliers mythiques
La richesse et la gloire aux pays exotiques,
Hantés par les splendeurs des ors et des coraux ?

Ses vers sont bruissants dans la ruche mémoire
Et chacun se souvient, lorsque s’ouvre l'armoire
Des songes écoliers, de sonnets exaltants

Qui, festonnant de mots un vieux livre de classe
Où se posaient des yeux éblouis par la grâce,
Le faisaient voyager sur les ailes du temps.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   izabouille   
25/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est très beau, j'ai bien aimé, même si je ne connais pas Hérédia. Mais je vais le lire car vous avez piqué ma curiosité et j'aimerais savoir ce que veut dire "ses écrits jumeaux" ou "l'histoire contée en fragments identiques".
J'ai bien aimé "Ses vers sont bruissants dans la ruche mémoire" ou "le faisaient voyager sur les ailes du temps".
Merci pour ce bon moment de lecture

   Eclaircie   
26/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonjour,

Je suis sensible à cette évocation de José-Maria de Hérédia, sans doute parce que mes propres souvenirs du poète correspondent à votre approche du sujet.
Au delà, je trouve ce sonnet harmonieux et bien écrit.
J'aime particulièrement ce vers :
"Ses vers sont bruissants dans la ruche mémoire".
J'ai l'impression qu'attaché à la forme classique vous avez le souci d'aborder votre sujet de manière plutôt actuelle par le vocabulaire et la distance.
En fait, il me semble trop souvent que les poèmes classiques se veulent d'époque classique aussi.

Merci du partage,
Éclaircie

   BlaseSaintLuc   
28/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
hommage en sonnet, c'est propre, la poésie est là, mais c'est plus une tentative de décrire ce qu'est la poésie d'HEREDIA et, c'est là une gageure, réussit ? s'accompagne ici une admiration qui en tout cas elle est partagée.

   Mokhtar   
29/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Belle évocation de ce prince du mouvement parnassien, dont les sonnets sont souvent étudiés par les lycéens. Ce poète, très élégant, est accessible aisément et nul doute qu’il est un support pédagogique convaincant. (En matière de poésie rimée, suis-je obligé de préciser ici).

Le premier quatrain, irréprochable, présente l’œuvre principale du maître (le recueil : les trophées).

Le second, par contre, me pose des problèmes de compréhension de la syntaxe : « Qui n’a jamais peiné dans ses devoirs oraux d’aventuriers ». On ne peut pas « peiner d’aventuriers ». « Dans ses devoirs oraux » ne saurait donc être une incise (privée de ses virgules). Alors faut-il lire : « devoirs oraux d’aventuriers… » ? Le récitant devenant alors l’aventurier…J’avoue être perdu.

Dommage, car les deux tercets sont superbes, remarquables de fluidité, nous remémorant nos émotions d’écolier. Fait-on encore, de nos jours, lire du Hérédia en classe ?

Présenté en classique, ce sonnet subira probablement les foudres réservées aux adeptes de l’accent circonflexe qui tue.

Sous réserve d’explications probantes, il me semble que le sonnet gagnerait beaucoup à la reconstruction du second quatrain. Hérédia le mérite bien.

   Miguel   
30/8/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un poème parnassien à souhait, et le plus bel hommage qui se puisse rendre au grand Heredia. Dans des vers d'une plastique parfaite, on retrouve les grands thèmes de ce génie, et l'on avance aussi parmi de belles surprises : les trouvailles de l'auteur, comme la ruche mémoire ou l'armoire des songes écoliers.
La seule chose qui me gêne est l'emploi de "peiné" : l'ai-je mal compris ? Car il me semble qu'il apporte une touche négative ; pour ma part, je me souviens qu'en cinquième je me délectais de "Vitrail" que nous avions eu à apprendre, et ce devoir oral ne m'a point peiné.

   Gemini   
30/8/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un des rares poètes en diérèse : Hé-ré-di-a.
Dommage qu'on reconnaisse l'auteur à la disposition des vers.
La maîtrise est évidente, le propos clair, et l'éloge du Maître Parnassien, en prenant le lecteur à témoin, vaut son pesant d'or.
Je ne sais pas dans quelle mesure la différence des consonnes d'appui (m, r) pour les masculines des quatrains, reste tolérée. Le maitre en faisait peu, voire pas.
Je ne sais pas non plus si la forme du sonnet était obligatoire, puisque je lis ces vers à la suite ; les tercets n'offrant pas de fracture aux quatrains, et la chute n’ayant pas, selon moi, les vertus d’une chute de sonnet.
Sans doute pour l'hommage au poète, dont c'était la forme de prédilection.

   leni   
16/9/2018
bjr HANAQUE


L'aube d'un jour sinistre a blanchi les hauteurs.
Le camp s'éveille. En bas roule et gronde le fleuve
Où l'escadron léger des Numides s'abreuve.
Partout sonne l'appel clair des buccinateurs.


VOILA ce avec quoi on m"a rabattu les oreilles en me dictant ce qu je devais comprendre EN me disant ce qu je devais ressentir

Je suis resté de glace devant ce texte

Je suis resté analphabète et inculte d'un enseignment trop dirigé

Je le déplore Je trouve ton hommage superbement écrit


PUISSES-tu comprendre qu je m'abstiens MERCI SALUT CORDIAL LENI

   Donaldo75   
16/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Hananke,

C'est un hommage très réussi à ce poète. La forme est superbe, avec une fluidité qui rend fluide et naturelle la lecture de ce poème classique.

"Ses vers sont bruissants dans la ruche mémoire
Et chacun se souvient, lorsque s’ouvre l'armoire
Des songes écoliers, de sonnets exaltants"

L'émotion est présente, celle des souvenirs d'écoliers qui découvre la magie de la poésie, des mots de ce poète.

Bravo !

Donaldo

   papipoete   
16/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Hananke
En lecture aveugle, on reconnait les auteurs d'un seul coup d'eil, et je savais que "Heredia " n'avait pas besoin de mon " aide " pour être publié !
Le poète se souvient de ces fameux sonnets, où l'écrivain cubain ne faisait pas dans le fabliau et s'attachait à conclure ses dodécasyllabes, par un alexandrin particulièrement choisi .
Un sonnet qui, évoquant la dextérité de l'écrivain, dit combien parler de lui en écriture est gageure !
NB les quatrains ne sont pas à la portée de tout lecteur, quand le premier tercet évoque de riche façon les souvenirs écoliers .

   Coeurdeloup   
16/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Bel hommage à ce poète parnassien qu'était José Maria Heredia… et je me souviens "avoir peiné dans mes devoirs oraux" pour déclamer "Les conquérants"...


Vous nous faites cadeau d'un beau sonnet… Merci

   PIZZICATO   
16/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un hommage - un de plus - à cet éminent poète qui a, dans son style d'écriture, enrichi lui aussi notre littérature.

" Ses vers sont bruissants dans la ruche mémoire
Et chacun se souvient, lorsque s’ouvre l'armoire
Des songes écoliers, de sonnets exaltants "
Un joli tercet qui vient nous rappeler l'époque du Lycée.

Comme d'habitude, l'auteur nous prouve que l'écriture classique n'a pas de secrets pour lui.

   bipol   
16/9/2018
bonjour ,

je suis comme léni, mais c'est encore plus grave

JE N'AI STRICTEMENT RIEN APPRIS PENDANT MES VINGT PREMIÈRES ANNÉES POUR DIVERSES RAISONS

je ne connais pas ce monsieur

comme beaucoup d'autres

tout ce que j'ai créé est par résilience

je suppose que ça doit être passionnant mais ça m'est complétement étranger

   Castelmore   
16/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Nous nous sommes tous " penchés à l'avant des blanches caravelles ", en " capitaine héroïque et brutal " au temps où le Japon se nommait Cipango !!

Merci de saluer, dans ce sonnet à sa mesure !, ce peintre de fresques historiques dont la puissance évocatrice égale celle des plus grands ...Un Géricault poète ... j'ai osé ...

"L'armoire des songes écoliers" s'est ouverte ...en grand ...
et me voici aux côtés d' "Hannibal pensif et triomphant" et avec lui ...

je vous en remercie !

   Fowltus   
16/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Allez savoir pourquoi, de lui je trimbale ce vers :'L'homme immobile auprès de l'immuable chose'.
Souvent il refait surface, ce vers, lorsque j'écris ou tente de la faire, à mille lieues du style de l'auteur, de son talent, de mes notes scolaires.
Mais peu importe, quelque chose est insufflé par lui.
A l'inverse d'un Léni ou d'un Bipol, je ne juge jamais de mon histoire devant quiconque.
Ni vous ni moi, jamais, ne seront Heredia (vous peut-être un peu plus lui que moi) mais votre poème me touche par ce qu'il dessine le berceau d'une passion, car il ébauche le témoin vital qui se transmet à travers le temps.
Qu'aurions-nous à écrire sans les autres?
Du classique intemporel, voilà comment j'ai lu votre poème.
Merci.

   sympa   
17/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne connais pas Hérédia .
Votre poème a eu l'avantage d'attiser ma curiosité, et c'est bien là aussi la magie de la poésie :
Une forme classique parfaite biensûr, mais aussi l'envie de l'auteur( peut être) de faire connaitre un poète et son oeuvre.
Et puis un petit retour à mon enfance où il fallait apprendre des poésies et les réciter devant ses camarades.
Ce n'était pas a l'époque un exercice facile, mais avec le recul, aujourd'hui , j'en garde un bon souvenir.

   Cristale   
17/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Hérédia n'est pas de mes auteurs préférés mais cela ne m'empêche pas d'apprécier l'hommage que lui rend l'auteur avec ce langage riche et soutenu qui lui est habituel.

De beaux alexandrins, des finales de vers soignées, je reconnais la qualité d'écriture.

Merci Hananké,
Cristale

   Vincendix   
17/9/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Hananke,
Un bel hommage à José-Maria de Heredia, un poète talentueux que j’apprécie.
Toujours cette qualité d’écriture qui procure un réel plaisir de lecture, merci.
Vincent

   emilia   
17/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ce maître du sonnet et des alexandrins mérite bien l’hommage que vous lui adressez en témoignant de votre admiration partagée par de nombreux écoliers « aux yeux éblouis » (tout en regrettant pour d’autres le « dirigisme » de certains enseignants qui n’a pas aidé à l’apprécier…) pour cette passion exaltante contenue dans ses vers. Tout le monde n’ayant pas le talent évoqué dans le film « Le cercle des poètes disparus », quel élève n’a pas peiné et tremblé face à l’exercice ardu de la récitation imposée devant toute la classe, mais qui, à l’âge adulte, éprouve de la reconnaissance pour cette découverte… ; merci à vous pour votre témoignage…

   koko   
18/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Votre art confinerait presque à celui du Maître s'il n'était entaché de quelques fausses notes aux quatrains :
- « fragments identiques » répète « écrits jumeaux » ;
- « peiné (...) d'aventuriers » ?... vous voulez dire devant eux, je suppose ?
( « oraux » passe encore... pour donner richement la rime à « coraux » ).
En outre, on pouvait les lier aux tercets en y supprimant l'auxiliaire.

Ça reste de la belle ouvrage ; un hommage très juste à l'auteur des Trophées...
« Et chacun se souvient (...) de(s) sonnets exaltants qui (...) le faisaient voyager sur les ailes du temps. »

   Klingsohr   
18/9/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Malgré quelques belles trouvailles ou beaux hommages, ''Ses vers sont bruissants'', ''Hantés par les splendeurs des ors et des coraux'' certaines maladresses, déjà soulignées, sur lesquelles je ne reviens pas, et la mièvrerie (pour ne pas dire la niaiserie) de certaines images ''l'armoire des songes écoliers'' gâchent un peu l'ensemble.

En somme, n'en déplaise à quelques louanges trop enthousiastes ou trop peu informées, votre poème pour moi tient davantage du sympathique devoir d'écolier que du ''trophée'''. Mais je ne vous apprends sans doute d'ailleurs rien.

   Lulu   
19/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Hananke,

Je trouve ce poème vraiment magnifique… Il exprime, en plus de l'hommage que vous rendez au poète, qui aurait pu être juste formel et distant, une belle émotion que j'ai surtout perçue dans les tercets, lesquels m'ont un peu plus touchée.

L'ensemble est bien travaillé, et l'on sent, quelque part, cette enfance qui vous a marqué dans l'apprentissage des mots de la poésie.

J'aime particulièrement ce passage : "Et chacun se souvient, lorsque s'ouvre l'armoire / Des songes d'écoliers, de sonnets exaltants"... Eh oui, je me souviens aussi, et votre interpellation me touche… Dans mon souvenir, cependant, j'ai plus été marquée par Rimbaud qu'Heredia que je ne connaissais pas encore…

Merci à vous de ce partage et bonne continuation.

   Curwwod   
19/9/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Qu'on apprécie ou non le Parnasse, c'est une question de sensibilité à la beauté ordonnée et souvent une question de mode, ce texte magnifiquement écrit évoque avec Hérédia une période de notre littérature incontournable. Evidemment " l'art pour l'art " n'est plus aujourd'hui ce qui touche une majorité de lecteurs qui vont pourtant s'extasier devant le Parthénon ou la vénus de Milo. Il n'en reste pas moins qu'Hananke s'érige en digne continuateur (trice?) de ces poètes inspirés avec sa science de la prosodie classique et le sens des images somptueuses.
Continuez, s'il vous plait, à nous offrir encore de ces textes qui touchent à la perfection.

   TheDreamer   
19/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Une gageure que de vouloir écrire sur José-Maria De Hérédia. Un poète dont je connais fort bien l'oeuvre poétique faite d'une succession de sonnets enfermés dans son unique recueil "Les Trophées".

Vous nous proposez ici un sonnet régulier de style marotique en ABBA ABBA CCD EED qui tente de survoler en 14 vers, quelques 118 poèmes sur tout ce que l'histoire humaine à travers les âges et la mythologie ont connu. Comment s'emparer d'un tel sujet ? Difficile.

Chaque poème de ce recueil est un bijou plus ou moins ciselé qui dit le classicisme corseté de leur auteur qui ne s'écartera jamais dans aucun poème à faire vibrer sa corde sensible.

Votre poème montre un instantané de l'oeuvre de Hérédia qui pour être exacte (vous insistez sur l'aspect de découverte de son oeuvre, je pense au sonnet "Les conquérants" en particulier) et très parcellaire.

Merci.

   Willis   
19/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Hommage à HEREDIA, mais aussi nostalgie d'écolier.
Pas d'envolée, tout dans le feutre. La reconnaissance de l'artiste et cette armoire aux trésors, relatés avec douceur. Belle écriture. On retrouve votre style. (oui, j'étais là, voici un siècle).
Premier quatrain superbe. Pour le deuxième "voiliers" me gêne un peu pour son assonance avec Aventuriers. Aucune erreur, juste mon oreille.
Le ^ de grâce aussi, mais le mot est si juste dans le tercet, qu'il est nécessaire.
Félicitations.

   Quidonc   
20/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Hananke,
Bel exercice que cet hommage à ce poète épique. Cela m'a replongé quelques années en arrière, au temps ou nous devions réciter "Les Conquistadors"
Ce poème est très proche de ce que j'ai ressenti à l'époque à la lecture des vers de José Maria de Heredia.
Pays inconnus, aventure, danger ...
Merci pour ce bain de jouvence.

Quidonc

   Anonyme   
23/9/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Les sonnets de Heredia ne peuvent plaire à tout le monde : leur recherche de la perfection formelle laisse peu ou pas de prise au lyrisme, et l'on dira que ses vers, s'ils sont magnifiques d'un certain point de vue, manquent de chaleur d'un autre.

Comme vous, je pense que "Ses vers sont bruissants dans la ruche mémoire".

C'est un sympathique hommage à sa mémoire et à vos souvenirs d'écolier que vous rendez ici.

   erratum   
25/9/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir, Hananke !
Que dire de Hérédia ? J'ai toujours en mémoire son fameux sonnet "Les conquérants" ! Il était l'un des maîtres de cette forme poétique et je suis très touché par Musset dont j'ai les oeuvres complètes ; hélas, j'ai lu trop peu de poésie classique bien que je m'échine à en écrire. Votre sonnet est remarquable et je ne reviendrai pas sur les coms précédents ; j'ai écrit un sonnet en hommage à Musset qui semble procéder de la même envie de louer un grand poète... On sent bien le souffle du sonnet de Hérédia cité plus haut ; le tercet final est, à mon humble avis, écorné par la rime mal venue "exaltants/temps", mais j'aime votre écrit !

   Beaufond   
17/10/2018
Le ton, la pente prise, le côté durement rhétorique du poème me gâte un peu la lecture : "chacun" oui mais non, puis les songes écoliers... Heredia mérite mieux, peut-être ?

Quelques vers et expressions succulents : les voiliers mythiques, les ors et les coraux, l'inventive ruche mémoire (que j'ai d'abord crue riche) (que je crois apprécier), et la pointe éblouissante du sonnet.

Il y a de nombreuses couleurs en ce poème, une sensualité purement visuelle correspondant fort bien avec le poète cité.

Est là comme une enveloppe à déchirer pour y trouver le vers doré ; en poésie, le postier a pourtant la main propre.

   Eryblis   
22/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un superbe hommage, que n'aurait certainement pas renié le grand poète lui-même ! Vous avez résumé toute la majesté et la grâce de ses sonnets dans le vôtre ; mention spéciale au deux tercets finaux, qui en appellent à la belle nostalgie dune enfance déjà envoûtée par le Beau.
Bravo !


Oniris Copyright © 2007-2018