Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Hiraeth : Cindy
 Publié le 06/03/18  -  6 commentaires  -  755 caractères  -  159 lectures    Autres textes du même auteur

The moon has a strange look tonight.

Look at me, Narraboth, look at me. Ah! thou knowest that thou wilt do what I ask of thee.
(Oscar Wilde)


Cindy



Dansez pour moi, Cindy, si triste est cette nuit.
Dehors les chiens sont rois, ici vous êtes reine,
Dansez pour un déchu d’une époque lointaine…
(Vêtu d’ombre et d’exil, tous les anges m’ont nui.)

Dansez pour moi, Cindy, car je suis Antipas,
Vous êtes Salomé ; rendez ma Galilée,
Et puis ma Samarie, et toute ma Judée :
Ce monde me revient quand brillent vos appas.

Regardez-moi, Cindy. Ne voyez-vous mes sous ?
Ils pleurent de ma main, ces grands rêves dissous ;
Voudrez-vous donc bouger autour de cette barre,

Me faire un peu plaisir, juste le temps d’un soir ?
Le diable à mes côtés lentement vient s’asseoir…
Ne pourrai-je jamais quitter ce temps barbare ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
18/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
C’est l’histoire, racontée par Oscar Wilde et mise en musique par Richard Strauss, de Monsieur Hérode junior dépouillé par un empereur fou de ses territoires palestiniens, et qui s’abandonne à la séduction incestueuse de sa sulfureuse belle fille –petite nièce, réputée pour son goût à suicider les gardes et décapiter les prophètes.
Et le poète transporte son roi déchu et déprimé dans un cabaret moderne où il voit Cindy, danseuse à la barre, comme une Salomé réincarnée.
Les thèmes bibliques alimentent souvent la poésie classique, et le texte proposé est dans cette tradition. Je n’ai pas bien compris l’histoire des sous, mais le poème est inspiré et dans le ton.
Il demeure qu’il est quand même un peu élitiste, réservé aux lettrés-historiens, ou aux…gratteurs de wiki.
Salomé avait mis les voiles. Je crains que quelques lecteurs en fasse autant.

   Ramana   
21/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le parallèle entre Cindy et Salomé (si l'on suit votre incipit) ainsi qu'entre vous et Antipas ne m'apparait pas très pertinent au regard du message rendu. Lorsqu'on lit ce passage de la bible qui a inspiré Oscar Wilde, il y est question d'obtenir la tête de Jean le baptiste, alors que chez vous, le parallèle s'arrête à ce que l'on interprète comme étant une nostalgie d'un exilé pour un lieu, et une époque aussi "barbare" qu'elle soit ; nostalgie que l'on soigne en payant une danseuse érotique qu'on imagine être Salomé... Enfin pour ma part, c'est ce que j'y vois.
Néanmoins, j'ai bien aimé ce texte qui transporte le lecteur avec poésie dans nos racines culturelles mi légendaires, mi historiques.

   Hananke   
6/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour

Poème de bonne valeur mais que je trouve trop inégal.
Après 2 quatrains intéressants d'un point de vue poétique exotique,
je trouve que le récit s'écroule quelque peu dans les tercets
que j'ai du mal à appréhender, surtout le premier. Mais bon,
il possède, peut-être des références que je ne connais pas.

La recherche systématique de rimes riches affaiblit l'ensemble
pour moi.

   papipoete   
6/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Hiraeth
Je vois 2 scénarios pour évoquer votre poème ; l'Avare de Molière avec tout son or qui " ne pleure pas de ses mains " puisqu'il le cache ; " Don Corleone " le parrain qui ordonne qu'une belle danse devant lui pour lui rappeler son village de Sicile, en se lovant autour d'une barre dans un moment de " pole-dance " .
NB je sais bien que je suis hors sujet, mais pour " qui n'est pas lettré ", peut imaginer sa version de " Cindy " . Et je reste sur mon canapé, sirotant un Bourbon, face à Cindy qui danse sous la boule à facettes .
Je ne vois pas ce qui techniquement, s'oppose à la forme " néo-classique " ? peut-être au 4e vers " nui " se dit-il " nu/i " ?

   Anonyme   
6/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je vous ai lu, relu et relu encore.

Très belle écriture, sa lecture en est bien agréable.

C'est tout l'ensemble du poème qui m'a produit son effet, il en ressort une atmosphère un peu étrange et déroutante. Il y a comme une superposition de la grande Histoire et de la petite histoire de la vie. Ainsi l'on peut penser parfois qu'elles ne sont pas toujours aussi éloignées l'une de l'autre, et à quel moment l'une prend le pouvoir sur l'autre.

J'ai beaucoup aimé, la manière dont je me suis trouvé embarqué par votre poème, c'est sans doute cela le "pouvoir" des mots bien menés, avec subtilité et aisance.

   PIZZICATO   
6/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↓
De la Bible à Strauss en passant par Oscar Wilde ; ici, une adaptation parmi d'autres, assez libre de Salomé.

Le narrateur devient Antipas et Cindy Salome qui danse pour lui.
Je n'ai pas été intéressé véritablement par ce texte.


Oniris Copyright © 2007-2018