Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie néo-classique
Jano : Douce nuit
 Publié le 26/05/11  -  11 commentaires  -  612 caractères  -  293 lectures    Autres textes du même auteur

Une âme noctambule.

Illustration


Douce nuit



Je suis enfant de l'ombre,
Que nul être ne voit,
Je sors quand il fait sombre,
Comme un chat sur les toits.

À la lune je trace
Des arabesques pâles,
D'effarantes grimaces,
Sur le front de murs sales.

Le long des rues éteintes,
Je vois chuter les rêves,
Pleurer l'âme défunte.
- Un rideau se soulève -

Et les recoins obscurs
Où s'enfoncent les rats
Me ramènent à l'ordure,
Qui coule sous mes pas.

Ô fange de mes nuits !
C'est ici que je puise
L'inspiration, le cri,
Le choix des lettres grises.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   socque   
8/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Très bonne ambiance ! Je n'aime guère le rythme d'hexasyllabes que je trouve facilement monotone, mais là je trouve qu'il convient bien. Je crois que la vigueur du vocabulaire (les murs sales, l'ordure) aide ici à conserver une tension au poème.
Le dernier quatrain ne me plaît guère parce que je n'apprécie pas la mise en abyme de l'acte d'écrire, mais enfin c'est mon problème.
Sinon, une expression sobre et nette, un champ lexical sans chichi, j'aime.

   Pascal31   
15/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Un poème qui se laisse gentiment lire. Je n'ai rien trouvé de spectaculaire, rien non plus qui m'ait vraiment déplu, à part peut-être un manque d'originalité.
Sur la forme, le poème glisse aisément, comme cet enfant de l'ombre errant sur les toits.
Dommage qu'il n'y ait pas ce petit supplément d'âme qui aurait permis au récit de réellement se démarquer.

   Lunar-K   
15/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Un trop gros manque d'originalité dans le choix et le traitement de ce thème. Le poète qui s'inspire de la nuit, symbole évident, pour noircir son âme et ses oeuvres. Je ne dis pas que cette idée rimbaldienne d'après laquelle le poète doit se faire "voyant", c'est-à-dire crasseux, n'est pas intéressant ; elle l'est ! Mais elle a été tellement reprise qu'il faut l'approfondir bien davantage, où au moins la traiter plus subtilement, pour espérer lui rendre un peu d'éclat.

Je n'ai donc rien trouvé à me mettre sous la dent dans ce texte. Pas qu'il soit mal écrit, mais il est trop gentil, trop simple et surtout trop facile (rimes, vocabulaire, versification...), soit : en totale inadéquation avec le sujet traité.

Je pense qu'il faudrait vraiment, si vous voulez encore intéresser le lecteur à ce sujet, l'approfondir et peut-être trouver l'angle d'attaque original, qui éveillerait davantage notre curiosité.

   Raoul   
26/5/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Ouille, je m'ennuie ferme…
Pas que ce soit mal écrit, mais je n'y trouve pas une idée originale, pas une audace, pas une aspérité, et cette fadeur voulue de miniature fait, du coup, ressortir le manque de fond, et la pose prise par l'auteur.
Pour, moi, c'est un écrit complaisant et vain.
C'est le genre de texte qui ne tient que par la torsion du point de vue (un sous texte et de l'induit), là le point de vu est trop banal, descriptif et frontal pour que dans une ombre le lecteur trouve quelque chose à imaginer afin de s'approprier un tant soit peu le poème, du coup, à part la joliesse -relative- du tintement des mots entre eux…
Je ne comprends pas la motivation qui pousse à écrire un tel poème (il aurait pu être du dix-neuvième siècle) aujourd'hui.
Désolé mais je n'accroche pas du tout.

   Charivari   
26/5/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai beaucoup aimé.

Très simple, mais avec des images fortes, un vrai il conducteur, et une prosodie intéressante. On pourrait aisément en faire une chanson.

J'ai particulièrement aimé :
Le long des rues éteintes, Je vois chuter les rêves / l'ordure,
Qui coule sous mes pas. / Ô fange de mes nuits ! / les lettres grises.

Par contre je trouve que la première strophe est un peu maladroite.

   chachnikov   
26/5/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Bonjour,

je trouve qu'il y a un bon rythme.. j'apprécie beaucoup moins les sonorités.
Pour le contenu, je n'aime pas. Je n'ai pas été transporté, trop gentil et trop convenu.

Au plaisir de vous relire.

   pieralun   
26/5/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Beaucoup de fluidité et de musique dans ce texte ( pas un rock certes).
Des petits hexasyllabes qui auraient nécessité plus de rigueur au niveau prosodique, mais l'ensemble tient la route.
Des mots et un propos très simple qui à mon sens servent la poésie.
J'ai beaucoup aimé la quatrième strophe et le magnifique dernier vers: quelquefois, l'émanation de la poésie tient en quelques mots, et , pour moi, " Le choix des lettres grises." en est une.

   Meleagre   
26/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien
Ce poème compte plusieurs qualités que j'apprécie.
J'aime le choix des hexasyllabes, qui donne un rythme fluide, léger, rapide, convenant assez bien à cette déambulation nocturne. Ce poème est agréable à lire à haute voix, avec une harmonie légère.
Quelques beaux vers : "Je vois chuter les rêves, / Pleurer l'âme défunte.", la 4e strophe, "Ô fange de mes nuits !", "Le choix des lettres grises."
J'apprécie moins la première strophe, qui manque d'originalité.

Mais, malgré ces qualités, je ne suis pas emballé. Il manque quelque chose, je ne sais pas trop quoi. Peut-être un souffle poétique, qui vienne transformer un sujet assez commun en une œuvre personnelle. J'ai aussi l'impression que le rythme est trop léger, le vocabulaire trop familier, pour un sujet si noir : le poète puise son inspiration dans la "fange de ses nuits". Ici, cette fange est évoquée, dans la 4e et la dernière strophe, sans qu'on insiste sur sa noirceur, sur l'ordure. La légèreté du poème cache trop l'obscurité.

   beth   
26/5/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Joli Tag ! Joli cri ! Beau poème : court, progressif, cohérent et simplement (bien) dit. Et je relis, et relis : vraiment tout me plait…chaque strophe…rien à retoucher…(j’ai pensé à Rimbaud)
Du coup je suis allée lire « Animal minéral », « Hurlante Nova » et « Mater delorosa »: jano, je continuerai à vous lire, merci d’écrire. (Je vais lire les nouvelles)

   Anonyme   
29/5/2011
 a aimé ce texte 
Bien
J'ai bien aimé l'ensemble et beaucoup aimé la fin (images et sonorités). Je pense que si la première strophe peut être retravaillée (voire supprimée?) alors je pourrais dire que j'ai beaucoup aimé le poème.
En tout cas, ça se lit bien, c'est visuel et le sujet (même s'il est souvent traité) est intéressant.

   Lulu   
25/3/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Magnifique poème que je trouve très dense.

A partir du titre, je m'attendais à une tout autre atmosphère. Ici, c'est le gris qui l'emporte, mais rien ne semble tragique, tant cela est dit d'une manière douce.

J'ai beaucoup aimé le rythme qui va à celui des pas du locuteur, et ce, dès la première strophe. Du coup, en tant que lecteur, on est comme happés par ces pensées qui ne nous appartiennent pas.

Merci pour ces lettres grises qui n'ont pour grisaille que l'apparence de la ville, car la poésie domine dans votre texte, et cela est fabuleux.


Oniris Copyright © 2007-2018