Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
Jano : L'oiseau de mauvais augure
 Publié le 11/01/14  -  6 commentaires  -  974 caractères  -  229 lectures    Autres textes du même auteur

Sombre destin.


L'oiseau de mauvais augure



Oui, l'oiseau tint ces paroles :

« Un jour viendra

Où l'herbe perdra son bel éclat d'émeraude,
Le ciel se chargera d'émanations de suie,
Des nuages s'égouttera une pluie chaude,
Sale, à peine verra-t-on le soleil qui luit.

Un jour viendra

Où d'océans stériles, de forêts désertes,
Plus aucun cri, aucun chant ne s'élèvera,
Au désespoir des poètes, la muse inerte,
Qui n'auront rien à célébrer sinon le glas.

Un jour viendra

Où l'enfant blême, dans l'ombre des tours immenses,
Démesures d'un paysage de béton,
Ne goûtera la nature, son opulence,
Qu'à travers des écrans scintillants d'illusions.

Un jour viendra

Où la planète bleue, squelette décharné,
Par la multitude sa surface exiguë,
N'offrira que les étendues vides, glacées,
Du champ des étoiles pour trouver une issue. »

Puis l'oiseau prit son envol.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   leni   
11/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Jano
Aprés le big bang et son expansion il y aura selon certains une contraction :on y est dans votre poème Qui flirte avec la tristesse
Contenue néanmoins.J'aime votre idée de l'oiseau Et des poètes seront désespérés...devant des tours de béton...restera des écrans
scintillants d'illusions...Tout à fait!!! Et c'en est fini de la planète bleue
J'ai eu l'envie de rajouter un vers Oui c'était un oiseau bleu Pourquoi?Je n'en sais rien je vous remercie pour cet excellent moment Mon salut cordial Leni

   Robot   
11/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très beau poème, qui montre une face sombre de l'avenir. Une réminiscence de l'apocalypse.
Beaucoup de belles expressions dont je retiendrai l'actualité du si réaliste quatrain:
"Où l'enfant blême, dans l'ombre des tours immenses,
Démesures d'un paysage de béton,
Ne goûtera la nature, son opulence,
Qu'à travers des écrans scintillants d'illusions."
Mais mon optimisme naturel tend à me conduire vers l'espoir de ceux qui luttent pour que le sermon de ce "z'ailé" prédicateur ne devienne pas une réalité, tant qu'il y aura des êtres humains sur la planète. Pour l'ultime issue, il semble que le soleil et le cosmos aient réglé l'affaire par avance. D'ici là, l'humanité à quelques millions d'années pour devenir sage...
mais...

   senglar   
11/1/2014
Bonjour Jano,


Trop de négations sans doute, trop d'inversions du sujet aussi (pour les servir c'est-à-dire les appuyer, et pour servir le négatif de la vision). La virgule me semble inappropriée derrière "d'émeraude". Je crois que dans l'ensemble la ponctuation mériterait plus de points que de virgules en extrémités de vers. Si c'est "désert" il est redondant qu'aucun "chant" ne puisse s'élever. "la muse inerte" est lourd(e) en apposition à... "désespoir" (?). Le glas reste un cri à sa façon (étouffé). 'immense' peut-il aller jusqu'à prétendre à la 'démesure' ? Enfin, si le ciel est chargé de suie comment peut-on y voir les étoiles ?

A trop vouloir démontrer... lol.

Bon... C'était le but hein :)
'Plus d'espoir, partant plus de joie !'

Les augures sont romains, alors comme ces harupices il nous reste la possibilité de changer ce "Sombre destin" en tentant la lecture de l'avenir dans les entrailles d'un boeuf.. ou en attendant le prochain vol un autre matin qui passerait à droite du Palatin. Triste prophète va ! :)))


Brabant

Je n'évalue pas, je demande à ce que vous rebattiez les cartes Jano... jusqu'à ce que vous me sortiez un bon tirage.

Lol

   PIZZICATO   
11/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Visionnaire, réaliste ? Pour ma part ce poème allie les deux.
Autant d'images, sombres certes, mais qui essaie d'imaginer le devenir de notre planète si l'on ne tente pas de redresser la situation; s'il en est encore temps...
Doit-on croire l'augure de cet oiseau ?

   Alexandre   
11/1/2014
Bonjour Jano... Rien à dire pour le thème auquel j'adhère totalement tout en sachant que notre jolie planète bleue est de toute façon condamnée à terme... dans environ quatre milliards d'année si ma mémoire est bonne. Reste quand même à la ménager pour aller le plus loin possible, on est bien d'accord !

Pour ce qui est de la forme je suis plus réservé...

C'est du contemporain toutefois plus ou moins rimé mais ce n'est pas là que le bât me blesse.
Le problème est dans la métrique, car si globalement le poème est basé (qu'on le veuille ou non) sur l'alexandrin, certains vers sont trop longs, d'autres trop courts et ça perturbe "ma" lecture...
Oui, je sais, je suis un vieil emmerdeur mais c'est ainsi que je le ressens et c'est dommage pour ce texte.
J'espère que vous ne me tiendrez pas rigueur pour ma franchise...
Je m'abstiendrai de toute appréciation car je suis sûr que vous pouvez faire mieux à peu de frais !

   melancolique   
21/1/2014
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Jano,

C'est un texte qui décrit un avenir assez sombre pour cette planète.J'aime bien l'idée et c'est très bien écrit, avec des images bien trouvées, dont je cite:

"Au désespoir des poètes, la muse inerte,
Qui n'auront rien à célébrer sinon le glas."

"Où l'enfant blême, dans l'ombre des tours immenses,
Démesures d'un paysage de béton,
Ne goûtera la nature, son opulence,
Qu'à travers des écrans scintillants d'illusions."

J’espère en fait que ce jour ne viendra jamais...

Merci pour cette lecture et au plaisir de vous relire.

   pheukiou   
17/11/2014
Commentaire modéré


Oniris Copyright © 2007-2018