Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
Jano : Larguer les amarres [concours]
 Publié le 10/12/11  -  13 commentaires  -  3178 caractères  -  217 lectures    Autres textes du même auteur

Larguer les amarres quand on en a marre c'est aussi chouette que prendre la poudre d'escampette !


Larguer les amarres [concours]



Ce texte est une participation au concours n°12 : Chansons (informations sur ce concours).







Par JMD


Lundi à midi,
Ma vie prend un autre chemin,
J'enlève la laisse du chien,
Je brûle toutes mes factures,
Et saute par-dessus les murs.

Mardi je le dis,
Dernière fois que je me lève tôt,
Pour me rendre au boulot,
J'embrasse Simone et les autres,
Non, je n'étais pas des vôtres !

Adieu monsieur le directeur,
Je m'en vais rejoindre les mouettes,
Je ne veux plus regarder l'heure,
Voici le temps des pirouettes.


Mercredi tant pis,
Je quitte pour toujours ma femme,
Notre amour a perdu sa flamme,
Les enfants sont grands maintenant,
Ils comprennent mes cheveux blancs.

Jeudi c'est ainsi,
Mon banquier me prend pour un fou,
Quand je crie « rendez-moi mes sous ! »
Et les poches pleines de billets,
Je cours acheter un bilboquet.

Adieu monsieur le directeur,
Je m'en vais rejoindre les mouettes,
Je ne veux plus regarder l'heure,
Voici le temps des pirouettes.


Vendredi promis,
J'abandonne le gris des villes,
Un bonheur sans cesse en péril,
Le bruit, l'agitation des foules,
Ces choses qui rendent maboul.

Samedi aussi,
Je pars le sac sur le dos,
Avec mon bâton, mon chapeau,
J'entends la mer qui m'appelle,
J'arrive, j'arrive ma belle !

Adieu monsieur le directeur,
Je m'en vais rejoindre les mouettes,
Je ne veux plus regarder l'heure,
Voici le temps des pirouettes.


Dimanche endormi,
Sur une meule de foin,
Mon passé semble si loin,
Que je finis par l'oublier,
Enfin libre de recommencer.

Adieu monsieur le directeur,
Je m'en vais rejoindre les mouettes,
Je ne veux plus regarder l'heure,
Voici le temps des pirouettes.




Licence Creative Commons
Larguez les amarres de Jano est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 2.0 France.



 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Charivari   
10/12/2011
Salut Jano et Jmd.

Désolé de vous dire que je n'ai pas aimé.

Pour ce qui est du texte, bon, c'est un peu plat, pas follement original, mais pourquoi pas... Dans le cadre d'une chanson où la voix n'est considérée que comme instrument. Dans le cadre d'une "chanson à texte" c'est beaucoup trop léger, tout de même.

Pour ce qui est de la musique : c'est raté selon moi.
L'idée d'un rock'n'roll n'était pas mauvaise. Le problème c'est que d'une part, la voix est beaucoup trop en avant, elle bouffe tout l'accompagnement (problème de réglage et d'enregistrement, ici), mais surtout, elle ne swingue pas et il y a de vrais problèmes de justesse. L'accompagnement derrière est effectué par une machine, et du coup, manque cruellement de percutant et de feeling. On devrait avoir envie de danser, et ce n'est pas le cas.

Je pense qu'en refaisant le mix voix-accompagnement, on gagnerait déjà beaucoup, en réenregistrant la voix, beaucoup plus, et en prenant de vrais instruments, encore plus.

   Pat   
10/12/2011
Je n'ai pas aimé cette interprétation. Il y a de gros problèmes de justesse au niveau du chant et de mixage (on n'entend pas assez la musique, c'est dommage, parce que c'est ce qui me paraît le mieux maîtrisé, bien que ce soit un thème classique). Le texte aurait pu passer sans le refrain où "adieu M. le Professeur" m'a vraiment gênée tant il m'a rappelé une autre chanson populaire. Du coup, j'ai tendance à rester accrochée sur ce passage. En faisant un effort de lecture, je trouve les paroles pas très élaborées, même si le thème est sympa (un certain humour dans ce "ras-le-bol"). Elle auraient pu être suffisantes avec une interprétation plus pêchue.

   widjet   
10/12/2011
Pas pu me concentrer ni sur la musique ni sur le texte.
Car la voix est... hem...hem... assez insupportable pour mes pauvres esgourdes.

Sorry.

W

   Jano   
10/12/2011
Je ne compte pas ouvrir un fil sur cette chanson. Juste pour dire que je pense aussi qu'il y a un problème sur le placement de la voix. La musique est sympa mais trop en retrait.
Je reconnais que mon texte est simplissime et aurait mérité plus de travail. Quoiqu'il en soit JMD, je suis content que tu l'aies choisie, pour moi ça a été une super expérience.

   brabant   
10/12/2011
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour Jano,


Enfin un texte de chanson qui ressemble à une chanson, me suis-je dit, le gars qui fait ses valises et du lundi au samedi, reprend sa liberté, sans se casser la tête.

Et qui, le dimanche, a gagné le paradis des zoziaux !


C'est le plus souvent ça, une chanson, ça n'a pas de prétention et c'est guilleret ; ça n'a pas obligatoirement besoin d'être une chanson à texte.

Une chanson pour rien, une chanson de rien, ça permet de se vider les soupirs. Finalement, c'est fait pour ça, une chanson. Non ?...


La musique et l'interprétation manquent d'entrain et de sauts de cabri, sont beaucoup trop en deçà ; pourtant il y avait de quoi faire avec le "bilboquet", les "pirouettes" et les "mouettes" !...

C'est du Zanini, ça ! Avec une voix de fausset.

Pas la Complainte de la Butte...

Désolé JMD, bravo quand même !

   misumena   
10/12/2011
Bonjour, Jano et JMD,

J'ai décidé de commenter toutes les chansons de ce concours sans laisser d'évaluation. Dans le cas de cette chanson, c'est préférable. Je suis désolée, mais je ne peux pas seulement dire que je n'ai pas aimé : selon moi, c'est une catastrophe !
Les précédents commentateurs ont bien noté le principal problème : la justesse. A dire vrai, c'est un défaut également présent dans "Le Trouvère", mais moins marqué.
D'un point de vue plus personnel (et donc fort subjectif), la musique ne me plaît pas et l'interprétation instrumentale en midi me fait fuir.
En ce qui concerne le texte, ben ce n'est pas non plus ma tasse de thé. Il y manque le second degré ou le mordant qui ferait passer un peu mieux le message. Mention spéciale ratage à "le bruit, l'agitation des foules - ces choses qui rendent maboul". Mais bon, on ne demande pas forcément de la profondeur à un texte de chanson. C'est pour cela que dans le cas de celui-ci, la légèreté et la vivacité s'imposaient.

   bulle   
11/12/2011
Dans toute chanson, les paroles sont plus que dépendantes de la musique et de l'interprétation.

J'ai compris la démarche 'festive' de JMD à vouloir endiabler ces amarres, mais je trouve que le 'flow' ne suit pas.
Les décalages/asynchros s'entendent, la voix est trop en avant et couvre également trop la musique. C'est dommage.
L'ensemble manque d'énergie, à mon goût.

Le texte ne me dérange pas tant que ça par contre et au contraire, même si le refrain en rappelle un autre (de Hugues Aufray).

J'aurais pu apprécier davantage si le déjanté, tel qu'il se présente par les paroles, s'était invité avec plus de conviction dans l'accompagnement.

   Meleagre   
10/12/2011
Le titre était assez prometteur, et j'attendais une sorte d'hymne à la liberté. J'aime bien les jeux de mots de la présentation, aussi !
Il y a de la légèreté dans ce texte. Bon, ce nouveau départ est traité de façon pas toujours très originale. Je n'accroche pas trop, par exemple, avec "Dernière fois que je me lève tôt, / Pour me rendre au boulot", "Je quitte pour toujours ma femme, / Notre amour a perdu sa flamme"...
Mais quelques expressions assez loufoques m'ont fait rire :
- dans le refrain : "je m'en vais rejoindre les mouettes", "voici le temps des pirouettes"
- "Et les poches pleines de billets, / Je cours acheter un bilboquet."
- "endormi, / Sur une meule de foin...".

La mélodie est pas mal, assez entraînante, avec un brin de folie. Les percus donnent un bon rythme ; la partie clavier pourrait être un peu plus étoffée, notamment sur les couplets ; quelques passages de guitare sonnent assez bien. Malheureusement, on entend trop la voix, pas toujours juste, et on distingue trop mal les instruments, la voix du choriste sur le refrain.
C'est JMD, le compositeur et le chanteur, comme sur mon Trouvère ? Ce n'est pas vraiment le même style. C'est marrant, je ne reconnais pas vraiment sa voix.

   David   
11/12/2011
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Bonjour Jano et JMD,

La voix m'a surpris, l'orchestre semble très loin derrière mais surtout, sur les paroles, elle n'est ni souriante comme celle d'un Bourvil ni détaché comme celle d'un Dutronc pour une chanson qui met en avant l'humour, le ton choisi ne m'a pas du tout convaincu, c'est pas "hautain" le bon mot mais je ne trouve pas mieux que ça, c'est trop arrondi je dirais. La chanson ferait le récit d'une escapade en décomptant les jours. Lundi, il y pense ; mardi, il y pense ; mercredi, il le fait ; jeudi, il passe à la banque ? Il peut pas décider de partir et expédier la banque dans la même journée ? Vendredi, Samedi, dimanche, il profite... je croirais presque qu'il va retourner au boulot le lundi suivant, tellement j'imagine le personnage au-delà de la nonchalance, par habitude, par grégarisme, tellement il colle au monde qu'il dénigre. Et il me semble bien que c'est ce qui est dit avec : "Enfin libre de recommencer." Il va retrouver sa femme et son boulot !

Dans ce contexte particulier, mais vraiment avec le texte sous les yeux, je peux imaginer la voix comme finalement crédible avec le personnage, un numéro d'acteur. Ça donnerait une poésie à ce couple improbable de la voix et du texte.

   funambule   
11/12/2011
 a aimé ce texte 
Un peu
Maîtrise des mots et... pour ce qui me semble être un "essai" dans le genre, je devine la compréhension intuitive de l'auteur de ce qu'est un texte de chanson, chose qui n'est pas donné à tout le monde. Après il manque un peu de condensation dans le sens... et cette liberté glissée entre les lignes qui permet à l'imaginaire de s'envoler, au lecteur d'identifier une part de soi... à la chanson.
Pour autant je trouve l'essai bien plus qu'encourageant. A poursuivre selon moi donc (car j'ai eu la curiosité d'aller voir les multiples facettes de l'auteur).

La chanson est un peu ratée mais c'est toujours intéressant de voir ses mots interprétés ainsi... et comme tout est améliorable...

   Anonyme   
12/12/2011
 a aimé ce texte 
Pas
J'apprécie la légèreté du texte. Un écolier ou un professeur en gentille rebellion-vadrouille. Certes, pas facile peut-être de la mettre en musique, quoique... difficile de faire pire que cette adaptation là.

   placebo   
4/1/2012
Une chanson assez longue, avec quelques variations dans la longueur des vers qui obligent à prononcer des "e" en fin de mot certaines fois et d'autres non, un refrain peut-être améliorable…
Mais c'est tout ce que je trouve comme défauts et une adaptation correcte aurait pu passer sans problème par dessus ces points du fait justement de l'adaptation. Le thème est classique, un "raz-le-bol" qui peut provoquer une certaine empathie.

Bon, concernant l'adaptation, je suis comme les autres et n'ai pas trop apprécié… le rythme donné par la voix manque d'entrain, effectivement on n'entend pas beaucoup la musique derrière, et je ne peux qu'approuver ceux qui parlent de justesse, ton, rythme.

'fin, c'est pas la mort non plus, ça sera mieux une prochaine fois :)

placebo

   leni   
8/1/2013
J'ai fait connaissance avec votre chanson et ses commentaires par curiosité Il y a matière à modeler sur ce sujet qui est original Bien vôtre Leni


Oniris Copyright © 2007-2017