Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
JasminKelzief : Poker parricide au coeur des Perséides
 Publié le 18/07/19  -  9 commentaires  -  1612 caractères  -  174 lectures    Autres textes du même auteur

Quoi de mieux qu'une mise sur univers pour enfin "tuer le père" ?
Poker entre un fils et son pater.


Poker parricide au coeur des Perséides



D’un jet sans sommations se meut son fanatique
Me tue en citations rieur comme apathique
Aspic abécédaire ersatz de réverbère
De pique est entiché et l’as a ma lumière

Dans le ciel horizon saint Laurent est passé*
Petit prince endeuillé voit son astre effacé
Cristalline aux raisons en passion ignition
C’est l’étoile effeuillée abstention d’ambition

Un roi demeure, écarts : dans ses bras un Icare
Son fils s’en est allé point de rose effrontée
Volontés, vacuités, font sa mort éhontée

À l’ombre, est-ce un vieillard ? Sinon, une ombre avare ?
Sa carte est empalée un dard en exutoire
Hélios s’est éclipsé je suis sa trajectoire...

Aveuglé, enflammé, Scorpion s'est effondré
Orion l’a dépassé ton sang file encendré
La cour sans son palais fuit l’as comme une aumône
De rois et en carré ta main n’a plus de trône*

Dans les airs, un néant : sa froideur en patience
Renversé, cœur silence : un éclat dans l'errance
Messagère à la flèche ô jamais n’a voulu*
À mon père, à son fils, notre amour involu…

Pour vrai, les jeux sont faits : nul pot et statu quo !


_________________________________________
* 1. Les Perséides se produisent peu de temps après la Saint-Laurent. On les surnomme d’ailleurs parfois « les larmes de saint Laurent ».
* 2. Au poker, un carré est un ensemble de 4 cartes de rang similaire (ici 4 rois).
* 3. La « messagère à la flèche » périphrase Artémis (dans la continuité du mythe d’Orion).


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anje   
20/6/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Contemporain.
Je n'entends rien au poker et me perds en psychanalyse aussi prenais-je un mauvais départ. Mais je suis allé jusqu'au bout pour buter sur "involu" que je n'ai pas compris. En chemin, la ponctuation aléatoire m'a égaré et j'ai dû m'arrêter sur certaines associations de mots. Bref, je n'ai guère trouvé de plaisir dans ma lecture.
La découpe des vers 9 à 14 m'a semblé bizarre. On dirait un quatrain à rimes embrassées suivi d'un distique comme le reste du poème à rimes plates. Tous ces "ons" à la deuxième strophe sont sans doute voulues, je le respecte mais je trouve indigeste autant que les "é" de la cinquième, ou bien encore cette assonnance à la césure (écarts/Icare).
Anje en EL

   poldutor   
22/6/2019
 a aimé ce texte 
Pas
Que dire d'une telle poésie, sinon qu'elle est incompréhensible pour moi..
Pratiquement aucune ponctuation, ce qui rend la lecture très pénible vu la difficulté à reprendre son souffle...
redondance de rimes dans le même vers : voulu sans doute, mais dont je ne saisis pas l'utilité.
"Petit prince endeuillé voit son astre effacé
Cristalline aux raisons en passion ignition
C’est l’étoile effeuillée abstention d’ambition"

" ...un dard en exutoire "

"... cœur silence : un éclat dans l'errance"

Série de mot qui n'ont aucun rapport apparent entre eux :

"Aspic abécédaire ersatz de réverbère
aspic = vipère ou préparation de poisson
abécédaire = manuel pour apprendre l'alphabet.
ersatz = succédané (de réverbère ?)
Je n'arrive pas à saisir le rapport entre les expressions astronomiques, le poker, tuer le père (grandir, s'autonomiser) dans l'exergue...
Je suis désolé pour l'auteur qui à du beaucoup travailler sur cette poésie, mais je ne peux adhérer.

   Corto   
21/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Même en étant -comme je le suis- étranger au monde du poker, on sent dans ce poème un remue ménage et une rivalité sans merci.

Des expressions multiples sont évocatrices sans qu'on sache vraiment de quoi: "Aspic abécédaire ersatz de réverbère", "Aveuglé, enflammé, Scorpion s'est effondré".

On prend plaisir à voir ce jeu duel placé à le pointe du Québec, sans trop le comprendre et l'on reste volontiers songeur devant ces virtuoses qui se défient "A l’ombre, est-ce un vieillard ? Sinon, une ombre avare ?"

Le final ressemble à une poignée de main en fin de compétition "Pour vrai, les jeux sont faits : nul pot et statu quo ! "

Merci pour ce texte bien construit tout en restant dans son mystère.

   papipoete   
18/7/2019
bonjour JasminKelzief
Je joue au Rami le temps d'hiver avec ma douce, et encore je dois relire les règles... aussi, le Poker est pour moi l'équivalent de l'axiome d'Euclide dont je ne compris jamais le sens...
Je laisserai donc la place aux " pratiquants ", qui seront à même de battre vos cartes !

   PIZZICATO   
18/7/2019
Je connais le jeu de poker ; les Perséides des nuits d'août sont un spectacle éblouissant.
Mais ce mixage me laisse carrément sur la touche.
J'ai tenté une deuxième lecture, sans réussir à accorder pour autant un intérêt à ce texte.

Je passe mon tour....

A vous lire une prochaine fois.

   placebo   
18/7/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Comme pour les autres, un texte difficile à comprendre et commenter. Je pense que l'auteur a mis "trop", de mots, d'expressions, de sonorités et de thèmes dans son texte, comme s'il manquait de place pour expliquer plus clairement.
Un exemple de mes questions après plusieurs lectures : je lis "pique", "as", vient "petit Prince". Parle-t-on de St. Exupéry et des étoiles ? Ou alors du valet dans les cartes ? Des deux ? Du dévoilement des cartes d'un Texas Hold'em?
Un certain rythme en tout cas, et encore une fois cette richesse de mots.
Très bonne continuation,
placebo

   Eclaircie   
19/7/2019
Bonjour,

Je ne possède pas du tout les clés pour lire et apprécier ce poème.
Je ne connais rien au poker, très peu de la mythologie.
J'ai tenté de lire en faisant abstraction de ces éléments précis et de ne me laisser guider que par la forme.
Ça n'a pas été concluant là, non plus, j'avoue. La construction des vers me semble trop précieuse, alambiquée, avec force d'adjectifs, d'inversion, peu de ponctuation pour guider la lecture.

Je serai curieuse de découvrir le sujet en "discussions sur les récits" que vous ne manquerez pas d'ouvrir.

Bonne continuation,
Éclaircie

   Davide   
19/7/2019
Bonjour JasminKelzief,

Pourquoi privilégier les jeux de sonorités au détriment d'un "sens" ?
Pour moi, ce poème fantaisiste à souhait n'a pour fondations que des assonances et des allitérations. Fragile...

Cette histoire de poker parricide au cœur des Perséides est une très belle idée, mais son traitement manque de cohérence.
D'ailleurs, je n'ai pas compris le pourquoi de toutes ces références : "saint Laurent, "Petit prince", "Icare", "Hélios", "Scorpion".

Je suis désolé !
Merci pour la lecture,

Davide

   JasminKelzief   
21/7/2019


Oniris Copyright © 2007-2019