Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
kreivi : De temps en temps j'ai une âme
 Publié le 10/11/17  -  18 commentaires  -  1048 caractères  -  181 lectures    Autres textes du même auteur

Tout est dit dans le titre.


De temps en temps j'ai une âme



De temps en temps j'ai une âme.
Elle vient, elle va
sans emploi du temps particulier
sans plan cadastral

elle entre chez moi à l'improviste
s'assoie
allume une cigarette
fait des ronds de fumée
trempe un biscuit dans le café

tête nue sur le balancier de la pendule
sautant à la marelle sur la mosaïque
ou en équilibre sur la page d'un livre effeuillé
par un courant d'air…

Mais elle est craintive.
La moindre brusquerie
un mot de trop,
une cuillère qui tombe par terre
et hop
elle disparaît
comme un mail électronique

le matin quand je me réveille
j’ai un mal fou à la retrouver
Par contre dans la chambre je découvre
tantôt une pirogue en acajou
tantôt un piano mécanique
alors je la soupçonne d'être venue la nuit
mêlée à un rêve.

Je n'ai jamais su où elle habitait.
Mais je devine une cabane en hautes branches
dans les arbres de mon enfance


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Provencao   
24/10/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Je n''ai jamais su où elle habitait.
Mais je devine une cabane en hautes branches
dans les arbres de mon enfance"

J'ai eu l'impression à travers ces vers que vous n'etiez pas ce que votre passé a fait de vous, puisque vous semblez rester fondamentalement libre.

Mais est-ce à dire que vous pouvez faire le vide du passé?

N'est-ce pas une certaine stabilité, continuité dans le temps?

Belle écriture et belle réflexion offerte.
Au plaisir de vous lire
Cordialement

   Ananas   
31/10/2017
 a aimé ce texte 
Pas
Bonjour,

J'ai le droit de dire que l'incipit me dérange ?

Ceci étant dit...

La fin est sympa, c'est tout frais, et ça clashe avec le reste au niveau qualitatif, parce qu'il faut le dire entre Plan cadastral, comme un mail électronique (courrier électronique... mail électronique c'est un pléonasme), mêlée à un rêve, et ce de manière non exhaustive, je trouve que votre poème relève trop de maladresses au niveau poétique.

Le reste de l'oeuvre reste relativement plat, a du mal à décoller et à m'insuffler le soupçon poétique que je ne ressens pas à votre exergue, ou à votre titre, rien ne me parle...

Le thème est bon, et par moments, j'entrevois de jolies choses.

Mais on dirait que l'auteur(e) n'a pas osé aller au bout de son idée.

Je reste donc devant une poésie non aboutie, approximative, faible au niveau de la VPA globale, une chouille nombriliste (la poésie, pas l'auteur) et dont le fond est desservi par une forme non maîtrisée ce qui se ressent majoritairement sur le rythme et sur la lecture à l'oral.

Du coup j'ai presque honte de mon avis... presque... mais je pense que le potentiel que je sens dans les quelques choses qui m'ont plus est mal exploité dans la masse.

Désolée, la prochaine fois peut-être?
Bonne continuation...

   socque   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien le ton doux-amer de ce poème, et notamment la fin, avec le réveil du narrateur, sa recherche de l'âme enfuie.

Avant, je dois dire que je trouve le texte quelque peu verbeux (pourtant il n'est pas bien long). Je pense que la partie
elle entre chez moi à l'improviste
(...)
elle disparaît
comme un mail électronique
gagnerait à être resserrée. Bien sûr, le côté éparpillé est voulu, mais j'ai tendance à le trouver maladroit car carambolant de manière trop frontale l'éthéré et le prosaïque : une âme qui s'assoit, tête nue, l'image est presque burlesque pour moi. Et la cuillère qui tombe par terre fait trop de bruit : je pense qu'une âme s'effaroucherait à bien moins. Naturellement, vous êtes l'auteur, c'est vous qui voyez.

Mais vraiment les deux dernières strophes me plaisent bien. Ah, et une mention pour le premier vers, tout simple mais si insolite !

   Fowltus   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Trop se scories à mon goût, trop d'articulations ( mais/comme/contre/par contre/tantôt/alors (certains répétés)), viennent alourdir l'écriture qui pouvait, je pense gagner en légèreté sans dénaturer le fond.
Dommage car j'aime assez l’espèce de désinvolture ou de juxtaposition risquée dans votre écriture entre des éléments ordinaires (rond de fumée/biscuit dans le café/plan cadastral/cuillère qui tombe par terre) et cette âme dont la nature vous échappe.
Je vous suggère d'élaguer si le coeur (ou l'âme) vous en dit.
Merci.

   Marite   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Très intéressant comme thème. Par contre la forme s'apparente davantage à de la prose ordinaire, découpée, plutôt qu'à de la poésie. Ah ! aussi, pourquoi un point après " ... craintive." ? alors que la ponctuation est pratiquement absente de l'ensemble du texte ?
La troisième strophe m'a intéressée.
Dans la strophe suivante, la cuillère et le mail sont superflus.

   Eccar   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,
C'est étrange comme idée, une âme qui va et qui vient, comme une ch'tite souris craintive.
L'âme: cette entité inconsistante qui habiterait ce corps que nous sommes avant la mort et puis les limbes, ou certaines régions inventées par les diverses religions, après cette mort. L'âme: personne ne sait en fait ce que c'est. Ne serait-ce pas la conscience qui soudain apparaît à la conscience ? La conscience consciente d'être ?
Votre idée est intéressante car elle permet justement de se poser ces questions.
De là à en faire un texte guère transcendant, juste imaginatif, avec de ci, de là, de petites choses amusantes, des bibelots d'écriture posés sur une étagère qui vont très vite prendre la poussière...
C'était votre choix...
Mais... même si je suis attiré par l'idée je reste un rien déçu par son traitement, désolé.

   Robot   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
C'est simple, mais j'aime bien ces images et cette rédaction d'une banalité voulue qui lui confèrent une poétique particulière.
Poème à dire plus qu'à lire, un peu comme un slam.

   papipoete   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour kreivi,
Voilà une poésie dont la forme libre pourrait servir de modèle ( selon moi ) lors d'un exercice de prosodie .
Chaque ligne est alerte, démonstrative, et chaque mot porte une image de " poids " !
NB je vois très bien l'âme que l'auteur dépeint, elle apparait sous cette forme chez moi aussi " elle entre à l'improviste s'assoie et allume une cigarette " .
La 3e strophe est si parlante, quand la dernière clôt si bien le récit de ce " flash-back " !

   hersen   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
j'aime beaucoup dans ce poème tout un vocabulaire très prosaïque, de la vie de tous les jours, pour servir le concept de l'âme qui un coup est là, un coup n'est pas là.
Je trouve beaucoup d'allant à ce poème, j'en ai fait une lecture très agréable et j'aime l'originalité du thème.
La dernière strophe clôt vraiment bien ce poème.

merci de cette lecture,

hersen

   PIZZICATO   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est original ces pérégrinations de l'âme qui va et s'en revient.
Elle s'identifie à l'être " elle entre chez moi à l'improviste,
s'assoie
allume une cigarette
fait des ronds de fumée
trempe un biscuit dans le café. "

Une écriture simple qui laisse libre cours à la fantaisie des images.
Par contre je n'ai pas trop aimé ces allusions un peu... techniques : " plan cadastral, mail électronique ".

Je n'ai pas tenté de déceler le sens profond de ce texte ; peut-être l'inspiration (?).
Je m'en tiens à cette lecture agréable.

   fried   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Vous décrivez cette âme comme certains on chanté la solitude ou la liberté. C'est curieux et original car j'ai toujours associé l'âme à la religion. C'est une fantaisie qui la personnifie et ne manque pas de charme. Bravo

   aldenor   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J’y suis, la visiteuse est l’âme enfantine du poète ! Elle est joueuse, espiègle... mais fallait-il qu’elle allume une cigarette ? Je ne suis pas de la ligue anti-tabac, je trouve seulement que cette image déconstruit un peu mon interprétation.
L’écriture est légère, pétillante.
Très drôle « elle disparaît / comme un mail électronique » et la fin est superbe.

   plumette   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
j'ai bien aimé le côté un peu décalé entre le sujet ( qui touche au spirituel) et le traitement très terre à terre du début, cette âme imprévisible qui va et vient, qui s'invite chez le narrateur dans des postures diverses.

Et puis, le charme n'a pas opéré jusqu'au bout. J'ai trouvé un peu redondant et lourd ce "mail électronique", les objets trouvés au petit matin ne m'ont rien évoqué.

Belle image pour la dernière strophe tout de même!

A vous relire
et bienvenue ici

Plumette

   Vincendix   
10/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Kreivi,
Je pense que l’âme et l’esprit ne font qu’un et c’est vrai que cette entité est capricieuse, tantôt alerte, tantôt amorphe.
Je ne suis pas adepte de la poésie libre ni en écriture, ni en lecture mais quelques textes se distinguent et c’est le cas du vôtre, il donne matière à réfléchir.
Et puis quelques touches humoristiques lui apportent un certain relief, au réveil, il m’arrive aussi de rencontrer une pirogue et un piano. Je ne suis pas certain que la pirogue soit en acajou et je pense que le piano est plutôt à queue !
J’aime bien les derniers vers, la cabane dans les arbres de l’enfance abrite tellement de souvenirs.
Vincent

   Lylah   
15/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Le premier vers était très prometteur et j'ai bien aimé le fond de ce petit poème sans prétention, mais je l'aurais préféré plus "resserré", moins "bavard".

Le passage de la visite nocturne et des "traces" laissées par l'âme par exemple est alourdi par ce malencontreux "par contre", les deux "tantôt" et le "alors"... tout ceci pourrait être facilement repris avec profit, je crois.

Bonne continuation !

   Marie-Ange   
18/11/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Votre texte est comme une invitation à aller au-delà.
Vous en avez posé la trame à nous de faire le reste.

J'aime l’opportunité que vous me donnez de sortir un peu
de l'idée de "l'âme", si complexe, peu palpable.
Alors je m'engouffre avec plaisir dans cette brèche.
Vous tentez de me la rendre accessible, elle prend "forme".

Votre texte est bien imagé, aérien, sensible, original, ludique, voulu banal par certains mots "ordinaires" et sans prétention. Mais c'est un régal, parce que le côté inventif est bien présent.

Vous m'avez complètement enchanté et charmé.
J'ai lu et relu votre texte avec toujours le même plaisir.

   jhc   
19/11/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Kreivi,
j'aime bien, et le thème est ingrat.
La première ligne est bien, la dernière strophe encore mieux.
moi aussi j'ai eu une "cabane en hautes branches". ça me parle.

Au milieu c'est un peu prosaïque et maladroit. Je ne sais pas si c'est intentionnel... Pour moi ce n'est pas déplacé. En ce sens que le prosaïque et la maladresse font partie du problème de l'insaisissable.
ici cela amplifie le pathétique de l'intermittence.
Du coup je me retrouve assez bien dans l'impression générale.
à bientôt,
jh

   Goelette   
21/11/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Une fantaisie agréable surtout appréciable dans l'avant-dernière strophe où elle se révèle pleinement et que je trouve savoureuse !

Une seule remarque : la deuxième strophe rappelle un peu trop Prévert (Déjeuner du matin) est-ce volontaire ?
"allume une cigarette
fait des ronds de fumée
trempe un biscuit dans le café"


Oniris Copyright © 2007-2017