Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
krish : Naître que des rêves
 Publié le 27/11/19  -  9 commentaires  -  1792 caractères  -  252 lectures    Autres textes du même auteur

Existe-t-il des rencontres qui échappent à tout dogme, à toute logique spatio-temporelle, des rencontres gravées dans nos destinées ?


Naître que des rêves



Que resterait-il de ton silence
si l’insolence de la moiteur gisait,
dans nos murmures et l’impudence
des colonnes sonores de nos temples répudiés ?
Que resterait-il de toi si je n'avais pas appris à aimer ?

Un amour, sans attente, ne bouscule pas les certitudes
ne drape pas le désir de « toujours » sans raison
de promesses d’une aube à l'aube d'une oraison.

Les paysages sèment
des fables universelles
au bout des brumes
de mots rêvés
lointains
épuisés de silence captif
en nous
illogiques
métaphores sans issue

Corps glorieux, défi de la raison
car la raison réprouve les limites aveugles
d'un battement
sourd
pour ne pas que d'autres le souillent
exilé
avant que d'autres ne nous le volent.

Comment imaginer qu'une égratignure de tendresse
dans une vie
voulut aimer et le fit ?
Avec l’obsession têtue des mirages
davantage de patience
davantage de souvenirs chevillés à la confiance
à l'haleine du givre gravée sur les quais d'une gare
aux regards muets des adieux dispersés
par l'intime retenu
par nos bras anxieux
par la trahison d'un baiser

Je sais que même si cela te semble absurde, ça l'est

Il me suffit que tu sois
car tu seras en dehors de moi
car j'ai déjà été

Corps glorieux
défi à la raison
débridant à tâtons les limites du désir
débordant de rêves dont l'unique illusion
était de naître
que des rêves

Il me suffira de battre
dans la mémoire de ton novembre triste
même si je ne suis pas
même si je ne suis plus
car nous n'aurons pas encore été.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   natile   
8/11/2019
 a aimé ce texte 
Pas
A la question posée en préambule je dirais oui surement, mais au développement pour en démontrer la possibilité je garde mon incertitude. Peu d'images nous amènent à comprendre où veut en venir l'auteur. Je me sens plus face à une recherche philosophique où on débattrait de la substance des relations humaines que dans une légèreté de l'être et de ses rencontres. Un peu trop abstrait et confus à mon gout.

   Pouet   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Slt,

superbe titre et non moins superbe poésie.
Magnifique expression où un voile d'hermétisme habille l'évidence.
Dire, le poème dit.

Des vers et passages marquants :

"Que resterait-il de toi si je n'avais pas appris à aimer ?"

"Les paysages sèment
des fables universelles
au bout des brumes
de mots rêvés
lointains
épuisés de silence captif
en nous
illogiques
métaphores sans issue"

"Comment imaginer qu'une égratignure de tendresse
dans une vie
voulut aimer et le fit ?"

"à l'haleine du givre gravée sur les quais d'une gare"

"même si je ne suis pas
même si je ne suis plus
car nous n'aurons pas encore été."

Rêve d'amour, amour rêvé. Esquisses et susurres, passion en paysage. Réalité fiévreuse. Supposition d'une évidence. Soi à l'intérieur de l'autre, l'autre en miroir de soie. De l'horizon de nous à l'oraison d'un souffle. Naître en reflet murmuré, n'être, en représentation de l'émoi et toi au solstice de nos cécités clairvoyantes. Ne plus voir que l'invisible. Et.. L'absurde en confidence, la raison en tambour, la peau tendue, distendue des sentiments. Le théâtre de l'autre en masques de velours rouge:

Calderón avait raison.

Et puis.

   Vincente   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Une puissance d'évocation certaine émane de ces vers. La fluidité du silence y tient un rôle central, dans l'impérieuse nécessité de concevoir, le "silence" porte le rêve, en créant le vide, il lui permet de s'exprimer, de "naître" au cœur même du poème.

Nécessité de s'extraire des contingences temporelles, abstraction de l'espace où les limites de l'entendement se trouvent sans dogmatisme ni pré-définitions. Le développement du cheminement qui permettra d'apercevoir cette découverte, une invention métaphysique et poétique, va se conter dans un fil narratif assez insaisissable ; mais le lieu du saisissement est ailleurs. Il va être dans l'imaginaire du lecteur dont la source coule sous ses yeux.

Je ne tenterai pas de lever le voile sur ce que j'aperçois, ni d'élaborer quelque contexte probable, je me contenterai de dire que la forme est adroite (sauf peut-être que parmi les trois répétitions de "raison", une ou deux étaient remplaçables, d'autant que le propos cherche à s'en dispenser), et que la troisième strophe est ma préférée :

" Les paysages sèment
des fables universelles
au bout des brumes
de mots rêvés
lointains
épuisés de silence captif
en nous
illogiques
métaphores sans issue
"

Et la finale profondément inspirée.

"Naître" d'un amour rêvé, une aventure magnifique dans la force de l'inspiration, un défi à la raison… et quel défi !
Très belle tentative et superbe réussite.

   Corto   
27/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Ce poème atteint l'exceptionnel.
L'auteur n'a pas hésité à prendre des risques en utilisant des formes audacieuses mais si riches qu'elles provoquent étonnement, voire stupéfaction.

Dès la première strophe le ton est donné avec "colonnes sonores de nos temples répudiés"  pourtant suivi par une image simple
"Que resterait-il de toi si je n'avais pas appris à aimer ?"

Le rappel assuré vient ensuite "Un amour, sans attente, ne bouscule pas les certitudes ne drape pas le désir de « toujours » sans raison".

La troisième strophe est remarquable avec son universalité qui concerne tout un chacun "au bout des brumes", rappelant combien nous pouvons être "captifs" et "illogiques".

Puis vient en son temps cette adresse incontestée: "Comment imaginer qu'une égratignure de tendresse dans une vie voulut aimer et le fit ?" Tout cela affermi sur des "mirages"; la "patience" ; la "confiance"; et même "l'haleine du givre gravée sur les quais d'une gare aux regards muets des adieux dispersés".

Superbe, je confirme !

La strophe finale est une apothéose poétique, et merci pour ce dernier vers: "car nous n'aurons pas encore été".

Enthousiasme et respect pour l'auteur qui a réussi ici un tableau d'une rare ampleur.

   eskisse   
27/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime l'effet de liste de la composition du poème, sorte de litanie ou de variations sur l'amour avec un goût d'étrangeté.
La troisième strophe est très belle, elle se singularise par ses vers courts; les mots y sont " épuisés de silence captif", jolie formule... Tout comme celle des souvenirs chevillés " à l'haleine du givre gravée sur les quais d'une gare" .

Une profonde solitude émane de l'ensemble. Le sujet lyrique n'apparaît qu'en fin de poème ( jusque là il s'effaçait derrière son discours) pour affirmer sa pérennité dans le souvenir de l'aimé(e) tout en affirmant sa propre disparition.

Petit bémol cependant pour moi : les vers introduits par la conjonction "car", je trouve que cela alourdit la musicalité.

Un poème qui restera "dans la mémoire de ( m)on novembre triste"

Merci

   Eclaircie   
28/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Krish,

J'attendais de découvrir ce poème, tant j'ai apprécié les précédents.
Je ne suis pas déçue, au contraire, je suis enchantée.
Vous nous avez fait parcourir le monde et vous nous invitez-là dans un voyage au cœur des rapports humains, dans l'intime sans omettre l'universel.
Vraiment merveilleux ce voyage dans votre art de nous le raconter.
J'aurai l'impression de "disséquer" un très bel objet à le détailler mais mon appréciation m'y invite.

Le titre me plait énormément
Visuellement, le texte est beau. Avec des paragraphes d'inégales longueurs, composés de vers de même. Sa longueur est juste , pour ne pas paraître trop mais pour laisser le lecteur savourer la substance.
Le vocabulaire est choisi, soutenu.
Les images sont fabuleuses.
La palette de ce que je peux imaginer en vous lisant si large.

Un poème que je place dans mon anthologie personnelle.

Bravo et merci du partage

   krish   
28/11/2019
Bonjour, quelques précisions concernant ce poème sur le forum ici
http://www.oniris.be/forum/naitre-que-des-reves-quelques-pistes-t27604s0.html

   emilia   
29/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte étrange, révélateur de la profondeur d’une pensée mystique née d’une interrogation sur la problématique de l’existence du sentiment d’amour autour d’un jeu de langage sur « naître/n’être/ naître pour être/exister en soi ou à travers le regard de l’autre (ce miroir de l’âme, cet autre qu’il faut apprendre à aimer pour vivre en communion…), la rencontre de celui qui est en « dehors de soi » comme une preuve d’existence, sans chercher l’appui de la raison qui est défiée dans toute sa logique par le fait d’avoir déjà « été en rêves ce « Corps glorieux », défi de la raison et à la raison quand ce « je » narrateur nous affirme : « il me suffira de battre dans (ta) mémoire, même si je ne suis pas, même si je ne suis plus/car nous n’aurons pas encore été… » pour accomplir ce désir ultime de complétude et de plénitude… ; une pensée sans doute complexe et tortueuse qui demande réflexion, mais pour un si beau message à partager…

   Alfin   
5/12/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Votre poème est exactement à la limite entre le figuratif et l'abstraction. j'ai tendance à ne pas aimer l'abstraction. Mais là, je me laisse porter par un grand savoir faire qui exprime finalement des sentiments cachés. Pas l'amour mais les nuances de celui-ci

Mes passages préférés sont évidemment ceux qui se raccroche à mon niveau de compréhension :-)
"Un amour, sans attente, ne bouscule pas les certitudes
ne drape pas le désir de « toujours » sans raison"

mais aussi

épuisés de silence captif


Merci pour ce beau voyage intime


Oniris Copyright © 2007-2019