Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : À la foire d'empoigne
 Publié le 05/01/12  -  11 commentaires  -  1085 caractères  -  232 lectures    Autres textes du même auteur

Regard sur la vie.


À la foire d'empoigne



À la foire d’empoigne,
On joue, on perd, on gagne.
On n’prend jamais le temps,
C’est le temps qui nous prend.
Et la vie tourne en boucle
Comme une bande son.
Toujours la même boucle,
Toujours les mêmes chansons.

Et ainsi le temps passe
Mais d’aucuns vous diront :
Le temps ne passe pas
C’est nous nous qui passons.

À la foire d’empoigne,
On joue, on perd, on gagne.
Parfois lorsque l’on perd,
On trime la galère.
Et la mélancolie
Cette saloperie
Cette foutue rabat-joie
Gagne à ce moment-là.

Et ainsi le temps passe
Mais d’aucuns vous diront :
Le temps ne passe pas
C’est nous nous qui passons.

À la foire d’empoigne,
On joue, on perd, on gagne.
Arrive la baraka
Celle qu’on n’attendait pas.
Alors un garde-fou
Piège la mélancolie,
Cette saloperie
Et il lui tord le cou.

À la foire d’empoigne,
On joue, on perd, on gagne.
On n’prend jamais le temps,
C’est le temps qui nous prend.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Charivari   
13/12/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour
Très facile d'imaginer une mélodie là-dessus. Les phrases reviennent, inlassablement, pour nous offrir quelque chose de cyclique, nonchalant, tout à fait en adéquation avec le sujet

"On n'prend jamais le temps
c'est le temps qui nous prend"

La formule est belle, simple, éloquente. Cette vie vue comme la grande roue d'une loterie de fête foraine, ce drame de la condition humaine vu de manière désuette... J'adhère vraiment.

   LeopoldPartisan   
27/12/2011
 a aimé ce texte 
Pas
Première intérrogation à la lecture du texte : Qu'est-ce donc que cette foire d'empoigne ? C'est peut être con comme réflexion, mais c'est vraiment ce qui me tarraude après cette lecture. Le texte me fournit une vision des conséquences, mais rien à propos des causes.
Désolé, mais le cartésien non matérialiste que je suis n'y trouve pas son compte.

   leni   
5/1/2012
definition foire d'empoigne:conflit où chacun défend ses intérêts
ce fexte a été mis en musique NOOMIZ gaston ligny

   Anonyme   
5/1/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour, tout d'abord merci pour cette lecture cela fait du bien de lire du texte qui sort des "rails".

Même si l'on ne connait pas la foire d'empoigne on peut aisément imaginer une atmosphère fragile et terrestre ce qui balaye toutes confusion sur le questionnement de cette "foire" (et pourquoi pas l'interpreter comme la vie?..roulette russe de la chance, fête foraine du déstin.. )

Cependant des répétitions du type hiatus m'écorche un peu les oreilles "c'est nous nous qui passons", moi j'aurai fait une forme de découpe du style: c'est nous (à la ligne) qui (à la ligne) passons.Avec de l'espace le vers aurai eu plus de force à mon avis.
"on trime la galère" ce n'est pas très poétique non plus..Je trouve cela dommage pour la force du poème..à revoir peut être..

Par contre vous avez réussi ce tour de force qui consiste à poétiser des mots (somme toute un peu vulgaire) foutue et saloperie ce qui n'est pas chose facile, bravo.

Dans l'ensemble j'ai été transporté dans votre univers ce qui me semble une réussite.J'ai ressenti une sincérité ce qui est l'essentiel de la poésie à mon goût.

La chute finalise parfaitement l'ensemble, j'ai été séduit par ce poème globalement et vous en remercie encore, amicalement votre Gérard Forges.

   Anonyme   
5/1/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
j'ai pas vu la piece, mais à m'imaginer la foire comme tu la présentes j'ai franchement bien aimé, ça rend simple et vrai. tu nous la met en musique ? :D

edit : j'avais pas lu ton com je file écouter ça, merci;)
reedit : on sent bien les influences ^^ c'est sympa j'aime bien

   leni   
5/1/2012
Commentaire modéré

   pieralun   
5/1/2012
 a aimé ce texte 
Un peu
Effectivement, on imagine facilement une mélodie la dessus.
Toutefois, s'il faut garder à l'esprit qu'un texte d'Oniris doit susciter un minimum d'émotion chez le lecteur, quand bien même il aurait été écrit pour être mis en musique, celui là ne me transporte pas.

Je suis plutôt pour la simplicité du propos, je n'ai pas d'à priori sur le langage populaire, l'argot, ni quelques gros mots à l'occasion, mais à condition que l'ensemble puisse présenter un angle ou poétique, une note d'humour, une belle expression.......e.t.c.

Ici, la métaphore qui consiste à dire que ce n'est pas le temps qui passe, mais nous qui passons, est excellente: seulement je pense qu'elle est de Ronsard.
Alors, il ne reste pas grand chose de ce texte.

   funambule   
5/1/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Voilà une chanson! Genre très particulier s'il en est... et qui (en général) lue "à plat" ne rend pa le travail de l'auteur sur les sons et la rythmique... sauf que certains auteurs savent d'instinct poser leurs écrits sur cette subtile articulation entre poésie et chanson. Images très "BD" ici... cette "ligne claire" chère à Hergé déclinée à travers les mots dans une façon tout à fait particulière. Lorsque les influences ne sont pas forcément (toutes) littéraires... l'auteur peut exister, voir le jour, sans qu'obligatoirement il soit besoin de ces rassurants repères qui nous permettent de "classifier", de "choisir" une étagère de la bibliothèque.... autant en rajouter une pour cette "foire d'empoigne" que je me garderais de déposer n'importe où. J'ai écouté aussi (dommage que le lien ne soit pas intégré)... et c'est tout aussi inclassable en restant bien entendu dans le registre populaire que vise le texte de chanson... c'est encore mieux lorsqu'il arrive à se démarquer.

   leni   
28/8/2012
o comment

   Pimpette   
28/8/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime ce titre pêchu..'.la foire d'empoigne!'

le tout est complètement sympathique, rythmé au poil, et me fait penser aux chansons popu intemporelles que sont Le Clair de la Lune ou le temps des cerises...elle aurait pu être écrite il y a deux siècles...Tu ne nous ferais pas cette blague là, Leni???voyou!

Pour le reste les autres ont tout dit et mieux que je ne saurai le faire, surtout au pied levé le matin...

Pourquoi pas de musique?

   Anonyme   
28/8/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle métaphore pour désigner la vie et son imbroglio de bonnes et moins bonnes "choses". Cette "foire" où, plus que jamais, chacun veut tirer ses marrons du feu en oubliant la moindre notion de partage; foire qui devient une jungle... L'essentiel c'est de gagner, paraît-il ! Hum

''On n'prend jamais le temps
C'est le temps qui nous prend'' déjà cité ici, mais j'aime beaucoup aussi.
Donc un grand bravo à l'auteur.

   Marie-Ange   
10/4/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'aime particulièrement cette phrase "On n'prend jamais le temps, c'est le temps qui nous prend", belle entrée en matière, qui continue de plus belle "le temps ne passe pas, c'est nous qui passons", que de trouvailles bien posées, à retenir et qui poussent à la réflexion.

C'est un écrit qui à voix haute laisse poindre sa petite chanson, tout en accordant aux mots leur juste valeur, importante, imposante, sans en faire de trop.

Ah ! mélancolie quand tu nous tiens, rien ne va plus, dans cette vie avec ses hauts et ses bas, tu accentues et amplifies notre désarroi, et "A la foire d'empoigne", tout cependant mérite d'être vécu.


Oniris Copyright © 2007-2018