Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Cap Gris-Nez
 Publié le 08/01/13  -  15 commentaires  -  1315 caractères  -  306 lectures    Autres textes du même auteur

C'était sur la falaise d'où l'on voit l'Angleterre...


Cap Gris-Nez



Paroles, musique et chant : Gaston Ligny

http://www.aht.li/2801645/09_Piste_09_15.mp3


Le vent tourne et le temps se met vite à l’orage,
Un ciel noir était prêt à crever tout d’un coup.
C’était au cap Gris-Nez. Perdus dans les nuages,
Deux amants fleurs de peau s’embrassaient vent debout.

C’était sur la falaise d’où l’on voit l’Angleterre
Mais on ne voyait rien faute à ce sale temps.
Leurs cirés jaunes vifs qui faisaient bien la paire
Claquaient comme des haubans, claquaient comme des haubans.

Tous les oiseaux d’Hitchcock étaient au rendez-vous.
Vos gueules les mouettes, vos gueules on en a marre !
Lâchez-nous les baskets et larguez les amarres,
Ce tonnerre de Brest nous fait plus peur que vous.

Ce baiser goût de sel nous rappelle, nous rappelle
Qu’la mer tombe du ciel sur tout le cap Gris-Nez.
Un jour nous reviendrons, nous reviendrons ma belle
Quand la mer sera belle quand il fera l’été.

Et ils sont revenus. Ils ont vu l’Angleterre,
C’était au cap Gris-Nez par un jour de beau temps.
Lui, lui c’est un scorpion, elle une sagittaire.
Elle est de Saint-Nazaire, il est de Lorient.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Jano   
20/12/2012
 a aimé ce texte 
Pas
Je passe sur l'interprétation musicale que je n'aime pas du tout. Trop mou, trop dépouillée musicalement avec une voix guère originale. Cependant les goûts en matière de musique restant subjectifs ne faites pas trop cas cet avis.

Plus embêtant le texte qui ne relève pas le niveau, d'une grande pauvreté je trouve. Si j'ai bien compris, les amants se tiennent sur le Cap Gris Nez pour voir l'Angleterre, mais comme il ne fait pas beau les malheureux ne distinguent rien.
Alors ils reviennt un jour de beau temps et chouette, enfin la Perfide Albion !

Ah oui, mais attention ! Y'en a un qu'est Sagittaire et l'autre Scorpion. Ben oui quoi, faut que ça se sache !

Non, décidément non, je ne peux adhérer à des paroles aussi creuses qui ne peuvent susciter l'émotion

   Pimpette   
23/12/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Belle musique arrondie autour d'une idée charmante!
Gaston Ligny a un beau talent qui ne se dément pas se slam en slam!
je m'en refais un petit coup avant de partir...

Toujours une pirouette d'humour au passage:

Tous les oiseaux d’Hitchcock étaient au rendez-vous.
Vos gueules les mouettes vos gueules on en a marre !
Lâchez-nous les baskets et larguez les amarres,
Ce tonnerre de Brest nous fait plus peur que vous .

   brabant   
8/1/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Léni,


'hé !... des Bretons dans ch'Nord-Pas d'Calais ! J'ai aimé comme c'hest pô possibl' c't'évocation aussi hallucinante que réaliste du Gris-Nez bien d'Cheu nous ! Bof, pas b'zin d'attind' l'été Léni, din not' région d'microclimats suffisait d'invoyer chés tourtereaux au Blanc-Nez et l'affaire était résolue.

Bon j'arrête de patoiser, maladroitement d'ailleurs, ça peut devenir fatigant à la longue, et ta chanson mérite qu'on la respecte, et pas qu'un peu, hénaurmément !

Toutes les strophes se valent en qualité, la dernière étant plus narrative, mais il faut bien une narration pour faire une histoire, fût-elle d'amour !
Je relève ici et là en étant conscient d'oublier bien des choses :
"Deux amants (à ?) fleur de peau s'embrassaient vent debout/
Leurs cirés jaune vif...
Claquaient comme des haubans/
Tous les oiseaux d'Hitchcock étaient au rendez-vous/
Qu'la mer tombe du ciel..."

Raoul de Godewaersvelde c'est du gnangnan à côté de toi. Je vais demander au maire de mon village à ce qu'on fabrique un géant à ton effigie, dix fois plus grand que le sien. Faudra que tu nous files une photo. lol

Quant à cet amour consacré au Gris-Nez, il tiendra ! Un amour du Gris-Nez ça tient toujours, ça tient du gri gri ! :)))


J'ai apprécié l'humour superbement distancié de l'interprétation, vibrante en même temps que contenue comme un ciel du Nord dont on ne sait si... et qui..., superbement maîtrisée, ponctué au millimètre près par la mise en musique très efficace à son service.


Un texte exceptionnel en ce qui me concerne ! Et je t'assure qu'il ne s'agit pas d'un renvoi d'ascenseur. J'aurais très bien pu me contenter d'un TB + non ?
Eh ben non ! :)))

Merci à toi ! Ma région est la plus belle région de France ! Que dis-je, de France ? Du MONDE !

:))))))))))))

   Anonyme   
8/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Déjà, nous parler de Cap Gris Nez, ce très beau coin de France, constitue l'originalité de ce texte. Soit dit en passaant, cela nous change des pubs récurrentes qui nous bassinent avec les envolées exotiques.
Le texte ? Une jolie photo. Le jaune vif des cirés qui contraste avec le ciel duquel "la mer tombe"; ça vaut bien les palmiers ou le sable blanc, non ?
La musique ? une ligne mélodique lente qui laisse la priorité au texte; l'accompagnement sobre mais caressant d'une guitare acoustique épaulée par une basse fretless qui installe son cachet sur la ligne harmonique.
Il est vrai que j'écoute avec des oreilles de musicen... hihi.
Bravo Leni

   funambule   
8/1/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Romantique certes, mais l'emphase est maîtrisée. Des passages très marquants et dans l'ensemble plutôt bien écrit mais d'un intérêt assez limité tout de même... sans doute manque-t-il un peu de "tripe" dans cette modernité légèrement datée. L'interprétation est appliquée, en accord avec les mots, bon timbre bien posé mais pas transcendant. Ce n'est pas mon texte préféré de l'auteur mais le moins de certains est le mieux d'autres.

   Anonyme   
8/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut l'Ami leni, un peu Belge, un peu ch'ti !
Tout d'abord le texte, rendez-vous amoureux au cap Gris-Nez, s'il est simple quant au thème, il est très bien écrit "en presque alexandrins" mais aussi vraiment descriptif au point d'imaginer ce couple s'embrassant sous la pluie... Souviens-toi Barbara !
En plus ils sont Bretons ces tourtereaux qui veulent voir l'Angleterre ! Ben oui, d'ici même par beau temps pas possible de saluer la mère Thatcher... Ca explique leur présence la-haut !
Quant à l'interprétation, la voix qui les accompagne, elle me fait penser à Bachelet... ce qui n'est pas rien !
Vraiment leni, c'est de la bel ouvrage. Un grand Bravo !

   bipol   
8/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je me demande si ton histoire n'est pas un peu autobiographique

Les signes sont un signe...

Moi qui suis né à Cherbourg je reconnais bien l'ambiance de ta chanson

La presqu'île du Cotentin est un peu différente

J'aime beaucoup ta chanson

Mais je préfère les interprétations de Pizzicato

   Anonyme   
9/1/2013
Si le thème est ici assez anodin, c'est plutôt la matière qui me déçoit un peu.
Je trouve le couple un peu trop contemplatif pour me tirer de l'émotion. Il y a bien " ce baiser goût de sel " et cette mer qui " tombe du ciel " (très belle image) mais pour le reste le décor ne stimule pas suffisamment leurs sentiments.
Le point de fixation semble être l'Angleterre, mais cette destination si proche les fait-elle tant rêver, au point de vouloir y revenir par beau temps?
Cette balade me semble être celle d'un vieux couple de touristes japonais clonés (tout le monde en ciré jaune, comme aux chutes du Niagara) plutôt que celle de deux amants torrides. :)

J'aurais arrêté la chanson une strophe avant : l'attente aurait apporté un peu de romantisme à l'ensemble.
A part ça je retrouve bien, à travers quelques expressions, la verve et l'imagerie Leniste, faite d'un mélange de clichés (signes de reconnaissance des humains) comme "Vos gueules les mouettes - ce tonnerre de Brest - Lâchez-nous les baskets ", et de trouvailles plus élaborées et frappantes, comme " Ce baiser goût de sel nous rappelle, nous rappelle / Qu’la mer tombe du ciel sur tout le cap Gris-Nez".

Désolé pour cette fois, Leni. Mon côte fleur-bleue n'a pas tout à fait trouvé sa ration du jour.
Mais tu m'as déjà tellement bien nourri...

Cordialement
Ludi

   batoding   
10/1/2013
J'aime bien le texte. Incompétent pour la msique.

   Artexflow   
15/1/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème tout en simplicité, mais cependant aux images fortes. C'est le tour de force du poème selon moi, d'allier ces deux aspects dans un tout très cohérent.

Il y a une vraie profondeur dans le texte qui me touche particulièrement, moi qui, petit, ai passé du temps, pas au Cap Gris-Nez mais à la mer dans le Nord. Les images sont belles. La mer qui tombe du ciel, c'est assez excellent.

J'ai néanmoins une très grosse réserve sur le quatrain :

Tous les oiseaux d’Hitchcock étaient au rendez-vous.
Vos gueules les mouettes, vos gueules on en a marre !
Lâchez-nous les baskets et larguez les amarres,
Ce tonnerre de Brest nous fait plus peur que vous.


où soudainement vous accumulez, comme par exercice de style, de nombreux poncifs qui brisent non seulement mon rythme de lecture mais surtout mon imaginaire.
Je ne cache pas que la relative vulgarité de "vos gueules" ne me plaît pas particulièrement, mais tout ça c'est une question de goûts :)

Bien à vous leni ;)

   Charivari   
21/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Salut Leni.

J'apprécie tout à fait la façon dont se marient les images très poétiques, "Deux amants fleurs de peau s’embrassaient vent debout", -superbe- ou encore ce surréaliste " la mer tombe du ciel", et ce côté plus terre à terre, argotique, avec des expressions à la Audiard ("vos gueules les mouettes".


L'interprétation est très "à l'ancienne", très théatralisée, j'aurais sans doute préféré quelque chose de plus mélodique et plus nouveau à l'oreille, mais c'est une question de goût. Au total, une chanson qui crée une ambiance, des trouvailles dans le texte... Que demander d'autre ? Oui, peut-être, je crois que le texte aurait pu à un moment donné aller crescendo, devenir plus profond, rentrer dans la prsychologie des personnages, nous raconter une histoire, que sais-je, mais tu as fait le choix de juste nous planter un tableau, et je suis resté un peu sur ma faim, trouvant le début plus convainquant que la suite.

   Anonyme   
21/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Dit-on comment tu t'adresses au mouette, c'est beau quand même lorsque la mer est démontée, mais il ne faut pas être trop près, cela secoue fort, j'aime la douceur de la musique, j'aime ton interprétation très naturelle, elle donne une jolie tonalité à l'ensemble, tout en images.

   Kodiak   
10/4/2016
Commentaire modéré

   Anonyme   
10/4/2016
Commentaire modéré

   leni   
10/4/2016

   Lulu   
10/4/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Bonjour,

je découvre ce texte d'il y a quelques années déjà et les versions musicales proposées...

Tout d'abord, sur le texte, j'aime bien l'idée de ces amoureux qui cherchent à voir l'Angleterre depuis le Cap Gris-Nez, mais j'aime moins les tournures familières de ces personnages qui en viennent à dire en leur langage : "Vos gueules les mouettes, vos gueules on en a marre ! / Lâchez-nous les baskets et larguez les amarres". Je trouve en effet que le style relâché rompt avec le côté féérique des circonstances en lequel je pouvais éventuellement me retrouver.

Ensuite, eh bien, je préfère la première version musicale pour son côté "Nougaro", je trouve, que j'aime beaucoup. Le chant mettant bien en valeur les mots à la fois par la diction et la musique qui se fait discrète.

Enfin, l'ensemble texte / chant est bien rendu dans la première version. Je trouve simplement dommage que les paroles soient ce qu'elles sont au final. Il y a du bon et du moins bon. Mais c'est une affaire de goût, de sensibilité.

   Anonyme   
10/4/2016
 a aimé ce texte 
Pas
Je suis plutôt d'accord avec Jano. Je trouve cela assez pauvre. Parfois mal agencé. Par ailleurs je n'ai pas adhéré à la musicalité (pas la chanson je ne l'ai pas écouté" mais à la musicalité du poème.


Oniris Copyright © 2007-2018