Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Cheval de bois de rallonge
 Publié le 18/03/18  -  17 commentaires  -  1473 caractères  -  183 lectures    Autres textes du même auteur

C'est l'histoire d'un cheval de bois amoureux d'une pouliche camarguaise.


Cheval de bois de rallonge



https://www.aht.li/2965840/450-cheval_de_bois_de_rallonge.mp3
Texte : leni Gaston Ligny
Musique et chant : Éric Lenoir Éric Guerin


Bois de rallonge le voici
Un joli petit cheval blanc
Sur son manège il vous attend
Montez ici et c’est parti
Accompagné d’un limonaire
Serinant toujours le même air
Ponctué de rires d’enfants
Comme au vieux temps comme au vieux temps

Il a fait tourner la mariée
Avec son gros bouquet de fleurs
Il a fait tourner le curé
La bonne et les enfants de chœur
Et il a fait tourner aussi
Manon avec Jean de Florette
Avec combien de majorettes
Aux fêtes des petits pays

Bois de rallonge est amoureux
D’une pouliche camarguaise
Sa robe et son accent lui plaisent
Et si on parlait tous les deux
Ensemble ils ont tourné sabots
Ils sont partis incognito
Sur un Causse au petit matin
Direction le rocher Martin

Ils sont là au pied du rocher
Avec quelques chevaux sauvages
Le soleil commence à cogner
Bois de rallonge oublie son âge
Il se roule dans le sainfoin
Et sa pouliche le rejoint
Ils ont le soleil pour témoin
Là tout près du rocher Martin

Dans le lointain un limonaire
Serine toujours le même air
Du temps d’hier du temps d’hier


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Mokhtar   
7/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'avoue ne pas connaitre la signification de "cheval de bois de rallonge"
Je n'ai pas été très convaincu par la version musicale que je trouve un peu plate.
Par contre le texte est très attendrissant, plein de jolies images, et l'aventure poétique du petit cheval aurait de quoi faire une très jolie chanson pour enfant. Et, pourquoi pas, faire l'objet d'un album avec des dessins.
Peut-être en abandonnant l'expression "cheval de bois de rallonge", et en aménageant le texte pour un musique plus "ritournelle", avec un pont sur une musique de limonaire.

   Siana   
18/3/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
https://www.youtube.com/watch?v=rWwFwU4umLk
Une vidéo que méritait bien ce texte succulent, habillé d'une mélodie servie avec beaucoup de talent. Bravo les artistes !

   leni   
18/3/2018
Modéré : commentaire de l'auteur sous son texte (si besoin, ouvrir un sujet dans "Discussion sur les récits")

   bipol   
18/3/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour à vous deux

une belle histoire

une belle chanson comme pour les films

disait Gabiin

alors bien sûr il faut du talant

c'est la chantilly pour les glaces

bravo les artistes

   PIZZICATO   
18/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Après avoir longtemps dispensé du bonheur à plus d'un, " les enfants, la mariée, le curé la bonne , les enfants de choeur... " "cheval de bois de rallonge " peut bien espérer convoler avec sa pouliche camargaise.
Pourvuqu' elle ne reste pas de bois devant ses avances.

Un moment d'écoute agréable, épaulé par une sympathique vidéo.
Gaston, Eric, José bravo à vous.

   Robot   
18/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai aimé écouter ce texte avec cette musique qui lui sied à merveille. J'ai aimé aussi dire ce texte. Nostalgie de l'enfance en prime comme au bon vieux temps... de la Saint-Pierre et de la Saint-Jean. Ah! les limonaires, quel souvenir !

   Anonyme   
18/3/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
J'ai été embarqué dès les premières mesures.

Cela caracole avec enthousiasme, nous contant une histoire charmante, touchante. Les images se présentent, colorées, animées, la joie de vivre les éperonne élégamment. C'est très plaisant, très pétillant. La gaieté transparait et transporte dans l'ensemble de cette composition.

Bravo à vous deux pour cette œuvre dont j'ai fait plusieurs écoutes.

   Anonyme   
19/3/2018
Salut Gaston ! Tous derrière et lui devant, voilà un petit cheval blanc bien sympathique et je comprends sa camarguaise...
Une contine bien agréable qui a su rallier les suffrages au sein d'un lectorat d'experts en musique et chant !
Quant au poète, il nous prouve une fois encore qu'il a une imagination sans bornes.

Bravo et merci...

   Queribus   
19/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Encore un texte tiré au cordeau où il est difficile de trouver une entorse aux règles de la poésie; la musique et la voix de l’interprète m’ont semblé par ailleurs s’accorder tout à fait à l'ensemble. Le rythme est léger et sautillant et le bruit des sabots des chevaux est très judicieux et particulièrement de circonstance.

Sur le fonds, l'histoire est originale, drôle et sort de l'ordinaire; je pense qu'elle pourrait faire le bonheur des enfants et de leurs enseignants (et des grands que nous sommes encore tous un peu quelque part, Dieu merci).

Encore un bon moment passé en votre compagnie. On attend tous le prochain.

Cordialement.

   Hananke   
19/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

J'aime bien cette ballade équestre et sa musique de carrousel :
les deux vont bien ensemble.
Par contre, quelques différences subsistent entre le texte
et l'interprétation mais ça ne gêne pas l'ensemble.
Un bon début de semaine.

   Vincendix   
19/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour au trio de troubadours
Que serait la rubrique « chansons et slams » sans la participation de Leni’s and Co, que serait Oniris sans cette rubrique ?
Une fois encore, dans un registre que vous maitrisez, vous nous offrez une ballade agréable, cette fois au son du limonaire. Je revois le manège de chevaux de bois qui venait s’installer sur la place du village pour la fête patronale, un carrousel au décor rococo qui devenait féérique quand les lumières s’allumaient. Je revois les chevaux de bois dans leur mouvement alternatif, montés pas des bambins heureux, j’entends la musique entrainante s’échapper d’une bande perforée sans fin.
Un cheval de bois s’échappe du manège pour rejoindre une jolie pouliche, que sera le fruit de leurs amours ?
Vincent

   papipoete   
19/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour poète, bonjour chanteur
L'imagination à nouveau caracole entre ce manège pour enfants, où les chevaux ne peuvent s'échapper, jusqu'au jour où vient à passer par là une pouliche camarguaise ...
NB je suis toujours stupéfait d'entendre parler d'un coin de France, un belge de ... Belgique qui connait tous les recoins de notre pays et toutes les légendes ( ici de Provence avec Manon des Sources ) !
Et derrière Leni et son troubadour, nous enfourchons le " bois de rallonge ", et tournons comme nos aïeux, le curé et sa bonne, aux accents du limonaire et << attrapez le ponpon ! >>
Oh maman, ya un cheval qui s'est sauvé ! je le vois qui coure vers la causse !!
Il y avait le vieux cheval qui tirait le corbillard, mais celui du manège est nettement plus attendrissant !
Bravo les artistes !
( j'ai entendu quelques variantes chantées, mais peut-être que le chanteur fut distrait par un " ange qui passait ? )

   Cristale   
19/3/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ô poésie ! quel privilège de te lire sur la page de Leni et de t'entendre chanter dans la voix d'Eric sur ce joli galop musical d'Eric aussi.

"Un joli petit cheval blanc
Sur son manège il vous attend"

Oh ! je comprends "la pouliche camarguaise"

"Ensemble ils ont tourné sabots
Ils sont partis incognito"

Une chanson émouvante, un brin drôlette
"Il a fait tourner le curé
La bonne et les enfants de chœur"

La musique est présente dans chaque vers dont celui-ci entre autres : "Bois de rallonge oublie son âge" aux superbes sonorités.

Un poème, une chanson, comme un rêve d'enfant qui s'envole sur le dos du cheval de bois du manège pour s'en aller galoper dans les nuages et sur la lune ...

Bon, je finis là mon bavardage et je m'en retourne écouter à nouveau cette jolie chanson.

Bravo et merci à vous trois les artistes.
Cristale

   emilia   
19/3/2018
La nostalgie est de retour avec ce « limonaire qui serine toujours le même air du vieux temps d’hier » sur le manège de la vie et au pas trottinant d’un cheval de bois qui rêve d’une escapade amoureuse avec sa pouliche pour oublier son âge et retrouver la liberté des chevaux sauvages dont la silhouette se profile en médaillon, avec l’évocation lointaine de la chanson de Mireille « Couché dans le foin » rappelée par cette expression ; « Avec le soleil pour témoin… », comme une madeleine de Proust pour retrouver le temps perdu de l’émerveillement, l’ambiance animée d’une fête de village autour des petits ou grands événements de la vie rythmés par la musique… ; merci à vous trois pour ce joli souvenir…

   troupi   
20/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je suis allé regardé le travail de José Meyer et finalement il accompagne plutôt bien ton texte Léni.
Donc Bravo à tous les trois pour ce travail d'équipe.
quelle imagination Gaston, tu sais que je connais bien la Camargue et ses petits chevaux blancs mais jamais je n'ai songé à les marier avec des chevaux de manège, il fallait toi pour cela et tu l'as bien réussi avec la complicité d'Eric.

   Eki   
20/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Cheval d'émoi sur le manège enchanté, une ritournelle amoureuse, un air de fête qui trotte.
Puis l'évasion hors de la sempiternelle ronde, la crinière au vent, on tourne les sabots pour s'échapper de la foire, les naseaux emplis d'air frais...

Quelques vers de Verlaine extrait de "Chevaux de bois"

C'est ravissant comme ça vous soûle
D'aller ainsi dans ce cirque bête :
Bien dans le ventre et mal dans la tête,
Du mal en masse et du bien en foule.

Eki des mots...!

   Louis   
21/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Il s’appelle « bois de rallonge », petit supplément de plaisir de la vie enfantine, petit surplus de mémoire des temps vieillissants, «Comme au vieux temps comme au vieux temps » ; il s’appelle « bois de rallonge », et c’est un petit cheval blanc.

Il tourne sur son manège, et fait tourner jeunes et vieux, « aux fêtes des petits pays ».

Avec lui se fait la ronde des générations, la « mariée », les «enfants de chœur », les « majorettes », « Manon et Jean de Florette »…

Il apporte à tous, les jours de fête, un moment d’évasion, une petite illusion de liberté, un petit expédient ( c’est sans doute le sens que l’on peut donner au belgicisme « bois de rallonge) aux lourdes contraintes du quotidien, qui aident à les supporter.

Mais voilà que le petit cheval blanc est amoureux. Amoureux d’une « pouliche camarguaise » ; amoureux de la liberté qu’elle représente.

Malgré son âge avancé, le petit cheval donne l’exemple, il montre que l’on peut être libre et amoureux à tout âge.
Il en a assez des petits tours, il choisit le grand tour, la grande virée, la grande escapade ; il en a assez des petites évasions, il choisit la grande liberté ; il en a assez des expédients, il choisit la grande solution ; il en assez de ces rondes où tout se répète à l’identique, dans un perpétuel retour du même, il choisit la nouveauté, il choisit l’aventure.

Ainsi il entend « dans le lointain un limonaire » qui « serine toujours le même air / du temps d’hier du temps d’hier » alors que lui a changé d’air, qu’il se « roule dans le sainfoin » et jouit du soleil, de l’amour et de la liberté.

Merci leni, et bravo à Eric Lenoir et Eric Guerin, pour leur composition et belle interprétation.


Oniris Copyright © 2007-2018