Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : De bouche à oreille
 Publié le 03/10/13  -  14 commentaires  -  1490 caractères  -  186 lectures    Autres textes du même auteur

Le delirium touche la tête de l'homme.


De bouche à oreille



Paroles Gaston Ligny
Musique et chant Éric Lenoir

http://www.aht.li/2799820/de_bouche_a_oreille.mp3


Chaqu’fois qu’il met la main au cul d’une bouteille
Il la vide et parfois,
Il plume l’aile d’un ange, apostrophe Cambronne.
Il tire la queue du diable et il parle à Milord.
En épagneul breton il tutoie Al Capone,
Nabuchodonosor et le prince consort.

On dit d’bouche à oreille
Que c’est du delirium
Ça touche la tête de l’homme
Ça provient d’la bouteille


Chaqu’fois qu’il met la main au cul d’une bouteille
Il la vide et parfois,
Il voit la Vierge noire, parle à Bison Futé.
Danse Singing In The Rain dessous son parapluie,
Proclame l’indépendance de la Basse-Normandie,
Donne l’absolution à tout l’archevêché.

On dit d’bouche à oreille
Que c’est du delirium
Ça touche la tête de l’homme
Ça provient d’la bouteille


Chaqu’fois qu’il met la main au cul d’une bouteille
Il la vide et parfois,
Il entend Dieu le Père parler dans son portable,
D’un coup de tapette bing il tue une mouche tsé-tsé.
Il crie cornegidouille car il revoit le diable.
C’est pour l’exorciser. C’est pour l’exorciser.

On dit d’bouche à oreille
Que c’est du delirium
Ça touche la tête de l’homme
Ça provient d’la bouteille


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Arielle   
14/9/2013
 a aimé ce texte 
Bien
Une chanson qui se veut légère sur un thème qui ne l'est pas mais qui m'a fait sourire en " épagneul breton" à plusieurs reprises au fil de ses images.
Cependant je trouve le refrain un peu faible. Il me semble qu'il aurait pu contraster un peu plus avec la légèreté des couplets.

ça fend la tête de l'homme
porté sur la bouteille

C'est que ce n'est pas rien un délirium !

   Pimpette   
4/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Leni
J'aime tes chansons ce n'est un secret pour personne!
Tu as un vrai style d'écriture et comme tu es tout près du mec qui fait la musique, tout ça est puissamment bien torché!

je trouve qu'Arielle a raison pour la petite modif' qu'elle propose. TU ne trouves pas?

AUtre chose que je n'ai jamais bien réglé: je n'ai jamais la musique et les paroles ensemble, si bien que je perds un temps fou!

Ludi dit'un album'???
Voyou!
Je retiens le premier exemplaire avec une dédicace!!!

Pimp'

   bipol   
3/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je me demande si Dieu ne t'envoie pas des textos

Dieu ton père est le plus grand des poètes

Avec toutes ses métaphores

Bravo Léni encore pour ce magnifique texte qui est un grand cru

Et bravo à Eric pour sa superbe mise en musique

   PIZZICATO   
3/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un sujet sombre , mais qui devient amusant quand il est mitonné à la sauce Leni.
Des images cocasses, épaulées par le tuba de la musique de Eric qui sait bien se 'glisser' dans l'ambiance de chaque texte qu'il prend en mains, ou plutôt en notes.
" Proclame l'indépendance de la Basse Normandie " hihi.

Je mets un TB parceque je pense que cette chanson l'est, pour un petit moment de détente.

   Anonyme   
3/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Gaston/leni ! J'ai dû aller sur ton site pour goûter, avec modération, à cette dive bouteille dont les effets secondaires "potentiels" sont décrits ici avec beaucoup de justesse... Manque que les "rats bleus" dont j'ai tellement entendu parler dans mon enfance.
Un sujet bien traîté et parfaitement interprété par Eric, toujours égal à lui-même... Bravo à tous les deux ... et à la votre !

   Pouet   
3/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ah oui! J'aime vraiment bien celui-ci. Un sujet grave traité de façon légère comme souvent avec l'auteur. Là j'ai apprécié toutes les strophes, je n'ai pas boudé mon plaisir et j'ai bien rigolé. Et puis quand on fait allusion au Père Ubu (avec cornegidouille) on ne peut que me séduire... Bravo Léni, un de tes textes que je préfère sans aucun doute.

   senglar   
3/10/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour Léni,


J'étais parti pour un TB bien tassé à la lecture mais mon alcool test a viré au champagne Merci Hé ! dès les premières notes d'Eric, confirmé à son excellent rot. Me suis vu déboucher Nabuchodono..., crime de lèse-empereur et mordre Al Capone d'un de bec de Piaf... le délirium quoi. Ah le cul des bouteilles, l'amour en chambre et la claque du goulot !

Et vive le cabaret, Vian, Philippe Clay, Montand, Reggiani et les autres...

Mais non, je ne suis pas nostalgique. Diable y es-tu ? Mon âme pour un godet... à condition de laisser la boutanche.

Merci Léni Lenoir :) Euh !... lol

:D

brabant

   Anonyme   
3/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Leni,

Finalement, il est plein de miséricorde cet homme-là ! « Donner l’absolution à tout l’archevêché » : il est pas complice, au moins ? Heureusement que le bon dieu est plus drôle que ses représentants. Par contre je confirme, si le type appelle le bon dieu, c’est de la foi, mais si le bon dieu lui répond, c’est bien du délirium.
Tout ça c’est du bonheur, on devrait tous être dingos. L’épagneul breton, la Basse-Normandie, le portable, la mouche… drôle de capharnaüm !

Et puis Eric Lenoir… et sa voix… On pourrait s’en servir pour écrouler des vieux immeubles ! Je m’écarte toujours des haut-parleurs quand je l’écoute.

Bon, il sort quand, ton album ? Tu vas pas rester à la traîne de Pimpette !!
Ludi

   Robot   
3/10/2013
Commentaire modéré

   troupi   
3/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut cher Léni. Je me pointe un peu tard pour constater encore une fois que tu emportes tous les suffrages : pas étonnant avec un tel talent. Pouvoir faire preuve d'humour sur un sujet aussi grave n'est pas donné à tout le monde et cette chanson est une perle de plus sur un collier déjà bien garni. A bientôt avec toute ma sympathie.

   Robot   
3/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Je crois que c'est le rythme de ce poème qui a retenu mon attention et toutes les allusions décalées a propos de ce buveur épicurien. "Et même sans musique j'men r'sers un p'tit cube." car il y a si peu de texte joyeux et plein de verve que d'en découvrir un a provoqué chez moi hilarité et regain d'optimisme. Mon commentaire précédent ayant été modéré pour défaut de justification, j'en profite pour améliorer mon appréciation de bien+ à très bien. Tant pis pour vous Léni !

   pieralun   
5/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un bon cru Leni !!!
bises mon pote

   funambule   
7/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Marrant comme la musique et l'interprétation évoquent en restant sur ce fil à la fois le cirque et... cet individu un peu trop alcoolisé. Une fois de plus Eric Le Noir aura fait mouche car les diverses énumérations (élucubrations) incarnent incontestablement le divertissant spectacle de nos chapiteaux itinérants.

Qualité et défaut du texte... sa poésie qui se fraye chemin sans ambages au travers de quelques audaces bien senties. Mais bon, on ne se refait pas et lorsque Leni écrit "cul", c'est encore de la poésie (tout en étant de la chanson attention).

Quel étrange mélange tout de même que tout ça... et surtout quelle richesse. Toujours cependant la ligne claire des mots qui dessine le personnage plus qu'elle n'en investit l'intérieur. Nous sommes loin de l'alcool triste (c'était l'autre option) bien que le divertissement opère un périlleux grand écart entre Nabuchodonosor et le portable.

Cocasse, truculent et maîtrisé de bout en bout! Nous n'écrivons pas à la place des autres bien que nous nous permettions... disons l'analyse mais j'eusse aimé plus de lâcher-prise, chose qui aurait conféré un brin de profondeur supplémentaire... mais MONSIEUR Gaston dessine la vie à sa façon... et sur sa toile.

   Mona79   
9/10/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Ah ! cette bouteille, Léni, en a-t-elle fait couler de l'encre et du bon vin. Comme toujours tu as su tirer parti de cette ivresse avérée et ton délire (pardon délirium) est le nôtre en t'écoutant. Merci pour ce moment de folie.

   Anonyme   
20/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Encore un sujet traité, qui au demeurant est "sérieux, là cela prend un côté "comique", mais qu'est-ce-qui ne passe sous votre plume talentueuse, l'interprétation, un régal.


Oniris Copyright © 2007-2018