Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Heureux pour la énième fois
 Publié le 08/10/12  -  18 commentaires  -  1768 caractères  -  450 lectures    Autres textes du même auteur

Je ferais le printemps avec des hirondelles.


Heureux pour la énième fois



Musique et chant : Yves Alba

http://www.aht.li/2740913/Heureux_pour_la_enieme_fois_Ligny_Alba.mp3
https://www.youtube.com/watch?v=1Ue2s9EGnzM


Que le ciel soit d’azur qu’il soit gris tourterelle
Au p’tit bonheur la chance un jour je m’en irais
Par le chemin des cimes pour me la bailler belle
À la fin des jonquilles aux tout premiers muguets
Je m’en irais brûler ma dernière chandelle
Je ferais le printemps avec des hirondelles
Qui ressemblent à Manon qui ressemblent à Frida
Et je serais heureux pour la énième fois

Après longtemps d’amour j’irais traîner ma flemme
À l’ombre de moi-même et du qu’en dira-t-on
Je soliloquerais en finissant un crème
Seul avec ma gamberge et quelques illusions
Des illusions j’en perds depuis longtemps déjà
Par le chemin des ronces où la vie s’égratigne
Mais je finirais bien par conjurer la guigne
Et je serais heureux pour la énième fois

Je boirais le vin fou des vendanges tardives
J’attendrais ces vendanges comme on attend Godot
Je dirais c’est ainsi que tous les hommes vivent
C’est ainsi que la vie les emmène en bateau
Avec Manon la brune avec Frida la blonde
Il ferait quart de lune à l’orée du p’tit bois
C’est en voyant passer la vanité du monde
Que je serais heureux pour la énième fois

Je m’en irais brûler ma dernière chandelle
Je ferais le printemps avec des hirondelles
Qui ressemblent à Manon qui ressemblent à Frida
Et je serais heureux pour la énième fois


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   merseger   
11/9/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Plein de références
"J’attendrais ces vendanges comme on attend Godot
Je dirais c’est ainsi que tous les hommes vivent" et de clins d'oeil, une verve, et ce regard poétique sur les choses et les êtres qui contient peut-être la recette du bonheur. Une magnifique construction, un rythme, des images simples et sensibles. Vraiment bravo pour ce texte qui propose un chemin de vie exempt de tout regret.
"Avec Manon la brune avec Frida la blonde" me fait penser à Manu Chao. C'est une sacrée référence!

   Pimpette   
11/9/2012
 a aimé ce texte 
Passionnément
Chef d'oeuvre!!!
Aucun besoin de commentaires pimpéttouesques!

La musique cadre au poil avec ce texte excellent plein de poésie et et de sens...Du rythme... de tout...et du bonheur pour la énième fois....pas encore mais ça ne va pas tarder!

Je veux le MP3!!!C'est possible?

   funambule   
8/10/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte à la fois dense et gouleyant, qui exhale ses références sans toucher à une once de l'inimitable style de l'auteur, toujours dans un improbable équilibre entre gouaille et classique. Ca semble à mon sens écrit pour les grands d'un autre temps... tout en ne ressemblant vraiment à aucun d'eux, tant "la patte" de l'auteur est forte. Allégories, stylisation, travail sur les couleurs... et toujours ce souci de rechercher l'image susceptible de trouver écho en chacun. Cette poésie là, pourtant très riche appartient au "peuple", à ceux qui font que la chanson est vivante, que sa mission est de nous "épingler" quelque part en "nous-même". Je sais bien que de nos jours c'est (un peu) moins ainsi, que les raccourcis s'embarrassent peu de cette richesse de détails et c'est d'ailleurs bien dommage. Yves Alba, "l'alter ego", celui qui respire à travers cette façon, soulève dès le début les mots et ne laisse jamais retomber son aérienne interprétation, plus que fusion, fraternité et complémentarité, je ressent quelque chose de "jouissif" dans l'appropriation, un bonheur de dire, de se balader sur les lignes. Il est "chez lui" et nous ouvre grand cette porte; encore une variation richissime.

   pieralun   
8/10/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bravo! Léni, Bravo!

Il y a tout dans ce texte.
C'est à la fois léger et puissant, à la fois gouailleur et poétique.
J'ai retrouvé des inspirations de Ferré "est-ce ainsi que les hommes vivent?" donc Aragon, du Brel également "et je serai heureux pour la dernière fois" et son Dernier Repas, ainsi que ses Frida.
Le rythme, sans la musique, est parfait, ce texte est à lui seul une musique entrainante.( d'ailleurs, toi qui connais forcément la chanson de Brel, fais la coller à ton texte, tu verras l'effet est saisissant)

   brabant   
8/10/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Léni,


Une chanson, une musique et une interprétation qui donnent envie de danser dès le petit matin et pour toute la journée, j'y vois la malice et la fraîcheur d'un Montand jeune et la poésie avec un rien de gouaille d'un Escudero ("comme une amourette..."), voilà qui est revivifiant et vivifiant avec des accents résolument optimistes.

"Et je serais heureux pour la énième fois"

Voilà un plan pour la vie !

Merci Léni !

   Alexandre   
8/10/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut leni. Pour la énième fois j'ai lu puis écouté une très jolie chanson où la poésie et l'espoir se disputent la palme...
Je remarque, une fois encore, que tu as écrit ce texte sur la base de l'alexandrin, ce qui n'est pas pour me déplaire.
C'est vraiment du très bon boulot du début à la fin...
Pour ne citer que quelques vers, j'ai retenu ceux-ci :

Après longtemps d’amour j’irais traîner ma flemme
À l’ombre de moi-même et du qu’en dira-t-on...

La classe du parolier alliée à une musique entrainante et à une superbe interprétation font de cette chanson un petit chef d'oeuvre... Bravissimo !

   Arielle   
8/10/2012
 a aimé ce texte 
Passionnément
Poésie, tendresse, une façon très personnelle de récupérer des clichés et les intégrer avec bonheur à son sujet :

"Je ferais le printemps avec des hirondelles
Qui ressemblent à Manon qui ressemblent à Frida"

"Des illusions j’en perds depuis longtemps déjà
Par le chemin des ronces où la vie s’égratigne"

Une volonté d'être heureux sans mièvreries qu'on a vraiment envie de partager.
Pour moi, une des meilleures chansons de leur auteur

   Anonyme   
8/10/2012
Une pirouette de tendresse et d'émotion pour ce regard au loin, pour cette petite gravité...

La-bas, dans ce plat pays, une petite somme de richesses qui va son temps, qui s'accumule, qui fleurit à la lumière...

Oui ! Que le vent est bon Leni...

En attendant cette joliesse extrême qu'est "gardien de phare..."

   Charivari   
8/10/2012
 a aimé ce texte 
Passionnément
Ah, une très belle chanson, vraiment, superbement écrite, très bien interprétée.
C'est idiot, mais je n'ai pas forcément envie, sur une chanson pareille, de décortiquer ce que j'aime... Mais pour que le commentaire soit valide, il faut argumenter, surtout avec une notation pareille, alors...
Ce que j'aime avant tout, c'est le ton, cette gaieté que le narrateur recherche un peu artificiellement pour maquiller le vide, l'ennui, la tristesse, la vieillesse. Ça m'a fait penser un peu à "j'veux qu'on rit, j'veux qu'on s'amuse comme des fous", de l'Emile de Brel, d'ailleurs il apparaît en clin d'oeil dans la chanson, avec Frida. La musique m'a évoqué ces ritournelles italiennes, et ce cinéma que j'adore, de Scola ou Risi, qui te font rire et pleurer tour à tour. C'est très fin et très réussi, et il y a de très très belles images, le gris tourterelle du ciel, "à l'ombre de moi-même et du qu'en dira-t-on...

   Ludi   
8/10/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Du Leni de la meilleure veine.
Dès le premier vers on est transporté par ce " gris tourterelle " qui colore le ciel en même temps qu'il nous promet un voyage. Cette image binaire est une merveille de poésie, elle donne ses ailes au texte pour un envol magique.
C'est d'ailleurs dans ce registre que je préfère l'auteur.

On y retrouve un mélange de populaire et de délicat, de facile et d'exigeant.
Tous les thèmes chers à l'auteur, la recherche du bonheur, qui se cache à portée de main pour peu qu'on ouvre les yeux, le sentiment aussi de l'illusion de ce bonheur, dont il vaut mieux après tout profiter par petites touches, " pour la énième fois ".

Je ne sais pas si les pauvres Vladimir et Estragon ont vu un jour arriver GOD(ot), mais Leni a bien raison de profiter déjà des vendanges tardives. Et s'il est capable de changer l'eau en vendanges tardives, nul doute qu'il aura aussi derrière lui au moins douze types accrochés à ses basques. Je ne vois là aucun miracle. Ma conversion est prête.

En tout cas je suis partant, et je suis sûr qu'on sera beaucoup plus que treize à table.
Leni, priez pour nous. Amen.

Ludi

   bipol   
9/10/2012
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Beaucoup dont moi auraient rêvé ou rêvent d'avoir cette plume intemporelle

Tu frôles le sublime sur ton parchemin

Tu caracoles en tête tranquille comme un Gaston

Et ton ami Yves sur le tandem t'a siffloté un air de derrière les fagots

C'est une chanson magnifique, bravo

   batoding   
23/1/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime beaucoup le texte, je n'ai pas trouvé le chant...!!! je suis nul.
un petit message avec la marche à suivre ce serait super. Je note après.
Merci d'avance.

   FrancoisT   
8/2/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai choisi le plus titré de l'œuvre de LENI pour le saluer . Je continuerai, comme je pourrai, à imiter son style joyeux et euphonique pour mériter de faire partie de sa compagnie.

   Anonyme   
8/2/2014
Salut Gaston

J'ai pris le parti de ne pas noter
Mais si je devais le faire, je gratifierais ce texte d'un "exceptionnel" de derrière les fagots
Sur la forme d'abord
Je suis de plus en plus convaincu que la chanson à texte est le meilleur vecteur de la poésie contemporaine.
Sur le fond
Comment ne pas s'identifier au narrateur lorsqu'on en est au temps du bilan ?

Merci Gaston et chapeau !

   HELLIAN   
8/2/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un très beau texte, cher Leni ! d'un rythme et d'une rare allégresse et qui offre l'avantage de redonner la pèche. Oui comme le disent certains commentateur, du Leni de la meilleure veine, entre hiver et printemps ou plutôt entre printemps et hiver. On est toujours en été quand on a du talent !

Un seul regret : j'ai tenté d'écouter la chanson et je n'ai pas été foutu de la trouver. Tu devrais, quand tu publies ici, mettre un lien direct sur le chant. Pour l'heure, je demeure frustré. Du coup, je ne te décerne qu'un très bien +, na ! je transformerai quand j'aurai pu entendre la musique...

   leni   
29/9/2015
voici le lien fonctionnel noomiz a été supprimé pour cause de faillite

http://www.aht.li/2740913/Heureux_pour_la_enieme_fois_Ligny_Alba.mp3

MERCI MRS LES MODERATEURS


LENI

   Marie-Ange   
21/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je vais finir par n'avoir plus aucun superlatif à vous adresser, vous formez un duo très TALENTUEUX, écoute très entraînante qui met du soleil dans le cœur, a cette heure avancée, je savoure pleinement, je suis sur une autre planète.

   fugace   
17/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Si je devais rebaptiser ce poème, je le nommerais "Espoir toujours". De la tendresse, de la délicatesse pour dire de façon enjouée toutes les ronces qui égratignent la vie, les illusions laissées au bord du chemin. Comme toujours, Yves a su trouver la musique et le rythme qui "collent" au plus juste.
Mais, n'est-ce pas là un écrit beaucoup plus profond? Ne serait-ce pas un vrai condensé de distanciation nécessaire à la vie? C'est pour ma part le ressenti que j'en ai . Il y a derrière chaque écrit une composante transcendante délivrée inconsciemment.
Etre heureux pour la énième fois, refaire le printemps avec des hirondelles brunes ou blondes, n'est ce pas vivre à chaque fois et ne pas baisser les bras.
Merci à vous deux, du fond du coeur.


Oniris Copyright © 2007-2017