Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Il peine à s'endormir
 Publié le 28/02/18  -  16 commentaires  -  2211 caractères  -  207 lectures    Autres textes du même auteur

Un artiste intermittent vit avec sa chatte, son chien et son perroquet. Il peine à s'endormir.


Il peine à s'endormir



https://www.aht.li/3180232/il_peine_a_dormir_v41.mp3
Texte : leni Gaston ligny
Voix et accompagnement musical : Furbo Tioul Charlie



Il ne peut s’endormir en comptant ses moutons

Il est veilleur de nuit veilleur de ses nuits blanches

Artiste intermittent rarement sur les planches

Il attend l’occasion il attend l’occasion.

Ce soir dans sa mansarde on a frappé trois coups

Il rêve il entre en scène il clame sa tirade

Et sa chatte l’écoute il monte aux barricades

Je t’aime mon artiste autant que mon matou.



Entartez tous les cons entartez tous les cons

Serine un perroquet beau parleur du Gabon

Il chante aussi Malbrough Malbrough s’en va-t-en guerre

Et un tout petit bout d’un chant de légionnaire.

Les voisins mansardés gueulent tous ça suffit

L’artiste dit : Coco écoute on applaudit

Un tout petit matin un veilleur de nuit blanche

Tire sa révérence il quitte alors les planches.



L’artiste est clown joyeux au cirque des lumières

Son chien petit Bâtard joue un danseur mondain

Renversant le tango en marche en marche arrière

Pierrot qui a cinq ans applaudit des deux mains.

Le spectacle est fini le nez rouge salue

Et le bandonéon rejoint son reposoir

Petit Bâtard s’en va bourlinguer dans les rues

Guidé par le hasard guidé par le hasard.



L’artiste au reposoir tente pour s’endormir

De boire une liqueur de l’Abbé Perdrigeon

Mais cette liqueur-là ne semble pas agir

Coco Bello redit entartons tous les cons.

L’artiste dit un jour vous me mettrez en terre

En jouant un tango sur mon bandonéon

L’artiste dit un jour vous me mettrez en terre

En jouant un tango sur mon bandonéon.



Les voisins mansardés gueulent tous ça suffit

L’artiste dit : Coco écoute on applaudit.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Gaston

Ton histoire d’intermittent

est une belle histoire poétique

comme tous tes textes

tu fait bien de parler des intermittents

ils sont bien mal lotis

j'ai particulièrement aimé la déclamation de furbo

et son accompagnement genre cirque ou Charlot

bravo à vous deux j'ai adoré

   Hananke   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonjour

Pour une fois, je reste mitigé en écoutant ce texte déclamé
sur sa musique.
Si j'en aime beaucoup le texte, la musique et l'interprétation me laissent un peu sur ma faim.
les rêves à l'endormissement sont propices aux nuits blanches
ou tout au moins aux insomnies mais sont également favorables
aux poésies les plus belles : Hugo, Mallarmé en sont deux exemples typiques.
De bien belles choses dans le texte :
ll est veilleur de nuit veilleur de ses nuits blanches
L’artiste est clown joyeux au cirque des lumières
et les deux derniers vers de fin.

Entre autres.

   Queribus   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

J'ai tout aimé dans ce texte: l'écriture frisant la perfection ainsi que la diction (peut-être eut-il été intéressant de mettre quand même une partie chantée?). L'ensemble m'a fait penser à Bernard Dimey récitant un de ses textes.

Le fonds quant à lui est parfaitement compréhensible dès la première lecture et évoque un problème bien connu chez les intermittents du spectacle; le sujet est traité avec délicatesse, simplicité et efficacité.

Une belle réussite quoi qu'il en soit.

   widjet   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Un texte joliment écrit, un peu à la sauce titi.
C'est appliqué et efficace Comme souvent.
Le gros point noir ? La musique. Non seulement elle n'apporte aucune valeur ajoutée à l'ensemble, mais à la longue elle en devient très pénible (et elle m'a semblé trop forte, là où il me semble elle devait rester en retrait pour accompagner discrètement le texte....qui se suffit à lui-même) au point que j'ai failli stopper l'écoute.

En slam cela aurait fait un truc chouette.

Au final, puisque faut juger l'ensemble ce sera...

   papipoete   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour leni
Il ne sait pas de quoi demain sera fait, l'artiste en CDD ; alors il rêve qu'il entre en scène et joue un rôle extraordinaire . En ce moment il fait le clown au " Cirque des Lumières ", mais pour combien de temps ?
En attendant, il fait l'acteur dans son modeste appartement, avec pour public son perroquet, lequel applaudit même si son maître est très mauvais ...
NB je ne peux m'empêcher de songer à Aznavour et son " comme ils disent " ; les gens qui baissent les yeux sur cet " homm'oh " mais haussent le ton à l'entendre faire pour son " coco " le show ...
Par moments, on sourit en comptant les moutons, mais souvent les yeux s'embuent à ce triste sort ...
Je ne note point le côté musical que je ne trouve pas approprié à ces vers ; j'aurais bien entendu une complainte soufflée du bandonéon .

   Damy   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour leni,

tu voudras bien m'excuser mais je ne tombe pas sous le charme: la voix est, à mon avis, trop monocorde et la récitation du texte ressemble trop à une ennuyeuse litanie, alors que le texte seul est vif, plein de couleurs, plein d'images surprenantes. J'ai bien aimé notamment l'ironie dans:
"Les voisins mansardés gueulent tous ça suffit
L’artiste dit : Coco écoute on applaudit

Mais, j'en suis un et "entarte tous les cons entarte tous les cons" !

Bien amicalement
Damy

   PIZZICATO   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
" veilleur de ses nuits blanches ". Une belle trouvaille, cette image expressive qui résume bien le fond de ce texte.

Un artiste méconnu, ou raté, " rarement sur les planches " et qui n'a pour bon public que son perroquet et sa chatte.

Un bon texte.

Sylvain a trouvé le ton juste pour déclamer les mots de Gaston.

   Anonyme   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Pour le côté interprétation, je connais avoir du mal avec ce genre, la déclamation ne m'a pas convaincu, elle ne révèle pas le texte, le ton est monocorde, la musique s'impose énormément.

Pour le texte, il a retenu mon attention, par de petites phrases, découvertes intéressantes, petites trouvailles "il est veilleur de nuit veilleur de ses nuits blanches", au cours de ma lecture, mais dans son ensemble, je reste moyennement convaincu.

Le sujet retranscrit les difficultés d'être "Artiste", pour cela je le perçois touchant. Il faut être bien passionné pour faire ce métier parfois très ingrat.

   Louis   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Pathétique et dérisoire, l’artiste sans contrat. Sur l’écran noir de ses nuits blanches, il se fait son cinéma, et joue le spectacle que nul ne voit. Lui que l’on n’engage que par intermittence, veut jouer sa vie d’artiste dans la permanence.
Il ne s’endort pas pour rêver sa vie, il reste éveillé pour vivre son rêve.
Il a pour spectateur ses fidèles compagnons, son matou et son perroquet Coco.
Coco l’insolent, Coco qui en veut à tous les « cons ».
Les voisins gueulent tous « ça suffit », mais non l’artiste, mais non, on t’applaudit !
Et moi aussi j’applaudis, l’artiste Leni et son interprète.

   wancyrs   
28/2/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J’aime le surréalisme de ce texte, il me ramène dans cet atmosphère de cirque que j’aimais bien, jeune. Et le tout bien chanté !
Merci frangin !

Wan

   troupi   
1/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut Léni.

Je ne suis pas convaincu par la trop forte présence de la musique et la voix qui accompagnent ce texte.
C'est une histoire qui raconte la vie souvent difficile des intermittents
du spectacle et cette voix qui en impose me semble être à l'opposé de ce que le texte demande.
Je me doute que c'est voulu mais pour moi ça ne fonctionne pas.
Sinon comme d'habitude ta vision et ta façon de raconter prennent le lecteur et cette fois l'originalité tient à ces animaux de compagnie qui sont finalement le seul auditoire de cet artiste délaissé qui veut voir dans les cris de ses voisins des applaudissements. Dur métier que de vouloir vivre de sa passion.
Merci pour eux de leur rendre un petit hommage.

   Pouet   
1/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bjr,

Le texte est vraiment bien sympa, un poil irrévérencieux et pourquoi pas un peu "engagé", ce qui n'est pas pour me déplaire. Un ton aigre-doux, une "histoire" fort bien racontée.

Pour ma part un texte que je place parmi les meilleurs de l'auteur.

Après la "déclamation" et l'accompagnement musical ne m'ont pas particulièrement transcendé mais j'ai tout de même trouvé sympathique la petite musique genre "carrousel" qui je trouve sied bien aux vers..

Voilà, un moment bien agréable au final.

   Anonyme   
1/3/2018
Salut Gaston... et salut l'artiste ! Un sujet qui méritait d'être traité et quelques jolis passages comme :

Il est veilleur de nuit veilleur de ses nuits blanches

... ou encore

Les voisins mansardés gueulent tous ça suffit !

Un texte qui ne dépare pas avec les précédents et toujours cette touche humaniste qui te caractérise...

Bravo et merci..

   Cat   
2/3/2018
 a aimé ce texte 
Passionnément
Salut, l'Ami,

J'irai écouter la mélodie plus tard... pour l'instant je me suis régalée de tes mots.

Tu es toujours à raconter des histoires poignantes l'air de rien, avec un swing de jeux de mots qui insuffle sa propre et belle musique ; celle de l'âme et du coeur réunis.

J'adôôôre ! Voilà qui est dit !!!
Je relève tout, car tout est admirable.

Merci Leni

Cat

   David   
3/3/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour Leni,

L'histoire est jolie et racontée avec humour. Dans ce passage :

"Un tout petit matin un veilleur de nuit blanche

Tire sa révérence il quitte alors les planches."

Je ne comprend pas le "un veilleur", c'est bien le même et le narrateur l'appelle "lui" pas "un parmi d'autres" dans le texte.

   Eki   
4/3/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai adoré...et j'applaudis des deux mains et même des deux pieds !
Dernier tour de piste avec panache pour l'artiste sur le manège désenchanté...C'est de l'art scène sans larsen !
Les mots sont offerts comme lancés par un jongleur de balles.
Eki lance les confettis


Oniris Copyright © 2007-2018