Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Ils s'appelaient
 Publié le 30/07/13  -  11 commentaires  -  1439 caractères  -  175 lectures    Autres textes du même auteur

Je me souviens, tu te souviens… ils se souviennent.


Ils s'appelaient



C’est dans les années trente je viens d’avoir douze ans
Je m’appelle Adelio et ma sœur Isabel.
Le fond de l’air est doux il fait joli printemps
Quand un tonnerre de feu tombe soudain du ciel.
Il tombe d’une escadrille dites-moi donc pourquoi.
Je m’app’lais Adelio c’était à Guernica.

Dans les années quarante je viens d’avoir douze ans
Je m’appelle David je suis juif ashkénaze.
Pendant notre révolte tout le ghetto s’embrase.
Sous les tirs des blindés je prie pour mes parents
Je prie pour Deborah et je prie pour ma vie.
Je m’appelais David c’était à Varsovie.

Dans les années quarante je viens d’avoir douze ans
Je m’appelle Jean-François et ma sœur Marie-Jeanne.
Nous sommes tous rassemblés hommes femmes et enfants
Sur la place du marché à Oradour-sur-Glane.
Ils nous ont massacrés six cents le même jour.
Je m’app’lais Jean-François c’était à Oradour.

C’est en quatre-vingt-quinze je viens d’avoir douze ans
Amar c’est mon prénom je suis né en Bosnie.
Ma sœur s’appelle Seilma c’est une jolie fille
Nous vivions en famille simplement simplement
Jusqu’à Srebrenica jusqu’à Srebrenica.
Je m’appelais Amar elle s’appelait Seilma.

C’était à Guernica
C’était à Varsovie
C’était à Oradour
Et à Srebrenica

C’était ailleurs aussi
C’était ailleurs aussi
Ailleurs


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   troupi   
13/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien
J'aime bien la manière dont un sujet si lourd est traité avec légèreté,en tous cas c'est comme cela que je l'ai lu. s'il est mis en musique ce poème peut évidemment devenir tragédie avec une interprétation adaptée.
puisque vous avez respecté un certain ordre des rimes, ou parfois assonances, vous auriez dû écrire "fille jolie " au lieu de "jolie fille".
Chaque premier vers avec sa deuxième moitié répétée insuffle un rythme agréable un peu lancinant qui va bien avec le thème choisi mais je m'interroge sur le manque de refrain pour une chanson cela aurait peut-être apporté un plus en séparant chaque strophe.

   Pimpette   
30/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Cher Leni

Je fais court car le temps me manque aujourd'hui...je repasse demain...
Un sujet gravissime et la légèreté de ta patte, c'est parfait
Aglaémue

   brabant   
30/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Léni,


Et pas de musique et pas de chanteur avec tout ça ; mais c'est un opéra que j'attends, grandiose et tragique. Une façon de dire les pics du siècle passé à l'aune et à la mésaune d'une vie avec de l'intime et du feu cataclysmique, partout en Europe.

Adelio ! Isabel ! David ! Deborah ! Jean-François ! Marie-Jeanne ! Amar et Seilma ! Où êtes-vous ?

Léni vient de faire de nos mémoires vos garants !

Léni, saisissante sentinelle !

Désormais grâce à lui c'est ICI à jamais !


Merci pour ce devoir de mémoire enfin non galvaudé !

Brabant

   bipol   
30/7/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
je remarque Léni que les guerres passent

et que toi tu reste jeune

tu as douze ans éternellement

et c'est la marque des artistes poètes

cette sombre histoire de l'humanité tu nous l'a écrite en pleine adolescence

bravo Léni je crois qu'on est assis sur la même branche

et on regarde ce monde malheureux

vivement la musique

   Ioledane   
30/7/2013
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un texte fort et émouvant dans sa simplicité non larmoyante.

Oui ces drames sont intemporels, hélas, et il aurait pu y avoir des dizaines d'autres exemples.

C'est bien rythmé et bien exprimé.

   Alexandre   
30/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut l'ami leni... Un résumé de la connerie humaine, et de plus contemporaine, que j'espère écouter un jour prochain sous forme de chanson... Tout est dit de belle manière sans pathos mais avec les mots qui conviennent, et sans ségrégation.
Le problème c'est que tu pourrais d'ores et déjà rajouter le Mali, la Syrie, l'Egypte et j'en passe...

Un texte humaniste qui vaut piqure de rappel...

Bravo l'artiste !

   Anonyme   
30/7/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Leni,

Toujours le même contraste entre la simplicité des mots et la tragédie des événements. Dans ton théâtre de la guerre tu dois réveiller beaucoup de douleurs, perpétuant un devoir de mémoire qui reste trop souvent sans écho dans la fureur du monde.
Tu ne donnes jamais de leçons, et ça c’est bien.

Concernant l’aspect formel je pense que tu as déjà fait mieux. Il manque peut-être la musique et l’interprétation pour mieux diluer ton texte. Plus un texte est solennel et moins il se prête aux ellipses habituelles de la chanson.
Un vers comme « Nous sommes tous rassemblés hommes femmes et enfants » me semble un peu trop étiré. En supprimant le mot « tous » je trouve qu’on équilibre mieux le vers en prononçant tous les E muets « Nous sommEs rassemblés hommEs femmes et enfants », ce qui lui donne plus de solennité que l’ellipse « Nous som’ tous rassemblés hommes femmes et enfants ». Je pense que de ce point de vue le texte peut être amélioré.

Ça reste une chanson et un label Leni, sans aucune hésitation.

Cordialement
Ludi

   funambule   
1/8/2013
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Intéressant, bien écrit... et difficile de dénier le titre de "chanson" à cet opus. La précision (même dans l'idée du survol des époques) me semble cependant desservir le sujet, poussant trop à la réflexion et finalement repoussant l'émotion à un plan secondaire. Difficile même pour les plus grands d'être dans l'équilibre nécessaire au genre. Pas convaincu malgré la continuité d'une écriture rare. Désolé!

   Mona79   
4/8/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Très émue par ce texte. En faire une chanson ? Pourquoi pas ? Des sujets légers passer à ceux plus lourds de la réflexion, c'est tout un art dont tu a su éviter les écueils. Merci Léni pour ce rappel de souvenirs qui ne s'effacent pas.

   Pouet   
6/8/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Quatre évocations de la guerre et quatre strophes simples et évocatrices dans le style habituel de l'auteur dont on reconnait la plume. Certains esprits chagrins pourraient parler de mièvreries ou de "populisme" tant on ne peut que compatir aux destins proposés... Mais non j'y lis pour ma part une belle sincérité et une simplicité d'écriture qui sert bien le propos. Bonne continuation.

   melancolique   
13/8/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Leni,

Un sujet difficile, mais évoqué ici tout en simplicité, sans que le texte manque d'émotion. C'est très touchant, et cette idée d'avoir douze ans, comme pour toujours, me donne des frissons.

Je suis émue, merci pour ce texte.

Au plaisir de vous relire.


Oniris Copyright © 2007-2018