Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Je pense ceci tu penses autrement. Qui a raison mon frère ?
 Publié le 16/07/19  -  17 commentaires  -  2030 caractères  -  243 lectures    Autres textes du même auteur

On a tous sa façon de penser, on a tous sa façon de dire. La tolérance, c'est d'accepter la façon de penser des autres. Un libre penseur ne s'accorde pas le droit d'imposer ses vues aux autres. On peut rire et plaisanter sur la façon de penser des autres mais cet humour ne peut devenir agressif.


Je pense ceci tu penses autrement. Qui a raison mon frère ?



Paroles : Gaston Ligny leni
Musique et chant : Éric Guérin Yves Guérin
https://www.aht.li/2913976/447-sous_lacacia.mp3


Viens t’asseoir sous cet acacia

Pour parler de tout et de rien

Rien que parler ça fait du bien


Si demain on rasait gratis

L’Islam changerait-il de visage

Parlerait-on le même langage

Du djebel jusqu’à l’oasis

Tu es plus catholique que l’Pape

Me dit un arracheur de dents

Va couper la barbe d’Esculape

Répète un charmeur de serpent


Reste assis sous cet acacia…


Lorsque l’amour frappe à ta porte

Dans un hôtel de Bamako

C’est pas des herbes de toutes sortes

Qui vont t’éviter bien des maux

Non c’est une capote anglaise

Le Pape ne vous en déplaise

Dis-moi François je n’en veux pas

Que faut-il penser de cela


Reste assis sous cet acacia…


Quand mes artères en tuyau d’pipe

Ne f’ront plus vivre que mon méd’cin

J’gard’rai un sourire à la lippe

Pour la pub des pilul’ machin

Et je dirai 33 33

Pour lui montrer que je respire

Il me dira qu’il a vu pire

Que j’ai dû prendre un chaud et froid


Reste assis sous cet acacia…


Si on était tous des barjots

On n’cherch’rait pas l’pourquoi des choses

Et on verrait la vie en rose

Il n’y aurait plus d’ombre au tableau

Mais pendant que je dis cela

D’autres vont penser le contraire

Alors qui a raison mon Frère

Et qui dit vrai sous l’acacia


Mais pendant que je dis cela

D’autres vont penser le contraire

Alors qui a raison mon Frère

Et qui dit vrai sous l’acacia


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   embellie   
23/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Voilà un hymne à la tolérance fort bien troussé. Des paroles simples, une guitare d'accompagnement discrète, une voix humaine chaude à l'articulation parfaite, un vrai plaisir d'écoute.
"Viens t'asseoir sous cet acacia pour parler de tout et de rien", oui mais l'auteur, dans ce "tout et rien" met des choses bien précises, des sujets de société qui nous concernent tous. Cette chanson, qui a l'air d'être légère, pèse son poids de vérité, et tend à prouver, comme le disait Montaigne (je crois, pardonnez si je me trompe): La vérité est un clou à deux têtes. Et, pour finir, ce texte pose une question qui restera sans réponse : Mais pendant que je dis cela d’autres vont penser le contraire, alors qui a raison mon Frère, et qui dit vrai sous l’acacia ? Un de ces textes qui font réfléchir.

   troupi   
26/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un beau texte sur la tolérance, l'acceptation de l'avis de l'autre, tout en douceur interprété à la guitare par Éric le noir - sauf erreur - dont la voix est si caractéristique.
Si quelqu'un disait vrai sous l'acacia il y aurait une vérité universelle et on sait bien que ce n'est pas le cas, donc tous les problèmes qui en découlent. Même les meilleures volontés engendrent des guerres, comment le petit peuple sous l'acacia pourrait-il avoir la solution.
Pourtant il vaut mieux :
S'asseoir sous cet acacia
Pour parler de tout et de rien
Rien que parler ça fait du bien.
Oui ça fait du bien comme cette chanson.

   Queribus   
26/6/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

La bonne surprise du matin: de la poésie néo-classique tirée au cordeau au niveau texte avec des mots simples et vrais qu'on comprend tout de suite, un texte pas trop long qui dit tout en quelques phrases. Malheureusement, en matière de tolérance, je crois plutôt qu'on va en sens inverse et que le fanatisme a encore beaucoup de beaux jours devant lui.

Que dire de la musique et ce ces arpèges à la guitare et de la voix depuis qu'on la connait depuis si longtemps.

En résumé, de la belle ouvrage comme d'hab. J'attends(on attend) la prochaine.

Bien à vous.

   Eclaircie   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour leni,

Il y avait longtemps que je ne vous avais pas écouté et je suis vraiment sous le charme.
Votre chanson est très réussie, fond et forme sont épatants.
La musique qui sait se faire discrète sert beaucoup le texte qu'il est important d'écouter avec attention.
De plus la voix profonde et chaude du chanteur est un vrai bonheur.

Il n'y a qu'un vers qui m'a un peu gêné à l'écoute, dans sa diction :
"Ne f’ront plus vivre que mon méd’cin"
plutôt pour le rythme : "Ne f’ront plus vivre qu'mon méd’cin"

Que de sagesse "sous cet acacia"

Bravo et merci du partage,
Éclaircie

Édit : le titre n'est pas tip-top à mon avis. Mais la chanson compense tout.

   Hananke   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour

Un ensemble texte et musique magnifique. Qui a raison, qui a tort
mais c'est toujours soi et l'autre.
Sous un joli accompagnement de guitare, le texte se déroule
comme une analyse chez un spécialiste.
J'aime bien les artères en tuyau de pipe et la capote anglaise
même si le terme est passé de mode il est toujours d'actualité.

Oui, un très bon texte qui nous change des platitudes habituelles
du site en ce moment.

   sympa   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

Je ne sais par où commencer et les mots me manquent parfois quand un texte ( et sa magnifique interprétation ) me parlent et surtout me touchent .
Magnifique chanson sur la tolérance et la liberté de s'exprimer sur des sujets simples' oui' mais aussi sur des sujets de société.
Qui a raison, qui a tort? Qu'importe, on débat, on communique.
Des mots simples mais forts qui, semblant de rien, font réfléchir.

Oui, parler, s'exprimer, ça fait du bien, quand ça s'avère possible .
Merci

   Hiraeth   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'ai trouvé le texte bon, intelligent, drôle et bien rythmé, plaisant à la lecture. Dommage que le paratexte niais et didactique vienne polluer l'oeuvre, et que le titre soit ridiculement long.

   Corto   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Bien
On se laisse volontiers bercer par cette ritournelle agréable.
Quel plaisir de passer un bon moment d'amitié sous cet acacia.

Mais les paroles sont ambiguës. 'Tout est dans tout et réciproquement' dirait un humoriste. Ainsi il n'y a plus aucun système de valeur. Celui qui tue et celui qui est tué sont de bons amis et il n'y a pas de raison de se fâcher car "Rien que parler ça fait du bien".
Celui qui exploite et celui qui est exploité restent bons amis car "Rien que parler ça fait du bien".

Cette chanson qui a priori vise à glorifier l'amitié, la tolérance, le dialogue, aurait mérité des paroles moins bisounours, plus construites autour du 'respect de l'autre'. Je suis sûr que "l'acacia" aurait applaudi.

Mais on prend tout de même plaisir à écouter cette chanson.

   bipol   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour à vous deux

on se croirait chez le coiffeur ou au bistrot

ce calme fait du bien

c'est vrai qu'en France il y a beaucoup d’agressivité

l'ami léni est pour la tranquillité

et il a bien raison, avec un texte pile-poil bien écrit

et un emballage musicale d'Eric toujours aussi bon

bravo

   PIZZICATO   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Le << Chêne >> a laissé place à l'acacia ; non pour trancher, mais pour échanger des points de vue.
Des échanges certes, ils sont indispensables, mais l'auteur sait, ici, se faire comprendre.
De belles trouvailles comme :
" Tu es plus catholique que l’Pape
Me dit un arracheur de dents "

" Le Pape ne vous en déplaise
Dis-moi François je n’en veux pas "

" Quand mes artères en tuyau d’pipe
Ne f’ront plus vivre que mon méd’cin "...
Un bon texte, une fois encore.

Comme toujours, Monsieur Lenoir a élaboré la juste partition pour porter les paroles de Leni ; avec cette voix qui se reconnaît sans hésitation.

De la belle oeuvre, mes amis.

   Cristale   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Assise sous cet acacia pour parler de tout et de rien, j'ai préféré me taire pour entendre les doigts effleurer la guitare en écoutant la voix qui fait danser les mots du poète.

"Si on était tous des barjots
On n’cherch’rait pas l’pourquoi des choses
Et on verrait la vie en rose
..."

J'aimerais avoir ce petit grain de "barjoterie" pour voir la vie en rose mais cette chanson, qui n'a rien de loufoque, porte son bouquet d'espoir vers un monde meilleur où les Hommes sauront enfin se parler, qu'ils aient raison, ou tort, et échanger dans la tolérance.

"Il n’y aurait plus d’ombre au tableau"

Merci et bravo pour ce joli moment de lecture et d'écoute, assise sous l'acacia, j'ai vu la vie en rose.

Cristale

   ours   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Leni, Eric et Yves

J'ai lu et écouté votre chanson ce matin, et me voilà de retour pour relire et réécouter, c'est l'effet d'une chanson réussie ! J'aime le texte, le message de tolérance qu'il porte, l'interprétation sobre et inspirée, l'accompagnement discret mais élégant de la guitare qui laisse place à une bonne respiration avant chaque couplet pour un peu plus d'expression.

Merci pour le partage.

   Davide   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour leni, Éric, Yves,

Sous ses airs de petite ballade bucolique, cette chanson aborde un sujet particulièrement sensible : le regard que l'on a sur nos pensées, nos opinions.
Les divergences d'opinions sont la cause de bien des violences aujourd'hui, des conflits familiaux jusqu'aux guerres politiques...

"Qui a raison mon frère" ? Peut-être personne. Et puis, à quoi cela nous sert-il, d'avoir raison ? A part nous entre-haïr ou nous entre-tuer ?

L'acacia, symbole de l'amitié, apporte une touche de légèreté à ce texte, un vieux parfum de tendresse.
J'ai beaucoup aimé le vocabulaire employé, abordant sans trop de sérieux, avec l'humour qu'il faut, la religion, la santé ou la sexualité.

Un beau mariage entre texte et musique !
Un délicieux moment de "poésie" pour mes oreilles.

Bravo à vous ! J'ai adoré !

Davide

PS : juste dommage ce titre à rallonge !

   senglar   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour leni,


Une bonne leçon de vie qui ramène à la réalité, de celles qui laissent l'âme libre et sauvegardent le corps et la raison, la raison qui fait la balance du vrai, du faux et de l'exaltation et la balance qui ramène à la raison, la raison qui ne renie rien, pas même le reniement.

Or c'est dans le reniement que l'on acquiesce, tu as fait oeuvre ici, leni, de philosophe et d'humaniste, des philosophes arabes (Al-Fârabi, Avicenne, Averroès. Pourquoi ai-je le mot "algarabia" en tête. Je sais qu'en français il est a l'origine du mot charabia. Mais ceci est bien entendu pure malveillance, je parlerai plutôt de discussion animée et, ben oui, un peu confuse) à Erasme et à la cohorte des suivants (je ne veux pas ce mot péjoratif, je le vois dans le sens de bousculade, bousculade sympathique), chrétiens et ceux qui doutent, agnostiques et athées. Et tu as démontré qu'en fin de compte, en fin de parcours ici-bas, c'est un tuyau de pipe, du calumet des Amérindiens au brûle-gueule en argile de Baudelaire , qui juge du tout de notre petite existence, fragile l'argile - brrr - ; se casser la pipe après avoir fumé le calumet de la paix, assis en tailleur dessous un acacia, j'adopte... à condition bien sûr d'avoir balayé les aiguilles, pour m'asseoir les jambes en croix, suis pas un tailleur non plus, ni un croisé, ni surtout un fakir ;) ...

Je reste un libre-penseur comme toi :))) ))) )

Ah ! Si les contraires pouvaient 'concophoner' !


Merci ! Mais le mot est faible... Grand merci ! Mais l'expression est trop faible ! à Eric et Yves Guérin d'avoir aussi bien mis en valeur les paroles de la chanson de leni. Je bois du petit lait quand les talents se marient :))) C'est tout simplement magnifique : chaud, sensuel, équilibré, serein, oecuménique, convaincant.

Vais planter un acacia moi ! Déplanter mon if, mais il a déjà commencé à se barrer, je le vois pointer le bout de ses racines chez le voisin...Saviez-vous que l'if est est un arbre qui marche ? Le seul à faire l'école buissonnière. Devrait prendre exemple sur le sage mais casanier si consensuel acacia. Une sorte de Mathusalem. Vais me servir de votre chanson à tous trois pour calmer le jeu :)))))))


senglar en Brabant

   papipoete   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
bonsoir leni
" je pense ceci, tu penses sûrement autrement, et nous avons raison tous les deux... parcequ'ici on peut dire ce que ça nous chante, sans qu'on nous traîne en Place de Grève, ou qu'on nous pende par les pieds en pâture à des barbus de tout poil !
- viens donc t'asseoir sous l'acacia ; il entend tout mais ne répète rien et ça nous fait tant de bien !
- ce serait bien quand-même, de prendre un thé entre mécréants et des " rasés de près " ?
- si François de Rome allait de nuit, saluer ses soeurs en minijupe et tarif réduit, ça serait bien ?
- si on n'cherchait pas tout le temps le pourquoi des choses, et qu'on voie la vie en rose, ça serait bien ?
- mais lui qui ne veut pas venir causer sous l'ombre de mon arbre, il a peut-être raison ? et c'est moi l'couillon !
NB ça m'a fait plaisir de venir vous écouter, toi le poète à la sagesse qui ne s'attrape pas au coin de la rue, et la voix d'Eric dont la chaleur sied à merveille à cette leçon " gratuite " de liberté de penser qui ferait éviter bien des plaies à panser...

   STEPHANIE90   
16/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Leni, Eric et Yves,

un bien joli texte qui prône la tolérance avec tact et des mots simples, donc parfait pour une petite chanson sous l'acacia.
Ma partie préférée :
"Lorsque l’amour frappe à ta porte
Dans un hôtel de Bamako
C’est pas des herbes de toutes sortes
Qui vont t’éviter bien des maux
Non c’est une capote anglaise
Le Pape ne vous en déplaise..."

C'est juste beau et tellement vrai, alors tournons sept fois la langue dans notre bouche avant de parler et écoutons nos frères et nos sœurs. A chacun sa vérité !!!

Merci à vous trois, pour ce beau moment de partage et pour la musique et le chant qui accompagne les mots,
Stéphanie

   Robot   
17/7/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans cette chanson et son texte, je pense que le plus important est la seconde partie du titre: Qui a raison mon frère ?

La tolérance n'est pas à mon avis dans l'acceptation de l'avis d'autrui, mais dans le fait d'admettre de discuter de cette différence d'opinion.
"qui a raison mon frère ?"
S'interroger sur qui a raison, c'est accepter de remettre en cause son propre point de vue et de le confronter à l'autre.
Ce n'est pas tout à fait la même chose que tolérer. C'est moins hypocrite que d'affirmer avoir l'un et l'autre raison. Cela va plus loin que dire: "tu as le droit de ne pas penser comme moi." Un peu comme en diplomatie: Confrontons nos différences et essayons de trouver ce qui peut nous rapprocher et au final reconnaissons nos divergences sans en faire une source de conflit.

Il me semble qu'indirectement c'est ce que propose le thème de la chanson bien soutenu par la mise en voix et en musique.

"Rien que parler ça fait du bien" Très juste remarque.


Oniris Copyright © 2007-2019