Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Je veux danser ma vie
 Publié le 01/04/15  -  23 commentaires  -  1871 caractères  -  345 lectures    Autres textes du même auteur

Je souhaiterais la danser comme on danse un tango.


Je veux danser ma vie



Paroles : Gaston ligny Leni
Musique, arrangement et chant : Yves Alba PIZZICATO
http://ahp.li/b2aa6be9c6b12ab1ebcb.mp3



Je veux tordre le cou à la mélancolie
Rire aux larmes souvent et rêver en couleur
Avant que d’être vieux je veux danser ma vie
En emboîtant le pas d’une Dame de cœur

Je suis incognito sur l’aire de repos
Je vole au fil des jours un peu du temps qui passe.
En marquant le tempo sur une calebasse
Je veux danser ma vie comme on danse un tango.

Je veux tordre le cou à la vie qui routine
Et qui tous les matins l’air de rien m’embobine.
Je voudrais changer d’air je pars aux antipodes
Cet endroit semble-t-il a dû passer de mode
Ceux que j’ai vus là-bas courant après un leurre
Ont l’air de peace and love. Le soleil dans les cœurs
Et la fleur au fusil ils attendent Godot
Je n’y reviendrai pas du moins pas de sitôt


Je suis incognito sur l’aire de repos
Je vole au fil des jours un peu du temps qui passe.
En marquant le tempo sur une calebasse
Je veux danser ma vie comme on danse un tango.

[Passage musical]

Je veux tordre le cou à la désespérance
Braconner mes plaisirs en cochant mon tiercé
En jouant au loto ma date de naissance.
La chance pourrait bien tourner de mon côté.
En toute discrétion je dois prendre de l’âge
Je suis inquiet j’oublie parfois quelques prénoms
Mais ce n’est pas demain que je tourne la page
Le bonhomme tient bon le bonhomme tient bon

Je suis incognito sur l’aire de repos
Je vole au fil des jours un peu du temps qui passe.
En marquant le tempo sur une calebasse
Je veux danser ma vie comme on danse un tango.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Hananke   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour
Encore une superbe chanson dont j'adore le refrain, paroles et musiques.
Je veux tordre le cou à la mélancolie : tout est dit dans
ce superbe premier vers.
J'aime bien aussi les changements de rythmes musicaux :
quelques notes de tangos argentins se mêlent au synthé.

Je suis incognito sur l'aire de repos : très beau vers du refrain
qui dit beaucoup en peu de mot.
La référence à Godot me plait bien aussi.

   bipol   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
tu as raison Léni

ce n'ai pas la mélancolie qui va prendre le pas

tu as décidé de danser ta vie

et tu le fais avec brio, dans un texte magnifique

et pour danser il faut être deux

ton partenaire de toujours le fait avec brio

bravo à vous deux

   Pimpette   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
OUI! Et comment! Le bonhomme tient bon!
Ce texte est inondé de jeunesse et d'amour de vivre...
ça fait du bien à tout le monde...à moi ce matin pour entamer la journée...
Je relis avec la musique d'Yves car je n'arrive pas à faire ça du premier coup....pimpette un peu gaga...mais je veux tordre le cou à toutes les pleurnicheries!...et à la vie qui routine....belle trouvaille mon Leni
On te note toujours bien parce que tu le vaus bien!

   Arielle   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Superbe !
"Je veux tordre le cou à la vie qui routine
Et qui tous les matins l’air de rien m’embobine".
J'aurais voulu avoir écrit ces deux vers et bien d'autres de cette chanson ...
J'aime cet optimisme résolu qui s'affiche comme une profession de foi sans pour autant céder à l'angélisme "peace and love" et autres fadaises. La vieillesse est bien là qui guette :
"Mais ce n’est pas demain que je tourne la page
Le bonhomme tient bon le bonhomme tient bon"

Je me chantonne déjà le refrain ... Un grand cru de vous deux !

J'aurais juste un petit bémol pour certains passages musicaux que je trouve un peu trop emphatiques mais l'accordéon revient vite mettre la mélodie à échelle humaine Bravo Gaston et Yves !

   Michel64   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bravo Leni, une belle chanson au texte très bien tourné :

"Avant que d’être vieux je veux danser ma vie
En emboîtant le pas d’une Dame de cœur"

"Je suis incognito sur l’aire de repos
Je vole au fil des jours un peu du temps qui passe."

Voilà de belles trouvailles.
L'ensemble est bien emballé dans cette musique entrainante.

Au plaisir de vous écouter encore et encore...

   Francis   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Lire ces mots, écouter ces notes procurent un petit bonheur matinal qui fait palpiter le cœur et donne des ailes au papillon qui a connu tant de printemps ! Je voudrais moi aussi rompre le cou à la mélancolie qui m'empêche de "braconner" ces moments joyeux mais elle est coriace !
Merci pour cette chanson aux parfums d'optimisme et d'espérance qui prolonge l'insouciance de la jeunesse.

   papipoete   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
bonjour Leni; je rencontrai jadis un ancien ami, retraité depuis des années, partageant la soupe de sa seconde épouse. Lui demandant à quoi il occupait son temps, il me répondit " rien "; j'insistai une fois, ile me redît " rien "!
Si l'on pouvait remonter le temps à la pendule des ans, je lui montrerais ce poème où le chanteur veut tordre le cou à la monotonie, à la mélancolie, et voler au fil des jours un peu du temps qui passe, tuer la routine et donner un sens à aujourd'hui, puis demain.
Ne pas rêver cependant à " peace and love " et sa fleur au fusil, il y a longtemps qu'on a dû bâtir un casino à Woodstock!
Il se fait vieux le chanteur, mais il se bouge encore, croit en demain, voit des gens, et s'il oublie quelques prénoms, il se rappelle bien sa date de naissance qu'il joue au loto!
Des paroles lumineuses, rafraîchissantes, qui doivent repousser Satan qui frappe à la porte, qui se casse le nez!
Ce n'est qu'après mon commentaire que je monte le son pour écouter l'ensemble en musique, et je suis charmé par les accents argentins, où je vois bien une Dame de coeur virevolter sur la piste!

   Anonyme   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut l'ami Gaston ! Un "philosophe" (?) espagnol, dont j'ai perdu le nom, a écrit : “La vida es un tango y hay que saber bailarlo” que l'on peut traduire par... "La vie est un tango qu'il faut savoir danser !" Ton pote Yves et toi-même, chacun dans son domaine, nous rappellent ici ce message avec beaucoup de brio ! Sans doute l'une de vos meilleures productions sinon la meilleure que ça soit pour l'écriture, la musique ou l'interprétation...
Je constate aussi, pour ce qui est de l'écriture, que ce texte écrit à des fins musicales est de surcroît bâti avec des alexandrins de belle qualité comme, par exemple,....
Rire aux larmes souvent et rêver en couleur
Avant que d’être vieux je veux danser ma vie
En emboîtant le pas d’une Dame de cœur !

Superbe ! La grande classe quoi...

   Robot   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quel plaisir d'entendre cette chanson sur un air de musique avec des accents de l'Espagne du sud ou de l'Argentine. Des paroles portées par la voix à l'accent mélancolique.
Encore une réussite du tandem Leni Pizzicato à moins que ce soit le tandem Yves - Gaston.

   Anonyme   
1/4/2015
Salut Léni

Tes chansons, débordantes de joie de vivre, sont autant de pieds de nez aux esprits chagrins.

Tu "veux tordre le cou à la vie qui routine"
Tu "voles au fil des jours un peu du temps qui passe."

Merci Gaston, pour ces bouffées de bonheur qui nous font danser la vie comme un tango et merci à PIZZICATO qui a su trouver le tempo.

   troupi   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Salut Léni et Pizzicato.

Avec un tel enthousiasme débordant vous allez faire passer une bonne journée à tous ceux qui vous lisent et écoutent, donc merci pour ce partage.
Ce texte est tellement bien écrit que je le reçois comme un de tes meilleurs et pourtant il ne manque pas de concurrents sérieux.
Votre chanson et le soleil de provence, ma journée ne pouvait mieux commencer.
Quelle belle leçon d'optimisme, Bravo à tous les deux, c'est encore une fois une collaboration réussie.

   Anonyme   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
moi aussi j'ai été pas mal incognito sur des aires de repos (clin d'oeil à Caillou qui me comprendras).

Sacré Leni, va j'aime bien tes trémollos et ton tango.

Mais sorry peut être on va encore me modérer, mais connaissant mes goûts et dérives...
J'ajouterais sans lui faire de procès, je laisse cela aux chiens des réseaux sociaux

je suis incognito sur l'aire de repos
et pense vachement à mon ptit Charlot
oui celui qu'on appelle aussi Luperto

(blague % belge)

   Damy   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une belle leçon de vie qui se rappellera à mes os quand ils se feront vieux (ils se le font déjà de temps en temps :-( )
Sans attendre Godot, j'attendrai Gaston, le vagabond de la chanson.

Un grand bravo à toi et à ton compère Yves.

PS: Moi, je n'ai toujours pas trouvé de musicos
Je vais prendre ma gratte et chanter illico.
Tant pis pour le beau temps :-)

   funambule   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ollé !

Ben oui quoi ! Non ? Siiiii !

Une chanson de vie, d'envie, une chanson qui rebelle joyeusement contre le temps qui nous file entre les doigts. j'adore le refrain de Yves, à la fois endiablé et qui retombe parfaitement sur ses pieds en final. J'ai un petit doute avec le deuxième couplet...

Je voudrais changer d’air je pars aux antipodes (ok)
Cet endroit semble-t-il a dû passer de mode (les antipodes?)
Ceux que j’ai vus là-bas (aux antipodes ,)courant après un leurre
Ont l’air de peace and love. Le soleil dans les cœurs
Et la fleur au fusil ils attendent Godot
Je n’y reviendrai pas du moins pas de sitôt (aux antipodes donc!)

Bon, faut savoir ce que tu veux, tu veux y aller ou pas !

Troisième couplet... si la chance tourne de ton côté... hummm... oublie pas les potes.

Toujours est-il que, qu'il est très difficile de dé-fusionner texte, compo et interprétation. Du coup je ne m'y essayerais pas, y a déjà un type qui a voulu zigouiller la poule aux œufs d'or.

Bravo les gars !

   Cristale   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai lu le texte, et appuyé sur "start", puis j'ai fermé les yeux et j'ai dansé sur le tempo de vos mots au rythme de votre musique...Quelle jolie danse de vie !

"Je vole au fil des jours un peu du temps qui passe." "Je veux tordre le cou à la désespérance"

Une chanson qui vole au-dessus du fil des jours et qui, sans nul doute, tord bien le cou à la désespérance. Une belle note d'espoir et d'optimisme pour vivre au mieux ce temps qui passe.

Vraiment un très beau moment poétique et musical qui me laisse le coeur en joie.

Bravo Léni, et Pizzicato ! Merci à vous.
Cristale

   PIZZICATO   
1/4/2015

   pieralun   
1/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai peu de temps pour commenter, mais je crois qu'il s'agit, de toutes celles que j'ai écouté, votre meilleure production.
Le texte est excellent, il peut être ecouté et apprécié pendant la chanson, il est alors poétique, comme oublié et faire alors totalement partie des notes: c'est peut être la plus grande qualité d'un texte à chansons.
Cette fois, feu vert sur la musique avec sa partie rythmée par la percu sur calebasse et la voix de Pizzi colle parfaitement à ce passage.
Bravo les mecs !!!!

   Louis   
2/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
« Une danse est un poème » écrivait Diderot. « Danser sa vie », c'est alors faire de la vie une poésie.
La poésie n'est pas seulement dans les mots, comme l'avait compris Rimbaud, et le prosaïsme aussi est d'abord dans le vécu. La danse est cette union, entre l'art et la vie, la poésie et le vécu, le corps et l'esprit.

Le prosaïsme de la routine, accompagné de mélancolie, il faut « lui tordre le cou ».

Il faut « danser sa vie », la rendre plus légère, et la danse est légèreté, elle libère de ce poids du trop grand sérieux ; elle libère de la gravité. « La danse est vie, elle est un « oui » à la vie », disait Nietzsche.

Danser sa vie, c'est un appel à vivre, à l'affirmation de la vie, un appel à la la joie affirmative de la vie.
Un appel d'abord à lever le pied, à se soulever au-dessus des pesanteurs sociales, à trouver cet équilibre entre le ciel et la terre, l'envol et les contraintes terrestres. Danser, c'est se mettre en marche, et quitter les sentiers battus et rebattus, et se décoller de l'engluement dans la « routine ».

Marcher, aller au loin. « La vraie vie est ailleurs » aurait écrit Rimbaud. Marcher, jusqu'aux « antipodes ». Mais « là-bas », on n'y trouve que des « leurres ». On y attend des idéaux irréalisables, on y attend Godot.

La vraie vie est alors ici et maintenant, dans cet ailleurs que l'on crée ici et maintenant. Elle est dans cette marche qui est une danse, une marche qui ne mène pas au loin, et qui pourtant nous transporte. La danse, ici et maintenant, suit la musique, elle est mesure, équilibre, elle suit le rythme qui est la vie, la vie qui bat, la vie authentique, la vie au présent.

Maintenant, la danse, maintenant contre le temps, et voler « au fil des jours un peu du temps qui passe », pour qu'il ne reste pour seul temps, celui du rythme, celui d'une cadence, celui d' « un tango ». Le danseur épouse la musique de la vie, et son seul rythme, il ne se laisse pas emporter par le temps infini qui entraîne au-delà de la vie.

Merci et bravo à tous deux, Yves et Gaston, pour cette invitation à la danse, qui est une invitation à la vie et à la poésie de la vie. Yves ( Pizzicato), j'ai beaucoup aimé la musique qui vit avec le texte.

   myndie   
2/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Leni,

Je me joins au concert d’applaudissements. Cette chanson est une belle réussite. Je suis admirative de la formidable adéquation entre le poème (c’en est un) et sa musique.
Ca c’est de la résistance à la vieillesse-naufrage telle qu’évoquée précédemment par Passager ! Ca vit, ça se projette, ça désire, ça rêve et ça fleure bon l’optimisme et l’entrain.
Léni, tes trouvailles ont un charme fou :
« je veux tordre le cou à la vie qui routine
et qui tous les matins l’air de rien m’embobine »

Bravo Léni, bravo Pizzicato et merci pour votre chanson, ce joli paquet-cadeau enveloppé de bonne humeur et ficelé avec des rayons de soleil.

   Anonyme   
2/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Voilà de belles paroles qui doivent sans aucun doute très bien sonner à l'écoute de cette chanson que je n'entendrais pas, faute de configuration adéquate du logiciel permettant d'y accéder.

"Je veux tordre le cou à la mélancolie"
"Je suis incognito sur l’aire de repos"
"En emboîtant le pas d’une Dame de cœur"
"Je veux tordre le cou à la désespérance"

Des vers recherchés qui font mouche !

   Pieds-enVERS   
3/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour !

ben oui alors ...Vous avez bien raison, et j'adhère complétement à ces principes
" tordre le cou à la mélancolie
" tordre le cou à la routine ....à la désespérance " !
Un texte plein d'enthousiasme ,joyeux et positif !

Vous donnez envie d'esquisser un pas de deux ...sourire!
Le tout bien servi par une illustration musicale

Bref ! j'aime

   Curwwod   
3/4/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ah, Léni, épicurien, va! comme d'habitude une chanson à l'expression travaillée mais sans lourdeur, l'art de suggérer qu'à travers les petits plaisirs, les petits bonheurs quotidiens, celui qui est "un sage" peut et sait atteindre une sorte de plénitude, de nirvana. Cette chanson si bien servie par la musique qui soutient le fond du texte est un hymne fervent à un optimisme indéfectible.
BRAVO, encore une fois.
Cur.

   Anonyme   
12/1/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Plus de mille bravos à vous deux, comment ne pourrait-on pas avoir envie de danser la vie, impossible de refuser une telle invitation, quelle superbe subtilité dans cette création, elle vous emporte, et fiche un grand coup de pied à la grisaille ambiante, c'est réjouissant au maximum, ah ! que cela fait du bien, de danser un tango endiablé, en oubliant les "misères" de la vie. Et un grand merci pour ce moment magistral que vous m'avez offert, du soleil en pagaille, cette chanson va résonner encore longtemps en ma mémoire.


Oniris Copyright © 2007-2018