Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : L'âme des parpaillots
 Publié le 27/09/16  -  21 commentaires  -  1878 caractères  -  253 lectures    Autres textes du même auteur

C'est une chanson qui, chez les camisards, évoque leurs croyances
dans le décor sobre des Cévennes.


L'âme des parpaillots



Paroles : Gaston Ligny Leni
Musique, arrangement et chant : Yves Alba PIZZICATO
http://www.aht.li/2938280/lame_des_parpaillots.mp3


L’âme d’un parpaillot qui est mort aux galères
Plane au-dessus du bois du bois des châtaigniers.
Comme cet épervier elle suit ses repères.
L’automne est en avance écoutez ses clochers.
Ils parlent de leur peine ils pleurent leur tourmente
Elle avait débuté avec l’Édit de Nantes.
L’âme d’un parpaillot est posée sur sa croix
Sa croix du souvenir juste à l’orée du bois.

Cette âme qui revient au pays solitaire
Recherche aussi sa croix c’est semble-t-il en vain.
Le vent pour elle invente et chante une prière
Entre givre et grésil dans cet hiver sans fin.
L’hiver des camisards est long très long parfois
Et s’il manque à la fin un joueur de manille
C’est que le temps s’acharne à gagner la partie
Pierre adieu la Camarde a joué mieux que toi.

Une âme en croise une autre en ce printemps jonquille
Elles parlent de Pierre et du jeu de manille.
La fauvette grisette habite ce roncier
Écoutez-la chanter écoutez-les chanter.
En pays camisard aujourd’hui la cantine
Sent bon le pélardon et le bonheur du jour.
Un tout petit mistral décoiffe la colline
Ce coin de paradis méritait le détour.


Pour cette randonnée de colline en colline
Il est lourd le barda que porte Modestine
Bientôt bientôt la pause et nous prendrons le frais
Bientôt bientôt la pause et nous prendrons le frais.
Au bout du monde ici regardez-la planer
L’âme d’un parpaillot qui est mort aux galères
Comme cet épervier elle suit son repaire
C’est une croix de pierre au bois des châtaigniers.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bolderire   
5/9/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour, même si ce n'est apriori pas ma came...c'est la deuxième fois... que je peux constater qu'un texte bien déclamé et bien écrit fais mouche...
Merci

   bipol   
10/9/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
bonjour à vous deux

je reconnais de suite le style de leni

un excellent texte

qui vaut dans la catégorie contemporain

il est fait de superbes images

et l'inattendue lecture

ajoute un peu à sa son côté solennel

merci à vous

   Pimpette   
27/9/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
leni

Yves et toi, dans cette création, réalisez une harmonie du sujet et de la musque vraiment poignante.
Votre duo est à son meilleur!

Je connais mal ce nid du protestantisme mais j'en sens, grâce à vous la grandeur et la tristesse....

Ma strophe chou-chou:

""Une âme en croise une autre en ce printemps jonquille
Elles parlent de Pierre et du jeu de manille.
La fauvette grisette habite ce roncier
Écoutez-la chanter écoutez-les chanter.
En pays camisard aujourd’hui la cantine
Sent bon le pélardon et le bonheur du jour.
Un tout petit mistral décoiffe la colline
Ce coin de paradis méritait le détour.""

J'adore ces petits Pélardon que l'on trouve même au Havre chez un excellent fromager...Je note très haut....pas pour le Pélardon...pour votre travail!

   Anonyme   
27/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai fait plusieurs écoutes, très attentivement, mais je n'arrive pas cette fois à être complètement dedans, tout simplement les textes lus me posent problème, il me semble qu'ils fassent écho à ma propre lecture, et cela donne alors un effet désagréable. Les voix se superposent gênant la compréhension du texte.

Donc pour ne pas abîmer cet écrit, je l'ai tout simplement lu sans l'écoute, et j'ai bien aimé ce qu'il m'a raconté, de plus à lui tout seul il est mélodie, il est sa propre force, sa propre valeur, sa propre tonalité, sa puissance s'impose car ces mots-là ont su trouver une belle justesse, riche en émotion et sensibilité, avec cette petite touche de générosité.

Pour ce qui est de la musique, elle est adapté à l'écrit, car elle a ce jeu musical discret au tempo touchant, qui se fait complainte.

   Robot   
27/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un texte, une musique et des voix intimement liés pour construire une superbe chanson.
Sans parler de l'introspection qui ressort de ce beau travail.
Je me suis retrouvé au "musée du désert", Mas Soubeyran de Mialet visité il y a quelques années, lieu ou est conservée la mémoire des camisards.

   Hananke   
27/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour

C'est une mélodie aussi belle qu'elle est triste et funèbre.

Cette âme de protestants qui est mort aux galères nous remémore
que déjà à cette époque, on tuait pour des croyances.

Rien de changé au 21 ème siècle, hélas.

Poème plus déclamé que chanté mais l'ensemble s'écoute
avec grand plaisir.

   Anonyme   
27/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut les Artistes Associés ! J'ai dû reprendre un peu de Wiki pour retrouver l'histoire de ces parpaillots dont, je l'avoue humblement, j'avais un peu perdu le souvenir...
Triste époque que, dans une certaine mesure, nous connaissons aujourd'hui sous une autre forme quand bien même les acteurs ne sont pas les mêmes. Bref, le texte reflète bien ce qui s'est passé en ces temps lointains et la musique ainsi que l'interprétation sont tout à fait adaptés aux circonstances.
Paix à leurs âmes et merci de m'avoir rappelé avec votre brio habituel et votre sensibilité ce sombre épisode historique que j'avais un poil occulté !

   Anonyme   
6/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Un texte, une ambiance et une superbe acoustique qui, je ne sais trop pourquoi, me font penser à la Cinéscénie du puy du fou.

Félicitations

Cordialement

   papipoete   
27/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour leni,
La musique lancinante, la voix de Yves et tes vers rendent ce récit tellement pathétique avec cette âme qui plane au-dessus du bois des bois .
Le barda de Modestine est si lourd que j'ai l'impression de le porter, heureusement viendra la pause, et je prendrai le frais, au pied de la croix en pierre où s'envola l'âme d'un parpaillot ...
Quand je découvre ton savoir sur l'histoire de France, je n'ose dire ce que je sais de l'histoire de Belgique !

   funambule   
28/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte qui se suffirait à lui même et à qui, Yves, dans sa grande sensibilité aura choisi de simplement déclamer sur une épure de notes qui nous laisse entrer, à pas feutrés, dans cet univers comme dans un roman d'époque (ou presque) évoquant ces huguenots cévenoles qui longtemps prirent leurs chemins de crêtes serpentants entre les châtaigniers. Un endroit magique d'ailleurs, formidablement évoqué où tant d'âmes semblent flotter... il fallait savoir l'écrire; et c'est fait ! Je ne minimise pas (au contraire) le mérite de Mr Alba, ce qui est juste est beau et avoir la modestie de se glisser derrière les mots pour mieux permettre leur envol est une gageure qu'il faut savoir tenir sans tomber dans la pauvreté de l'amateurisme. Je déplore juste les répétitions qui passent mieux au chant... mais face à une telle richesse...

   Sodapop   
28/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Étant moi même Cévenol, je retrouve parfaitement l'atmosphère des différents paysages des Cévennes, suivant les saisons. Des bois de châtaigniers aux mistrals des collines, tout y est, même les pélardons! Et puis le thème des camisards si cher à mon cœur, le tout dans une plume bien construite. Merci pour votre poème.

   Vincendix   
28/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une complainte qui fait revivre une période douloureuse de l’histoire de France et de le chrétienté, qui ressemble à celle que vit l’islam actuellement avec les chiites et les sunnites.

Une musique et une interprétation parfaitement adaptées au sujet, évidemment, je n’’écouterai pas ce morceau en boucle, c’est aux antipodes de mes préférences mais je reconnais ses qualités, avec une mention spéciale pour l’intro.

   FABIO   
28/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Cette complainte s'inspire d'une nature reconnaissante.
Toutes ces descriptions et ces images viennent adoucir la peine de ce poème.
C'est une période historique que je connais peu mais vous avez su la mettre en relief de belle manière et avec une plume qui respire un talent certain.

   PIZZICATO   
28/9/2016

   Proseuse   
28/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Leni

J' avais lu le texte qui déjà me parlait bien, me parlait beau, ce soir je l' ai écouté et je dois dire qu' il est encore plus beau que les mots que je me lisais toute seule dans ma tête ! Bravo et merci ! j' ai vraiment beaucoup aimé !

   MissNeko   
28/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Très beau texte , une plume magnifique ( comme d habitude ),un vocabulaire riche bref un très agréable et enrichissant moment de lecture

   Anonyme   
28/9/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Texte très beau et dense.
Interprétation subtile, grave et douce comme il se doit.
Mise en musique à la hauteur du texte.
Trois ingrédients d’une belle réussite, Bravo pour cette chanson !
Cordialement
Corbivan

   JulieM   
29/9/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un bel hommage au pays cévenole, aux âmes errantes. Les paroles sont sobres et émouvantes pour évoquer le rude pays et la tragédie.
Seules trois saisons sont évoquées, l'automne (1ère), l'hiver (2ème), le printemps (3ème) et pour chacune, une image forte : les clochers, le givre et grésil, la fauvette grisette, et chacune porte toute la peine des âmes errantes. Et, bien sûr, le petit bois de châtaigniers, le pélardon qui nous disent le goût de la vie...
Dans la troisième strophe des touches évocatrices du "paradis"
en contre-point de la deuxième et son hiver "sans fin".
J'ai beaucoup aimé l'évocation du jeu de manille et "la Camarde a joué mieux que toi". Bien longtemps que je n'avais lu ce mot.
Du bel ouvrage.

   troupi   
29/9/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément
Salut à Léni et Yves.

Ça fait plusieurs fois que j'écoute ce texte ( chanson ? Slam?)
J'aime beaucoup l'histoire des Cévennes, de leurs habitants, de leurs vies tourmentées pendant de longues périodes, et votre collaboration est une vraie belle réussite. Je pense que tous les choix que vous avez faits sont judicieux ; déclamer plutôt que chanter, une musique parfois teintée de mystère, ( choix des instruments entre autres )
La voix de Yves est une vraie surprise car je la trouve parfaitement posée tout au long du poème.
Enfin j'ai adoré et je pense que c'est surtout le fait d'un travail professionnel.
Vraiment un grand bravo sincère à vous deux !
Edit; Je viens une fois encore de le relire et je me demande Léni si tu connais bien les Cévennes ou si tu as utilisé une documentation pour écrire ce texte mais en tous cas c'est une très belle écriture comme toujours.

   Anonyme   
1/10/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,

Encore une fois, si j'ose dire, du grand travail d'artistes.
J'aurai une petite question. Comment décide-t-on de ne pas chanter, du moins, quel a été votre motivation pour vous dire, et si on récitait ce texte ?
En tous cas, c'est une bonne idée, car j'ai adoré. Le son de cette voix, qui porte, vous emplit les oreilles, vous libère l'esprit, endort le subconscient et vous laisse dans un état de bien-être absolu.
Au bout d'un moment, et pardon pour l'auteur, on n'écoute plus le texte, on se laisse bercer par le son de la voix, qui, avec la musique, ne font plus qu'un.
L'impression d'entrer dans un sanctuaire, et d'entendre le ''om'' sacré.
Merci pour ce partage délicieux.

   Cristale   
6/10/2016
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Et mon âme désire
Encor vous écouter
Et toujours vous relire
Sans jamais se lasser
Tel l'oiseau sur vos lignes
À picorer les mots
Que toi Leni tu signes,
À voler les tempos
Yves que tu soulignes.

L'arrangement musical m'a transportée dès le début ! C'est superbe !

Cela fait quelques jours que j'écoute et relis votre jolie composition.
Ne changez rien ; écriture, musique, chant, c'est magnifique ! Si, une chose : ne pourriez-vous prolonger la musique de quelques notes en fondu à la fin de la chanson ?

Bravo et merci à vous deux !
Cristale


Oniris Copyright © 2007-2018