Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Le gardien de phare
 Publié le 11/11/12  -  11 commentaires  -  1445 caractères  -  212 lectures    Autres textes du même auteur

Tous les phares en mer sont automatisés. Un seul est encore habité. Il est sur l'île de Nulle Part.


Le gardien de phare



Musique et chant Yves Alba

http://www.aht.li/2800058/le_gardien_de_phare_2.mp3


Je viens d’quitter ma vie courante
Pour devenir gardien de phare
Maintenant qu’il pleuve ou qu’il vente
Je suis sur l’île de Nulle Part

Sur les rochers de Pointe Basse
Je vais cueillir des bigorneaux
Entre deux vagues qui se fracassent
Risquant de faire mon trou dans l’eau

Sur cette île de Nulle Part
Je suis gardien gardien de phare
Gardien de Nulle Part

Hier c’étaient les projecteurs
J’étais comique imitateur
Avant de faire rire le parterre
Parfois je déridais l’désert

Maint’nant, j’écoute rire les mouettes
Dans le sillage des chalutiers,
Je parle à ma lampe-tempête
Et j’écoute les alizés.

Sur cette île de Nulle Part
Je suis gardien gardien de phare
Gardien de Nulle Part

Quand j’vais au bout d’une réussite
Ou quand j’vois passer les dauphins
C’est l’annonce d’une visite
Mais l’île de Nulle Part c’est loin

J’ai quelques amis : des fidèles
J’les compte sur les doigts de la main
Ils viennent m’apporter des nouvelles
Ils viennent voir passer les dauphins

Sur cette île de Nulle Part
Je suis gardien gardien de phare
Gardien de Nulle Part


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   stellamaris   
31/10/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↓
Un thème cher à mon coeur pour des raisons personnelles, merci !

Malheureusement, je trouve que l'émotion ne passe pas, je ne trouve pas ce mélange d'angoisse de la solitude, d'âpreté de l'environnement et de fierté du devoir, propres à cette profession... Enfin si, je suis trop sévère, je les trouve, mais pas au degré que j'attendais. Peut-être suis-je trop sévère parce que le sujet me tient trop à coeur ?

Avec toute mon amitié.

   funambule   
11/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Étrange ce gardien qui sans jamais le dire nous renvoie au trépidant fleuve de nos vies ballottées par tant d’impératifs. J'ai cette impression que "la paix" n'est pas encore tout à fait là, que les blessures sont encore présentes... mais que peu à peu se dilue le trépidant passé. Nous sommes ici encore en "utopie" à imaginer, non pas un monde mais un refuge, l'ultime refuge que si peu d'êtres trouvent un jour. Toute la poésie du texte est là. Je l'ai trouvé (par instants) un peu moins "coulant" qu'à l'accoutumée mais j'ai l'impression que c'est volontaire, que ça donne plus de "vivant" à ce rêve parfait. La musique de Yves Alba est "dédiée" comme il sait si bien faire. Ca manque peut-être d'un peu de surprise, d'un truc qui "relancerait"... mais là encore, sans doute est-ce voulu. Un bien agréable moment d'évasion.

   Pimpette   
11/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Quel bonheur d'écouter ça ce matin!

La musique d'Alba large et maritime en diable me semble d'une qualité exceptionnelle...elle embrasse les mots de Leni et communique une belle émotion!

A eux deux, je l'ai déjà dit ici, ils mériteraient largement de dépasser les limites d'Oniris qui a cependant le grand mérite de nous les faire connaître.

ENcore!!!

   pieralun   
11/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Toujours les formes simples, presque enfantines, qui deviennent la marque des chansons de Leni: on aime! car ce sont souvenus de petits traits pleins de poésie.

Ce que j'ai moins aimé ici, ce sont les ruptures de rythmes; il en faut un petit peu bien sûr, mais j'ai ressenti un manque de fluidité inhabituel chez Leni.

On écoute avec plaisir tout de même.....

   Anonyme   
11/11/2012
Salut leni. Ce texte n'est pas, à mon avis, à la hauteur des textes précédents, c'est ce que j'ai ressenti après lecture et écoute de ce gardien de phare.
Le second quatrain me plait bien avec ce trou dans l'eau, expression souvent usitée par chez moi. Un autre quatrain, le quatrième, me semble par contre un peu là comme un cheveu sur la... vague avec ses projecteurs et son comique imitateur.
Désolé vieux frère( de la côte) mais je ne reconnais pas ici les gardiens de phare que j'ai parfois rencontrés de ci de là.
Pour ce qui est de l'appréciation du présent texte, je prends un joker ! Une fois n'est pas coutume...
Bon dimanche

   bipol   
11/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je trouve cette chanson très belle ce qui es le but, la connivence avec Yves est parfaite

Il est tellement important qu'un parolier trouve son compositeur et vice et versa... Magnifique chanson et arrangements

Je crois comprendre ton très beau texte Gaston. Ce phare de nul part est ta tour dans laquelle tu nous écris, et tu nous envoies de magnifiques poèmes dans des bouteilles à la mer, J'espère que tu ne les bois pas d'abord...

Je viens d’quitter ma vie courante
Pour devenir gardien de phare
Maintenant qu’il pleuve ou qu’il vente
Je suis sur l’île de Nulle Part

Ce quatrain campe magnifiquement le décor...

Et les mouettes rient...

Bravo Gaston Le poète

   brabant   
11/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Léni,


J'ai bien aimé ce "Gardien de Nulle Part" c'est-à-dire de l'essentiel ; j'adhère à cette idée qu'il faut quitter la vie courante pour entrer dans l'action.
Et vive le rire des mouettes (quoique ce soient des oiseaux qui me fassent peur, mais la liberté fait peur, elle a un prix élevé comme un vol de mouettes et forcément une cruauté) et l'ambassade des dauphins (Ah ceux-là, depuis Flipper je leur pardonne tout et pourtant...) !

Philosophie Phare pour s'oublier c'est-à-dire se re-trouver, être Nulle Part c'est-à-dire chez soi... enfin.
Un phare pour être le gardien du silence alors que tout bruit, tout vit, à l'intérieur comme à l'extérieur, c'est paradoxal non ?
Le dernier phare habité ne sauve plus personne que ses gardiens ! Est-ce à dire que le phare est en nous ?
J'aime les paradoxes.

Je vais me battre pour l'habiter !


Il y a plein de mer dans la musique et l'interprétation, j'en ai piqué quelques paquets pour en habiller mon globe terrestre. Bain de jouvence ! Merci Léni !

Peux fermer ma porte et mon porte-monnaie à Yves Rocher grâce à toi !

:)))))

   Anonyme   
12/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien
Bel éloge pour un métier disparu (ou presque) dans l'automatisation. On sent par contre à des détails marins que l'auteur voit ça de loin. On sait que la lampe-tempête, par exemple, n'est là que pour le décorum, et les mouettes, dauphins et autres alizés semblent servir de "cliché". Toutefois, on peut être bon joueur et admettre le tout au titre du symbolisme.
La strophe de l'imitateur (bien vu la comparaison avec "sous les projecteurs"), qui semble être là pour créer une opposition, n'ouvre sur rien de concret. La suite se déroule sur l'ennui la solitude et l'ambiance douce amère de l'isolement. Mais si le goût iodé du cadre ne se retrouve pas tout à fait dans le sentiment général, ce n’en est pas loin.

   Anonyme   
12/11/2012
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Dans un registre chansonnier, ce texte me paraît très plaisant.
Le style vif et plutôt joyeux semble consoler la solitude du gardien de phare. On dirait qu'il est là en villégiature.

On retrouve comme souvent quelques images surréalistes :
- " Risquant de faire mon trou dans l’eau " . Essayez-donc de creuser une fosse dans l'eau!

J'ai bien aimé aussi ce parallèle " comique imitateur/gardien de phare et "désert/mer" .
Bravo aussi à Yves Alba dont la voix profonde et un peu rocailleuse s'intègre parfaitement dans le décor.

Leni, à quand la sortie de l'album?

Cordialement
Ludi

   Arielle   
12/11/2012
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Ce phare de Nulle Part nous le portons tous en nous mais peu ont le courage de s'y retirer et il me semble que le narrateur hésite un peu à s'y installer, à lâcher ce qu'il appelle sa "vie courante", c'est une vie austère qui l'attend, il le sent. Le rire des mouettes est parfois grinçant ...
Par contraste j'aime beaucoup l'ampleur de cette musique enveloppante qui a la douceur d'une vague par beau temps mais je ne suis pas sûre qu'elle soit le quotidien d'un gardien de phare !

Il y a dans cette chanson quelque chose d'ambigu qui me touche, une fragilité qui joue avec les clichés comme pour se rassurer, c'est assez émouvant.

   Anonyme   
21/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Richesse que tous ces personnages, haut en couleur, qui donne à la vie, toute sa valeur, par sa grande simplicité, petit bonheur cueilli par ci par là, superbe écoute, encore une belle réussite, merci à vous deux.


Oniris Copyright © 2007-2018