Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Le vent
 Publié le 12/01/14  -  15 commentaires  -  1313 caractères  -  281 lectures    Autres textes du même auteur

Le vent laisse parler les hommes
Dans leur capharnaüm
Et il joue du pipeau.


Le vent



Paroles : Gaston Ligny
Musique et Chant : Yves Alba

http://www.aht.li/2800070/Le_vent__22.mp3


Il fait claquer les voiles
De tes rêves en cavale
Vers des ports méconnus
Il attise des braises
Et transforme en fournaise
Les feux de la Saint-Jean
Il éteint les bougies
Celles qui marquent ta vie
Celles qui comptent tes ans

Le vent
Le bon vent qui t’amène
C’est le bon vent d’la s’maine
Il souffle l’imprévu

Sur le sable il efface
Il efface les traces
Qui marquent ton passé
Parfois il tourne vite
La chance alors te quitte
Au beau milieu du gué
Il emporte la rumeur
Qui enfle au fil des heures
Il aime en rajouter
Il vient de rendre fou
Un cheval andalou
Qui plante son cavalier

Le vent
Laisse parler les hommes
Dans leur capharnaüm
Et il joue du pipeau

MUSIQUE

Soudain il se déchaîne
Il déracine un chêne
Mais il plie un roseau
Du haut de sa tribune
Il te promet la lune
Tu n’en crois pas un mot

Le vent
Laisse parler les hommes
Dans leur capharnaüm
Et il joue du pipeau


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   leni   
13/1/2014
Après quelques soucis"Le vent" est en écoute sur Noomiz Excusez-nous Leni Pizzicato

   Anonyme   
14/1/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Salut leni... J'ai fini par pouvoir écouter le vent qui laisse parler les hommes... Bon, je vais te faire de la peine mais je n'ai pas accroché sans trop savoir pourquoi juste que c'est bien en dessous de ce que Yves et toi-même nous avez proposé ces temps derniers.
Comme d'habitude je ne me suis pas arrêté aux paroles mais j'ai essayé de juger le produit fini... La mayonnaise ne prend pas que ça soit pour ce qui est du texte, sans doute parce que sans surprise, mais aussi de l'interprétation où j'ai quelque mal à retrouver le Yves habituel...
C'est bien mais sans plus... mais ce n'est que mon avis... Désolé !

Edit... Je suis obligé de convenir que la nouvelle version chantée donne un autre souffle au texte, ce qui est très important pour un vent, quel qu'il soit ! D'où mon petit plus...

   Robot   
12/1/2014
Je trouve que le thème est traité de manière fort commune. Je ne dis pas que ce n'est pas bon, les vers sont là, le style apparaît juste, mais rien de transcendant pour nous désennuyer. Jai l’impression d’un enfermement dans une méthode et un style d’une poésie-chanson à l’autre comme si l’imagination créatrice était absente pour se renouveler.
Je préfère m’abstenir de noter.

   senglar   
13/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Léni et Yves,


Impossible de réaccéder à ce Vent (écouté en fin d'après-midi) et qui avait un caractère andin fortement marqué à chevaucher sur les crêtes. Ce me fut un vent sortilège qui me tourneboula, ivresse des sommets, traître à me planter hurlant à la lune les promesses perdues, même pas loup, pas même garou. Rat pipé par une flûte dérobée à Gheorge Zamfir, ramené à ma condition grégaire, mené par le bout du nez, de l'oeil et de l'oreille...

Mais enchanté :)

Je redemande de ces ensorcellements-là !


Brabant

   funambule   
13/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'arrive trop tard pour avoir le plaisir d'écouter... bon ben tant pis!

Le texte, la façon dont il est écrit (au-delà du sens), est soufflé comme une bourrasque; c'est à mon sens ce qui fait toute sa force.

Le vent dans tout ses états ou allégories avec en même temps l'idée de ne pas pousser trop le thème, juste se laisser porter sans (sans doute) trop s'éloigner du premier jet pour conserver cet "élan" qui fait tout (ici).

Un petit manque de modernité sans doute... mais il donne une intemporalité au texte. Tout ça est (peut-être) à discuter selon les perceptions.

Moi, j'entre dans cette maison au style inimitable, à cette façon de dessiner le mouvement par le langage et tant pis si nous ne sommes pas dans du "design", être "décoiffé" suffira à mon plaisir.

   fugace   
13/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai réussi à écouter ce vent. La musique Andine lui donne à la fois force, douceur humour.
Les paroles, comme toujours chez Leni sont simple, belles, racontent la vie avec un apparent détachement sans tristesse, tout simplement.
J'aime cette poèsie qui ne se prend pas la tête, qui nous va directement au coeur, qui ne s'encombre pas de choses fumeuses pour essayer de nous faire croire à une pseudo profondeur accessible aux seuls initiés.
Si la simplicité dans l'expression est devenue chose démodée, je vais devoir songer à me trouver une place au rayon brocante!
Je ne suis pas groupie de Leni, mes goûts sont variés, j'écoute Ferrat, Brassens, Zaz, d'autres valeurs "sûres", je lis toujours avec autant de délectation Prévert, Vian, Balzac, Zola, Camus, Alain....
Il faut laisser à chacun le choix d'aimer librement, sans obligation d'allégeance à une mode.
Oui, j'ai beaucoup aimé "Le vent"!

   bipol   
14/1/2014
 a aimé ce texte 
Passionnément
tu sais si bien transmettre ce que tu as entendu dans le vent

et tu en as écouté des vents

beaucoup ont mal tourné

ta poésie elle tourne toujours aussi bien

avec sa propre mélodie

tant est si bien que n'importe quel musicien pourrait en faire son bonheur

merci Leni

   troupi   
14/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai bien aimé la chanson avec une musique sympa. Quand je lis le texte seul je l'apprécie tout autant sauf un tout petit passage que je ne trouve pas harmonieux.
"Le vent
Le bon vent qui t’amène
C’est le bon vent d’la s’maine" trois fois vent ça fait beaucoup même si on est moins rigoureux sur un texte de chanson que sur un poème, alors que :
"Le vent
Laisse parler les hommes
Dans leur capharnaüm
Et il joue du pipeau", me parait bien mieux trouvé et surtout évoque la désinvolture avec laquelle il survole nos vies. On le voit ce vent qui nous passe au-dessus de la tête en sifflotant.

Sinon pour le reste, des images agréables se suivent tout au long du texte.
"Il fait claquer les voiles
De tes rêves en cavale
Vers des ports méconnus" super.
"Il vient de rendre fou
Un cheval andalou
Qui plante son cavalier", ça aussi.
A bientôt. Léni.

   Arielle   
14/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'ai enfin pu l'écouter !
cette chanson intemporelle comme le vent et le souffle du musicien dans sa flûte.
C'est résolument rafraîchissant et léger comme une brise allègre même si on sent qu'il faudrait peu pour que la bourrasque
" transforme en fournaise Les feux de la Saint-Jean" ou "déracine un chêne"
Un vent qui efface et remet à leur juste place" les hommes dans leur capharnaüm".Un vent qui, comme on dit "ne se prend pas la tête " et nous donne une leçon d'humilité.
Pour moi, la musique andine un peu décalée, un peu rétro donne un charme sans âge à cette jolie ballade.

   Anonyme   
14/1/2014
Salut Leni

Avec la musique, ça change tout
D'autant qu'elle est fort bien choisie

Ce n'est pas un grand frais, mais un bon petit zef qui nous veut beaucoup de bien

Bravo et merci

   funambule   
15/1/2014
Pour la musique et l'interprétation:

Sans remettre en cause le texte (que j'ai déjà commenté), un rien dommage que Yves ne prenne pas (il n'est pas de ceux qui le font) un peu plus de liberté face aux mots écrits.

Je précise, "le vent, le vent, le vent" (comme en écho), quelques élisions ici ou là, escamotages de mots, auraient renforcé l'élan de ce texte qui s'y prêtait à merveille. Sinon, c'est plutôt parfait dans l'esprit et dans la compo... et mon avis n'engage que moi :) J e me dois cependant de le donner lorsque nous avons la chance d'avoir la musique en prime.

Je ne sais si j'ai le droit de noter à nouveau mais c'est pareil que pour le texte;)

   Jano   
16/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La production finale, texte et chant, est vraiment très agréable à écouter. Faut dire que j'ai un faible pour la flûte de Pan, à une époque lointaine j'écoutais en boucle Los calchakis.
Je ne trouve rien à redire, la symbiose me semble parfaite entre les paroles et la mise en musique. Vous avez l'air de vous entendre comme larrons en foire tous les deux !

   melancolique   
21/1/2014
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bonsoir Leni,

Jolie chanson, légère et fluide comme toujours, c’était un plaisir de l'écouter. Il y a de belles images pour parler de ce vent chargé de poésie, mes préférées sont:

"Il éteint les bougies
Celles qui marquent ta vie
Celles qui comptent tes ans"

"Il souffle l’imprévu"

"Il emporte la rumeur
Qui enfle au fil des heures"

"Il te promet la lune
Tu n’en crois pas un mot"

Merci pour cet instant poétique.

   Pimpette   
24/1/2014
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Le vent
Laisse parler les hommes
Dans leur capharnaüm
Et il joue du pipeau"

ce refrain enrichit tout le reste!
Il n'est pas vraiment descriptif...mais mieux que ça!
On se souviendra de la chanson à cause de lui principalement...

Quelle belle chanson Dear Leni et quelle bonne musique!

   Anonyme   
15/1/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Je ne suis pas une grande admiratrice du vent, mais là je m'envole et tournoie, sous son rythme époustouflant, je suis sous le charme, là encore une belle réussite, entrainant, tout comme le vent.


Oniris Copyright © 2007-2018