Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Les accros du paradis
 Publié le 03/10/19  -  18 commentaires  -  1244 caractères  -  194 lectures    Autres textes du même auteur

Ils sniffent du rêve et sans doute se piquent.
J'ai choisi de ne pas entrer dans les détails.
J'ai souhaité dire en très très peu de mots l'escalade de la galère des camés.
Pourront-ils en sortir ?


Les accros du paradis



https://www.aht.li/2799754/303-les_accros_du_paradis.mp3
Paroles : leni Gaston Ligny
Musique et chant : Yves Luc Éric Lenoir


Ils viennent de chaparder du rêve
Ils ont sniffé un rail ou deux
Elle pourrait bien s’appeler Ève
Il pourrait s’appeler Mathieu

Ils sont accros du paradis
Ils viennent d’embarquer ici
Mais ils descendent à la prochaine
À fin de rêve. À vent qui mène

Demain pour chaparder du rêve
Faudra du cash du cash pour deux
Nous devrons chouriner dit Ève
J’ai l’cran d’arrêt répond Mathieu

Ils viennent de s’offrir un flash
Le septième ciel a pris son pied
Maint’nant ils dorment à port d’attache
Où des galères viennent s’échouer

Mais demain faudra chouriner
Ou risquer plus gros dans un casse
Oui demain faudra chouriner
Et risquer plus gros dans un casse

Tous ces accros du paradis
Tous ces routards cherchant l’extase
Tous ces paumés de la sournoise
Que la sournoise cloue au tapis

Pourront-ils quitter la galère
Ceux qu’on appelle des camés ?


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

Un vieux problème traité de façon plutôt originale. L'écriture"néo-classique" respecte assez bien les règles afférentes à ce type de poésie; le tout est traité de façon très réaliste mais, une fois de plus, je vais me répéter: la musique, les arrangements et la voix du chanteur feront la différence. Je vous souhaite de trouver l'équipe qui mettra votre écrit en valeur.

Bien à vous.

   Corto   
3/10/2019
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Un poème sur un sujet périlleux.
L'extase et le rêve, l'échappée et la galère, la descente et l'audace, la révolte le drame rythment la chanson.

On y remarque quelques expressions comme "Oui demain faudra chouriner" qui renforcent la tension; de même avec "Faudra du cash du cash pour deux" ou encore "Ils sont accros du paradis".

Merci pour cette évocation.

Edit: appréciation et commentaire modifiés après avoir eu accès à la version chantée, ce qui n'était pas le cas en EL.

   bipol   
4/10/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour voue deux

Une super ambiance

pour une belle chanson car nous y sommes je le répète

avec un texte musical

dont le sens montre bien le piège

de ces paradis artificiels

avec une musique d'Eric qui lui va comme un gant

bravo les artistes

   papipoete   
3/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour leni
Pas sûr qu'ils aillent en enfer, peut-être au Paradis ? alors, pour gagner du temps, il s'essaient sur terre, via le rêve en rail blanc.
Mais pour prendre ce train, il faut d'la tune ! Eve elle s'appelle et pourrait lever ses jupons... mais en attendant, y faudra penser à chouriner, jouer du surin dans le dos d'un gandin... ça plane, ça glane du pèse pour ça, mais y faudra y songer, chouriner avant de coucher à la Bastille et dev'nir marteau de manquer...
NB la descente aux enfers pour un rêve de paradis terrestre ; ces deux-là sont bien partis pour ne pas en revenir... Chaparder avant d'en être réduit à ôter la vie pour un snif ; chaparder avant de dire " OK came, t'as gagné ! "
La " rêveuse " s'appelle Eve, le rêveur put s'appeler " Adam " ?
Un texte où je verrais bien Manda Reggiani et sa Casque d'Or, interpréter ces rôles si dramatiques !
Côté chanson, l'ensemble colle bien aux paroles, talentueusement.

   Hananke   
3/10/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour

Un superbe slow-fox pour cette ballade du désespoir. Je me suis vu
sur la piste pendant ces quelques trois minutes.

J'adore, le texte, la musique et l'interprétation font tellement corps
à corps que j'ai plongé dans cette histoire et cette danse avec
délectation.

Est-ce que cette mélodie convient à mon humeur du moment
mais elle m'a pris tout entier à la gorge ?

Bravo, l'ensemble est en osmose complète.

   hersen   
3/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une fois encore, le trio frappe !

J'aime beaucoup l'ensemble, mais aussi séparément les paroles et la musique. Un rythme très en adéquation.

Une chanson plombante par le fait qu'elle ne laisse pas tant d'espoir, et qu'on a peur de répondre à la question finale.

Merci pour cette écoute-lecture !

   Cristale   
3/10/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
"Pourront-ils quitter la galère
Ceux qu’on appelle des camés ?"

Certains la quittent pour entrer dans un autre enfer celui de la désintox' en milieu psychiatrique et les drogues de substitution desquelles il leur faudra se sevrer longtemps plus tard...des jeunes déjà vieillis dans des galères impensables.

"Rêve", "flash", "extase", "paradis", "septième ciel", "prendre son pied"...tout y est dans le texte qui décrit la descente aux enfers, mais quel gâchis que ces vies sombrant dans le banditisme pour se payer la mortelle illusion.

C'est joliment chanté et mis en musique sur un tempo vif et entraînant sur un sujet extrêmement préoccupant.

Un ensemble remarquable, comme d'hab'...si j'ose dire :)


Bravo les artistes !

Cristale
accro à la poésie et la musique

   PIZZICATO   
3/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un problème inquiétant de notre société actuelle, qui ne semble pas vouloir régresser.
Il est traité ici à la sauce Leni, c'est à dire de façon poético-originale. " Accros du paradis "; c'est quand même bien trouvé pour définir cette situation !

La mise en musique est bonne, comme toujours avec Eric.
Bravo à vous deux et mon salut amical.

   Dugenou   
3/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour leni,

Je crois que je commence à comprendre le principe : on lit le texte d'abord, on écoute le produit après. Là, ça c'est fait tout seul, le texte parle beaucoup : les accros du paradis, prêts à se damner pour un rail, ou peut être un fix (pas nécessairement dans cet ordre), à jouer du surin pour avoir la blanche et jouer de la seringue, l'enfer au quotidien pour un morceau d'immortalité. Le sujet n'est pas neuf-neuf mais restera à jamais d'actualité... ça m'évoque le film Drugstore Cowboy.
Un joli coup, ou alors, pour faire un jeu de mots pourri, nice shoot.

Dugenou.

   Recanatese   
7/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Leni,
texte et compo s'accordent parfaitement pour évoquer avec justesse ses "accros du paradis". J'ai toujours été touché par les oeuvres qui font preuve d'un tant soit peu d'empathie pour les oubliés, ceux qu'une bonne partie de l'opinion s'empresse de qualifier de déchets, de rebuts de la société. Merci pour ça
"Tous ces paumés de la sournoise
Que la sournoise met au tapis"
Très bien dit.
Recanatese

   troupi   
4/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un texte qui aurait pu être beaucoup plus noir tant le sujet l'est.
Combien de drames pour l’héroïne dont le paradis est un enfer.
Combien d'enfants devenus monstres pour un flash éphémère.

La voix d’Éric se prête à merveille au thème ainsi que la musique, comme d'habitude je dirais.

Que dire de plus à part vous souhaiter une encore longue collaboration.

Salut amical. troupi.

   Hiraeth   
4/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Comme toujours, une chanson agréable à écouter, qui au-delà de l'art musicien purement technique témoigne d'une belle intelligence et d'une maîtrise du rythme poétique !

Mais hélas, comme trop souvent quand je vous lis, quelque chose me gâche la lecture... En l'occurrence les deux derniers vers, lourds et superflus, qui pour moi tombent complètement à plat et ne riment à rien -- littéralement à rien. Dommage.

Au plaisir de vous relire / réécouter.

   Pouet   
4/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

j'aime quand la chanson (comme la poésie) s'empare d'un "sujet de société", s'adresse un peu à la "marge". C'est le cas ici et je salue l'intention.

Concernant la forme, le vocabulaire est un peu désuet, ce qui apporte un autre charme à la chanson.

Le chant et la musique évitent l'atmosphère trop "plombante".

Simple et efficace.

Ps: me suis posé la question "accros DU paradis" ou accros AU paradis".

   Vincente   
4/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un regard compréhensif cherche avec pudeur à dire le trouble dans lequel ces "accros du paradis" se sont plongés. Sans complaisance, mais sans accusation, le poète utilise sa plume à bon escient, il veut d'abord nous aider à adoucir notre jugement sur ces marginaux, ou plutôt même ces marginalisés par la vie.

La chanson se termine sur une question, comme pour rappeler que la sortie du tunnel n'est jamais une partie de plaisir, ni une fin en soi, ni gagnée facilement ; un doute qui profite malheureusement à l'expérience terrestre délétère d'un "hypothétique" paradis, ici bas.

La musique porte son chant avec délicatesse, elle a la tendresse du regard de l'auteur, une certaine lancinance pour marquer la longueur du chemin, peut-être malgré tout manque-t-elle d'un peu de rugosité pour évoquer la souffrance des "camés". J'aime beaucoup le phrasé d'accompagnement de la guitare.

   Robot   
5/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un sujet bien mis en valeur sur le fond. Pas de condamnation, mais un triste constat d'une triste réalité.
"rêves" d'accros dont la vie est déchirée,
pleine d'accrocs difficiles à repriser pour continuer à exister.

   Vincendix   
6/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour au duo vedette d'Oniris
En panne de sono sur mon ordi, je n'ai pas commenté vos derniers textes, sans le son, c'est frustrant, maintenant c'est OK et je peux vous entendre et vous apprécier.
Cette complainte est malheureusement d'actualité, les addictions à la drogue ruinent la santé et les finances.
Vincent

   Coeurdeloup   
7/10/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'ai lu d'abord le texte et ce sujet, difficile à traiter, l'a été de main de maître.

Comme le dit Cristale tout y est.

Ces paradis artificiels qui entrainent inexorablement vers une descente aux enfers :

Tous ces accros du paradis
Tous ces routards cherchant l’extase
Tous ces paumés de la sournoise
Que la sournoise cloue au tapis

Pourront-ils quitter la galère
Ceux qu’on appelle des camés ?"

Puis j'ai écouté… et je ne sais si c'est le timbre de la voix mais j'ai eu la sensation d'écouter du "Jean Ferrat".

Merci de ce partage

   Michel   
7/10/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Encore une "heureuse" collaboration de Gaston et Eric, c'est tout simplement ancré dans une telle vérité, on voit bien le clip qui se joue sous nos yeux tant les détails nous provoquent les images de ces terribles situations pour ceux qui les vivent d'une part et ceux qui regardent impuissants, ne sachant que faire souvent£.
Un sujet bien présent dans nos sociétés mises en échec sur le plan, c'est bien de rappeler cette pauvreté humaine qui nous dépasse avec les débats collatéraux engendrés.
Chaparder du rêve… C'est bien là que tout le monde devrait se retrouver, mais les chemins en sont bien divers...en tous cas merci Gaston et Eric pour cette pépite !!!!


Oniris Copyright © 2007-2019