Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : On va relancer le bouchon
 Publié le 15/11/19  -  17 commentaires  -  1368 caractères  -  169 lectures    Autres textes du même auteur

Les grands penseurs qui grandiloquent promettent que demain
on va raser.


On va relancer le bouchon



Paroles : leni Gaston Ligny
Musique et chant : PIZZICATO Yves Alba
https://ahp.li/5043f3ee09e3818bef81.mp3n


Entre une poire Conférence
Et ce morceau de Reblochon
Écoute bien ce que je pense
Tu lances trop loin le bouchon
Tu te prends pour un grand penseur
Un grand penseur de ton époque
Qui sait tout et qui grandiloque
Et qui parfois joue franc-tireur

Des comme toi y en a des tas
Ce sont des tribuns de parlotte
Ce sont des mutants de la glotte
Qui promettent n’importe quoi
Et ceux-là qui se prennent pour
Dans notre journal du dimanche
Viennent tous nous frotter la manche
Sur des photos à contre-jour

Et la vérité se maquille
Elle teint ses cheveux en blond
La voici qui se déshabille
Pour cocufier le Roi des cons
Je ne dis pas n’importe quoi
Je ne le crie pas sur les toits
On a les tribuns qu’on mérite
Je parle peut-être un peu vite

Tout va très bien dit la Marquise
En caressant sa jument grise
Tout va très bien dit son Baron
Elle est belle cette chanson
Demain dans notre petit monde
On va relancer le bouchon
Demain dans notre petit monde
On va relancer le bouchon


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Corto   
31/10/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Réjouissant.
Une chanson qui vise à déboucher les bouchés.

L'humour est bien présent, avec une grosse dose d'anti-naïveté, d'anti-YAKA-FOKON, d'anti-populisme.

Belle trouvaille que cette "poire Conférence Et ce morceau de Reblochon" qui ouvre un ballet d'expressions croustillantes.

Pour faire bonne mesure je retiendrai "Tu te prends pour un grand penseur"; "Des comme toi y en a des tas Ce sont des tribuns de parlotte Ce sont des mutants de la glotte"; et bien sûr "Pour cocufier le Roi des cons Je ne dis pas n’importe quoi".

Sagesse chansonnière, complétée d'anti-simplisme.

On en redemanderait !

   cherbiacuespe   
4/11/2019
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Je ne suis pas séduit par la musique un peu jazz dont je n'ai jamais été très fan. Ce qui m'enlève un peu de profondeur au texte. Puis en écoutant, je me suis rendu compte qu'il manquait la fin de la chanson ("tout va très bien dit la marquise en caressant sa jument grise etc...") qu'il faudrait peut-être ajouter.

Une courte chanson sur nos politiques qui n'amène rien au débat. Je salue cependant le travail musical (oui, même si je ne suis pas emballé par ce style, il y a un travail derrière. Ne jamais l'oublier). Pour ce qui est du texte, je retiens les "tribuns de parlotte" et "les mutants de la glottes" qui m'ont amusé, mais rien d'extraordinaire ni de nouveau.

Je n'ai pas compris la "poire conférence", à voir de futures explications, une subtilité m'a sans doute échappée.

   Pouet   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

j'ai trouvé que la musique allait bien avec le texte.

Je vais retenir par exemple:

"Entre une poire Conférence
Et ce morceau de Reblochon
Écoute bien ce que je pense
Tu lances trop loin le bouchon"

"Ce sont des tribuns de parlotte
Ce sont des mutants de la glotte"

et

"Et la vérité se maquille
Elle teint ses cheveux en blond
La voici qui se déshabille
Pour cocufier le Roi des cons
Je ne dis pas n’importe quoi
Je ne le crie pas sur les toits
On a les tribuns qu’on mérite
Je parle peut-être un peu vite"

La vérité peut se maquiller tant qu'elle veut, cela ne lui donnera pas plus de couleur...

Comme d'hab, un texte gentiment irrévérencieux, la marque de fabrique quoi.

   bipol   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour les pros

Je ne sais pas de qui tu parles

mais en France tout part dans tous les sens

et ça vient pour beaucoup de Bruxelles avec ses règlements à la con

votre chanson faite de belles paroles et musique qui s'enlacent très bien

une chanson au style chansonnier

c'est vrai que c'est plus facile à critiquer qu'à faire

bravo les grands artistes

   papipoete   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Leni
" mesdames messieurs, l'heure est grave, j'ai une solution ! " et l'assistance médusée boit les paroles de monsieur Yaka, hormis un observateur très attentif, qui note dans sa tête, sans écrire un mot.
" puis-je donner mon avis monsieur le grand penseur ?
- non, j'ai tout dit ; c'est dit !
- mais...
- y faut que...l'on retrousse les manches !
- vous voulez dire, baisse not' pantalon ? "
Et ça grandiloque, et ça chaloupe...
NB le " belge " a encore frappé, à dire du mal de qui ne veut que notre bien ! par moment, il va jusqu'à traverser l'Atlantique, où toise le monde un roi en " blond " !
Jusqu'où ira-t-il ? faut l'arrêter lui et son complice, un certain PIZZI, avant qu'il ne soit trop tard !
On rigole entre la poire et le Reblochon, mais beaucoup à la 3e strophe ; on ne va pas pleurer, mais des fois, on pousse un peu loin le bouchon !
paroles et musique s'accordent bien, entre ces deux coquins " elle est belle cette chanson ", mais ne le répétez pas !

   Hananke   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Sur un rythme de fox, le chanteur déroule sa chanson et ma foi
l'ensemble est agréable à l'écoute.
J'aime bien les références au Roi des cons et à madame la Marquise,
tout va très bien.
Ah les tribuns de parlotte, ils ne manquent pas, ils ont plus de paroles
que d'actions.
Oui, éternellement, on relance le bouchon.

   sympa   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Léni et Pizzicato,

Une chanson réjouissante où Léni " n'y va pas avec le dos le la cuiller " , en gardant tout de même beaucoup d'humour.
C'est réjouisant et jubilatoire.

"Tu te prends pour un grand penseur
Un grand penseur de ton époque
Qui sait tout et qui grandiloque
Et qui parfois joue franc-tireur

Des comme toi y en a des tas
Ce sont des tribuns de parlotte
Ce sont des mutants de la glotte
Qui promettent n’importe quoi
Et ceux-là qui se prennent pour
Dans notre journal du dimanche
Viennent tous nous frotter la manche
Sur des photos à contre-jour"

Ce passage est mon préféré, des beaux parleurs il y en aura toujours pour nous chanter des balivernes.

Pizzicato, ce n'est plus un secret, j'aime votre voix, et la musique ainsi que l'interprétation " matchent " trés bien avec les paroles.

Merci pour cette agréable écoute.

   BlaseSaintLuc   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
J’adore ! L'humour d'abord , ça c'est mon truc , mon trip, ma came , mon aérobic neuronale .

" Chacun s'arroge la parole, mais tous ont abandonné le quai.

Faisant du désespoir et de la pauvreté, leur marché pour tout vendre,

Ils ont la harangue facile, contents de croire qu'ils vont surprendre."

Ma traduction plus sombre du sujet.

Pamphlet du populisme , petite danse de la marquise ( C'est aussi le petit auvent qui sert d'abri précaire aux gens à votre porte ... )

C'est frais, réjouissant, musicalement, je vois déjà qui voudrait être partenaire de danse-floor ...

Le propos est tellement bien rendu et le texte très musical même juste lus.

Mon commentaire et plus que sincère, j'aime vraiment beaucoup, le thème, son traitement, son humour, sa dérision, son importance, car grave sans en avoir l'air.

Merci un bon moment de lecture !

   Luz   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai beaucoup aimé le poème et la chanson ; et particulièrement cette strophe :
"Et ceux-là qui se prennent pour
Dans notre journal du dimanche
Viennent tous nous frotter la manche
Sur des photos à contre-jour"
On a parfois envie de relancer le bouchon au bon endroit, pas trop loin, mais après (s'il s'agit du bouchon-cochonnet du jeu de pétanque), il faut de l'adresse et une bonne équipe pour gagner la partie d'une société meilleure...
Merci.

Luz

   grandin   
15/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Belle musique, belles et perspicaces paroles... mais elles ne vont pas ensemble.
Niveau expression du texte, j'ai pensé à un pamphlet (ce que j'adore), puis un blocage (pour ne pas se dévoiler, peut-être). Frustration!
Donc, deux éléments assez disparates qui ont réussi à me séduire. autant l'un que l'autre, mais séparément.
Je noterai (deux fois) beaucoup.

   Cristale   
16/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Un bel ensemble paroles-musique-interprétation, comme d'hab' oserai-je dire :)
J'aime beaucoup le rythme, la voix de Yves sans nulle autre pareille, mais ça on le sait déjà et puis le texte duquel Leni a fait, non pas lancé, mais sauté le bouchon des bons mots.

Entre-autres : "Ce sont des mutants de la glotte"

et :

"Et la vérité se maquille
Elle teint ses cheveux en blond
La voici qui se déshabille
Pour cocufier le Roi des cons"

Tout va très mal mais on mélange tout et on relancent le bouchon. Depuis le temps que ça dure, le menu fretin prend toujours les asticots qui se démènent pour des lanternes...

Quant à vous deux, n'hésitez pas à relancer le bouchon, le vôtre a de beaux "appas" qu'il me plaît à déguster de mes oreilles et dévorer de mes yeux.

Bravo les artistes !

Cristale
for ever

   Robot   
16/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une chanson avec un petit aspect contestataire qui ne me déplait pas.
Plus que de l'humour, je constate une volée de bois verts dans certains passages bien sentis :
"Des comme toi y en a des tas
Ce sont des tribuns de parlotte
Ce sont des mutants de la glotte
Qui promettent n’importe quoi"

"Et la vérité se maquille
Elle teint ses cheveux en blond
La voici qui se déshabille
Pour cocufier le Roi des cons"

une sorte de colère rentrée:
"Je ne dis pas n’importe quoi
Je ne le crie pas sur les toits"

Le narrateur s'est défoulé. Le chanteur a mis le ton et le rythme pour soutenir les paroles.

   Vincente   
16/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Le chansonnier remet à plat le jeu sur la table sociétale, il dénonce le mirifique et la tromperie du jeu de dupe qui se félicite de ses convictions. Il cible moqueur le "grandiloquent" et cite ses contre-vérités, faut dire qu'il a des bien raisons, voyez la plus voyante, ma préférée :

" Et la vérité se maquille
Elle teint ses cheveux en blond
La voici qui se déshabille
Pour cocufier le Roi des cons
Je ne dis pas n’importe quoi
Je ne le crie pas sur les toits
On a les tribuns qu’on mérite
Je parle peut-être un peu vite
"

Il rebat les cartes et propose de relancer le bouchon. Il est bien convaincant bien qu'assez défaitiste, il invite à la dérision plutôt qu'à la révolution. Gageons que sa libre pensée égratignera la grande pensée qui se prévaut d'omnipotence.
Le ton autorise l'exécution de la sentence de la chanson, une légèreté pertinente module gaillardement des mots engagés, l'accompagnement, entre chanson de cabaret et farce façon Panthère rose, rend la diatribe très plaisante à entendre et invite à participer de concert à "relancer le bouchon ".

   emilia   
16/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une chanson pour tancer avec humour ces « grands penseurs grandiloquents », ces « tribuns de parlotte et « mutants de la glotte »…, quand la « vérité se maquille et se déshabille » pour, familièrement « cocufier le Roi des cons… » ; les mots ne sont pas mâchés et bien assénés, même si le doute s’immisce sur le fait de « parler un peu vite », mais, lorsque plus rien ne va sur l’air de « tout va très bien Madame la Marquise… », il faut savoir un peu secouer ceux qui sont pris à l’hameçon des « lanceurs de bouchons » et tout ce monde qui tourne en rond… ; bravo encore une fois à vous deux pour votre belle complicité créative

   troupi   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut les amis de la chanson.
Dès le départ j'ai apprécié le double sens de la "poire conférence" ou "Conférence" Bien sûr que pour des rois de la parlotte c'était bien vu.
Après tout le texte est émaillé de citations humoristiques dont on pourrait rire si le sujet n'était pas si grave.
C'est le rôle des chansonniers de dénoncer avec légèreté et humour mais le peuple averti ne s'y trompe pas.
Merci à vous deux pour ce morceau de choix.

   ours   
17/11/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une ambiance piano bar pour ce petit pamphlet qui fait sourire et grincer à la fois. Car c'est un constat bien triste que l'on peut faire lorsqu'on regarde le comportement et les agissements de certains de nos "grands hommes".

Merci Leni et Pizzicato pour cette chanson douce amère.

   Michel   
20/11/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bravo les artistes, une belle chanson qui s'écoute bien et ce jazz vient à point nommé pour le moment de fatigue que je traverse, ça requinque bien. Merci. Que du bonheur ! et quel texte, d'une limpidité absolue comme d'habitude et ses reprises que je je trouve particulièrement dynamisante de l'ensemble, oui, vraiment chouette !!!


Oniris Copyright © 2007-2019