Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : On vient chez Vanessa
 Publié le 25/05/15  -  17 commentaires  -  1843 caractères  -  227 lectures    Autres textes du même auteur

Quand le soleil décline au bar chez Vanessa
On boit le crépuscule en mangeant des acras.


On vient chez Vanessa



On vient chez Vanessa au bar de la Marine
On vient pour jeter l’ancre ou pour prendre son quart.
Ce bar sent bon le rhum l’amour et la débine
Le quatre-vingt et un le jeu de Zanzibar.
Il sent bon le coco et le boudin créole
Et la bisbrouille aussi sur le petit matin.
Ceux qui ont trop tiré sur le rhum agricole
Ils s’engueulent pour rien comme de vrais sagouins.

Ils sont tous sur le pont quand Christophe Colomb
Au rythme des planteurs raconte ses naufrages.
L’équipage en entier l’accompagne à la nage
Quand il rentre givré porte de Charenton.
Sur ba moin en tibo sur ba moin en tibo
Quelques vieux loups de mer risquent deux pas de danse.
D’autres marins tanguent sous leur pompon garance
Vanessa coche une grille une grille au loto.

Des cartes sont fixées au mur par des punaises
Le rocher du diamant le coin des Trois Ilets
Joséphine en portrait cette belle Antillaise
Elle aimait l’Empereur et l’Empereur l’aimait.
Au jeu de Zanzibar quand on perd ses culottes
On peut se remplumer parfois à la belote.
Ce naufragé qui rame appelle en vain Colomb
Car l’écho lui répond : il est à Charenton.

Quand le soleil décline au bar chez Vanessa
On boit le crépuscule en mangeant des acras.
Ce soir il y aura un blaff un blaff d’oursins
Et un steel band viendra jouer pour les copains.
Ce portable a piqué un refrain folklorique
Il joue : Adieu foulard adieu madras aussi.
Chez Vanessa on est toujours en Martinique
Des arums ont fleuri des arums ont fleuri.

On vient chez Vanessa au bar de la Marine
On vient pour jeter l’ancre ou pour prendre son quart.
Ce bar sent bon le rhum l’amour et la débine
Le quatre-vingt et un le jeu de Zanzibar.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   bipol   
30/4/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Quand le soleil décline au bar chez Vanessa
On boit le crépuscule en mangeant des acras.
Ce soir il y aura un blaff un blaff d’oursins
Et un steel band viendra jouer pour les copains.
Ce portable a piqué un refrain folklorique
Il joue : Adieu foulard adieu madras aussi.
Chez Vanessa on est toujours en Martinique
Des arums ont fleuri des arums ont fleuri.

mais où allez vous chercher tout ça

quel dieu vous a piqué

qui donc a veillé sur vous lorsque vous étiez enfant

ou bien quelle fêlure d'où vous entre tout ce soleil

comme disait l'autre

ce sont des sacs d'images qui passent sous nos yeux

et cette musique endiablée qui fait danser vos mots

quel mariage

j'ai adoré votre chanson

   Curwwod   
6/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Voilà bien ce qu'on peut appeler de la belle chanson poétique, de la belle chanson à texte signifiant dans la tradition francophone. La verve, le choix du vocabulaire à la fois familier et poétique, le décalage entre la légèreté apparente et la densité du personnage avec toute sa chair d'émotions, de souvenirs, de rêve, d'échecs, de désir de grandeur déçu, échoué là dans un rade de Charenton, loin du soleil, de la couleur, de la chaleur des Antilles et de ses propres rêves est particulièrement porteur d'émotion et d'humble humanité. Je vois bien là la patte d'un Souchon ou d'un Voulzy à travers un texte qui touche directement au coeur grâce à une mélancolie profonde, sans pathos, portée par une mélodie, un rythme savamment en harmonie avec les sentiments exprimés.
"Qui t'a rangé à plat dans c'tiroir
comme un espadon dans une baignoire ?"
On est ici dans la même veine.
Tout ce que j'aime

   Anonyme   
25/5/2015
salut gaston
Tu me fais le coup à chaque fois
Je trouve que les paroles que je suis en train de commenter sont les meilleures que tu aies pondues.
Certes, j'ai l'enthousiasme facile, mais tout de même. Tu dois avoir un truc.

Ici je m'en suis fichu plein la panse et les mirettes et je me suis offert un voyage immobile au bar de Vanessa, que j'imagine à Ostende, et dès le premier vers de rhum agricole un aller simple vers les Caraïbes.

J'y ai rencontré des gens hauts en couleurs comme Christophe Colomb (fallait y penser) et Joséphine de Beauharnais.

Pas déçu du voyage.

Au quatrain de chute, la reprise des quatre premiers vers donne envie de prier Vanessa de remettre une seconde tournée.
Et ainsi de suite...

Merci Gaston et bravo

   Pimpette   
25/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
sur ba moins en ti bo?
TU expliques?

Sinon c'est superbe!
Où as tu connu ce bistro et cette Vanessa chez qui je me suis sentie chez moi dès l'entrée!J'ai seulement connu un bistro d'autrefois au havre que tenait la mère de Doudou et j'ai eu quelques petits remember en te lisant...C'était moins marin mais côté belote et bibine dans une atmosphère comparable tu m'as touchée!

ET puis, dis donc, qu'est ce qu'il est bien écrit!

"On vient chez Vanessa au bar de la Marine
On vient pour jeter l’ancre ou pour prendre son quart."

   Francis   
25/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Tout est là pour mettre le lecteur dans l'ambiance : les odeurs, les couleurs, la musique. Tous les sens sont comblés. J'aime particulièrement : "On boit le crépuscule." Un tableau qui mélange la grille du loto et le planisphère, Christophe Colomb, Joséphine et les sagouins... Charenton et les îles. Un très bon moment de lecture !

   Hananke   
25/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Bien sûr, une chanson sans musique est un peu comme un
fromage sans vin ou le baiser sans moustache.
Cela manque !
Reste une grande ballade parmi ces petits cafés qui fleurissent
les ports hantés par une faune hétéroclite bien rendue ici.
Ces bistrots qui furent des iles pour tous les naufragés de la vie
sont remplacés par Facebook ou autres mais leurs souvenirs demeurent.

On boit le crépuscule ne mangeant des acras est pour moi
l'un des plus beaux vers de ce texte nostalgique.

Vivement une musique !

   Anonyme   
25/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut Gaston... Rimes, rythme, ambiance créole, tout est y est et j'espère que nous aurons un jour prochain musique et interprétation. Sur un tel texte, fort bien ficelé, ça ne devrait pas poser de problème. Quelques détails fort à propos, comme les Trois îlets (où j'ai séjourné voilà des années), le Diamant et Joséphine illustrent parfaitement La Martinique...
Un de tes meilleurs textes pour ce qui est de l'écriture !
Bravo et merci pour cette balade, (et ballade à la fois) antillaise. Un dépaysement bien agréable...

   PIZZICATO   
25/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Hello mon Ami Gaston. Tu nous offres un petit bout de Martinique, avec ce tableau vivant et coloré.
Je viens me dépayser dans ce " bar de la manine " avec ces vieux loups de mer en attendant d'écouter le steelband.

Mais tu ne nous dis pas si Vanessa est aussi belle que l'était Joséphine hihi.

   Automnale   
25/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Sans aller trop loin, il est possible de voyager. Il suffit de se rendre chez Vanessa, ce petit bar fleurant le rhum, l'amour et la débine, le coco et le boudin créole !

J'en reviens... J'ai vu les joueurs de quatre-vingt-et-un, les cartes postales de Martinique fixées au mur par des punaises. J'ai même vu Vanessa, elle-même, cochant une grille de loto. Et j'ai beaucoup aimé "boire le crépuscule en mangeant des acras".

Au coin du comptoir, un vieux dictionnaire m'a permis de connaître la signification de "blaff" et de "steel band".

Ensuite, j'ai, quand même, ajusté mes lunettes pour décortiquer le texte de la chanson :
- J'ai noté le manque de virgules...
- Quatre-vingt-et-un... Ne convient-il pas de placer des tirets partout ?
- "Ceux qui ont trop tiré sur le rhum agricole/S'engueulent pour un rien comme de vrais sagouins"... N'est-ce pas plus élégant que "Ils s'engueulent..." ?

Et puis, je suis partie avant la bisbrouille !

Ce texte, arrosé de ti-punch, ferait une chanson bien sympathique. Si je ne craignais pas de me mêler de ce qui ne me regarde pas (j'ai failli le faire pour "Ostende", de Damy), je le proposerais bien à un de mes trois amis musiciens. Mais peut-être, Léni, avez-vous déjà trouvé l'artiste...

   Arielle   
25/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Moi aussi je sors du bar de la Marine avec la banane après avoir touché le pompon de quelques marins en bordée. Une chouette ambiance comme toujours et je me suis offert un petit shrubb à tes frais, Leni, Merci infiniment !

   funambule   
26/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
C'est fouillé, précis et rêveur en même temps, truffé de mille références qui colorent et mettent le relief qu'il faut. J'ai croisé tellement de personnages brillamment "croqués" en deux traits que j'en reste pantois, une perf ébouriffante.

Côté zique, pour l'ambiance, j'ai pensé au "Marin bar" de Manset, ce qui n'est pas un mince compliment à mes yeux. Ça vous saute aux oreilles de la première à la dernière note avec une interprétation enlevée, légère et convaincue.

C'est du grand art !

   Anonyme   
26/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir Leni,

comme déjà dit par d'autres (au moins un) c'est du grand art, et si ici il y a un poète-parolier, publié sur Oniris, dont j'envierais le talent ce serait sans doutes vous.
Bon je n'ai pas tout lu ici non plus...mais je serais surpris de trouver mieux, peut-être aussi bien, il faudra fouiller.

A+

Corbivan

   Anonyme   
29/5/2015
 a aimé ce texte 
Passionnément
Bonjour,

Il s'en passe de ces choses au bar de la Marine ! Ca boit, ça fume, ça chante, ça danse, et ça "écume", si j'ose dire...

Quel folklore, quel rhum agricole, quel jeu de Zanzibar, carrefour de toutes les nations, de tous les peuples...

"Sur ba moin en tibo sur ba moin en tibo" : quel expression aussi ; il fallait le faire !

J'irai bien faire un tour chez "Vanessa", au moins une fois, rien que pour voir...

Magnifique !

Wall-E

   Pieds-enVERS   
29/5/2015
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir Leni

Quelle ambiance chez Vanessa....on prend une chaise et surtout on y prend son temps ! Qu'Est-ce qu'on est bien Ici , ça met de bonne humeur ,on voyage avec les cartes postales .....et puis ça me donne envie de chanter !Bon faut p'être venir en bonne compagnie ça s'rait plus sûr ! :-)

   Pussicat   
2/6/2015
J'aime tout !
L'écriture, les répétitions : "Vanessa coche une grille une grille au loto./Ce bar sent bon/Il sent bon/Sur ba moin en tibo sur ba moin en tibo/", tout est juste, je sens les parfums, les odeurs, les flagrances, parfum de nostalgie arrosé au Ti punch, et puis je lis de belles trouvailles comme "On boit le crépuscule en mangeant des acras."
La reprise du premier quatrain en fin de texte remet le lecteur dans l'ambiance et c'est bien trouvé, j'aime ce procédé quand il est bien utilisé.
Je ne sais pas quoi dire d'autre sinon que ce beau poème ferait une sacrée belle chanson !
Bravo et merci pour le plaisir...
à bientôt de vous lire
EDITION : un petit bémol sur le titre que je trouve faible. Je ne sais pas si l'idée de reprendre l'entame du texte comme titre est la bonne... mais c'est un petit bémol :)

   leni   
15/12/2017
https://www.aht.li/3156274/On_vient_chez_vanessa3.mp3
vient d'être mise en musique par YVES ALBA ce 15 12 17

   leni   
15/12/2017


Oniris Copyright © 2007-2018