Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Si j'avais du talent [Sélection GL]
 Publié le 10/09/19  -  23 commentaires  -  1337 caractères  -  231 lectures    Autres textes du même auteur

Si j'avais du talent j'aimerais être clown. Et je décris ce que je ferais
sous la forme d'une chanson.


Si j'avais du talent [Sélection GL]



https://www.aht.li/3402624/482-si_javais_du_talent.mp3
Paroles : Gaston Ligny leni
Musique et chant : Éric Lenoir, Yves Luc


Si j’avais du talent, je serais clown messieurs
En jouant du saxo, je garderais la note
Pour faire hurler mon chien qui deviendrait coyote
Au cirque du soleil je serais clown joyeux

J’aurais un perroquet, il viendrait du Gabon.
Beau parleur, il dirait : bravo, bravo l’artiste !
Lorsque Paganini me rejoindrait en piste
Pour jouer avec moi sur mon petit violon

Et je ferais le fier, comme on fait dans la vie
Avecque mon nez rouge et mon nœud papillon.
Et pour que le public à la fin s’extasie,
Je jouerais d’une main sur mon bandonéon

Je soliloquerais en montrant mes bretelles.
Et je serais, messieurs, le penseur de Rodin.
Je dirais : ce sujet, ce sujet m’interpelle,
Quand je n’y comprends rien, quand je n’y comprends rien.

Saut périlleux arrière saut périlleux avant
Et pendant ce temps-là quelques colombes blanches
Ensemble sortiraient, sortiraient de mes manches
Et viendraient se poser sur des rires d’enfants

Si j’avais du talent je serais clown messieurs.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   cherbiacuespe   
17/8/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
D'abord, dans le vers "Quand je n’y comprends rien, ..." j'aurais peut-être préféré lire "mais" plutôt que "quand". Dans le troisième quatrain, on passe de la forme ABBA, conforme aux autres quatrains, à ABAB ce qui m'a surpris. Mais comme il est placé en plein milieu de poème, c'est peut-être volontaire.

Amusante chanson, pleine de légèreté, agréable à écouter avec un vocable simple. C'est un joli rêve couché sur papier et fredonné sur un rythme qui fait sourire et donne un peu de joie dans ce monde brutal.

Belle trouvaille et belle composition.

   BlaseSaintLuc   
22/8/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
J'invite tous les lecteurs à écouter la bande son avant tout jugement sur le texte.

Vous seriez chanteur monsieur, vous avez du talent !
Vous seriez auteur monsieur, vous avez du talent !


Je n'arrive pas à formuler de critique, je ne vois aucun défaut.
Si ce n'est l'avecque voulue ou pas ?

Quant au chant et la musique, ils vont très bien avec le texte, moi, je dis, salut l'artiste !

Merci pour la lecture

   Corto   
24/8/2019
 a aimé ce texte 
Bien
Sympathique ritournelle sur le thème du "Si j’avais du talent".
On retrouve ainsi un peu de notre âme d'adolescent qui voulait voir s'ouvrir tous les horizons.

Le chien, le perroquet et les colombes font partie du spectacle, et l'on convoque pour faire bonne mesure Paganini et Rodin.
Tout cela crée une joyeuse ambiance de fête sans prétention. Belle image que ces "colombes blanches" se posant "sur des rires d’enfants".

On est évidemment très loin du "J'aurais voulu être un artiste, pour pouvoir dire pourquoi j'existe" qui faisait vibrer les spectateurs de Starmania...

Remarque concernant la version chantée: les maracas qui marquent le tempo ne sont pas du meilleur effet.

Bonne continuation créative.

   lucilius   
25/8/2019
 a aimé ce texte 
Un peu
Sauf erreur de ma part, ce texte s'appuie sur un rythme de samba qui peut surprendre sans saxo alors que c'est l'instrument de choix dans cette forme chantée.
Les paroles me parlent, pas la musique.

   bipol   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
et voilà messieurs

une vraie chanson qui nous reste

en tête dans le cœur et dans l'âme

une vraie chanson de répertoire qui parle à tout le monde

ça me rappelle le bon vieux temps

quand chacun au coin de la rue avait les paroles

et tous reprenaient en cœur

c'était le temps où on ne se prenait pas au sérieux

mais où chacun avait sa sensibilité le bé à bas d'un parolier et d'un musicien

bravos les artistes

   Robot   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Une chanson dynamisante, qui a du pep comme les artistes de la piste aux étoiles.

J'aime l'optimisme du récit soutenu par la musique.

Vous pouvez prendre l'habit de clown, messieurs, vous avez le talent. (sans aspect péjoratif je tiens à le souligner) - il faut se méfier de l'interprétation donnée aux expressions pour ne pas se voir entraîner dans la polémique -

   sympa   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour à vous trois,

J'aime beaucoup votre chanson dynamique et pleine d'optimisme, que j'ai eu grand plaisir à écouter en premier lieu, puis à lire les paroles.

" si j'avais du talent" : avec des "si" on referait le monde, mais votre talent est bien là, à n'en pas douter.

Merci pour cet agréable moment d'écoute et de lecture.

   Hananke   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour

Une jolie ritournelle entraînante qui fait le tour de la question
par de bien jolies métaphores.

Et viendrait se poser sur des rires d'enfants

Pour moi le plus beau vers du texte.

Bravo à tous les deux, belle harmonie entre le texte et la musique.

   emilia   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une petite chanson sympathique, comme à l’habitude, pour dire combien il faut de talent pour faire « le clown »… ; il ne suffit pas de se grimer avec un nez rouge et un nœud papillon, même si cela aide à camper le personnage, il faut savoir au moins jouer de plusieurs instruments (saxo, violon, bandonéon…), être acrobate pour les « sauts périlleux » et magicien pour faire apparaître « des colombes blanches », avoir de l’esprit à la façon par exemple de Coluche ou Devos dont on se rappelle « les bretelles » et les artistes complets qu’ils étaient (mis à part peut-être les sauts périlleux…), en soulignant ce rôle sublime qui consiste à faire rire petits et grands devant un public « extasié », qui ne peut que crier en chœur avec le lecteur : « Bravo les artistes ! »

   Cristale   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Ce que j'aime entre autres de ce trio, c'est l'harmonie entre le parolier et l'interprète, comme si un seul regard, une seule note du musicien, suffisaient pour qu'il se comprennent et la chanson jaillit telle une source vive d'on ne sait où pour nous offrir sa plus belle mélodie.

Celle-ci est guillerette et j'imagine danser sur le parquet du bal musette d'un village provençal.

Du talent, vous en avez Leni, Eric et Yves, n'en doutez pas.

Merci pour ce plaisir que vous nous offrez encore une fois.

Ma note sera haute, j'espère que vous ne m'en voudrez pas...

Cristale
qui va mettre sa robe de bal...

   troupi   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément
Quel beau texte, n'en doutez surtout pas du talent vous en avez à distribuer et vous le faites fort bien au fil de vos chansons mais celle-ci me touche plus particulièrement.
La voix d'Eric posée sur les si belles paroles du texte, l'accompagnement musical entraînant et suffisamment doux pour ne pas écraser le sens des phrases.
Un équilibre quasi parfait pour cette chanson qui met en valeur des gens de cirque parmi les plus émouvants.
Un vrai merci à vous deux.

   papipoete   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonsoir leni
" si j'avais du talent, je serais clown " ! Je ferais le métier le plus difficile du monde, encore plus que docteur du coeur ! Si j'avais du talent, ça se verrait sur le visage des spectateurs, des petits surtout, parce que les grands rien ne les amuse maintenant !
Si j'avais du talent, ce sont les enfants qui me le diraient, d'un rire aux éclats, de sourires de joie... si j'avais du talent...
NB un poème, à le lire de près et tendre l'oreille, qui ondule sur la mélancolie même si l'air en chanson semble donner un côté guilleret, mais la plume de l'auteur, s'est fardée de rouge du nez de clown qui rit, qui rigole en faisant le pitre... à moins que pirouette, ce ne soit là en fait qu'un signe de grand talent !
la 3e strophe est celle que je préfère !

   hersen   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
La chanson est finie qu'on se retrouve à fredonner encore !

C'est très entraînant, très trio, très au top.

Bravo à vous trois, ce moment de lecture/écoute met de bonne humeur alors merci du partage.

Et un gros coup de coeur pour la dernière strophe.

   ours   
10/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Leni

Je suis inscrit sur Oniris depuis peu et déjà j'ai pris rendez vous chaque mois avec vos créations servies par de très bons musiciens chacun dans des registres différents. J'ai adoré cet episode si je puis dire, les colombes qui se posent sur les rires d'enfant est mon vers favori, mais l'ensemble se lit et s'ecoute avec beaucoup de plaisir. Un bel hommage rendu au clown !

Bravo a vous trois

   Annick   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
J'ai aimé l'interprétation juste et enjouée du chanteur. On le sent clown jusqu'au bout de son nez rouge. La voix est belle et bien posée. Il y a un peu du Jean Ferrat dans les intonations et le joli timbre de voix.
J'ai aimé la musique de circonstance. J'avais l'impression d'assister à une représentation dans un cirque.
J'ai aimé le texte, sobre mais dont chaque mot fait mouche.
Et surtout, j'ai aimé cette rencontre entre la voix, la musique et le texte comme une alchimie mystérieuse qui fait que la chanson est une vraie réussite.
La magie opère !

Bravo !

   Davide   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour leni, bonjour Yves,

J'ai beaucoup aimé cette chanson : le rythme latino, très "ambiançant", scande le texte avec élégance ; le thème clownesque le justifie.

J'ai trouvé amusant, et très à propos, le "avecque", dont les 3 pieds assurent la stabilité "alexandrine", ainsi que l'emploi de mots ayant trait à l'univers du spectacle, dans un humour joyeux et décalé, tels que : "soliloquerais", "bandonéon", "Paganini", "petit violon", "colombes blanches" et surtout "rires d'enfants".
Un très beau dernier quatrain.

N'étant pas doué pour commenter les chansons, je dirai juste :
"Bravo, bravo, les artistes !".

Merci pour le partage,

Davide

   Pouet   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Slt,

ah rien que pour:

"Et viendraient se poser sur des rires d’enfants"

Je dis Monsieur leni.

   Vincente   
11/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Le petit bijou de chanson ! J'ai adoré…eeeh bien tout !

Eh bien oui, l'intro qui claque ses accords comme des points d'interrogation semblant dire "venez voir, voir quoi ? venez vous n'en reviendrez pas ! Venez apprécier l'artiste" Il y a à la fois une harangue un peu provocante et une invitation gentille.
Et puis cette première ligne mélodique emporte avec "talent" le premier vers (le talent de chansonnier s'affirmant déjà sans aucun doute) ; ligne où ce qui fera la chanson est dès lors déclaré sans cachotterie, ni message à demi signifié, ni fausse pudeur. Tout y est présenté dans une transparence qui ne manquera pas de consistance : le ton enjoué, le thème de saltimbanque, le propos/proposition insolite, l'espérance sympathique née d'un dépit frustrant, etc… ; il y a là une concrétion et une sincérité qui s'affichent si clairement que l'on pourrait craindre que l'étonnement est clos. Eh bien, rien n'est fini car ce n'est qu'un début.

Ensuite, l'aventure chante les pérégrinations virtuelles du "clown joyeux"qui se narre en se marrant ; c'est amusant, sympathique, avec ces gousses d'ironie sans lesquelles les images seraient sans relief, comme aplanies dans un triste sort. Le chanteur joue à merveille de ses intonations, parfois salées de boniments enfiévrés, parfois d'une rondeur délicate pour apposer des notes chaleureuses. Ces modulations adroites sont aussi fruit d'une envie indéniable de nous être agréable, à nous auditeurs et bien sûr spectateurs. Oh le petit "soliloque" discret du bandonéon, comme il vient raconter aussi de ses pas en retrait l'importance des petites choses, ces petits effets réjouissant qui participent nécessairement au "grand spectacle".

J'ai adoré les "colombes blanches…viendraient se poser sur ces rires d'enfants". Et puis cette harmonie de l'ensemble, je veux parler de l'équilibre qui enchante ce chant, enchante les champs rêvés par le narrateur.

La mélodie est très attachante, elle voudrait ne pas nous quitter.
Aussi, je crois que l'auteur a dû combler, de s'y être tant impliqué avec son chanteur/mélodiste, une bonne part du regret de n'avoir pas été "ce clown rêvé", car le spectacle a été à son comble, plus que plaisant.

   senglar   
12/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonjour Léni,


Voilà ! ça y est :) Tu viens d'exorciser ma peur des clowns. Car, aussi loin que je me souvienne, ils m'ont toujours fichu une trouille bleue, ces clowns ! Et quand j'ai pu me raisonner un peu, je ne les trouvais pas très drôles.

A part Grock...

Voilà ! D'un coup d'un seul, tu me les rends sympathiques :

C'est que j'aime les chiens et un chien qui hurle comme un coyote a toute mon hilarante estime.
C'est que le Cirque du Soleil n'est pas un cirque comme un autre, il ne fait pas son cirque et il y a le soleil dedans.
Et puis le perroquet est Gabonais, tu as la magie des animaux, Et puis tu sautes de Paganini au... bandonéon, le penseur de Rodin grâce à toi j'ai compris qu'il ne pensait à rien, c'est un boudeur le penseur de Rodin qui boude parce qu'il va peut-être entrer en Enfer.
Pour conclure tu tourneboules (sauts périlleux arrière et avant) quelques colombes qui vont se poser sur des rires d'enfants, de vraies rires et de vraies colombes quoi ! Pas ce lourdaud de pigeon dessiné par Picasso qui n'a jamais apporté la paix à personne !

Si tu étais un clown, ce serait un clown humaniste. Voilà, j'ai compris pourquoi je n'aurais plus jamais peur des clowns, même de ceux de Stephen King.
Et grâce à tes compères à ta faconde accordés, virtuoses comme toi, voilà aussi qu'ils me font rire. Quelle belle voix ! Sur une musique tout en finesse, effets calculés et pondérés. On est dans le débridé et le rire, le son intelligents et sensibles et complices.

Merci à vous trois pour ce moment :)))))))

Senglar Brabantignol
de son nom de cirque
désormais

   STEPHANIE90   
12/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour et bravo à vous trois pour les paroles, la musique et l’interprétation.

Entre mambo et cha-cha-cha, j'ai vraiment apprécié personnellement la musique et la rythmique des maracas qui je trouve a un petit coté "burlesque" qui sied à merveille aux paroles de la chanson.
Et puis cela va avec ce perroquet gabonais ami de ce clown joyeux. Je l'imagine bien sautiller sur cet air devant un "Rodin" perplexe, qui décidément n'y comprend rien et se triture les méninges. Pour nous faire rire.

Que c'est drôle malgré cette larme que le public sent poindre parfois derrière le costume du clown... et de son nez rouge.

Bravo les artistes, vous avez du talent !!! Un grand merci à vous 3...

Stéphanie

   Louis   
13/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le poème commence par une déclaration tonitruante, au ton déjà de la fanfaronnade clownesque, et même de la provocation : «  Si j'avais du talent, je serais clown messieurs ».

Une ambition est proclamée, pour laquelle il faut du « talent », bien souvent associé au « génie » ; un rêve est formulé associé à la construction d'une identité : « ce que je serai », mais à la grandeur attendue de cette ambition et de ce rêve, qui demandent des qualités si exceptionnelles, se substitue, clamée allègrement, sur le ton du défi, de la bravade, la fonction de... « clown », figure du grotesque, du ridicule, de la bouffonnerie, comme de la basse condition sociale.

Le clown ne se rêve pas écrivain, mais un Charlot, un Gugusse, un Paillasse ; le clown ne se rêve pas écrivain, c'est l'écrivain qui se rêve clown. Loin du verbe, plus proche de l'action ; loin de l'écrit, au plus proche de la vie, de l'instantané, du mouvement ; loin du sérieux de l'adulte, proche de l'authenticité d'une expérience universelle de l'enfance.

Et dès le vers suivant, dans une légèreté de ton, le poète joue le clown, se rêve sous un chapiteau de cirque à exercer ses talents devant un public, en un contraste très prononcé avec le « Clown » d'Henri Michaux, grave, douloureux, solitaire, pour qui il faut devenir clown pour se retrouver soi-même, en se dépouillant de ses identités d'emprunt, de ses inauthentiques vêtements sociaux :
« à coup de ridicules, de déchéances (qu’est-ce que la déchéance ?), par éclatement, par vide, par une totale dissipation-dérision-purgation, j’expulserai de moi la forme qu’on croyait si bien attachée, composée, coordonnée, assortie à mon entourage et à mes semblables, si dignes, si dignes, mes semblables ».

Le clown de Leni, lui, est un auguste, sans dimension tragique ; il n'est pas triste, pas maléfique, tout au contraire, il se veut un « clown joyeux », un clown ensoleillé « au cirque du soleil », un clown rayonnant à la joie communicative. Il joue le Gugusse musicien, avec un violon, rappelant la comptine pour enfants :
« C'est Gugusse avec son violon
Qui fait danser les filles
Qui fait danser les filles
C'est Gugusse avec son violon
Qui fait danser les filles
Et les garçons. »
Mais il saura jouer aussi du saxophone et du bandonéon.

Pas un triste clown blanc donc, mais un auguste qui joue et se joue du langage, avec « un perroquet beau parleur ». Moqueur, impertinent, mais sans méchanceté, et le perroquet, lui, vient du Gabon, où il n 'y a que de bons gars...

Comme le perroquet, Auguste sera dans l'imitation, la répétition dérisoire, facétieuse et railleuse pour brocarder les puissants, et plus particulièrement les pseudo- intellectuels pédants dont l'esprit est une volonté de domination, « Il faut compter avec une propension un peu suspecte de l'esprit à duper d'autres esprits et à porter des masques en leur présence » écrivait Nietzsche. Ces « intello » sont des clowns, ils portent des masques, Auguste les démasque, jouant « le penseur de Rodin », portant comme eux sur son visage, par imitation-identification, des masques et maquillages colorés et outranciers.

Le rêve d'Auguste est finalement celui d'un artiste, le perroquet ne s'y trompe pas : « bravo, bravo l'artiste ! », malgré l'autodérision que son propos suppose, un artiste complet, à la fois musicien, acrobate, comédien. Un artiste dont l'art est de faire rire joyeusement.

Eh Leni, le sujet de ton texte « m'interpelle »... !!

Bravo aux trois artistes, Gaston, Eric, Yves pour cette jolie chanson, paroles, musique et interprétation.

   Luz   
15/9/2019
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Bonsoir leni,

Jusqu'à ce soir, je n'avais lu que le texte et j'avais beaucoup aimé.
Je viens juste d'écouter la musique et le chant qui subliment littéralement le texte.
Je ne sais pas si c'est prévu, mais il faudrait vraiment incorporer cette chanson dans un disque qui aurait à coup sûr du succès (si les radios veulent bien le diffuser, évidemment, à la place du ronron quotidien...)
J'adore tout, et en particulier :
"...quelques colombes blanches
Ensemble sortiraient, sortiraient de mes manches
Et viendraient se poser sur des rires d’enfants".
Un immense bravo à vous trois.
Merci,

Luz

   wancyrs   
21/9/2019
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Sans être clown, tu as du talent, mon frangin ! Le texte est court mais percutant ; le message passe bien. Ensuite la mise en musique, comme d'habitude, est faite avec un savoir faire qui témoigne de toutes vos années d'expérience en la matière. Le rythme, la mélodie et l'ambiance musicale créée se marie bien avec le thème développé dans le texte.

Merci pour cet énième partage !

Wan


Oniris Copyright © 2007-2019