Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Soleil de minuit
 Publié le 29/11/13  -  12 commentaires  -  1575 caractères  -  234 lectures    Autres textes du même auteur

Jésus reviens marcher sur la mer !


Soleil de minuit



Paroles : Gaston Ligny
Musique et Chant : Yves Alba

http://www.aht.li/2800286/Soleil_de_minuit1.mp3


Debout les bras en croix au soleil de minuit
Il danse avec son ombre. Elle n’en finit pas.
Il est seul au cap Nord il charrie son barda.
Son ombre est une croix et cette ombre le suit.

Au soleil de minuit quelques oiseaux de mer
Sont surpris de l’entendre apostropher Jésus :
Je t’attends au cap Nord viens marcher sur la mer
J’annoncerai au monde que tu es revenu.

Tu diras aimez-vous. Nous aurons deux mille ans
Nous serons tes disciples et Marie-Madeleine
Qui t’accompagnera parlera de la Cène
Elle nous dira peut-être si tu as des enfants.

Judas l’Iscariote s’est-il vraiment pendu ?
Et tous les bons apôtres que sont-ils devenus ?
Quelques macareux moine ont des prises de bec
Prises de bec au cap Nord pour un bout de varech.

Bras en croix il insiste : reviens reviens Jésus
Je voudrais bien te voir multiplier les pains
Pour les crève-misère, pour les crève-la-faim.
Car ce coup-là Jésus, je ne l’ai jamais cru.

Il joue avec son ombre, il lève les bras au ciel
Pour saluer Marie et l’ange Gabriel.
C’est triste à trente-trois ans de finir bras en croix.
Viens nous dire si cette pierre est celle du Golgotha.

En attendant Jésus au soleil de minuit,
Il danse avec son ombre et cette ombre le suit.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   fugace   
16/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Tout un symbolisme magnifique à décrypter!
Combien sommes-nous à danser seuls, les bras en croix, avec l'ombre de cette croix qui n'en finit pas?
Mais, après tout, on s'en fout! On danse au soleil de minuit, l'espoir est toujours là!
Merci Leni, c'est sublime quand on comprend. Je crois avoir compris.

   Pimpette   
29/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
"Je voudrais bien te voir multiplier les pains
Pour les crève-misère, pour les crève-la-faim.
Car ce coup-là Jésus, je ne l’ai jamais cru."

Quel sujet ambitieux!
TRaité franchement et sans mollesse
Toute mon estime Monsieur Leni!
Même les mécréants salueront ce texte à mon avis...et la musique large qui était nécessaire pour l'accompagner...

   LeopoldPartisan   
29/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
là ou certains n'ont que des certitudes, il en est d'autres qui heureusement n'arrêtent pas de se questionner. J'aime ce soleil de minuit, cette ombre pesante, encombrante dont malgré tout on ne se séparera jamais et que les jours où la musique ne sera pas bonne on devra traîner comme une croix.

Heureusement dans ces cas là on pourra l'appeler Jésus et lui reprocher tout les maux de la terre en l'engueulant copieusement. Genre :

"Putain Jésus, tu pouvais pas fermer ta gueule devant ton père, maintenant faut qu'on se coltinne tous les péchés, même ceux auxquels on n'avait pas penser..."
"Jésus, putain tu veux bien écouter quand j'te parle, arrête de faire le singe sur ta croix, et arrête de m'appeler par mon nom de famille, oui l'Escariote, il a un prénom, c'est Judas..."
Merci leni.

   senglar   
29/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Léni,


Une chanson qui interpelle ! "Jésus, reviens", deux mille ans plus tard ; oserais-je dire Léni, outrepassant ton exergue : "... mais pas pour marcher sur la mer, pas pour faire l'acrobate !"... "Pour multiplier les pains !". Jésus plus que d'actualité, tu as bien pensé à nous envoyer Coluche. Hélas tu avais oublié de lancer un avis de recherche "Mort § Dead" sur l'inventeur de la moto :(

C'est qu'il n'avait pas le golgotha en pierre notre bon ami !

Lol


Et un chef d'oeuvre de plus ! Un ! Grâces en soient rendues à notre duo d'artistes :)


Senglar-Brabant

   Alexandre   
29/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Salut leni, me voici me voilà ! Entre les courses, mon duel hebdomadaire avec feu Laclos et mes virées maritimes je n'ai pas vu passer la journée... Bref, passons à ce Soleil de minuit que j'avais déjà eu l'occasion d'écouter. En général quand Jésus, Vishnou, Mahomet ou toute autre célébrité divine apparait dans un texte (quel qu'il soit ) j'avance à pas mesurés.
Ici pas de prosélytisme ni de négationnisme, simplement un appel humoristique au sauveur de l'Humanité pour au moins multiplier les pains. C'est bien vu et ça ne serait pas de refus par les temps qui courent compte tenu du poids de la croix que portent certains d'entre nous... C'est ainsi que je comprends ce texte par ailleurs fort bien interprété par ton complice Yves... comme d'habitude !

   bipol   
30/11/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Il n'y a que toi Leni pour revisiter comme ça

cette histoire interminable

celle de Jésus

Qui y crois à notre époque, et pourtant...

Ca fait du bien que tu en parles, ça nous rappelle que ce génie de l'amour était un immense génie

Merci Leni pour ton talent

   HELLIAN   
30/11/2013
 a aimé ce texte 
Passionnément
Décidément, ce site recèle de vrais trésors et cette chanson en fait partie ! Lorsque je suis transporté, comme ici par la musique et les paroles, j'ai bien du mal à dissocier l'un et l'autre dans mon commentaire. D'abord, il y a une interprétation qu'il faut saluer avec cette voix à la tonalité fragile portant merveilleusement ces paroles habiles sur le doute, comme une demie désespérance. Un rythme un peu lourde tel une marche pesante et fatiguée sous un triste soleil propagateur d'ombres infinies, à l'image de ce monde dont l'ombre portée des souffrances ne finit pas de s'allonger. Très judicieux de situer la scène au cap Nord, ce bout de tout, cette extrémité indépassable, ce point final de toutes les attentes. J'ai beaucoup aimé cette évocation de la famille Jésus, comme une bande de braves gens qui n'en demandait pas tant, les apôtres comme des copains, Marie -Madeleine comme une amoureuse de son mec et quelque part,dans la cour d'à côté, des cris d'enfants qui jouent.

Bref, tu l'auras compris, je suis fan et je dis bravo à la musique, à l'interprète, à la guitare, au stylo qui a écrit le truc et à la main qui le tenait. Je vais t'envoyé un message en MP pour un projet que je mène...

Bien cordialement.

   hanternoz   
30/11/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Nombreux sont ceux qui aimeraient pouvoir se promener dans le temps , comme le voyageur imprudent de Barjavel, et constater de visu ce que fut réellement la vie de Jésus. et la qualité de ses fameux miracles.
C'est bien dit dans ce poème.
Cordialement,
Hz

   Chene   
1/12/2013
Bonjour Leni

Voilà un texte de chanson avec un vrai message, autrement dit une chanson à texte. C'est appréciable !

Côté forme, deux remarques :

- il n'est pas toujours aisé d'avoir une lecture sans "accrocs". En effet, si l'on s'en tient à une lecture métrique "classique" (au sens prosodique), force est de constater qu'il y a quelques pieds de trop de-ci delà. Si l'on veut en avoir une lecture plus contemporaine (plus actuelle, disons), il manque la présence des élisions des "e" muets dans le texte. Elle en faciliterait grandement la lecture. Faute de quoi, le lecteur perd le rythme des alexandrins sur presque toutes les strophes.

- Côté musicalité, s'il n'y a aucune règle en la matière, il n'en demeure pas moins que des rimes à peine suffisantes enlèvent de la musicalité intrinsèque au texte... avant même toute mise en musique.
Quelques exemples : "Jésus" / "cru" ; "Gabriel" / "ciel" ; "croix" / "Golgotha"...
sans parler de la rime répétée "mer" /"mer" de la 2ème strophe, un peu facile quand même.

Ceci étant, il n'empêche que sur le fond le message est fort bien exprimé. C'est à mon sens le point fort de cette chanson.

Ensuite, à l'écoute de l'enregistrement, la ligne mélodique et l'accompagnement en descente chromatique sont agréables et l'interprétation plutôt bonne (à la remarque près que l'interprète ne fait aucune liaison avec les pluriels - c'est d'ailleurs quasi général sur l'ensemble des chansons interprétées et disponibles sur le site mis en lien).

Pour conclure, une lecture et une écoute qui m'ont beaucoup intéressé.

Bonne continuation et au plaisir d'une nouvelle lecture
Chene

   troupi   
2/12/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Salut Léni,
Tu as décidément un vrai don pour trouver des sujets qui ne peuvent laisser indifférents et une façon très personnelle de les traiter.
Bravo encore une fois et la complicité avec Yves et la musique ; enfin tout contribue à créer une vraie réussite.

   funambule   
7/12/2013
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Ombre... mer... ou la preuve par neuf que la redondance bien maniée (c'est si rare) peut être un plus en chanson. Au-delà d'une hypothétique foi, d'une vague métaphysique et de la caresse du "fou", c'est le voyage que j'imagine, l'inaccessible quête, l’insaisissable objet de cet obscur désir de nos âmes espérées.

Finalement, le portrait (quoi d'autre) ressemble à un puzzle du genre; autant dire que nous sommes dans l’œil du cyclone des conventions, de l'attendu. Ce qui compte ici est "le trait", cette façon d’appréhender, de s'approprier d'un simple regard... le passant (si lointain soit-il)... dessiner autour une émotion, incarner de façon stylisée cet horizon lointain arasé par une certaine idée que nous nous faisons de la réalité.

Yves Alba à ce talent particulier d'habiter les textes, de se les approprier sans trahir d'une virgule l'auteur. Il semble entrer... s'imprègne... et sans doute se laisse-t-il porter, emporter. Sans doute n'est-il plus lui, simplement celui qui incarne, le relais lumineux de quelques mots qu'il aura compris, dans lesquels il aura su s'allonger... pour mieux se mettre debout et les offrir au monde.

Vivre les mots, les images ... la plus belle schizophrénie!

   Marie-Ange   
21/1/2016
J'ai fait plusieurs écoutes, avant de poser mes mots, je n'arrive pas cette fois à rentrer dans ce qui se dit de façon franche, peut-être vais-je chercher plus loin qu'il ne faudrait, ce sujet pose tellement d'interrogation, et il a engendré tellement de discorde que je suis en retrait et que je ne peux me fondre dans ce "soleil de minuit".


Oniris Copyright © 2007-2018