Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
leni : Vasco de Gama
 Publié le 09/01/17  -  15 commentaires  -  1840 caractères  -  178 lectures    Autres textes du même auteur

C’est une chanson qui pourrait être de marin. C’est une chanson pour rire. Qui prend ses libertés avec ses élisions. Le refrain est une cacophonie. Ils s’amusent. Le plaisir est pour eux. Et pour nous ???

Vivement Vasco de Gama


Vasco de Gama



http://www.aht.li/2998229/Vasco_de_Gama.mp3
Paroles : Gaston Ligny leni
Musique et chant : François Benest



Il est fier de son tatouage,
C’est un trois-mâts, tout’ voiles au vent.
Des pirat’ mont’ à l’abordage
Y a d’ la castagne dans les haubans.
C’est le souvenir d’une escale,
D’un’ bordée tirée au Bengale
Dans le lit-cag’ d’un maharadja
Entre Céci et Cécilia.

On l’appel’ Vasco de Gama,
C’est parc’ qu’il est allé aux Indes
Mais ça fait longtemps de cela.

Pour Vasco le vent a tourné
Il a jeté l’ancre à Quimper.
Car dans un’ bouteille à la mer
Près des Seychelles il a trouvé
La formule du philtre pour
Ragaillardir la libido
Des jeunes et des vieux qui tantôt
Visiteront la Pompadour.

On l’appel’ Vasco de Gama,
C’est parc’ qu’il est allé aux Indes
Mais ça fait longtemps de cela.

Nina, Mimi for you and me
Propos’ maint’nant dans les sérails
Le coup d’fouet des Cornouailles
Qui réveil’ le démon d’midi.
C’est de la poudr’ de coco-fesses
Qui vient de l’île de Mahé.
Ceux qui en prennent avant la messe
À tous les coups sont exaucés.

On l’appel’ Vasco de Gama,
C’est parc’ qu’il est allé aux Indes
Mais ça fait longtemps de cela.

Pour éradiquer l’andropause,
Vasco a forcé sur la dose.
On se bouscul’ chez l’antiquaire
Qui vend des lits-cages à Quimper.
Des vétérans partent au Bengale
Pour un’ bordée lors d’une escale
Dans le lit-cag’ d’un maharadja
Entre Céci et Cécilia.

On l’appel’ Vasco de Gama,
C’est parc’ qu’il est allé aux Indes
Mais ça fait longtemps de cela.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   madawaza   
31/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
C'est vrai que cela a les paroles et l'air d'une chanson de marin.
J'ai bien aimé ce petit tour avec les souvenirs de Vasco.
Allez y faire une visite...

   papipoete   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
bonjour leni,
Alors qu'il ferraillait sur son 3 mâts du côté du Bengale, Vasco rentra via les Seychelles, et abordant à la plage découvrit un trésor ; un secret caché dans une bouteille, formule magique d'un élixir assurant la " verdeur " jusqu'à la mort !
Fleurant la bonne fortune, le pirate jette l'ancre à Quimper, et s'installe comme marchand de la fameuse poudre de coco-fesses, et chaque jour on se bouscule à son comptoir, même avant la messe du dimanche !
NB une joyeuse ritournelle à chanter à tue-tête pour enterrer une vie de garçon, ou le garçon s'il aimait la poudre à Vasco !
Je n'aime pas trop la musique des couplets, par rapport à celle du refrain .

   Robot   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une chanson gouailleuse, qui peut rejoindre aisément ces chants de bordée ou de cabarets dans les ports, quand le rhum éraillait les voix. Yo Ho Ho et une bouteille de rhum comme auraient chanté le capitaine Flint et Long John Silver. je dis ça parce que je suis revenu vers l'île au trésor avec cette chanson.

Le rendu sonore par internet ne rend pas justice à l'interprétation, c'est dommage.

   bipol   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
salut Gaston

déjà un bon cru 2017

avec un musicien bien adapté à la circonstance

tu as l'art et la manière de mettre en scène

tes films

quels qu'en soient le sujets

mais j'ai remarqué que la bonne vieille bouteille

était souvent à l'honneur

il faut dire qu'elle est un bon lien

et même un bon liant

en l 'occurrence il s'agit de faire se redresser la communauté

et apparemment ça marche

bravo à vous deux

   Francis   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une reconversion réussie ! Une chanson de marins qui associe exotisme, érotisme, légende et gaité. Une chanson, une potion pour vieux loups de mer en quête de souvenirs ou d'éternelle jeunesse. Dommage, j'ai toujours des problèmes de son avec mon ordinateur !
Merci pour ce voyage entre Calicut et Quimper, entre Céci et Cécilia !

   Hananke   
9/1/2017
Bonjour

Comme on attend le nouvel Alexandre ou Luciole, les chansons
de leni sont toujours attendues avec beaucoup d'espoir.

Las ! je n'irai pas par quatre chemins, cette publication est pour moi
une déception, tant par la musique que par les paroles.
Hugues Aufray avait fait beaucoup mieux sur le sujet.

C'est tellement rare que je ne mettrai pas d'appréciations.

   Marie-Ange   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément ↑
Je dirai surprenant, je ne vous attendais pas dans ce registre. Mais pourquoi pas, c'est sympathique, dépaysant. Des mots qui invitent à voyager dans un autre monde, c'est inattendu.

Musique et chant tout à fait en adéquation avec le sujet, pas de fausses notes, ça sonne très juste. le refrain est entraînant.

Cela ne se prend pas au sérieux, c'est ce que j'ai apprécié, je me le suis réécouté plusieurs fois, pour le plaisir, c'est un bel amusement, une écoute impertinente qui chasse la grisaille. C'est une drôlerie qui vaut le coup de s'attarder bien longuement.

   Vincendix   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Leni et François,
Belle ambiance dans le bar de la Marine, ça me rappelle quelques vieux souvenirs…
J’ai pour habitude de ne pas lire les chansons mais uniquement de les écouter et, celle-ci me plait bien, elle est dans la tradition des chants de marins à travers les paroles et le rythme.
Vasco le bourlingueur échoué à Quimper, quel destin !
Vincent

   funambule   
9/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien
Un texte "presque" classique pour le genre, avec la nuance d'une culture plus poussée et plus subtile... ce qui donne une certaine originalité sans se démarquer totalement de l'idée première. La mise en musique est très moyenne même si (justement) la voix (limite fausse) et l'ambiance, correspondent à l'idée que l'on peut se faire du genre. J'hésite donc entre une réussite partielle et une réussite voulue, incluses les imperfections inhérentes. En me dégageant de toutes réflexions c'est assez sympa.

   luciole   
10/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Bien aimé cette ambiance taverne enfumée, chants de marins avinés, perroquets qu'on s'entuyaute. Bien rendue si je puis dire... Y'a-t-il pas un peu de melodica quelque part ?

   Anonyme   
11/1/2017
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Après plusieurs écoutes, bien que, ou parce que ce genre de chanson n’est pas ma tasse de thé…j’ai fini par apprécier à la fois le texte assez amusant, et l’interprétation, qui m’avait un peu chiffonnée de prime abord.
Donc une réussite comme l’ont souligné d’autres commentateurs, ça colle.
J’aime bien le désabusé ‘mais ça fait longtemps de cela’…

À vous réécouter.

Corbi’

   HadrienM   
11/1/2017
 a aimé ce texte 
Un peu ↑
Jolie escale !

Le texte est dans l'ensemble bon, mais en écoutant la chanson, j'ai douté sur ce tercet,

On l’appel’ Vasco de Gama,
C’est parc’ qu’il est allé aux Indes
Mais ça fait longtemps de cela.

Ce refrain, chanté, me semble plus douteux. Le dernier vers, surtout.

Le poème est somme toute plaisant. Le thème est intéressant. Joli récit. L'imaginaire est en chaleur, sous le soleil breton.

Bien à toi,

   PIZZICATO   
11/1/2017
Sans mettre d'appréciation, je donne simplement mon avis sur cette chanson.
Je pense qu'elle doit être considérée comme telle uniquement, et festive de surcroît, mais non comme une poésie mise en musique.

Un chanteur avec sa guitare, dans le bistrot d'un port, qui conte le périple d'un marin (un peu olé olé) au tatouage évocateur ; accompagné par une chorale improvisée de joyeux lurons qui n'ont pas abusé du Vittel menthe...
J'ai trouvé que l'ambiance et le contexte étaient bien rendus, avec une interprétation qui ne cherche pas la maîtrise du chant, afin de faire plus vrai.
A mon sens, mon Ami Gaston n'en sois pas froissé, le titre est mal choisi car on commence à lire le texte avec dans l'esprit Vasco de Gama.
J'aurais plutôt vu :
« Il est fier de son tatouage >>

   brunototi   
25/1/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Léni...J'ai d'abord lu le texte, en m'imaginant le rythme.. Je n'étais pas loin de la vérité.Tout y est....Mélange de Renaud, Hauffray avec des touches brelesque...J'ai beaucoup aimé l'ensemble...Merci à vous deux...bruno

   Ascar   
7/2/2017
 a aimé ce texte 
Passionnément
j'ai baigné dans les chansons de marin et la votre m'a enchanté. Le rythme, la gouaille des ports, la sonorité, l'instrumentalité.... tout y est !
Franchement, c'est une chanson qui aurait pu figurée au patrimoine historique de la marine si elle n'avait pas été si jeune...

Juste un tout petit regret : le refrain en tercet... J'aime tellement sa musicalité qu'il me manque une longueur comme si un vieux forban l'avait avalé avec sa dernière dent

Merci d'avoir su recréée cette ambiance si chaude et si humaine que l'on retrouve de Mikael Yaouank jusqu'aux Pogues

Une vraie réussite

Bruno


Oniris Copyright © 2007-2018