Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
LeopoldPartisan : Café noir et cigarette
 Publié le 24/06/18  -  5 commentaires  -  1498 caractères  -  112 lectures    Autres textes du même auteur

Mise à nu.


Café noir et cigarette



Café noir et cigarette
c’est une valse lente, une pirouette
où l’infante douce et inquiète
assiste au départ des goélettes
saluées par l’envol des mouettes

Café noir et cigarette
ce sont des mouches qui volettent
sous la mousseline de ta voilette
Il me fallait bien faire place nette
pour oublier tes secrets, tes cachettes

Café noir et cigarette
c’est l’anxiolytique du matin
et ce neuroleptique refrain
où ce « peut-être demain »
se conjugue en mon intime confins
c’est ton prénom, ultime émotion
100 % coton et à double fond
qui résonne en mon moi profond
comme un tocsin, un bombardon

Café noir et cigarette
qu’on consume et puis regrette
Scout, mon totem était aigrette
pourquoi ai-je été comme ces suffragettes
que l’on consomme et puis qu’on jette

Café noir et cigarette
Mère était-ce vraiment le destin
qui t’a fait me libérer de ton bassin
gouffre sans fin où je m’éparpille
en confondant sans cesse rêves et vrai vie

Café noir et cigarette
Père si tu savais combien je te déteste
de t’en être allé à 28 ans seulement
Père si tu savais combien j’ai dû lâcher du lest
pour accepter d’être, à bientôt 60 ans, un enfant sans parents

Café noir et cigarette
Allez en paix, je vous laisse
telle une meute partie en cueillette
Il me faut encore faire quelques emplettes


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Queribus   
17/6/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Bonjour,

Tout d'abord une première remarque: ces rimes en ète (ette) qui se succèdent sans fin ne me semblent pas judicieuses; j'aurais préféré un peu plus de variété dans le choix des rimes. Le fonds m'apparaît assez "passe-partout" avec toutefois quelques belles images poétiques.

Je pense que, d'une manière globale, le texte devrait être retravaillé et pourrait alors donner un meilleur résultat. Ne vous découragez surtout pas.

Bien à vous.

   Robot   
24/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Autant je suis déçu si je lis ce texte proposé en contemporain, à l'inverse, je trouve qu'à l'oral, scandé en slam, il se tient avec ses rimes répétitives qui donne un côté lancinant à l'expression.

Parfois, le choix de la catégorie est importante pour la lecture. Alors je donne une appréciation mitigée entre lecture contemporaine (un peu -) et oralisation en slam (beaucoup +)

   PIZZICATO   
24/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien ↑
En lisant ce texte, ma première réflexion fut, un peu comme le souligne Robot, qu'il serait bien adapté à une expression slam avec ces rimes répétitives.
Quant au fond, il sait exprimer un mal être évident pour des raisons dont il est fait allusion dans les strophes 5 et 6.

J'ai une petite préférence pour la troisième strophe.

   Quidonc   
24/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Café noir et cigarette, le titre à lui seul est déjà très évocateur. café noir et et cigarette, café noir et rimes en ette qui reviennent lancinantes, comme une déchirement. Un texte qui n'a sûrement pas été facile a écrire. Je le ressens un peu comme un règlement de compte, une amertume trop longtemps contenue.
La vie n'est pas juste et nous dépendons aussi des choix des autres. C'est comme ça! Mais heureusement la page est tournée et digérée et on peut recommencer à vivre normalement presque banalement en faisant des emplettes par exemple.
Même si j'essaye de maîtriser les forme, je prends et lis les textes comme il viennent et j'ai pris le vôtre à bras le corps.

   papipoete   
25/6/2018
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Leopold
Rien que le titre nous indique la direction, le sujet abordé ; regret et mélancolie du héros qui en veut à la terre entière à travers père et mère !
L'avant-dernière strophe est celle qui me plaît davantage !
" café noir et cigarette " font bien la paire, et repoussent à la poubelle l'anxiolytique ; la cigarette copine qu'on diabolise ; à quand le tour pour le café ?


Oniris Copyright © 2007-2018