Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie contemporaine
LeopoldPartisan : Caravelles
 Publié le 17/11/18  -  10 commentaires  -  1446 caractères  -  111 lectures    Autres textes du même auteur

Réminiscence du temps de l'innocence.


Caravelles



Il est encore parfois
des caravelles
en partance pour
de nouveaux mondes

Moi de ma fenêtre
je les regarde passer
avec l'envie
d'être à la vigie
et de crier à tue-tête
« Hissez haut
notre terre promise
est à portée
de nos longues-vues ! »

Rêve ou réalité
Seuls les nuages
pourraient me le confirmer
dans des aquarelles
que j'aimerais
encore et encore
tenter d'esquisser
et peut-être m'évader
entre flamboyants et bougainvilliers

Je devais avoir
dans les vingt ans
lorsqu'à la sortie
d'une cellule grise
où m'avaient conduit
mes débordements
d'adolescent
je t’aperçus
à la proue de l'une d'elles
Cheveux au vent
tu fendais l'océan
insouciante, indolente
L'orage qui grondait
jamais ne t'atteignait

Je n'étais ni capitaine
ni courageux
Seulement honteux
des pleurs que j'avais causés
tant à ma mère qu'à ma grand-mère

Toi entre cumulus
et nimbus
non sans une certaine ironie
tu m'as alors souri

Que n'ai-je dès lors
esquissé un geste
alors qu'une bourrasque
déjà t'éloignait

Était-ce une invitation
Aujourd'hui encore
je me pose la question
regrettant de ne plus
être ce petit garçon
dont le seul guide
était son imagination.


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Gemini   
30/10/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Caravelles contemporain
L’exergue aurait pu être : À nos actes manqués.
C’est toujours dommage de constater que le destin, si facile à nous présenter des choix, ne nous souffle pas en même temps la meilleure option à prendre.
La candeur affichée et avouée par le narrateur imprègne tout ce texte.
Peinture naïve de regrets avec des bateaux au long cours et des tableaux d’arbres exotiques (Tahiti ?). Entre toiles et voiles, comment refaire le passé quand naît le sentiment d’avoir raté quelque chose ?
Oui, peut-être l’imagination (ce don d’ubiquité disait Pagnol) bien qu’elle soit dangereuse, puisqu’elle peut nourrir le regret.
J’ai trouvé un peu en trop ce détail de la mère et la grand-mère qui rend l’histoire plus personnelle. Mais cette image de fille en rayon de soleil à la sortie du cachot a pour moi le ton juste de la simplicité, et les caravelles sont une belle image de la liberté. Seule la dernière strophe, un peu trop démonstrative, un peu moins poétique, gâte l’impression d’un écrit juste.

   Provencao   
5/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
"Était-ce une invitation
Aujourd'hui encore
je me pose la question
regrettant de ne plus
être ce petit garçon
dont le seul guide
était son imagination."

J'ai beaucoup aimé cette strophe qui à mon sens synthétise fort bien
l'imagination comme un langage.

Les lieux, les éléments, les personnages sont les signes à l'aide desquels l'imagination pourra exprimer le beau. Elle va chercher dans la réalité sensible les formes avec lesquelles elle exprimera l'idée insouciante ou indolente.

La poésie en elle-même n'a aucune valeur imaginative; elle l'emprunte toute de ce qu'elle exprime. De même que les mots n'ont pas de sens par eux-mêmes, les formes que vous employez ne servent qu'à rendre sensible l'idéal conçu par votre guide.....

Au plaisir de vous lire
Cordialement

   lucilius   
5/11/2018
 a aimé ce texte 
Un peu
Gentille imagination, un peu trop scolaire à mon goût et dont la suavité ajoute à la monotonie tu temps évoqué.
Texte trop linéaire pour parvenir à s'y immiscer et s'approprier des émotions qui ne font qu'effleurer sa surface.

   Gabrielle   
6/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Un voyage peu ordinaire proposé par l'auteur...

Le rêve rejoint la réalité dans ce texte haut en couleurs.

Merci à vous pour ce voyage en partance inconnue et pour sa belle rencontre.


Bien à vous.

   Donaldo75   
7/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Bonjour,

J'ai bien aimé ce poème. A mon goût, il se rapproche plus de la poésie en prose que de la poésie contemporaine. Il ne raconte pas trop, véhicule des images poétiques et recèle un vrai ton.

J'ai une remarque: le découpage est pénible. Les retours à la ligne se sont pas synchronisés avec les pauses naturelles, celle de la lecture qu'elle soit à voix haute ou intérieure. Il donne un côté étiré à la lecture alors qu'une prose disposée de manière plus ramassée aurait été plus percutante.

Merci pour la lecture

   papipoete   
17/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
bonjour Leopold
Les yeux grand ouverts, je vois passer dans mon rêve, des caravelles qui m'entraînent au fond d'un tiroir de mon adolescence, où je te retrouve inondée des pleurs que je te causai ; les mêmes qu'à ma mère !
A la tête d'un Titanic, nous voguions tous les deux, étions les " rois du monde " et tu m'entraînais sur ton océan de bonheur ... et puis soudain je m'éveillai ...
NB combien de voyages n'ai-je fait en compagnie de l'héroïne de l'auteur ? J'ai embarqué pour cette traversée, avec plaisir tout en baissant les paupières, en songeant au chagrin de la 5e strophe, comme posé au rebord de ce monde qui fut miens !
Un texte qui pourrait être naïf, mais en fait plein de subtilité !

   Anonyme   
17/11/2018
 a aimé ce texte 
Bien
Souvenirs, regrets, rêves avortés, sont exprimés ici de façon simple.

" peut-être m'évader
entre flamboyants et bougainvilliers " désirs d'îles lointaines.

Un regard en arrière, empreint de mélancolie, amer, lorsque l'on prend conscience que le chemin parcouru n'est pas celui que l'on souhaitait.

   Anonyme   
17/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
j'aime bien la poésie imagée. c'est un plaisir de se retrouver dévant un poème, un peu en prose, qui se laisse comprendre par ses images qu'il véhiculent. très heureux de vous avoir lu.

   Eki   
18/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
La poésie, c'est aussi se projeter dans un monde imagé comme un rêve que l'on poursuit...Que vous dire d'autre ?
Vos caravelles m'ont emportée dans leur voyage mélancolique et tendre.

Eki aime

   Robot   
19/11/2018
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Le narrateur s'épanche sur ses regrets. Insatisfait des routes qu'il a pu prendre il imagine les chemins de traverse qu'il aurait pu arpenter pour s'orienter vers un autre parcours.

Mais ce parcours différent, s'il avait été vécu, ne contiendrait-il pas d'autres remords différents ? Cette question n'est pas posée par le narrateur attaché à ce qu'il estime avoir manqué.

Le récit exprime bien ce que le fond veut nous faire partager dans une écriture libre très agréable à parcourir.


Oniris Copyright © 2007-2020