Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
LeopoldPartisan : Ineptie
 Publié le 07/12/16  -  11 commentaires  -  900 caractères  -  188 lectures    Autres textes du même auteur

Et tourne la vie, tourne…


Ineptie



Une ligne droite
En forme de labyrinthe
Pour fourmis alcoolisées

Une ellipse
Et un vieux pendule de Foucault
En arrêt maladie complet

J’aurais dû danser le tango
Autour d’un brasero
Sans ces foutus Esquimaux

J’aurais dû hurler à la lune
Ma louve piégée
Dans un bouge de trappeurs avinés

Jacques Prévert
A écrit Choses et autres
Moi, je rêvais d’autres causes

J’aurais dû écrire
Paludes et pluie
Pour noyer Gide et son Nathanaël

Une lentille concave
Qu’on vexe
Quel paradoxe ambidextre

Une lentille verte
Qu’on casse et qu’on concasse
Là, la cuisine en devient cocasse

J’aurais dû écrire des inepties
Au lieu de te perdre
Au bois dormant
Sur l’arête d’un diamant
Ou sur le filament
D’un vieux film allemand…


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Lylah   
21/11/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Du rythme, de l'humour, des trouvailles, voilà une petite ritournelle qui se lit avec plaisir, un sourire aux lèvres...

J'ai aimé -entre autres - les "fourmis alcoolisées" qui donnent le ton dès les départ, la lentille concave qu'on vexe (il fallait l'oser !) et la verte qu'on casse et concasse...

Et la dernière strophe avec son - léger- changement de ton, emporte l'adhésion tout autant...

Une réussite !

   Sodapop   
7/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Et bien... Bravo! C'est un poème très léger, avec un thème simple mais qui fonctionne parfaitement. Bravo également pour les jeux de mots qui sont tous très bien trouvés, et qui nous laisse entrevoir un joli travail de versification. Dans l'attente de vous relire.

   Anonyme   
7/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour,

Visiblement, il n'y a pas que des inepties dans ce poème, et la vie même n'est pas qu'une ineptie, fort heureusement (du moins à mon sens).

Les jeux de mots foisonnent à chaque strophe, si bien que chaque strophe est un jeu de mots, pour mon plus grand plaisir.

Wall-E

   PIZZICATO   
7/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Des petits tableaux à la formulation un peu déjantée, agrémentés de calembours amusants.

" J’aurais dû écrire
Paludes et pluie
Pour noyer Gide et son Nathanaël " celui-ci recèle une idée subtile.

   Pouet   
7/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien
Bjr,

Bien aimé pour ma part.

Pour ce qui concerne le passage sur Prévert, je ne sais pas trop. On peut se souvenir de son engagement politique, ou qu'il cacha son ami musicien Joseph Kosma durant la guerre par exemple. J'admire assez Jacques Prévert et j'ai été un peu gêné par le passage le citant, comme si "ses causes" à lui n'étaient pas dignes d'intérêt, moi je les considère "justes", ses causes. Mais sans doute ai-je mal compris et en plus je n'ai pas lu son dernier recueil publié de son vivant "Choses et autres" donc bon. Ce n'était juste qu'un ressenti, donc. Et une interprétation probablement erronée mais je vous en fait part puisque cela m'a traversé l'esprit. D'autant que si je dis une ineptie, je suis dans le thème.

Pas compris pour Gide, jamais lu.

Sinon c'est bien sympathique.

Le passage sur les lentilles aura ma préférence. (je suis du Puy, non c'est pas vrai...)

Cordialement.

   papipoete   
7/12/2016
 a aimé ce texte 
Bien
bonjour Leopold,
Inepties ne convient peut-être pas à ce texte plein de sens, double-sens, sens de la dérision aussi !
La dernière strophe est la morale de l'histoire, car il eut mieux valu " écrire des inepties, plutôt que de perdre au bois dormant ... "
NB la lentille verte qu'on casse et qu'on/concasse ( j'aurais préféré pour l'oreille " et concasse " .

   Robot   
8/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
J'aime le côté désabusé de ce texte. Triste, ce propos du narrateur qui voudrait "refaire" autrement sa vie souligné par les j'aurais dû.
Les allitérations donnent un rythme brisé qui s'accorde bien au thème.

On sent dans ce texte un regret de n'avoir pas accédé à l'absolu, mais est-ce atteignable, ne faut-il pas se contenter parfois du possible.

   Ananas   
12/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Bonsoir

Je ne sais pas trop ce qui dans vos vers me donne cette impression de confort, je sais où je suis, le sentiment est familier, ... c'est une belle réussite de m'emporter au-delà de la simple lecture, et de me procurer un réel sentiment d'empathie,...
La poésie a parfois cette faculté d'aider à comprendre des choses sur soi.

Je n'analyserai rien, j'ai aimé, malgré quelques détails qui encore ne sont pas vraiment de l'ordre du "gâcheur de valeur poétique".

J'ai détesté aimer.
ou peut-être ai-je aimé détester.

Peu importe au final, la vérité est ailleurs, avec les esquimaux autour du brasero (écoutant l'un d'eux, qui sur son bonjo, jouait le mortel ennui...).

Bonne continuation, et merci, tout simplement.

   Arsinor   
12/12/2016
J'aime bien la première strophe car les fourmis ne pourront pas sortir du labyrinthe en revanche le poème ne correspond pas au titre. Je suggère de ne pas utiliser de clichés comme "je rêve" ou "j'écris" dans un poème ni de noms comme Prévert.

   framato   
16/12/2016
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour Léopold,

Une belle ineptie, quoi de mieux ?
Surréalisme assumé, humour, et une finale somptueuse de poésie.

J'ai adoré : moi je rêvais d'autres causes et l'ensemble de la dernière strophe, que je trouve vraiment fantastique (mais qui ne l'est que par ce qui la précède).

Vraiment chouette !

   Proseuse   
3/2/2017
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonsoir LéopoldPartisan

En première lecture, j' ai été un peu gênée par le « parachutage » des mots qui me semblaient n' être là que pour chercher leurs rimes ...surtout vers la fin du texte , et puis, je l' ai relu et j' ai ressenti là où en première lecture ma «  gêne » s' était réveillée, plutôt, le rythme tranquille et le lâcher-prise de l' auteur pour arriver a une vraie « poésie libre » ! Merci pour le partage


Oniris Copyright © 2007-2018