Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
LeopoldPartisan : Les Préludes à la Joie
 Publié le 10/05/09  -  4 commentaires  -  1729 caractères  -  67 lectures    Autres textes du même auteur

Écrit En 1977 et un peu retravaillé pour la circonstance. Ce poème veut rompre avec l' utopie de recréer un paradis sur terre grâce au Flower Power . La crise, le chômage et des phénomènes tels que le mouvement Punk nous révélaient à nouveau le côté sombre de la Force.


Les Préludes à la Joie



Le 24 juin 1941 1
Sur fond d’aquarelle
Nimbant de brumes
Un matin à Neuschwanstein 2
Du sang s’écoule de ses veines
Tranchées au couteau

Nuit du 21 avril 1943 3
Asile d’Aliénés de Grafeneck 4
Du sel irradie ses yeux
Injectés de larmes
Est-ce encore une illumination
Ou déjà sa dernière illusion

Février 1945
Au soir de la Saint Claude 5
Sur fond de terreur
L’Elbe miroite des milliers de cadavres
Cierges humains
Veillant sur Dresde, la calcinée
Recouverte d’un incandescent
Linceul de plomb
Deuxième tentative avortée

Avril 1945, le 22 je crois 6
Un bunker abandonné
S’écrase dans la torpeur du matin
Seul sous des tonnes et des tonnes
De décombres
Le poète a mis fin à ses jours.




La forme musicale qui donna une partie de son titre à ce poème sont les préludes de Lohengrin de Richard Wagner si chers à son mécène, Ludwig Otto Frederik Wilhelm de Wittelsbach, souverain de Bavière, ainsi qu’à ami Friedrich Nietzsche.

1 3 5 6 : ce sont les nombres de jours séparant les dates qui révèlent une des éminences occultes de ces jours sombres.

2 : lieu du mythique château de Louis II de Bavière

4 : Grafeneck fut l’une des 6 villes allemandes où les Nazis pratiquèrent l’euthanasie de masse des malades mentaux

5 : troisième et dernier jour du bombardement allié de la ville de Dresde 35000 victimes civiles. L’écrivain Américain Kurt Vonnegut alors prisonnier de guerre dans cette ville en tirera son chef d’œuvre « Abattoir 5 ».


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   FIACRE   
10/5/2009
Très ambiguë cette fin de " lieux de mémoire " à huit jours près c'est la fin d'Hitler. Ce qui m'étonnait " le poète mit fin à ses jours "...
Je m'étais arrêté pour le titre qui me renvoyait à LVB.

   Marquisard   
10/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien
première lecture, j'ai eu du mal avec ces dates suivies de courte prose; j'aurais vu des vers plus longs, voire du classique ou semi-classique.
deuxième lecture, la forme est passée, j'ai apprécié.
troisième lecture, lecture du fond, annotations, retours sur passages... une petite recherche pour cause de lacunes historiques.
un beau texte, insctructif et pertinent. merci

   Anonyme   
10/5/2009
 a aimé ce texte 
Bien
J'aurais préféré qu'il n'y ait pas d'explication, parce que du coup il y en a trop et ça entrave la lecture. Ceci dit, le poème est agréable à lire, dit des choses graves et les dit bien.

   masdau   
4/6/2009
Salut mon frère de pensée et de coeur.


Oniris Copyright © 2007-2018