Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Chansons et Slams
LeopoldPartisan : Les Préludes à la Joie (réveil)
 Publié le 12/07/09  -  5 commentaires  -  1504 caractères  -  107 lectures    Autres textes du même auteur

Une suite au précédent mais aujourd'hui.


Les Préludes à la Joie (réveil)



Il s’éveilla nu et glacé
Le temps était passé
Outrepassé, trépassé
Malgré cela,
Il était là
Étreignant les pétales
Désormais froids
De lilas, de glaïeuls
Et de Mimosas.

Quel était ce printemps
En jachère
Dont les caresses
Mensongères
Effleuraient sa faiblesse
Légendaire?
Quels talismans
Leur opposer
Dans quelle poche
Sa pierre de lune ?
Sous quel porche
Son vert lichen ?

Brusquement
D’une main tremblante
Il effaça ce décor malvenu
En réalité l’endroit était délabré
Comme ses avant-bras ulcérés
Cela puait la pisse des clochards
Et la merde de leurs clébards
C’était un no man’s land
Entre gare de transit
Et des friches industrielles
Un arrêt définitif sur l’image
De terrils blafards
Et de maladies vénériennes.

Tout en me fixant
Moi et moi seul
Qui pourtant ne faisait que passer
Telle une illusion
De plus et de trop
Avec un transport en commun
Il s’injecta comme par bravade
Une dose quasi mortelle
Qui peut-être lui donna
Une érection démentielle

Très précisément
À l'instant
Où le convoi
Redémarra
Je perçus son affaissement
Les yeux d’abord au ciel
Les yeux ensuite en terre

Le train s’éloigna rapidement
Il ne fait pas bon traîner
Dans de pareils endroits
Me confia le contrôleur


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   Anonyme   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Passionnément
Je suis séduite par ce texte, très bien écrit. "passé, outrepassé, trépassé", ça sonne bien."Cela puait la pisse des clochards
Et la merde de leurs clébards": parfait! "une érection démentielle": détail jouissif (si j'ose dire) pour finir la strophe.
Et la chute, la parole très banale de ce contrôleur venu de nulle part qui clôt cette scène est une excellente idée.

J'aime tout: le rythme, les rimes, les détails qui donnent un effet de réel, la façon dont est mené ce récit.

Bravo!

   Marquisard   
12/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup
fonky ! je dois dire qu'au réveil, ça déménage, je repasserai un peu plus tardpour une lecteure plus constructive, mais très prenant sur le coup
juste le coup des pétales de mimosa j'ai eu du mal à les scerner, mais une fois chaussées mes lunettes ça ira surement mieux

   Anonyme   
13/7/2009
 a aimé ce texte 
Un peu ↓
Pas trop fan pour ma part. L'aspect poétique m'a paru assez diffus. Je n'ai pas aimé, entre autres, "passé outrepassé trépassé "caresses mensongères", "faiblesse légendaire", "main tremblante", "erection démentielle" etc... Soit parce que ça sonne "mille fois entendu", soit c'est pô très "poétique"...
Frinch'ment pas convaincu ici.
Le fond me parle bien toutefois, c'est la forme qui ne m'accroche pas. Force et inspiration!

   Anonyme   
13/7/2009
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
J'aime bien ce texte. Aussi bien la forme que le fond.
Un poème vrai qui sent le vécu, simple et efficace. Taillé dans le vif.
Peut-être la deuxième strophe qui ne me convient pas, parce que je l'ai trouvé assez incongrue. Mais la suite m'a rapidement remis sur le rail.
La dernière strophe est plutôt bienvenue.

   Meaban   
17/7/2009
je l'aurais aimé encore plus "ramassé" la violence de la sitaution est presque adoucie par l'abondance des descriptions


Oniris Copyright © 2007-2018