Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
LeopoldPartisan : Ligne
 Publié le 23/08/10  -  6 commentaires  -  1066 caractères  -  245 lectures    Autres textes du même auteur

… de la main, … de tête, … de Vie, … droite, … d’arrêt, … Maginot
En première…


Ligne



Lisières et clairières, regains en éveil
Les chevaux fous, du haut de Solutré
Tous ont sauté, désemparés
Lisières et clairières, refrains d’abeilles
Le clan des cheveux roux, du haut de Solutré
Dans son entièreté a plongé, exalté

Éclats de quartz
Ou larmes de silex
Le front bombé
Sur la ligne de démarcation
J’ai regardé la ligne bleue des Vosges
Se perdre dans les gorges du Vercors

Racines de bergamote
Et cristal de roche
Le front bandé
Depuis la ligne de démarcation
J’ai regardé presqu’amusé
Notre premier de cordée
Disparaître
Dans les ténèbres
De la grande crevasse

Lisières et clairières, regret en éveil
Combien de larmes devra encore verser le glacier
Pour qu’en torrents nos âmes soient transmutées
Lisières et clairières, reflets d’abeilles
Combien de drames devra encore provoquer le glacier
Pour qu’au soleil, nos ossements soient révélés



Lège – Cap Ferret 11/07/2010


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   ANIMAL   
19/8/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Texte très curieux qui a quelque chose de fascinant. J'ai l'impression que c'est la roche qui parle et qui raconte, témoin immuable de l'histoire.

Même si je ne suis pas certaine de tout avoir compris, même si la musicalité est un peu cahotique à mon goût, je me suis laissée charmer par ce poème. Mon imaginaire s'est retrouvé en ces lignes.

Une réussite.

   Lunastrelle   
20/8/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Mmmmh, je pense saisir... La Ligne Maginot... Curieux... Enfin, je veux dire que la manière d'aborder le sujet est originale et peu singulière, j'ai bien aimé dans l'ensemble...
Mon passage préféré se situe tout de même à la fin, je trouve qu'avant le texte souffre un peu trop d'une certaine prise de recul, avec un certain jargon...
Au delà de ça, cela reste un beau texte...

   jaimme   
23/8/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Les chevaux affolés, les hommes d'hier et d'aujourd'hui, les décisions politiques... tous ont sauté. Tous ont perdu la vie ou leur virginité politique.
Ligne de front.
Et encore, nous ne savons pas tout. Le glacier n'a pas encore tout vomi de nos ombres.
Le thème est excellent.
Le traitement est, pour moi, alchimie de moments dramatiques et de détails qui ancrent dans la réalité.
Cette ligne c'est peut-être aussi le temps, l'histoire, dont les leçons ne sont toujours pas apprises!
"regret en éveil", oui.
Merci LeopoldPartisan!

   brabant   
24/8/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour LéopoldPartisan,

J'aime ces "larmes de silex" où les larmes se confondent avec des armes alors que l'on regarde "la ligne bleue des Vosges".

"Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine,
Et, malgré vous, nous resterons français"


La préhistoire rejoint les temps modernes sur la ligne de démarcation où le "premier de cordée", contemporain, disparaît à son tour
"Dans les ténèbres
De la grande crevasse"

Que sommes-nous avec nos vies et nos guerres au regard du glacier qui englace, empierre, enterre, rabote, transmute en torrents, puis révèle "nos ossements".
(mélangés ?)

Solutré, haut lieu de l'esprit, est-il un lieu de tragédie ?

S'il est pèlerinage, je veux le voir comme celui de l'immortalité !


Ô le miel des abeilles de Solutré !
A déguster avec un Pouilly-Fuissé, après la balade ! (lol)

   Absolue   
24/8/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour:-)
Je n'ai pas tout compris pour le fond mais j'aime beaucoup! Le passage " Eclats de quartz..." sonne vraiment bien. Sinon j'adore aussi l'ambiance du poème, qui baigne dans un décor sauvage, de même que les refrains et les reflets d'abeilles...

   framato   
25/8/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
Une belle utilisation des anaphores (lisières et clairières, ligne de démarcation), j'ai aimé ce rythme répétitif imposé sans lourdeur.

J'ai aussi adoré ce vers surréaliste géographiquement, mais tellement beau à l'oreille que je n'en ai même pas cherché le sens :

"Sur la ligne de démarcation
J’ai regardé la ligne bleue des Vosges
Se perdre dans les gorges du Vercors"

Une drôle de façon de présenter la mort, la guerre, la glace... ça me glace aussi, mais j'ai vraiment apprécié.

Merci LeopoldPartisan pour ce moment "intense" (là-dessus, je me boirais bien un petit ballon de vin de glace pour penser à des choses plus douces, plus sucrées)


Oniris Copyright © 2007-2018