Page d'accueil   Lire les nouvelles   Lire les poésies   Lire les romans   La charte   Centre d'Aide   Liens Web 
  Inscription
     Connexion  
Connexion
Pseudo : 

Mot de passe : 

Conserver la connexion

Menu principal
Les Nouvelles
Les Poésies
Les Listes
Recherche


Poésie libre
LeopoldPartisan : Nathan et les récifs
 Publié le 08/02/10  -  19 commentaires  -  890 caractères  -  334 lectures    Autres textes du même auteur

Extrait du recueil du même titre.


Nathan et les récifs



Il avait posé
Ses yeux clairs
Semés de particules de lumière
Sur le rebord d’un vieux mur
Où les vents parfois amoureux
Parfois amers
Avaient sculpté de larges lézardes

Nathan aimait
Ces cicatrices indélébiles
De la lente mouvance du temps
De sa majesté.

Nathan aimait s’y poser
Et s’y reposer
Pour les ausculter

N’était-ce pas finalement
Les dernières traces
De ces Paradis perdus
N’était-ce pas
Une ultime vision
D’une illumination de trop

Nathan
Pour ces raisons
Aimait les récifs
Ainsi que les résonances
De leurs récits

Tranchants à frémir
Caressants à fléchir
Brillants à l’écorchure
Bouleversants à la morsure

Coupables
D’avoir assoupi sa prudence
Pour mieux noyer son innocence


 
Inscrivez-vous pour commenter cette poésie sur Oniris !
Toute copie de ce texte est strictement interdite sans autorisation de l'auteur.
   pieralun   
27/1/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est extrêmement joli et poétique. Ce texte est écrit avec la simplicité qui sied à l'innocence du héros. Une bien belle simplicité relevéepar quelques mots et associations de mots ciselés. La répétition du prénom vient renforcer cette impression d'innocence associée à la beauté.
J'ai particulièrement aimé: "Nathan aimait
Ces cicatrices indélébiles
De la lente mouvance du temps"

Le 5eme et le 6 eme paragraphes
la chute splendide
Bravo à l'auteur

   Garance   
30/1/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Une première strophe particulièrement belle, dans la deuxième on découvre le personnage. Ses sensations nous laissent entrevoir son monde, et la dernière strophe provoque un questionnement ainsi que le désir de connaître la suite de cette histoire très bien amorcée poétiquement.

   Anonyme   
8/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
J'ai lu ce poème sans comprendre qui était Nathan ! Personnage biblique, historique, imaginaire ? Ca semble pourtant prendre ses références dans le passé mais je ne vois pas...
Pas spécialement emballé par le texte, mais dans le doute et pour ne pas pénaliser l'auteur pour qui tout ceci a certainement un sens, je mettrai une appréciation... moyenne.

Nota du 08 Février: Appréciation modifiée après les explications de l'auteur

   ristretto   
2/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
complet
voilà le mot qui me vient à l'esprit
ce poème est complet
il nous emporte dans l'histoire de Nathan sans que l'on n'ait besoin de savoir plus sur le personnage
il commence posément, puis sans qu'on s'y attende .. la vague survient
mais le "plus" c'est qu'il nous laisse le lecteur s'approprier les sentiments et faire résonner ses propres histoires

une poésie qui ouvre des ailleurs

merci

   Leo   
3/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un très joli texte, parsemé d'images, de douceur et dans le même temps d'une angoisse retenue, d'une immense fragilité. Un équilibre délicat entre calme et amertume, présent et passé, existence et souvenirs.
Le registre est simple, les mots coulent naturellement, sans effort.

   Anonyme   
8/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien ↑
une bouffée d'air pur, toute l'histoire se lit à travers le regard de Nathan. Un poème qui va plus loin qu'une simple description, pas de simples reliefs, il voit les cicatrices.
Par contre, mais cela est ma faute je n'ai pas compris la dernière strophe, jusqu'à ce que je lis le commentaire de Ristretto, enfin c'est son interprétation mais j'aime bien. Ce poème est d'une force tranquille.

   LeopoldPartisan   
8/2/2010
Pour ceux qui comme Alexandre se posent des questions sur Nathan, j'ai crée un petit forum à ce sujet avec un lien vers la chanson écrite et composée par moi pour Katty il y a déjà pas mal de temps http://www.oniris.be/forum/nathan-et-les-recifs-t10130s0.html#forumpost119893

   bulle   
31/8/2011
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Un récit qui pourrait s'apparenter à un conte.. mais qui se trouve face à la réalité de l'érosion du temps, par le feu d'un regard..

L'histoire de Nathan tient à être (re)connue..
J'avais envie de le découvrir plus en avant..

Cette page-ci, aux récifs, est une tranche sensitive très forte, que j'ai beaucoup appréciée, tant par les images que par sa musique..

   Chene   
8/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonsoir

Quand le récit(f) fait vivre la poésie cela donne un texte que l'on prend plaisir à lire et relire.
La musicalité est très présente et rythmée par le "Nathan" de chaque strophe et des sonorités rondes, les "m" des premières strophes... qui contrastent avec les "r" très présents et tranchants dans les deux strophes avant les trois derniers vers où les sonorités s'apaisent.

Ca fonctionne sacrément bien !

Bravo !

Chene.

   Anonyme   
9/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
C'est touchant et très élégant, rythmé comme la vague qui vient et repart, rythmé avec douceur. J'ai beaucoup apprécié cette façon de dire et ce qui est dit.

   Anonyme   
9/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Ca me fait penser à une chanson de Pierre Chêne ... Herm. (http://jiwa.fr/track/Pierre-Chene-100999/Le-funambule-193032/Les-colliers-de-mots-1520572.html ; ce n'est pas tout à fait la même chose, mais l'ambiance )

Il y a de la musicalité, de belles images, je note surtout :

"Où les vents parfois amoureux
Parfois amers
Avaient sculpté de larges lézardes"

"Nathan
Pour ces raisons
Aimait les récifs
Ainsi que les résonnances
De leurs récits"

"Brillants à l’écorchure"

Rien n'est exagéré, c'est un poème somme toute plutôt sobre et "réservé", en petites touches. Joli.

Au plaisir ...

   shanne   
9/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour,
Je me suis laissée embarquer dans cette force tranquille d'une vague qui gagne du terrain, avec notre impuissance face au temps qui s'écoule
Shanne a aimé Nathan

   belaid63   
9/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
trés beau, émouvant!
j'aime particulièrement :
"Coupables
D’avoir assoupi sa prudence
Pour mieux noyer son innocence"
une imprudence et la vie qui file
j'ai beaucoup aimé

   irisdenuit   
10/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
Bonjour Leopold,

Magnifique de sensibilité. Touchant de douceur. Des images à couper le souffler et une fin .....

Comblée par ma lecture,

Amicalement, Iris

   David   
19/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup
Bonjour LeopoldPartisan,

Le poème semble allégorique, mais comment une innocence pourrait se noyer dans des récifs ? Une lecture bien plus sombre se dessine, peut-être une pensée sur les idéaux aussi, et leurs dangers.

   colibam   
19/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↓
Le style s'arrime bien à la candeur du personnage que le prénom rehausse.

Avant de lire ton post explicatif (merci pour le partage, la musique tout ça), Nathan m'avait évoqué un enfant... différent.

Toute la force de l'innocence et la fragilité de l'éphémère transparaît dans tes mots et l'ambiance que tu instaures.

La fin est très bien tournée.

   Anonyme   
19/2/2010
 a aimé ce texte 
Bien
Une jolie poésie, pleine de sensibilité.
Si ce n'est les "paradis perdus" que j'aurais préféré en italique, je trouve ici mon quota de poésie. Une belle première strophe.
Tout en contraste entre ouverture et écorchures. J'aime bien.

   jaimme   
20/2/2010
 a aimé ce texte 
Beaucoup ↑
la fin est splendide:
"Tranchants à frémir
Caressants à fléchir
Brillants à l’écorchure
Bouleversants à la morsure
Coupables
D’avoir assoupi sa prudence
Pour mieux noyer son innocence".
Le début m'y a amené avec délice car la première strophe est très belle.
Le poème est d'une délicatesse rare, l'absence de ponctuation ne m'a gêné qu'après "mouvance du temps". Une virgule m'aurait mieux donné à lire "de sa majesté", mais le choix est général et je le respecte. Un détail. Infime, car ce poème est à lire et relire.
Le thème est somptueux.
Merci Leopold!

   Mwa   
4/6/2010
 a aimé ce texte 
Passionnément
Tu joue avec cette équilibre délicat . C'est sensible, frais, nouveau !
Un poésie légère avec toutefois une infime retenu . Un rythme posé et tranquille, bougrement efficace . Au fil des lignes, je me noie dans le flots des souvenirs : Très mélancolique (enfin pour mwa) !
Simple et tellement touchant, les mots vont tout droit jusqu'au coeur.
La fin signe l'apothéose de cette exquis poème, magnifique :
"Tranchants à frémir
Caressants à fléchir
Brillants à l’écorchure
Bouleversants à la morsure

Coupables
D’avoir assoupi sa prudence
Pour mieux noyer son innocence"
Les mots ne suffisent pour décrire, mon sentiment d'admiration !

Avec tout mon respect : Mwa


Oniris Copyright © 2007-2018